Comment les émotions viennent, le résumé du livre de Lisa Feldman

par | 6 Mar 2023

Vous êtes-vous déjà demandé comment les émotions viennent ? Qu’est-ce qui les déclenche ? Et surtout, quel impact ont-elles sur nos pensées et nos comportements ?

Rejoignez nous dans ce voyage captivant alors que nous explorons les différents aspects qui contribuent à nos expériences émotionnelles. De la compréhension de la biologie derrière les différentes réponses émotionnelles à la découverte de leurs fondements psychologiques, tout est là !

Pensez à SPOT (Screening Passengers by Observation Techniques). Il s’agissait d’une «technique» utilisée par les agents de la Sécurité des Transports Américains (TSA) en 2007. L’idée était de «repérer» des terroristes potentiels suspects sur la base de mouvements du visage et du corps. Les résultats ont été un échec et cela a coûté 900 millions de dollars aux contribuables américains.

Le Dr Lisa Feldman nous révèle que ce n’est pas parce que quelqu’un sourit qu’il est forcément heureux.

Ce n’est pas efficace d’essayer d’identifier les émotions par des signes physiques comme les mouvements des muscles faciaux, les changements corporels et les signaux cérébraux. Alors comment les émotions sont-elles formées? C’est l’objet de son livre.

A propos de l’auteur

Lisa Feldman Barrett est professeur  de psychologie à la Northeastern University. Elle a également occupé des postes à la Harvard Medical School et au Massachusetts General Hospital. Barrett a reçu le National Institutes of Health Director’s Pioneer Award pour ses recherches sur les émotions dans le cerveau et a publié plus de 200 articles scientifiques publiés et évalués par des pairs.

Découvrez comment le cerveau et la culture construisent les émotions.

Le Dr Lisa Feldman Barret contredit bon nombre de nos idées les plus fermement ancrées sur le fonctionnement des émotions humaines.

Par exemple, elle soutient que :

  • Les émotions ne sont pas câblées dans une ancienne partie « reptilienne » du cerveau
  • Les émotions ne peuvent pas être détectées par les expressions faciales ou toute autre mesure physiologique
  • Il n’y a pas d’émotions “universelles” entre les peuples, les nations ou les cultures
  • Il n’y a pas de parties distinctes du cerveau dédiées à des émotions spécifiques (comme l’amygdale pour la peur)
  • Les émotions ne sont pas des « réactions » à des événements extérieurs
  • Les émotions sont des concepts du cerveau, basées sur des prédictions faites à partir des expériences que nous avons déja vécues.

Au cours des 25 dernières années, le Dr Barrett et son équipe du Laboratoire de sciences affectives interdisciplinaires de la Northeastern University ont piqué et tâté les visages, les corps et les cerveaux de milliers de sujets, essayant de percer les secrets du cerveau émotionnel.

Les émotions sont des prédictions

Les émotions sont des prédictions
Pourquoi le Dr Barrett utilise-t-il le mot « simulation » et pas seulement « interprétation » ? Parce que le cerveau n’observe pas passivement les données entrantes du monde extérieur. Cela rendrait ses décisions très lentes, menaçant potentiellement notre survie.

Afin d’agir plus rapidement, le cerveau commence à réagir avant même d’avoir reçu toutes les données – il crée une «simulation» ou une prédiction de ce qui, selon lui, pourrait se produire ensuite. Fondamentalement, le cerveau fait constamment sa meilleure estimation de ce qu’il pense être sur le point de se produire, puis se prépare à agir en conséquence.

Si votre cerveau devine que vous jouez au football, par exemple, il pourrait commencer à prédire toutes sortes de scénarios probables basés sur l’expérience passée : des opportunités de sprinter vers le but, des balles rapides volant vers votre tête ou des attaquants entrants de n’importe quelle direction. Le cerveau pourrait commencer à préparer le corps à ces scénarios à l’avance, en redirigeant le flux sanguin vers certains muscles ou en devenant plus vigilant pour les ballons de football volants.

La même chose se produit avec les activités purement mentales. Pendant que vous lisez ce texte en ce moment, votre cerveau prédit quel mot ou quelle idée est susceptible de venir ensuite, sur la base d’une vie d’expérience de lecture. Ces prédictions économisent de l’énergie et vous aident à lire plus rapidement qu’il ne serait autrement possible. En tant qu’organe le plus grand et le plus énergivore du corps, le cerveau accorde une grande importance à cette efficacité.

Et le même processus se produit avec nos émotions. En vous rendant à l’aéroport pour récupérer un ami que vous n’avez pas vu depuis des années, votre cerveau est occupé à prédire les sentiments de joie et de bonheur que vous ressentirez bientôt. Ce qui signifie que vous vous sentez déjà heureux avant que l’événement ne se produise et que vous vous sentez encore plus heureux lorsque vous la voyez réellement.

La prédiction est une activité si fondamentale du cerveau humain que certains scientifiques la considèrent comme le mode de fonctionnement par défaut du cerveau. Votre cerveau ne peut s’empêcher de construire constamment des modèles prédictifs de chaque expérience que vous avez, ou de toute expérience qu’il pense que vous pourriez avoir.

Cela nous amène à une conclusion profonde : que les simulations que nous créons dans nos têtes sont plus réelles pour nous que le monde physique. Ce que nous voyons, entendons, touchons, goûtons et sentons sont des simulations du monde, pas des réactions à celui-ci. Nous pourrions penser que nos perceptions du monde sont dictées par des événements dans le monde, mais en réalité, la plupart de ce que nous voyons est basé sur nos prédictions internes. Les données provenant de nos sens influencent simplement nos perceptions, comme une petite pierre sautant sur une vague océanique roulante.

Cette conclusion surprenante est renforcée par la recherche sur la façon dont les humains voient. La partie du cerveau responsable de la vue, le cortex visuel, ne reçoit que 10 % de ses connexions de la rétine. Les 90% restants sont des connexions provenant d’autres parties du cerveau, faisant des prédictions sur ce qu’ils pensent que nous pourrions voir.

Que fait le cerveau lorsque ses prédictions sont erronées ? Il peut modifier sa prédiction pour correspondre à ce que les sens lui disent. Mais il est tout aussi susceptible de faire le contraire : s’en tenir à la prédiction d’origine et filtrer les données entrantes afin qu’elles correspondent à la prédiction.

Dans un sens, votre cerveau est câblé pour l’illusion : vous faites l’expérience d’un monde élaboré de votre propre création, qui est tenu en échec par des bribes d’entrées sensorielles. Une fois que vos prédictions sont suffisamment correctes, elles filtrent votre perception et déterminent ce que vous êtes capable de voir en premier lieu. Cela peut devenir une boucle fermée où le cerveau ne voit que ce qu’il croit, puis croit ce qu’il voit.

Dans son excellent TED talk, Dr. Barrett partage cet exemple:

Pendant que vous examinez la photo, vos neurones s’activent en essayant de percevoir autre chose que des taches noires et blanches. Votre cerveau passe au crible sa bibliothèque de concepts, faisant des milliers de suppositions et pesant les probabilités, pour trouver une catégorie dans laquelle placer l’image.

Regardez maintenant l’image suivante :

Revenez à la première image, vous pouvez probablement voir maintenant un serpent :

Mais qu’est-ce qui a changé ? L’image est la même qu’avant, mais maintenant vous avez un nouveau concept dans votre cerveau. Vous avez acquis une “lentille conceptuelle” qui permet à votre cerveau de compléter les informations manquantes. Ce processus est tellement automatique que vous ne pouvez probablement pas revenir à la façon dont vous l’avez vu auparavant, même si vous avez essayé.

Nos concepts nous permettent de percevoir les choses dans un monde qui ne fournit toujours que des informations incomplètes et ambiguës. Ils nous aident à reconnaître les choses rapidement et (généralement) avec précision, tout en économisant du temps et de l’énergie. Mais le processus d’utilisation de concepts pour percevoir les choses se produit de manière si invisible et automatique que nos sens peuvent ressembler à des réflexes plutôt qu’à des constructions. Nous ne ressentons aucun sentiment d’agence pour les simulations que nous exécutons.

Cela explique pourquoi une émotion comme le « bonheur » peut sembler être une réaction à des événements externes, plutôt que générée à l’intérieur du cerveau. Avant même que votre cerveau ait fini de catégoriser une situation comme « bonheur », il simule également le bonheur à l’avance. La perception externe rencontre la construction interne avant que vous sachiez ce qui se passe, il semble donc que le bonheur vous arrive alors qu’en fait votre cerveau construit activement l’expérience.

Cela peut aussi devenir une prédiction auto-réalisatrice : plus vous vous attendez à ce que le bonheur arrive, plus vous vous préparez à son arrivée, et plus vous avez de chances de le vivre. Même au niveau neurologique, vous créez votre propre réalité.

L’importance de la granularité émotionnelle

L’une des implications les plus difficiles de la théorie des émotions construites est que si quelqu’un n’a pas de concept pour décrire une émotion, il ne pourra pas la percevoir. Il ressentira toujours les sensations corporelles, mais ne pourra pas les étiqueter avec précision.

En d’autres termes, la gamme d’émotions qu’une personne peut ressentir est limitée par sa granularité émotionnelle – la capacité de construire et d’identifier des expériences émotionnelles plus précises.

Imaginez un exemple extrême : quelqu’un qui a seulement la capacité de faire la distinction entre les « bons » et les « mauvais » sentiments. Il présente une faible granularité émotionnelle. Parce qu’il n’a que des informations imprécises sur ce qui se passe à l’intérieur de leur corps, il sera difficile pour une telle personne de gérer de nombreux défis de la vie. Elle sera expérimentalement aveugle  même à ses propres sentiments.

Cela illustre l’importance cruciale d’une granularité émotionnelle élevée. Donner un sens aux sensations corporelles nécessite de l’énergie, et essayer de trier une énorme quantité de données sensorielles en un sentiment large comme le «bonheur» demande beaucoup d’énergie. Imaginez maintenant si vous aviez un concept plus précis pour le sentiment d’attachement à un ami proche, comme le mot coréen jeong (정). Votre cerveau demanderait moins d’efforts pour construire ce concept plus étroit. La précision mène à l’efficacité ; c’est la récompense biologique d’une granularité émotionnelle plus élevée.

Lorsque vous ressentez une émotion sans en connaître la cause précise, vous êtes plus susceptible de traiter cette émotion comme une information sur le monde, plutôt que comme votre expérience du monde. C’est ce qu’on appelle le réalisme affectif. Le réalisme affectif nous fait vivre des « faits » supposés sur le monde qui sont en fait créés par nos sentiments. Cela peut nous laisser piégés dans un monde émotionnel de notre propre fabrication, sans réaliser que c’est nous qui nous sommes emprisonnés.

Heureusement, la granularité émotionnelle peut être améliorée. Si vous pouvez apprendre à distinguer des significations plus précises pour “se sentir bien” (heureux, content, ravi, détendu, joyeux, plein d’espoir, inspiré, fier, adorant, reconnaissant, heureux…) ou “se sentir triste” (en colère, exaspéré, alarmé, rancunier, grincheux, plein de remords, sombre, mortifié, mal à l’aise, effrayé, rancunier, effrayé, envieux, lamentable, mélancolique…), votre cerveau disposera de bien d’autres options pour prédire, catégoriser et percevoir les émotions.

Une granularité émotionnelle élevée nous donne une gamme d’outils beaucoup plus large, permettant des réponses plus flexibles à nos défis. Cela nous permet d’adapter nos actions aux causes sous-jacentes de nos émotions, plutôt qu’à leur apparence immédiate.

Construire la réalité sociale

Bien que les émotions soient générées de l’intérieur, elles ne s’arrêtent pas là. Nous utilisons les émotions pour construire notre réalité sociale.

Lorsque vous interagissez avec des personnes que vous connaissez et aimez – votre conjoint, vos amis, vos amants, vos enfants, vos coéquipiers ou vos proches – vous synchronisez votre fréquence cardiaque, votre respiration et d’autres signaux physiques, ce qui entraîne des avantages mesurables. Quelque chose d’aussi simple que de tenir la main d’un être cher ou de garder sa photo sur votre bureau peut améliorer la budgétisation corporelle et réduire la douleur. En d’autres termes, nous utilisons également d’autres personnes pour réguler nos budgets corporels.

Mais cela va bien au-delà de la gestion de nos propres budgets corporels. Des concepts comme « peur », « anticipation » et « mépris » sont des concepts que votre cerveau utilise également pour réguler le corps des autres. Dès que nous construisons un concept d’émotion et que nous l’étiquetons avec un mot, nous pouvons le partager avec les autres, leur permettant de voir ce que nous voyons et ainsi recâblant le fonctionnement de leur cerveau. Une fois que vous et moi partageons un concept, je peux simplement prononcer un mot pour commencer à lancer des prédictions dans votre cerveau, une sorte de télépathie linguistique.

Au lieu d’un ensemble limité d’émotions intégrées dès la naissance, la nature nous a fourni les matières premières pour amorcer un système conceptuel, y compris des concepts d’émotion. Avec la contribution des adultes qui nous ont parlé d’émotions de manière intentionnelle et délibérée, nous avons acquis la capacité de percevoir non seulement des objets physiques, mais des idées qui ne résident que dans l’esprit des gens : objectifs, intentions, préférences et leurs propres émotions. .

Au fil du temps, ce transfert intergénérationnel de connaissances émotionnelles – sous forme d’histoires, de traditions, de mythes, de fables ou de tout ce que nous pouvons communiquer – permet à chaque génération de façonner le câblage cérébral de la suivante. Cet ensemble de connaissances constitue l’essence de notre civilisation tout autant que les livres de nos bibliothèques.

Culture moderne et budgets corporels

Une fois que vous avez compris les budgets corporels et leur impact sur nos émotions, il devient évident à quel point la culture moderne semble conçue pour les perturber.

Une grande partie de la nourriture que nous mangeons est pleine de sucre raffiné qui déforme nos budgets corporels. L’école et le travail nous obligent à nous lever tôt et à nous coucher tard, laissant plus de 40 % des Américains entre 13 et 64 ans régulièrement privés de sommeil, ce qui entraîne des erreurs budgétaires chroniques. Les annonceurs jouent sur nos insécurités, suggérant que nous serons mal jugés par nos amis si nous ne regardons pas ou n’achetons pas d’une certaine manière (et le rejet social est toxique pour nos budgets corporels). Les médias sociaux offrent encore plus de possibilités de comparaison sociale, tandis que l’utilisation constante des appareils mobiles signifie que nous ne nous détendons jamais vraiment.

Rappelez-vous que toute l’expérience des émotions repose sur les prédictions de notre cerveau sur ce dont il pense que notre corps a besoin. Si ces prédictions deviennent chroniquement désynchronisées avec les besoins réels de notre corps, il peut être difficile de les rééquilibrer. Vos budgets corporels ne répondent pas facilement aux signaux d’avertissement de votre corps tel qu’il est. Une fois que nos prédictions ont été hors de propos pendant assez longtemps, vous vous sentirez chroniquement misérable sans savoir pourquoi.

Que fait-on quand on se sent malheureux ? Nous nous auto-médicamentons. Trente pour cent de tous les médicaments consommés sont pris pour gérer une certaine forme de détresse. Nous utilisons de l’alcool, de la drogue, de la télévision et du sucre pour atteindre un semblant d’équilibre budgétaire, mais à un coût terrible en termes de dépendance et d’obésité. Il est devenu clair au cours des dernières décennies que le système immunitaire a un impact sur beaucoup plus de maladies et de conditions nocives que nous ne l’imaginions, notamment le diabète, l’obésité, les maladies cardiaques, la dépression, l’insomnie, le cancer, la mémoire réduite et d’autres fonctions cognitives liées au vieillissement prématuré. et la démence. Et le système immunitaire souffre lorsque nos budgets corporels sont déséquilibrés.

Un examen plus approfondi de la dépression ouvre une fenêtre sur la façon dont les budgets corporels chroniquement déséquilibrés peuvent avoir des effets négatifs cumulatifs.

La dépression peut être considérée comme une boucle de rétroaction incessante de pensées et de sentiments négatifs. Chaque sentiment entraîne la pensée suivante, et vice versa. Le cerveau s’attarde sur les expériences passées négatives, et continue donc à faire des retraits sur un budget déjà taxé. Les signaux d’alarme du corps sont rejetés ou ignorés. En effet, le corps et l’esprit sont enfermés dans un cycle de prédictions non corrigées, piégés dans un passé défavorable où les besoins métaboliques étaient élevés.

Comme le budget de l’organisme est chroniquement endetté, l’organisme essaie de réduire ses dépenses. Le moyen le plus simple d’y parvenir est d’arrêter de bouger et d’arrêter de prêter attention au monde. Si une personne déprimée commence alors à éviter les gens, les autres ne peuvent pas aider à équilibrer leur budget corporel non plus. C’est la fatigue incessante de la dépression.

Ce cycle s’applique également, bien sûr, aux personnes qui grandissent dans l’adversité, manquant des nécessités de base comme la sécurité, la nourriture et le sommeil. Ces conditions modifient le réseau intéroceptif, réduisant la capacité du cerveau à réguler avec précision son budget tout au long de la vie. Cela se traduit par un risque plus élevé à vie de maladie cardiaque, d’arthrite, de diabète, de cancer et d’autres maladies.

Idée-clé 1: La vision classique dominante des émotions les envisage comme étant câblées dans notre cerveau.

À quel point est-il difficile de contrôler ses émotions ? Le consensus est que vous pouvez essayer, mais vous ne pouvez tout simplement pas.

La notion d’émotions en tant que réflexes – parfois des artefacts d’évolution existant dans un domaine au-delà du rationnel – existe depuis des millénaires. C’est ce qu’on appelle la vision classique, et elle a été adoptée par tout le monde, d’Aristote, Bouddha, Darwin, Descartes et Freud, jusqu’aux penseurs modernes tels que Steven Pinker, Paul Ekman et le Dalaï Lama.

Cette approche passive des émotions est enseignée dans les manuels de psychologie et se reflète dans la façon dont les médias en parlent. La vision classique considère également les émotions comme universelles. On suppose que les émotions sont câblées et sont automatiquement déclenchées dans des régions distinctes du cerveau.

On pense qu’il existe un ensemble d’émotions qui peuvent être trouvées dans toute l’humanité, et que chacune d’entre elles a une propriété sous-jacente ou “essence”. Ce concept s’appelle l’essentialisme. Cela suppose que chacun de nous est non seulement également expressif sur le plan émotionnel, mais également capable de reconnaître automatiquement les mêmes émotions chez les autres.

C’est comme si le cerveau était pré-câblé avec des neurones pour des émotions spécifiques. Une fois que les neurones sont déclenchés, ils produisent des réponses physiques. Ces caractéristiques sont connues sous le nom d’empreintes digitales, et c’est à travers elles que les émotions sont identifiées.

Imaginez que vous avez un collègue ennuyeux. Il déclenchera des «neurones de la colère», qui feront par conséquent bouillir votre sang et former un air renfrogné dans votre bouche.

Ou peut-être qu’un ami meurt. Dans ce cas, les «neurones de la tristesse» envoient des signaux qui pourraient vous faire pleurer.

Idée-clé 2: Les preuves scientifiques ne soutiennent pas la vision classique de l’émotion

Comment les émotions s’intègrent-elles dans cette image?

Du point de vue du cerveau, le corps n’est qu’une autre partie du monde extérieur qu’il doit expliquer. Et il utilise le même mécanisme que nous venons d’examiner pour interpréter les sensations provenant de l’intérieur du corps – les rythmes changeants de votre rythme cardiaque, la sensation de respiration, le grondement de votre estomac et la contraction et la dilatation de vos veines.

Il est important de comprendre que ces sensations purement physiques de l’intérieur du corps n’ont aucune signification objective. Ils se sentent si intenses parce qu’ils viennent de l’intérieur de vous. Mais un mal de ventre, par exemple, pourrait tout aussi bien être « expliqué » que :

  • la faim (si vous êtes assis à table)
  • une maladie imminente (si c’est la saison de la grippe)
  • le coeur brisé (si vous traversez une rupture)
  • la certitude qu’un accusé n’est pas digne de confiance (si vous êtes juge dans une salle d’audience et que vous n’avez pas déjeuné)
    Le processus d’interprétation de ces sensations corporelles s’appelle l’intéroception. Il est géré par un « réseau intéroceptif » dans le cerveau qui recueille des informations provenant de vos organes et tissus internes, des hormones dans votre sang et de votre système immunitaire, entre autres, et étiquette ces informations avec un concept tel que « la faim ». ou “coup de coeur”. Ces émotions peuvent sembler provenir directement de votre corps. Mais en fait, ils sont construits par le réseau intéroceptif de votre cerveau, basé en grande partie sur vos prédictions.

Quel est le but de l’intéroception ?

Tout ce que votre corps fait, à l’intérieur ou à l’extérieur, nécessite de l’énergie. Pour gérer son « budget corporel » sur des centaines de parties du corps et des milliards de cellules, le cerveau doit constamment prévoir les besoins énergétiques du corps. Tout comme un service financier a besoin d’un budget pour prévoir où l’argent sera nécessaire, le cerveau fait des prédictions et apporte des corrections sur le moment et l’endroit où il pense que l’énergie sera nécessaire.

Nous vivons bon nombre de ces « changements budgétaires » comme des expériences émotionnelles. Vos muscles à court d’énergie peuvent donner l’impression d’être “épuisés”. Trop peu de sommeil peut être interprété comme « submergé ». Un manque d’interaction sociale positive peut être vécu comme de la « solitude ». Mais ces émotions ne sont pas des faits objectifs. Ce sont des concepts construits par l’esprit à partir de données sensorielles, de connaissances culturelles et d’une histoire d’interactions sociales. L’interoception a évolué pour équilibrer nos budgets corporels. Vivre des émotions est un effet secondaire heureux (et parfois malheureux).

Cela signifie qu’un « mauvais sentiment » n’est pas la preuve que quelque chose ne va pas. Cela signifie simplement que vous taxez votre budget corporel. Les émotions sont réelles, mais ce qu’elles semblent vous dire n’est pas nécessairement réel. Sachant que les émotions “négatives” sont simplement la façon dont notre cerveau nous dit que les réserves s’épuisent, nous pouvons prendre des décisions intentionnelles pour remplir ces réserves, au lieu de rechercher des mécanismes d’adaptation moins sains.

Pensez-y : faites-vous toujours une tête « triste » lorsque vous êtes contrarié ? Ou un visage “en colère” quand vous êtes en rage ? Bien sûr que non. Chaque émotion peut être exprimée de différentes manières.

Ces réponses variées aux stimuli émotionnels sapent la vision classique de l’émotion.

Il n’y a pas une seule articulation distincte de la tristesse. Il y a tout un vocabulaire. Et la même chose peut être dite pour la crainte, la gratitude ou le bonheur. Chaque réponse est spécifique à la situation.

Des expériences ont montré qu’il n’y a pas de région cérébrale dédiée à une émotion spécifique, ou, en fait, à l’émotion seule. Cela signifie également que la théorie des empreintes digitales dans la vue classique ne fonctionne pas non plus.

Telles sont les découvertes de l’auteur dans son laboratoire de sciences affectives interdisciplinaires. Les neuroscientifiques y ont analysé l’imagerie cérébrale entreprise entre 1990 et 2011. Ils ont divisé le cerveau humain en minuscules cubes virtuels comme des pixels 3D et ont calculé la probabilité d’une activation cérébrale accrue dans chaque cube, tandis que le patient ressentait de la peur, de la tristesse, de la colère ou du bonheur.

Ils ont découvert que chaque région « émotionnelle » du cerveau augmentait également son activité pendant les pensées et les perceptions non émotionnelles. Ils ont donc montré que bien qu’il existe des modèles d’expression de l’émotion au sein de la société, il n’y a pas de réponse unique et obligatoire.

Bref, ce n’est pas parce que quelqu’un sourit qu’il est forcément heureux.

Idée-clé 3: Les émotions sont créées spontanément et simultanément et sont basées sur des expériences individuelles.

Il peut sembler contre-intuitif d’imaginer les émotions comme des réponses qui ne sont pas naturelles, innées ou déclenchées involontairement, mais c’est ce que préconise l’auteur. Elle n’a aucun camion avec la vision classique et préfère de loin ce qu’on appelle la théorie de l’émotion construite.

Cette théorie affirme que les émotions sont créées spontanément et simultanément dans plusieurs zones du cerveau.

Selon la théorie, chaque émotion est fondée sur l’expérience d’un individu donné. Chaque réponse est basée sur des entrées sensorielles anticipées, que ce soit pour la vision, l’ouïe ou le goût. Le cerveau utilise chaque entrée pour confirmer ou modifier ses prédictions.

L’auteur soutient que toutes les réponses émotionnelles sont créées de la même manière. L’expérience antérieure et les apports sensoriels guident l’action.

Par exemple, vous pourriez rencontrer un éventail de réactions de colère. Chacun vient avec ses propres schémas neuronaux ainsi que des changements et des mouvements corporels. Le cerveau peut générer n’importe laquelle de ces réponses. Il a des mécanismes de sélection qui déterminent quelle réaction de colère correspond le mieux à la situation.

Parfois, vous pourriez froncer les sourcils. Une autre fois, vous sourirez un peu en planifiant votre vengeance. Peut-être allez-vous crier ou vous calmer. La variation est normale.

Et c’est normal car il y a un large éventail de réponses, toutes stimulées selon leur contexte.

L’auteur pense que cette nouvelle théorie des émotions fonctionne de la même manière que la théorie de l’évolution de Charles Darwin a sapé le concept des “essences biologiques”. Les personnes qui croyaient en «l’essence biologique» des espèces voyaient chacune comme étant fixe et possédant un ensemble spécifique d’attributs. Grâce à Darwin, nous savons désormais que les espèces sont en fait des populations d’individus, chacun variant subtilement en fonction de son environnement.

Pour l’auteur, les émotions sont les mêmes que les espèces de Darwin. Nos émotions ne sont pas innées ou fixes ; au lieu de cela, nous construisons des émotions en tant qu’architectes de notre propre expérience.

Idée-clé 4: Nous avons un système prédictif pour tous les événements du corps, y compris nos émotions.

Vous savez ce que c’est quand vous conduisez une voiture. Si vous avez beaucoup conduit, votre cerveau obligera votre corps à changer de vitesse et à engager l’embrayage sans trop réfléchir.

Mais qu’est-ce qui vous permet d’agir avec une telle mémoire musculaire ?

Ce système de « pilote automatique » est appelé intéroception. C’est ainsi que le cerveau assure le bon fonctionnement de votre corps, avec ses hormones, son système immunitaire et son système nerveux. Il s’agit de gérer un système continu et prédictif afin que vous n’ayez pas à être conscient de ce qui se passe à tout moment.

L’intéroception est l’un des composants essentiels impliqués dans la création d’émotions. Le système d’intéroception du cerveau traite en permanence les sensations internes et externes. Ces données brutes sont réutilisées comme émotion par le processus d’intéroception.

C’est bien beau, mais comment l’intéroception est-elle vécue ?

Eh bien, il existe deux spectres de base, chacun couvrant deux affects. Les affects sont des aspects de la conscience. Ils sont toujours là, que le cerveau les utilise ou non actuellement comme blocs de construction pour les émotions, les pensées ou les perceptions.

Le premier spectre couvre les affects de plaisir et de déplaisir. La seconde couvre l’agitation et le calme.

Une situation réelle aidera. Imaginez la douceur du soleil réchauffant votre peau ou souvenez-vous d’un mal de ventre inconfortable. Vous ressentirez de forts sentiments affectifs, mais ce ne sont pas de véritables émotions en soi. Ils ne vous rendent pas respectivement heureux ou triste en eux-mêmes.

Les scientifiques pensent que les affects sont innés. Les bébés, par exemple, perçoivent les affects de plaisir et de déplaisir dès la naissance. Ceci, à son tour, se traduit par des gémissements et des pleurs.

Idée-clé 5: Notre système d’intéroception régule notre budget corporel, déterminant comment les ressources de notre corps sont dépensées.

Plusieurs parties du cerveau fonctionnent en tandem pour mettre en œuvre l’intéroception. L’auteur appelle ces zones le réseau intéroceptif, et il contient deux composants spécifiques.

Tout d’abord, il y a la région de la budgétisation corporelle. Cela utilise les expériences passées pour évaluer ce dont le corps a besoin, puis envoie des instructions préventives à travers le corps pour contrôler son environnement interne. Il pourrait, par exemple, dire à votre cœur et à votre système respiratoire d’accélérer ou de donner des instructions pour métaboliser plus de glucose parce que vous êtes sur le point de battre votre record de jogging.

Deuxièmement, il y a le cortex intéroceptif primaire. Ce composant représente des sensations internes telles que le martèlement que vous ressentez lorsque votre cœur bat.

Les régions de budgétisation corporelle et le cortex intéroceptif primaire forment une boucle de rétroaction qui aide à réguler le budget corporel lui-même. Votre budget corporel est responsable du contrôle des ressources de votre corps telles que le glucose, le cortisol et la fréquence cardiaque.

C’est à partir de l’état de votre budget corporel que vos émotions sont stimulées.

Peu importe ce que vous faites, votre corps utilise des ressources, même si vous êtes allongé sur le canapé pendant que vos organes font leur travail. Vous pourriez être en train de métaboliser, de réfléchir sérieusement ou de courir – tout cela compte. Vous reconstituez vos ressources en mangeant, en buvant et en dormant. Vous pouvez également réduire le taux de dépense de votre corps en vous relaxant ou même en ayant des relations sexuelles.

Vous utilisez même des ressources grâce à votre imagination. Supposons que votre patron passe à côté de vous au travail. Bien qu’elle puisse ne rien faire de plus que passer, si cela vous stresse, votre système d’intéroception indiquera à votre budget corporel qu’il nécessite plus d’énergie.

Lorsque vous essayez de gérer tous les signaux qu’il reçoit, votre budget corporel peut parfois devenir déséquilibré, ce que vous pouvez ressentir à travers un effet agité. Souvent, de tels sentiments sont dus au manque de ressources d’un corps dans une certaine situation.

C’est alors que votre cerveau essaie d’expliquer le déséquilibre ; en dégageant des émotions. Dites que vous êtes énervé ou, pour utiliser le langage des affects, mécontent et excité. Vous pourriez associer cette sensation à la peur.

Idée-clé 6: Les concepts d’émotion sont des croyances culturellement construites sur les émotions.

Comment décririez-vous la tristesse ? Curieusement, en tahitien, il n’y a aucun moyen de décrire cette émotion. Au lieu de cela, les Tahitiens utilisent un mot signifiant quelque chose comme “le genre de fatigue associée à la grippe”.

Qu’est-ce que cela indique? Il montre que notre réalité est organisée par les concepts que nous utilisons pour comprendre notre environnement. À leur tour, ces concepts dépendent de la culture.

Considérez le débat frivole mais illustratif muffin-cupcake. Quelle est la différence entre les deux produits de boulangerie? Au fond, il n’y a pas de différence chimique entre eux. Ils ont tous deux la même forme et sont fabriqués avec essentiellement les mêmes ingrédients. Vous pouvez même y ajouter des choses similaires, comme des noix ou des bananes.

La différence est culturelle. L’un est consommé en dessert, l’autre au petit-déjeuner. Ceci est un exemple de réalité sociale, où les objets sont imprégnés de sens et de fonction grâce à un accord social.

Les exemples d’accord social sont innombrables. Pensez simplement au papier-monnaie, qui n’a aucune valeur intrinsèque. Nous avons simplement convenu que des papiers de couleurs et de tailles différentes équivalaient à 20 gourdes haïtiennes, un dollar américain ou 500 dirhams des Émirats arabes unis.

Le point ici est que les concepts d’émotion sont également formés par convention culturelle. Une fois que nous connaissons le concept, nous allons vivre l’émotion.

Pensez à l’histoire du sourire. De nos jours, notre concept d’émotion associe le bonheur au sourire. Mais ce n’était pas toujours le cas. L’auteur affirme que les Grecs et les Romains de l’Antiquité n’avaient pas de mot pour « sourire ». Ce n’était tout simplement pas un geste culturel significatif associé au bonheur. En fait, le sourire n’est devenu à la mode qu’au XVIIIe siècle, une fois qu’un accès plus large à la dentisterie est devenu possible. Le sourire était, à proprement parler, une invention du moyen âge.

En revanche, les Romains avaient sans doute d’autres gestes culturels hautement significatifs qui ne signifieraient plus rien pour nous aujourd’hui.

Idée-Clé 7: Nous apprenons dès la naissance des concepts émotionnels chargés de culture, mais nous avons le pouvoir d’en apprendre davantage.

Triste, heureux, en colère, déçu, déprimé : ce ne sont pas des émotions universelles. Ce sont, selon l’auteur, des concepts que nous commençons à apprendre dès notre naissance, de nos parents et de la société.

Cela ne veut pas dire que les bébés n’ont pas de sentiments – ceux-ci sont liés au concept d’affects, comme nous l’avons déjà vu.

D’autre part, les concepts d’émotion sont enseignés, et souvent explicitement.

Imaginez un bébé qui crie. Un parent pourrait répondre en lui demandant : « Es-tu en colère parce que c’est l’heure de la sieste ? ou “Es-tu triste que maman est allé travailler ?”

Les questions ici lient intrinsèquement les pleurs à la colère ou à la tristesse. Et cela ne s’arrête pas non plus à l’enfance. En effet, notre cerveau conserve la capacité de combiner de nouvelles expériences avec les précédentes, d’apprendre de nouveaux concepts et de remodeler les anciens.

Ce processus d’apprentissage n’est pas une mauvaise chose. Cela signifie que nous devenons meilleurs pour distinguer les concepts d’émotion, ce qui signifie qu’il est plus facile de les réguler.

Jusqu’à récemment, par exemple, il n’y avait pas de mot anglais pour décrire l’émotion de ressentir du plaisir face au malheur de quelqu’un d’autre. Ce n’était pas une émotion extraterrestre; il n’y avait tout simplement pas de moyen facile de l’exprimer. Les anglophones devaient importer le mot allemand Schadenfreude pour exprimer cette émotion. Si nous entendons souvent une nouvelle expression, il est plus probable que nous l’identifiions davantage dans notre propre expérience, ce qui la rend plus facile à « sentir » plus fréquemment.

Avec la pratique, nous pouvons également mieux distinguer les émotions telles que, par exemple, la détresse et l’inconfort. Nous savons en tant qu’adultes que la douleur de la jambe morte ne durera pas aussi longtemps, mais une fois, cela aurait pu être terrifiant pour nous.

Ainsi, les émotions sont construites à partir de l’expérience. Lorsque nous investissons dans la culture de nouvelles expériences, celles-ci deviendront à leur tour les graines émotionnelles de notre avenir.Résumé final

Le message clé de ce livre : Une nouvelle approche de la responsabilité personnelle

À la lumière de la possibilité que nous construisions nos émotions sur la base de concepts, la question suivante est : sommes-nous responsables de nos concepts ?

Pas tous, certainement. Vous ne pouvez pas choisir les concepts que vous avez appris dans votre enfance. Mais en tant qu’adulte, vous avez absolument le choix des expériences auxquelles vous vous exposez, ce qui façonne les concepts qui guident finalement vos actions. La responsabilité, de ce point de vue, consiste à faire des choix délibérés pour changer vos concepts.

La théorie de l’émotion construite soutient que chaque aspect de nos émotions est malléable et flexible. Vous n’êtes pas à la merci de circuits émotionnels mythiques enfouis au plus profond d’une ancienne partie de votre cerveau. Vous avez plus de contrôle sur vos émotions que vous ne le pensez.

Vous ne pouvez pas simplement claquer des doigts et changer instantanément ce que vous ressentez, bien sûr, mais voici six étapes pratiques que vous pouvez suivre pour améliorer votre granularité émotionnelle au fil du temps, sur la base des découvertes les plus récentes de la recherche scientifique.

1. Essayez de nouvelles perspectives
Selon la théorie de l’émotion construite, les concepts que nous avons ont un impact direct sur nos budgets corporels, et donc sur notre expérience des émotions. Les concepts n’existent pas dans un domaine abstrait et raréfié séparé de la biologie. Apprendre ou changer des concepts (également connus sous le nom de modèles mentaux) a un impact direct sur le fonctionnement de notre corps minute après minute.

En essayant de nouvelles perspectives comme nous essayons de nouveaux vêtements, nous pouvons « essayer » différents régimes de budgétisation corporelle. De la même manière que nous pourrions allouer plus de ressources financières à une catégorie budgétaire ou à une autre, nous pouvons faire de même avec nos budgets corporels.

Cela peut inclure n’importe quoi, des voyages dans des pays étrangers, passer du temps avec différents types de personnes, lire de la littérature, essayer de nouvelles expériences. Ces expériences nous exposent à différentes façons de répondre aux besoins humains que nous pourrions vouloir emprunter pour nous-mêmes.

2. Recatégorisez ce que vous ressentez
Chaque fois que vous vous sentez mal, reconnaissez ce qui se passe réellement : vous ressentez un affect désagréable basé sur des sensations intéroceptives. Avec la pratique, vous pouvez apprendre à déconstruire l’émotion en ses éléments constitutifs, au lieu de la laisser devenir une lentille à travers laquelle vous voyez le monde.

Par exemple, le sentiment large et ambigu d’« anxiété » peut être décomposé et reclassé en « tension dans le haut du dos », « cœur battant rapidement » et « mâchoire serrée ». Cette déconstruction prive les sensations d’une partie de leur pouvoir émotionnel.

Essayez d’étiqueter plus précisément ce que vous ressentez, méditez sur différentes parties du corps ou recherchez des causes physiques plus immédiates telles que la faim, la déshydratation ou le manque de sommeil.

3. Parlez de ce que vous ressentez
L’un des moyens les plus efficaces de remettre en question les interprétations souvent trop dramatiques de l’esprit est d’en parler avec les autres. Exprimer nos sentiments au grand jour nous donne un certain degré d’objectivité et permet aux autres de faire preuve d’empathie et de compréhension.

Dans les études, les hommes qui ont exprimé beaucoup d’émotions qu’ils n’ont pas étiquetées se sont avérés avoir les niveaux les plus élevés de cytokines, des protéines qui, à long terme, provoquent une inflammation. Les survivantes du cancer du sein qui étiquettent et expriment explicitement leurs émotions ont une meilleure santé et moins de visites médicales après la chirurgie.

Ce n’est pas un conseil d’auto-assistance duveteux : parler de vos sentiments améliore de façon mesurable votre santé et votre bonheur.

4. Bougez votre corps
Parfois, les boucles prédictives entre le corps et l’esprit sont si fortes qu’il est difficile de les interrompre consciemment. Heureusement, nous avons une porte dérobée : le corps. Que ce soit par la marche, le yoga, les étirements, l’haltérophilie ou d’autres formes d’exercices, nous pouvons resynchroniser les signaux circulant entre notre corps et notre esprit, rééquilibrant ainsi nos budgets corporels.

Tous les animaux utilisent le mouvement pour réguler leur budget corporel. Si un chien a trop de glucose dans son système, il peut courir ou tourner en rond pour le brûler. Les humains sont uniques en ce sens que nous pouvons utiliser des concepts purement mentaux pour modifier nos budgets. Mais lorsque cela échoue, une course rapide ou une routine aérobie peut corriger la boucle de rétroaction incontrôlable qui nous maintient au sol.

5. Améliorez votre vocabulaire
Cela peut sembler invraisemblable, mais il existe des preuves substantielles que la granularité émotionnelle est étroitement liée à la granularité linguistique. Plus votre vocabulaire est fin, plus votre cerveau peut identifier avec précision ce qui se passe dans le corps et calibrer son budget en conséquence.

Dans une étude, il a été constaté que les personnes qui présentent une granularité émotionnelle plus élevée vont moins souvent chez le médecin, utilisent moins fréquemment des médicaments et passent moins de jours à l’hôpital pour maladie. En revanche, une granularité émotionnelle plus faible est associée au trouble dépressif majeur, au trouble d’anxiété sociale, aux troubles de l’alimentation, aux troubles du spectre autistique, au trouble de la personnalité limite et aux sentiments généraux d’anxiété et de dépression.

Qu’il s’agisse de lire des œuvres littéraires sophistiquées et nuancées, de regarder des films avec des personnages complexes ou de rechercher des mots que vous ne connaissez pas, l’élargissement de votre vocabulaire peut avoir un impact direct sur votre fonction corporelle.

6. Écrivez sur vos expériences
L’une des conclusions claires de How Emotions Are Made est que le monde des concepts et le monde de la biologie ne sont pas séparés. Notre cerveau s’appuie sur des modèles de ce qui se passe ou est susceptible de se passer dans le monde extérieur pour prendre des décisions budgétaires. Nous sommes capables d’influencer et d’enrichir consciemment ces modèles par ce à quoi nous nous exposons.

L’écriture est l’un des moyens les plus efficaces de façonner directement les concepts que notre cerveau construit. L’écriture nous permet de rendre notre pensée plus concrète, en dehors de nos têtes, où elle peut être évaluée, analysée et modifiée plus objectivement. Les mots que nous mettons sur la page peuvent nous être renvoyés, formant une boucle prédictive différente dans laquelle nous avons beaucoup plus d’agence.

Conseil actionnable :

Posez votre tête fatiguée

La prochaine fois que vous vous sentirez déprimé, faites une sieste ou allez vous promener. Ces activités aideront à rééquilibrer votre budget corporel. Vous vous sentirez restauré, ce qui signifie que vous pourrez dépenser de l’énergie d’une manière qui aidera à recadrer la concentration de votre esprit et, avec elle, vos émotions.

Un message à retenir

Ces nouvelles approches peuvent toutes transformer une spirale négative de souffrance en un simple inconfort physique. La douleur est inévitable, mais cela ne signifie pas nécessairement que quelque chose ne va pas dans votre vie. Aucune technique n’est garantie de fonctionner à chaque fois, mais elles ouvrent la possibilité de travailler vers un corps plus sain, des relations plus épanouissantes et une vie émotionnelle plus flexible et plus puissante.

La promesse des émotions construites n’est pas que nous obtiendrons en quelque sorte un contrôle total sur ce que nous ressentons. Les émotions sont intrinsèquement incertaines, et cette incertitude est exactement ce qui rend possible une vie émotionnelle dynamique. La vie peut être étonnamment joyeuse, étonnamment significative, étonnamment profonde. La promesse n’est pas que nous puissions contrôler les vagues émotionnelles qui nous submergent au fur et à mesure que nous avançons dans la vie. La promesse est que nous pouvons apprendre à surfer sur ces vagues avec habileté et plaisir.

Vous pouvez également profiter de :
7 questions pour développer votre intuition
error: