Vous avez besoin de lire « La guerre de l’art » de Steven Pressfield - 850 pixels x1360 pixels

La guerre de l’art promet de nous montrer comment surmonter ces blocages créatifs et devenir hautement productifs. Vous apprendrez à combattre la Résistance, cet ennemi sournois qui sommeille en chacun de nous.

Avez-vous déjà voulu faire quelque chose de créatif, mais vous ne pouviez pas vous asseoir et faire le travail ?

Eh bien, voici une bonne nouvelle : vous n’êtes pas seul ! Beaucoup d’entre nous ont du mal à atteindre leurs rêves parce que nous luttons contre de puissants blocages intérieurs comme la procrastination, la distraction, le doute de soi et la peur.

La guerre de l’art promet de nous montrer comment surmonter ces blocages créatifs et devenir hautement productifs. Vous apprendrez à combattre la Résistance, cet ennemi sournois qui sommeille en chacun de nous. Cette bataille ne sera pas toujours agréable. Pourtant, de nombreux critiques en ligne disent que le message était exactement ce qu’ils avaient besoin d’entendre, comme un bon coup de pied dans le dos. À la fin, vous comprendrez ce qui sépare les vrais professionnels de n’importe quel métier des amateurs.

Qui est Steven Pressfield ?

Steven Pressfield (site Web de l’auteur) est un auteur à succès avec plus d’une douzaine de livres publiés. Au cours de sa carrière, il a écrit de la fiction historique, de la non-fiction, des scénarios de films et même des textes publicitaires. Il a écrit pendant 27 ans et a échoué à plusieurs reprises, jusqu’à ce que son premier roman The Legend of Bagger Vance soit finalement publié en 1995. Cinq ans plus tard, il a été transformé en un grand film hollywoodien mettant en vedette des acteurs comme Matt Damon et Will Smith.

Reconnaître la résistance

La force intérieure qui sabote nos rêves
La résistance est le nom que Steven Pressfield donne à la force invisible à l’intérieur de nous qui nous empêche de faire un travail créatif. La résistance nous fait éviter de nous asseoir pour commencer à travailler. Cela nous rend paralysés à l’idée de partager notre travail avec le monde. Cela nous empêche de terminer des projets sur lesquels nous travaillons depuis toujours.

Voici quelques symptômes courants de résistance, dont beaucoup vous seront probablement familiers :

  • Sentiments : peur, effroi ou réticence autour de notre travail.
  • Pensées : excuses et rationalisations convaincantes de nos atermoiements.
  • Habitudes : céder à la résistance est terrible, alors nous nous livrons ensuite à des distractions, à la consommation et à des dépendances. (Comme nos téléphones, la nourriture, le shopping, le plaisir, l’alcool ou la drogue.)
    Pressfield pense que la meilleure façon de vaincre la Résistance est de la « personnifier ». Cela signifie la voir comme une force extérieure qui essaie de nous tromper, puis la combattre directement. Après tout, ce livre ne s’appelle PAS la FACILITÉ de l’art, mais la GUERRE de l’art !

Résumé

La résistance est une force invisible qui nous empêche de démarrer ou de terminer nos projets créatifs. Cela nous sabote, nous fait peur et nous donne des excuses convaincantes pour la procrastination. Céder à la résistance est terrible, nous obligeant à abuser de la consommation et des distractions.

Attendez-vous à la peur

Il est normal d’avoir peur avant de s’asseoir
Steven Pressfield a écrit de nombreux livres populaires, de fiction et de non-fiction. Mais il dit que chaque matin quand il se réveille, il ressent TOUJOURS de la réticence et de la peur dans son estomac.

Puis il s’assoit pour écrire quand même.

Et c’est vraiment le point principal de ce livre : votre travail créatif décollera vraiment lorsque vous accepterez qu’il est normal de ressentir des émotions comme la peur, le doute de soi et le « ne pas vouloir le faire ». (N’est-ce pas si drôle que nous puissions rêver de gagner notre vie en tant qu’artiste, mais ensuite nous sentir si mal de nous asseoir et de faire de l’art ?)

Voici trois autres points fascinants sur la peur :

  • La peur fait partie de la vie des créatifs. Écoutez des interviews d’acteurs célèbres et vous découvrirez bientôt que certains d’entre eux vomissent avant une représentation ou ne supportent pas de regarder le film une fois qu’il est terminé à cause de leur autocritique.
  • La peur est un signal important. Un sentiment fort montre que vous appréciez quelque chose, comme lorsqu’un parent a peur pour son enfant. Pressfield pense que la peur est un excellent indicateur que nous devons réaliser le projet.
  • La peur est la preuve de la croissance. Lorsque nous répétons notre ancienne routine, nous nous sentons en sécurité et à l’aise. Lorsque nous essayons quelque chose de nouveau, en particulier quelque chose qui dépasse un peu nos capacités actuelles, nous commençons à ressentir cette tension intérieure.
  • Aperçu de la croissance
    Je pense qu’une grande partie de cette peur créative vient du fait de vouloir protéger notre réputation sociale. Si nous créons quelque chose et que cela échoue publiquement, nous pouvons nous sentir rejetés, jugés ou humiliés.
Vous pouvez également profiter de :
Le cadre de réflexion 5R

Eh bien, saviez-vous qu’il y a quelques milliers d’années, même les empereurs romains avaient des soucis similaires ? C’est vrai, l’empereur Marc Aurèle tenait un journal intime, où il écrivait sur ses peurs. Après tout, non seulement il a subi des attaques vicieuses contre sa réputation à motivation politique, mais il a même dû s’inquiéter des tentatives d’assassinat !

Plus important encore, Marcus a écrit des idées puissantes sur le dépassement de nos peurs dans la vie, des idées qui font partie de la philosophie du stoïcisme aujourd’hui. Par exemple, il se disait souvent de se souvenir de la mort. Nous allons tous mourir bien assez tôt, et tous ceux que nous avons connus seront également morts. Os ou cendres dans le sol.

Plutôt que d’être déprimant, ce point de vue est vraiment libérateur, car face à la mort, cela n’a vraiment aucun sens de s’inquiéter de notre réputation, qui de toute façon sera bientôt poussière.

Il est normal que les personnes qui font un travail créatif ressentent de la peur, de la terreur et du malaise. Pressfield ressent toujours ces émotions, mais il s’assoit quand même pour écrire. En fait, la peur peut être un bon signe que nous travaillons sur des projets que nous trouvons importants et que nous étirons nos capacités.

Aperçu de la croissance

Je pense qu’une grande partie de cette peur créative vient du fait de vouloir protéger notre réputation sociale. Si nous créons quelque chose et que cela échoue publiquement, nous pouvons nous sentir rejetés, jugés ou humiliés.

Eh bien, saviez-vous qu’il y a quelques milliers d’années, même les empereurs romains avaient des soucis similaires ? C’est vrai, l’empereur Marc Aurèle tenait un journal intime, où il écrivait sur ses peurs. Après tout, non seulement il a subi des attaques vicieuses contre sa réputation à motivation politique, mais il a même dû s’inquiéter des tentatives d’assassinat !

Plus important encore, Marcus a écrit des idées puissantes sur le dépassement de nos peurs dans la vie, des idées qui font partie de la philosophie du stoïcisme aujourd’hui. Par exemple, il se disait souvent de se souvenir de la mort. Nous allons tous mourir bien assez tôt, et tous ceux que nous avons connus seront également morts. Os ou cendres dans le sol.

Plutôt que d’être déprimant, ce point de vue est vraiment libérateur, car face à la mort, cela n’a vraiment aucun sens de s’inquiéter de notre réputation, qui de toute façon sera bientôt poussière.

En savoir plus dans notre résumé des Méditations de Marc Aurèle

Résumé

Il est normal que les personnes qui font un travail créatif ressentent de la peur, de la terreur et du malaise. Pressfield ressent toujours ces émotions, mais il s’assoit quand même pour écrire. En fait, la peur peut être un bon signe que nous travaillons sur des projets que nous trouvons importants et que nous étirons nos capacités.

Travaillez quand même

Des professionnels se présentent tous les jours, peu importe ce qu’ils ressentent
Imaginez si un ouvrier du bâtiment appelait au travail un jour et disait : « Je ne travaille pas aujourd’hui parce que je ne me sens pas inspiré pour le faire. Ils n’auraient pas de travail très longtemps ! Et pourtant, c’est ainsi que de nombreux artistes créatifs en herbe abordent leur travail. Ils le font quand ils « en ont envie », ce qui s’avère très rare.

Si nous voulons construire une carrière créative, nous devons adopter l’identité d’être un professionnel plutôt qu’un amateur. Qu’est-ce que cela signifie d’être un professionnel?

Des professionnels se présentent chaque jour. Ils s’assoient pour travailler, peu importe ce qu’ils ressentent. Nos sentiments ne sont tout simplement pas fiables et il est difficile de construire une carrière autour de quelque chose qui change comme le vent. Mais nous pouvons prendre la décision de travailler, quoi qu’il arrive.
Les professionnels n’attendent pas l’inspiration. Pressfield dit que les artistes qui se concentrent trop sur le côté mystérieux ou spirituel de la créativité ont tendance à être intimidés, paralysés et bloqués. Lorsque nous nous asseyons plus souvent pour travailler, nous serons plus souvent inspirés, mais ce n’est pas quelque chose que nous pouvons contrôler.
Les professionnels se concentrent sur l’artisanat. Ils ont une « attitude de col bleu » vis-à-vis de leur travail. Chaque jour, ils peuvent être productifs et améliorer les compétences fondamentales de ce qu’ils font. Comme un peintre qui décide qu’aujourd’hui il va améliorer sa capacité à l’aide d’un pinceau spécifique.

Vous pouvez également profiter de :
Cette fois est différente : les quatre mots les plus coûteux jamais prononcés

Aperçu de la croissance

Arnold Schwarzenegger a eu une vie extraordinaire et créative. Né dans une petite ville d’Autriche, il a commencé à soulever des poids dans le parc local et, en quelques années seulement, il est devenu le plus grand champion du monde de culturisme. Puis il a immigré en Amérique, a appris l’anglais, a gagné des millions dans l’immobilier, est devenu la star de cinéma d’action la plus célèbre, puis le gouverneur de Californie.

Comment diable un seul homme a-t-il pu accomplir autant de choses ? Eh bien, peut-être que tout le succès d’Arnold peut être attribué à une simple leçon qu’il a apprise à l’adolescence…

Quand Arnold a commencé à soulever des poids, il a rapidement appris que la construction musculaire était une question de répétitions. S’il répétait simplement les bons exercices suffisamment de fois et mangeait suffisamment de fois les bons repas, il aurait alors le corps de ses rêves. Et donc Arnold disait souvent: « Tout est répétitions, répétitions, répétitions. » (Reps est un argot de musculation pour les REPetitions d’un exercice.)

Plus tard dans la vie, Arnold a utilisé la même approche pour réussir dans le théâtre, les affaires et la politique. Il améliorerait ses compétences en répétant ses discours et ses lignes de film encore et encore et encore. Je pense que c’est un exemple parfait de l’attitude d’un vrai professionnel : « Tout est répétitions, répétitions, répétitions. » (Et quelques génétiques chanceuses, bien sûr !)

En savoir plus dans notre résumé de l’autobiographie de Schwarzenegger Total Recall

Résumé

Les amateurs travaillent quand ils en ont envie ou qu’ils se sentent inspirés. Des professionnels se présentent et travaillent tous les jours, quelle que soit leur humeur. Nous devons adopter cette identité de Professionnel, cette attitude d’artisanat détaché, si nous voulons vaincre la peur, la paralysie et la Résistance.

Aimez la misère

La vie d’un artiste est remplie d’adversité et d’échec
Pendant 17 ans, Steven Pressfield a essayé d’être un écrivain rémunéré, et pendant 17 ans, il y a échoué lamentablement.

Enfin, il a eu un premier vrai gros projet sur lequel travailler, co-écrivant le scénario d’un grand film hollywoodien appelé King Kong Lives (IMDB.com). Il a travaillé si dur pour écrire le meilleur scénario possible, avec beaucoup d’espoir et d’attentes.

Mais ensuite, le film est sorti et a reçu des critiques horribles de la part des critiques. Pressfield était absolument dévasté. Je veux dire, pouvez-vous imaginer rêver d’être écrivain et ensuite voir votre premier vrai travail déchiré dans les journaux ? Cela a dû être une période atroce.

Au bout d’un moment, son ami a souligné un petit côté positif : au moins, il écrivait professionnellement, comme il l’avait toujours voulu. Même un échec pourrait être considéré comme un pas dans la bonne direction, par rapport à l’absence de salaire du tout. Pressfield a écrit de nombreux livres à succès, donc je suppose que son ami avait raison.

La grande question est : comment Steven Pressfield a-t-il pu continuer à essayer pendant 17 ans, alors que la plupart des gens auraient abandonné bien avant cela ? Eh bien, il dit que c’est en fait son expérience en tant que Marine dans l’armée américaine qui l’a aidé à continuer malgré tant de misère.

Pour devenir Marine, il faut endurer des semaines d’entraînement douloureux, et cela a enseigné à Pressfield l’une des leçons les plus importantes de sa carrière créative : comment aimer être misérable.

Apercu de la croissance

Cet état d’esprit pourrait aussi être appelé « The Warrior Spirit », et je pense qu’une personne qui incarne vraiment cet esprit est David Goggins. En tant que jeune homme, David Goggins était très en surpoids et démotivé, mais tout à coup, il a été inspiré par une publicité pour devenir Navy SEAL. Le problème est que cela nécessite de réussir la formation militaire la plus difficile au monde.

Goggins a échoué deux fois à l’entraînement en raison de blessures, mais la troisième fois, il a survécu à des semaines de douleur physique et de privation de sommeil. Plus tard, il a couru des ultramarathons qui durent quelques jours et a établi un record du monde de tractions. Puis il a écrit un livre étonnant sur l’histoire de sa vie, où il donne de nombreuses idées sur la façon dont il est capable d’endurer tant de douleur :

Vous pouvez également profiter de :
Comment se souvenir de ce que vous lisez

« Tout dans la vie est un jeu d’esprit ! Chaque fois que nous sommes submergés par les drames de la vie, grands et petits, nous oublions que peu importe à quel point la douleur devient intense, peu importe à quel point la torture est atroce, toutes les mauvaises choses finissent.

En savoir plus dans notre résumé de Can’t Hurt Me de David Goggins

Résumé

La plupart des gens imaginent la vie d’un artiste comme facile et joyeuse, mais en réalité, de nombreux créatifs sont confrontés à l’insécurité professionnelle, à l’échec public et à la misère hebdomadaire. Pour endurer 17 ans d’échec, Pressfield s’est appuyé sur sa formation militaire, qui lui a appris à aimer être misérable avec un «esprit guerrier».

Exploitez la muse

Suivre une routine invite l’inspiration dans nos vies
La créativité est très mystérieuse. C’est l’ingrédient magique qui rend notre travail spécial, qu’il s’agisse d’écrire, de peindre, de tricoter ou de quoi que ce soit d’autre.

La créativité semble venir à nous spontanément. Et si nous essayons de la forcer, alors elle reste à l’écart. Par exemple, Pressfield dit que bon nombre de ses meilleures idées arrivent lorsqu’il n’est pas concentré sur son travail, mais dehors au cours d’une promenade ou sous la douche. Parfois, on peut avoir l’impression qu’une plus grande intelligence est à l’œuvre, nous envoyant des idées créatives quand elle le souhaite.

Pressfield appelle cette source mystique d’inspiration créative « La Muse ». Vous pouvez y penser comme un ange ou une force invisible comme la gravité, selon votre préférence.
Pressfield a des pratiques pour augmenter sa créativité qui frôlent la religion, ou peut-être la superstition. Chaque jour avant le travail, il dit une prière à la muse (StevenPressfield.com) en lisant quelques paragraphes de poésie de L’Odyssée d’Homère. Il demande à cette mystérieuse source de créativité, quelle qu’elle soit, de visiter à nouveau son bureau.

Mais sa plus grande pratique pour encourager « The Muse » est simplement de s’asseoir tous les jours pour travailler. Nous ne pouvons pas contrôler quand nous nous sentons inspirés, mais lorsque nous nous présentons au travail malgré notre résistance, nous créons un espace pour que la Muse nous rende visite plus souvent. Et parfois, nous sommes bénis lorsque notre travail se transforme en un flux sans effort et que nous créons quelque chose de vraiment excellent.

Recette pas à pas

Suggestions sur la façon d’appliquer ce livre à nos vies
– « Bloquez » votre tâche créative la plus importante pour demain. Cela signifie écrire quand et où vous ferez le travail créatif. Idéalement, ce sera une routine quotidienne, comme une heure d’écriture juste après le travail. Il est essentiel de planifier cette heure au moins la veille ou au début de la semaine et de s’engager à travailler même si vous n’en avez pas envie.
– Notez 3 sentiments, 3 pensées et 3 habitudes qui découlent de votre résistance. Par exemple, lorsque Joe pense à dessiner, il se sent mal à l’estomac, commence à penser à nettoyer la maison et vérifie les notifications sur son téléphone. Écrire ces réactions impulsives sur papier peut nous aider à créer plus de perspective et d’espace à partir d’elles, ce qui est la première étape pour les dépasser. Cet article explique bon nombre des avantages supplémentaires pour la santé mentale de la journalisation régulière.
– Planifiez une stratégie pour réduire les distractions et les interruptions pendant votre temps de création. Dans le grand livre de productivité Deep Work, Cal Newport explique comment le travail le plus précieux nécessite une concentration sans distraction sur une tâche. Chaque fois que nous sommes interrompus pendant le travail, nous perdons le fil de nos pensées et beaucoup d’énergie mentale précieuse en passant d’une tâche à l’autre. Par exemple, quelqu’un qui est distrait par son téléphone pourrait essayer de le mettre dans une autre pièce en mode silencieux, ou quelqu’un qui a de jeunes enfants pourrait programmer du temps de travail tôt le matin avant de se réveiller.

 

C’était la pointe de l’iceberg. Pour plonger dans les détails et soutenir Steven Pressfield, commandez-le ici.

 

error: