Apprenez à vous aimer : adoptez la pratique de l'auto-compassion

Découvrez le concept d’auto-compassion et pourquoi il est important pour notre bien-être. L’auto-compassion consiste à se traiter avec gentillesse, compréhension et acceptation face à des difficultés ou des échecs.

Auto-compassion: de quoi s’agit-il?

Nous avons souvent tendance à être durs et critiques envers nous-mêmes, ce qui peut entraîner des émotions négatives telles que l’anxiété et la dépression. En pratiquant l’auto-compassion, nous pouvons apprendre à être plus indulgents et solidaires envers nous-mêmes, ce qui conduit à une confiance et une résilience accrues. Rejoignez-nous dans cette vidéo alors que nous approfondissons les différents avantages de l’auto-compassion et comment vous pouvez commencer à l’intégrer dans votre vie quotidienne.

L’auto-compassion consiste à reconnaître et à soulager notre propre souffrance. Lorsque nous ressentons de la compassion pour notre douleur, nous voulons la guérir. Nous voulons apporter des améliorations qui nous aident à moins souffrir. Nous ne sommes pas motivés par la peur de l’auto-punition, mais par le désir d’être en bonne santé.

Kristin Neff le dit parfaitement dans « Self-Compassion » :

« Contrairement à l’autocritique, qui demande si vous êtes assez bon, l’autocompassion demande ce qui est bon pour vous ? L’auto-compassion puise dans votre désir intérieur d’être en bonne santé et heureux. Si vous vous souciez de vous-même, vous ferez ce que vous devez faire pour apprendre et grandir. Vous voudrez changer les comportements inutiles… »

La philosophie de l’auto-compassion

Avoir de la compassion pour soi-même n’est vraiment pas différent d’avoir de la compassion pour les autres. Pensez à ce à quoi ressemble l’expérience de la compassion.

C’est comme une mère, quand le bébé pleure, elle le prend et le tient tendrement dans ses bras. Votre douleur, votre anxiété est votre bébé. Vous devez en prendre soin. Vous devez revenir à vous-même, reconnaître la souffrance en vous, embrasser la souffrance et vous obtenez un soulagement. – Thich Nhat Hanh

1. Être attentif

Premièrement, pour avoir de la compassion pour les autres, vous devez remarquer qu’ils souffrent. Si vous ignorez cette personne sans abri dans la rue, vous ne pouvez pas ressentir de la compassion pour la difficulté de son expérience.

Vous pouvez également profiter de :
Ce que l'auto-compassion n'est pas : dissiper les idées fausses

2. Rejoindre

Deuxièmement, la compassion implique de se sentir ému par la souffrance des autres afin que votre cœur réponde à leur douleur (le mot compassion signifie littéralement « souffrir avec »). Lorsque cela se produit, vous ressentez de la chaleur, de l’attention et le désir d’aider la personne qui souffre d’une manière ou d’une autre.

3. Comprendre

Avoir de la compassion signifie également que vous offrez de la compréhension et de la gentillesse aux autres lorsqu’ils échouent ou font des erreurs, plutôt que de les juger durement. Enfin, lorsque vous ressentez de la compassion pour un autre (plutôt que de la simple pitié), cela signifie que vous réalisez que la souffrance, l’échec et l’imperfection font partie de l’expérience humaine partagée. « Là, mais pour la fortune, je vais. »

4. Se considérer

L’auto-compassion implique d’agir de la même manière envers vous-même lorsque vous traversez une période difficile, échouez ou remarquez quelque chose que vous n’aimez pas chez vous. Au lieu de simplement ignorer votre douleur avec une mentalité de « lèvre supérieure raide », vous vous arrêtez pour vous dire « c’est vraiment difficile en ce moment », comment puis-je me réconforter et prendre soin de moi en ce moment ?

Au lieu de vous juger et de vous critiquer sans pitié pour diverses insuffisances ou lacunes, l’auto-compassion signifie que vous êtes gentil et compréhensif lorsque vous êtes confronté à des échecs personnels – après tout, qui a jamais dit que vous étiez censé être parfait ?

5. S’accepter

Vous pouvez essayer de changer d’une manière qui vous permet d’être en meilleure santé et plus heureux, mais cela est fait parce que vous vous souciez de vous-même, pas parce que vous êtes sans valeur ou inacceptable tel que vous êtes. Peut-être plus important encore, avoir de la compassion pour vous-même signifie que vous honorez et acceptez votre humanité. Les choses ne se passeront pas toujours comme vous le souhaitez. Vous rencontrerez des frustrations, des pertes surviendront, vous ferez des erreurs, vous heurterez à vos limites, serez en deçà de vos idéaux. C’est la condition humaine, une réalité partagée par nous tous. Plus vous ouvrez votre cœur à cette réalité au lieu de lutter constamment contre elle, plus vous pourrez ressentir de la compassion pour vous-même et pour tous vos semblables dans l’expérience de la vie.

Vous pouvez également profiter de :
10 exercices pour guérir votre enfant intérieur

Voici les trois éléments de l’auto-compassion :

1. L’auto-bienveillance contre l’auto-jugement.

L’auto-compassion implique d’être chaleureux et compréhensif envers nous-mêmes lorsque nous souffrons, échouons ou nous sentons inadéquats, plutôt que d’ignorer notre douleur ou de nous flageller avec l’autocritique. Les personnes compatissantes reconnaissent qu’être imparfait, échouer et éprouver des difficultés dans la vie est inévitable, elles ont donc tendance à être douces avec elles-mêmes lorsqu’elles sont confrontées à des expériences douloureuses plutôt que de se mettre en colère lorsque la vie ne respecte pas les idéaux établis. Les gens ne peuvent pas toujours être ou obtenir exactement ce qu’ils veulent. Lorsque cette réalité est niée ou combattue, la souffrance augmente sous forme de stress, de frustration et d’autocritique. Lorsque cette réalité est acceptée avec sympathie et gentillesse, une plus grande équanimité émotionnelle est ressentie.

2. Humanité commune contre isolement.

La frustration de ne pas avoir exactement ce que nous voulons s’accompagne souvent d’un sentiment d’isolement irrationnel mais omniprésent – comme si « moi » était la seule personne à souffrir ou à faire des erreurs. Tous les humains souffrent cependant. La définition même d’être «humain» signifie que l’on est mortel, vulnérable et imparfait. Par conséquent, l’auto-compassion implique de reconnaître que la souffrance et l’inadéquation personnelle font partie de l’expérience humaine partagée – quelque chose que nous traversons tous plutôt que d’être quelque chose qui n’arrive qu’à « moi » seul.

3. Pleine conscience contre sur-identification.

L’auto-compassion nécessite également d’adopter une approche équilibrée de nos émotions négatives afin que les sentiments ne soient ni supprimés ni exagérés. Cette position équilibrée découle du processus de mise en relation des expériences personnelles avec celles des autres qui souffrent également, plaçant ainsi notre propre situation dans une perspective plus large. Cela découle également de la volonté d’observer nos pensées et émotions négatives avec ouverture et clarté, afin qu’elles soient maintenues en pleine conscience. La pleine conscience est un état d’esprit réceptif et sans jugement dans lequel on observe les pensées et les sentiments tels qu’ils sont, sans essayer de les supprimer ou de les nier. Nous ne pouvons pas ignorer notre douleur et ressentir de la compassion pour elle en même temps. En même temps, la pleine conscience exige que nous ne soyons pas « sur-identifiés » avec des pensées et des sentiments, de sorte que nous soyons rattrapés et emportés par une réactivité négative.

Vous pouvez également profiter de :
Comment effacer la honte et la culpabilité

L’auto-compassion est une source de motivation

La force motrice de l’auto-compassion est l’amour et non la peur. Et donc, parce que vous vous aimez et vous valorisez, vous êtes plus susceptible de faire des choix qui mènent au bien-être à long terme.

Si vous n’aimez pas votre maison, vous ne la nettoyerez pas ; si vous n’aimez pas votre maison, vous ne la peindrez pas ; si vous ne l’aimez pas, vous ne l’entourerez pas d’un beau jardin, avec un étang de lotus. Si vous vous aimez, vous créerez un jardin autour de vous. Vous allez essayer de développer votre potentiel, vous allez essayer de faire ressortir tout ce qui est en vous pour s’exprimer. Si vous vous aimez, vous continuerez à vous doucher, vous continuerez à vous nourrir.

Non seulement l’auto-compassion nous aide à agir de manière à favoriser notre bien-être, mais elle crée simultanément les circonstances parfaites pour que cela se produise. Elle reconnaît que l’échec est inévitable, pas une cause de préoccupation, mais un puissant enseignant. L’auto-compassion nous permet de voir nos faiblesses d’une manière sûre et nourrissante, ouvrant ainsi la voie à l’amélioration. Nous pouvons travailler pour nous améliorer, non par peur, mais par désir d’être en bonne santé, heureux et épanouis.

Prochain article: La vérité sur l’auto-compassion : démystifier les mythes courants.

Ressources: Auto-compassion.

error: