6 exercices de neuroplasticité contre l’anxiété - 1080 pixels -770 pixels

Vous désirez améliorer votre bien-être mental? Vous êtes au bon endroit. Nous allons avoir une conversation perspicace à propos d’incroyables exercices de neuroplasticité pour aider à soulager l’anxiété.

Les exercices de neuroplasticité: de quoi s’agit-il?

L’anxiété peut souvent sembler être une force écrasante dans nos vies, mais en comprenant le pouvoir de la neuroplasticité, nous pouvons recâbler notre cerveau pour créer de nouvelles voies neuronales qui favorisent un état d’esprit plus calme. Ces exercices sont non seulement efficaces, mais aussi stimulants, car ils vous permettent de contrôler votre propre parcours de santé mentale.Dans cet article, nous plongerons dans six exercices puissants qui exploitent le potentiel remarquable de la neuroplasticité. Des pratiques de pleine conscience et des techniques de visualisation aux exercices de restructuration cognitive et à la journalisation de gratitude, chaque exercice est conçu pour cibler différents aspects de l’anxiété et vous aider à trouver la paix intérieure.
Votre cerveau est une belle chose. Dès l’enfance, c’est une machine d’apprentissage complexe pour vous aider à relever les nombreux défis de la vie.Mais parfois, il est un peu trop bon pour vous protéger. En fait, il est si efficace qu’il peut vous rendre hyperalerte et anxieux alors qu’en fait, tout ira bien.

Reprogrammez votre cerveau

Votre cerveau peut changer ! Il a la capacité de se recâbler, d’établir de nouvelles connexions entre les neurones et de remapper les informations que vous avez recueillies jusqu’à présent.

C’est pourquoi, avec intention et répétition, les exercices de neuroplasticité pourraient devenir un excellent outil pour soulager l’anxiété.

Qu’est-ce que la neuroplasticité ?

La neuroplasticité est la capacité du cerveau à créer de nouvelles voies neuronales. En d’autres termes, il peut se recâbler et s’adapter au changement.

« Si vous pensez à votre cerveau comme un énorme réseau d’énergie neuroélectrique, il y a des milliards de voies ou de routes qui s’allument chaque fois que vous pensez, faites ou ressentez quelque chose »

Certaines de ces routes sont très fréquentées. Chaque fois que nous continuons à agir de la même manière, à penser la même chose ou à ressentir une émotion familière, nous renforçons ces anciennes voies neuronales.

Mais il s’avère que ces « voies » ne sont pas fixes.

Dans le passé, les chercheurs pensaient que le cerveau était câblé au début de la vingtaine, et c’est tout. Pas de retour en arrière. Mais maintenant, ils ont découvert que le cerveau n’arrête pas de se régénérer, de grandir et de se réorganiser.

Lorsque vous pratiquez une nouvelle habitude ou une habitude neuroplastique – lorsque vous faites quelque chose différemment – votre cerveau utilise de nouvelles voies. Plus nous pratiquons ces nouvelles habitudes, plus les anciennes voies s’affaiblissent .

En d’autres termes, lorsque vous modifiez vos comportements et vos pensées, votre cerveau change également. Avec le temps, ce que vous avez fait ou pensé auparavant ne devient plus qu’un souvenir lointain, et les nouveaux comportements et pensées deviennent les dominants.

Neuroplasticité et anxiété: quel est le lien?

Avec suffisamment de répétition, votre cerveau crée un paramètre « par défaut » autour de certains déclencheurs.

Par exemple, si vous subissez une attaque de panique dans un avion, votre esprit sera prêt à répéter cette réaction la prochaine fois que vous prévoyez de voyager en avion.

En effet, votre amygdale, «l’alarme incendie» de votre cerveau, a été conditionnée pour induire la réaction de combat ou de fuite après avoir subi un stimulus spécifique (ou quelque chose qui vous le rappelle).

Vous pouvez également profiter de :
Comment contrôler votre colère et pourquoi c'est important (+PDF)

Cela se produit même à des moments où ce n’est pas nécessairement justifié. Cette hypervigilance est la « vieille » voie neuronale en action.

Avec les exercices de neuroplasticité, vous pouvez créer un tampon entre le stimulus et votre réponse afin que votre anxiété ne soit pas aussi facilement induite – une « nouvelle » voie neuronale, en d’autres termes.

6 exercices de neuroplasticité pour soulager l’anxiété

Les exercices de neuroplasticité, ainsi que les techniques de relaxation, sont une excellente combinaison d’outils.

Changer les scripts

« La neuroplasticité peut jouer contre vous lorsque votre cerveau exécute sans cesse les mêmes scripts d’anxiété douloureux, car il apprend ces scripts et ils deviennent plus automatiques »

« Si vous voulez vous concentrer sur la pensée et la perception, vous pouvez développer de nouveaux scénarios d’anxiété qui vous racontent une histoire différente, une histoire qui vous fait vous sentir en sécurité », dit-elle.

Par exemple, vous pouvez essayer de vous dire :

« J’ai peur parce qu’il y a une araignée sur le mur, mais je peux gérer ça. Voici mon plan pour y faire face en toute sécurité.

Le cerveau élimine les connexions aux compétences que vous n’utilisez plus, donc, avec le temps, les scripts d’anxiété deviennent moins automatiques et plus faciles à résister », ajoute-t-elle.

Se lancer des défis

Vous savez ce qu’ils disent, la pratique rend parfait. L’un des moyens les plus puissants d’utiliser la neuroplasticité à votre avantage consiste à modifier vos comportements, explique Daramus.

« En d’autres termes, faites ce dont vous avez peur », dit-elle. « Commencez par des défis faciles : si vous ressentez de l’anxiété sociale, votre premier défi pourrait être de faire une remarque amicale rapide à quelqu’un qui fait la queue au café. »

Se pencher sur l’inconfort renforce la confiance. Au fur et à mesure que vous augmentez votre tolérance à la détresse (c’est-à-dire la quantité de stress que votre système peut gérer), votre réponse de combat ou de fuite deviendra moins réactive aux mêmes stimuli.

Faire des tests de réalité

Conçu par Sigmund Freud, le test de réalité est un moyen utile de changer votre point de vue sur les expériences qui vous rendent généralement anxieux.

«Cela vous permet de vous demander:« Cette pensée ou ce sentiment est-il basé sur la réalité de ce qui s’est passé, ou sur ce que je ressens à propos de ce qui s’est passé? », explique Sam Bolin, un travailleur social clinicien agréé à Linthicum Heights, Maryland.

« De plus, je trouve utile de demander aux gens d’utiliser un mécanisme de filtrage que j’ai appris du livre ‘Cognitive Behavioral Therapy’ de Jason Satterfield ». « Il demande aux clients de se dire : les pensées ne sont que des pensées, elles ne sont ni réelles ni irréelles. »

Identifier et réévaluer vos pensées déformées peut également vous aider à apprendre à vous concentrer sur les preuves plutôt que sur les pensées.

Pratiquer la méditation

Vous avez probablement entendu dire que la méditation peut vous aider à vous sentir mieux. Mais c’est plus convaincant quand on comprend l’effet direct que cela peut avoir sur votre cerveau.

La recherche suggère que la pratique de la méditation peut développer une nouvelle matière grise, ce qui peut aider à améliorer la régulation émotionnelle, y compris les symptômes d’anxiété et de dépression.

« Plusieurs études ont démontré que la méditation à long terme peut réduire l’inflammation dans le cerveau et provoquer des changements fonctionnels ».

« Nous apprenons maintenant que même de courtes périodes de méditation peuvent également être utiles », dit-elle. « Les méditations axées sur la compassion et la gentillesse peuvent être très utiles car elles aident à recadrer les pensées, créant ainsi de nouvelles voies cérébrales. »

Faire de l’exercice physique

Bien que les chercheurs ne sachent toujours pas pourquoi l’exercice amplifie la neuroplasticité, des études récentes suggèrent que l’exercice aérobie, en particulier, contribue aux changements dans la structure du cerveau à tous les niveaux : moléculaire, cellulaire et systémique.

Vous pouvez également profiter de :
Arrêtez de vous écouter. Parlez-vous !

Cela peut être lié à la formation de nouvelles cellules sanguines, à une augmentation de la matière grise, à des modifications des neurotransmetteurs ou à une combinaison de ceux-ci. Quoi qu’il en soit, c’est peut-être juste une autre raison de sortir et de bouger votre corps aujourd’hui.

Acquérir de nouvelles compétences

Consacrer du temps à vos passe-temps peut être une excellente forme de soins personnels si vous vivez avec anxiété, mais il y a aussi un autre avantage. Chaque fois que vous apprenez une nouvelle compétence, vous augmentez la capacité de votre cerveau à se recâbler.

Toute nouvelle compétence que vous apprenez vous y aidera. Cela inclut :

  • jeux de réflexion
  • apprendre une nouvelle langue
  • faire de l’art
  • jouer de la musique
  • énigmes
  • voyager
  • exercices de maths
  • écrire avec votre main non dominante

Combien de temps la neuroplasticité peut-elle aider l’anxiété?

Le recâblage de votre cerveau peut prendre du temps. Ce n’est pas un changement du jour au lendemain, mais vous pouvez ressentir un soulagement simplement en sachant que vous êtes sur la bonne voie pour restructurer votre cerveau.

« La neuroplasticité est un marathon, pas un sprint. Cela implique la génération de nouvelles cellules cérébrales et les connexions entre elles. Une fois ces connexions établies, nous devons renforcer les connexions, ce que font la répétition et l’habitude.

Pour certains, cela peut prendre plusieurs semaines. Pour d’autres, des mois. Il peut y avoir une part de vérité dans 21 jours pour créer une habitude, car il faut du temps pour qu’un nouveau comportement s’installe.

Le secret, c’st dese concentrer sur la prise de conscience du comportement ou des pensées que vous aimeriez changer. Ensuite, identifiez un petit changement que vous pouvez apporter et concentrez-vous dessus. Le changement finira par arriver.

Un message à retenir

Parfois, les vieilles habitudes ont la vie dure. Heureusement, la neuroplasticité est un processus continu ; il n’est jamais trop tard pour apprendre (ou plutôt désapprendre) une façon de penser ou de se comporter.

Votre cerveau a la capacité de changer et de s’adapter. Cela signifie qu’en apportant quelques changements, vous pourriez améliorer votre santé mentale, y compris les symptômes d’anxiété.

La création de nouvelles voies neuronales peut prendre du temps – plusieurs semaines à plusieurs mois – mais cela peut aider votre cerveau à traiter les déclencheurs avec plus de confiance, de sorte que vous vous sentez moins anxieux dans l’ensemble.

La cohérence est la clé. Tout comme aller au gymnase pendant une journée ne vous donnera pas un pack de six, un exercice de méditation peut ne pas avoir un impact durable. Continuez petit à petit et vous y arriverez.

Avec le temps et la répétition, un changement durable est possible.

Références
  • “A Consensus on the Brain Training Industry from the Scientific Community.” (2014). Max Planck Institute for Human Development and Stanford Center on Longevity. Retrieved from http://longevity3.stanford.edu/blog/2014/10/15/the-consensus-on-the-brain-training-industry-from-the-scientific-community/
  • Ball, K. K., Berch, D. B., Helmers, K. F., Jobe, J. B., Leveck, M. D., Mariske, M., …, & Willis, S. L. (2002). JAMA 288, 2271-2281. PMID: 12425704
  • Bergland, C. (2017). How do neuroplasticity and neurogenesis rewire your brain? Psychology Today. Retrieved from https://www.psychologytoday.com/us/blog/the-athletes-way/201702/how-do-neuroplasticity-and-neurogenesis-rewire-your-brain
  • Berlucchi, G., & Buchtel, H. A. (2009). Neuronal plasticity: Historical roots and evolution of meaning. Experimental Brain Research, 192(3), 307-319.
  • Campbell, C. (2009). What is neuroplasticity? BrainLine. Retrieved from https://www.brainline.org/author/celeste-campbell/qa/what-neuroplasticity
  • Cassity, J. (n.d.). The power of mindfulness: Reshape your brain for calm and compassion. Happify. Retrieved from https://www.happify.com/hd/the-power-of-mindfulness/
  • Cleary, I. (2015). Depression, anxiety and other conditions. Ian Cleary: Advanced Lightning Process Practitioner. Retrieved from http://iancleary.com/neuroplasticity-and-anxiety/
  • Demarin, V., Morović, S., & Béne, R. (2014). Neuroplasticity. Periodicum Biologorium, 116, 209-211. ISSN 0031-5362
  • Desphande, A., Bergami, M., Ghanem, A., Conzelmann, K. K., Lepier, A., Gӧtz, M., & Berninger, B. (2013). Retrograde monosynaptic tracing reveals the temporal evolution of inputs onto new neurons in the adult dentate gyrus and olfactory bulb. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 110, 12.
  • Fuchs, E., & Flügge, G. (2014). Adult neuroplasticity: More than 40 years of research. Neural Plasticity, 2014.
  • Hellerstein, D. (2011). Neuroplasticity and depression. Psychology Today. Retrieved from https://www.psychologytoday.com/us/blog/heal-your-brain/201107/neuroplasticity-and-depression
  • Irving, G. A. (2016). Chronic pain and neuroplasticity. Swedish Medical Center. Retrieved from https://www.swedish.org/blog/2016/03/neuroplasticity
  • Joo, E. Y., Kim, H., Suh, S., & Hong, S. B. (2014). Hippocampal substructural vulnerability to sleep disturbance and cognitive impairment in patients with chronic primary insomnia: Magnetic resonance imaging morphometry. Sleep, 37, 1189-1198.
  • Kempermann, G., & Gage, F. H. (2002). Neurogenesis and plasticity: New therapeutic opportunities for CNS disorders. The European Journal of Neuroscience.
  • Kempermann, G., Gast, D., & Gage, F. H. (2002). Neuroplasticity in old age: Sustained fivefold induction of hippocampal neurogenesis by long-term environmental enrichment. Annals of Neurology, 52, 135-143.
  • Mundkur, N. (2005). Neuroplasticity in children. Indian Journal of Pediatrics, 72, 855-857.
  • Neimann, C., Godde, B., & Voelcker-Rehage, C. (2014). Not only cardiovascular, but also coordinative exercise increases hippocampal volume in older adults. Frontiers in Aging Neuroscience, 6, 170.
  • Nguyen, T. (2016). 10 proven ways to grow your brain: Neurogenesis and neuroplasticity. HuffPost Blog. Retrieved from https://www.huffingtonpost.com/thai-nguyen/10-proven-ways-to-grow-yo_b_10374730.html
  • Rodrigues, A. C., Loureiro, M. A., & Caramelli, P. (2010). Musical training, neuroplasticity and cognition. Dementia & Neuropsychologia, 4, 277-286.
  • Sampaio-Baptista, C., & Johansen-Berg, H. (2017). Neuroplasticity: Changes in grey matter induced by training—Review. F1000Research.
  • Shaffer, J. (2016). Neuroplasticity and clinical practice: Building brain power for health. Frontiers in Psychology, 7, 1118.
  • Shaw, C. A., & McEachern, J. C. (2001). Toward a theory of neuroplasticity. Philadelphia, PA, US: Psychology Press.
  • Sibille, K. T., Bartsch, F., Reddy, D., Fillingim, R. B., & Keil, A. (2016). Increasing neuroplasticity to bolster chronic pain treatment: A role for intermittent fasting and glucose administration? Journal of Pain, 17, 275-281.
  • Smith, G. S. (2013). Aging and neuroplasticity. Dialogues in Clinical Neuroscience, 15, 3-5. PMID: 23576885
  • Snyder, J. S., & Cameron, H. A. (2012). Stress and adult neurogenesis. Experimental Neurology.
  • Stroke-rehab.com
  • Su, Y. S., Veeravagu, A., & Grant, G. (2016). Chapter 8: Neuroplasticity after traumatic brain injury. In D. Laskowitz and G. Grant (Eds.) Translational research in traumatic brain injury. Boca Raton, FL, US: CRC Press/Taylor and Francis Group.
  • Taupin, P. (2006). Adult neurogenesis and neuroplasticity. Restorative Neurology and Neuroscience, 24, 9-15.
  • Vasconcelos, A. R., Yshii, L. M., Viel, T. A., Buck, H. S., Mattson, M. P., Scavone, C., & Kawamoto, E. M. (2014). Intermittent fasting attenuates lipopolysaccharide-induced neuroinflammation and memory impairment. Journal of Neuroinflammation, 11, 85-98.
  • Vemuri, P., Lesnick, T. G., Przybelski, S. A., Machulda, M., Knopman, D. S., Mielke, M. M., …, & Jack Jr., C. R. (2014). Association of lifetime intellectual enrichment with cognitive decline in the older population. JAMA Neurology, 71, 1017-1024.
Vous pouvez également profiter de :
Le Calendrier: 30 Jours de gentillesse

 

error: