Compétences en communication non verbale : 19 théories et découvertes

par | 10 Mai 2023

En 1956, le sociologue Erving Goffman a écrit La présentation de soi dans la vie quotidienne; un livre de référence en communication non verbale.

Il y introduit le concept de dramaturgie, qui compare les interactions sociales quotidiennes aux représentations de personnages par les acteurs, suggérant que les interactions sociales d’une personne sont analogues à une série de performances variables (Ritzer, 2021).Le travail de Goffman comprenait également le concept de gestion des impressions. La clé de la gestion des impressions comprend l’apparence ; votre manière d’interagir ; et les attitudes véhiculées par les gestes, les expressions faciales et les compétences non verbales (Ritzer, 2021).

William Shakespeare a dit : « Le monde entier est une scène.

Je ne suis pas un acteur de formation, mais enseigner des cours de prise de parole en public m’a fait prendre conscience que le public semble préférer les orateurs qui utilisent une variété de gestes de la main. Ces gestes signifient que l’orateur est « chaleureux, agréable et énergique » (Goman, 2021).

Juste cette pépite d’information nous apprend à incorporer des gestes de la main pour développer nos compétences de prise de parole en public.

Avant de continuer, nous avons pensé que vous aimeriez peut-être télécharger gratuitement nos trois exercices de communication positive (PDF). Ces outils scientifiques vous aideront à développer de meilleures compétences sociales et à mieux communiquer avec les autres.

 

 

Quelles autres compétences de communication non verbale améliorent les interactions quotidiennes ?
Qu’est-ce que la communication non verbale ?

La communication non verbale est un moyen de transmettre des informations « obtenues à travers les expressions faciales, les gestes, le toucher (haptique), les mouvements physiques (kinésique), la posture, la parure corporelle (vêtements, bijoux, coiffure, tatouages, etc.), et même le ton, le timbre , et le volume de la voix d’un individu (plutôt que le contenu parlé) » (Navarro & Karlins, 2008, p. 2–4).

Marco Iacoboni (2008, p. 81), auteur de Mirroring People, va encore plus loin en déclarant que « les gestes accompagnant le discours ont un double rôle d’aider les locuteurs à exprimer leurs pensées et d’aider les auditeurs/spectateurs à comprendre ce qui est dit. .”

Pour lire avec compétence le langage corporel, Navarro et Karlins (2008) proposent des suggestions telles qu’une observation rigoureuse et une familiarité avec les comportements de base de la personne. Ils recommandent également de surveiller les changements ou de « dire ».

Navarro et Karlins (2008) conseillent de se familiariser avec les comportements universels et de contextualiser les indices non verbaux. Cependant, les normes culturelles pourraient inhiber une observation rigoureuse.

Les caractéristiques de la communication non verbale

Les États-Unis sont considérés comme une culture de communication à faible contexte (MacLachlan, 2010). Cela signifie qu’une grande partie de l’information contenue dans un message provient directement des mots plutôt que par implication ou langage corporel.

Ce style de communication implique beaucoup de détails verbaux afin de ne pas confondre les auditeurs. Les cultures à faible contexte s’appuient moins sur la communication non verbale, qui peut obscurcir ou censurer des parties du message.

La communication non verbale est culturellement déterminée et elle est en grande partie inconsciente. Il indique l’état émotionnel de l’orateur. Lorsque des signaux non verbaux entrent en conflit avec le message verbal, cela peut véhiculer de la confusion ou de la tromperie (Navarro et Karlins, 2008).

Enfin, la communication non verbale varie selon le sexe et affiche des différentiels de pouvoir, des informations que les leaders efficaces peuvent utiliser pour influencer les autres (Hybels & Weaver, 2015 ; Henley, 1977).

La communication non verbale des leaders qui réussissent

Il est essentiel pour les dirigeants de lire le langage corporel, également appelé décodage. Déchiffrer entre l’engagement (par exemple, hocher la tête, incliner la tête, postures du corps ouvert) et le désengagement (par exemple, le corps s’incline, les bras et les jambes croisés) peut faire la différence entre le succès et l’échec (Goman, 2021).

Les acteurs qui réussissent pourraient être considérés comme des artistes professionnels de la première impression. Comme les acteurs, les leaders se retrouvent souvent au centre de la scène ; ils doivent apprendre l’art de créer les premières impressions.

La conscience subjective et la capacité à s’exprimer de manière non verbale sont connues sous le nom d’encodage – cruciales pour des premières impressions positives. Les conseils des acteurs professionnels incluent le maintien d’une expression faciale agréable, une bonne posture, la pause, la respiration, la détente et l’évitement de se cacher les mains (Shellenbarger, 2018).

Cette vidéo, 8 choses que les gens qui réussissent font pour avoir l’air confiant, fournit des conseils rapides pour un langage corporel confiant même si vous ne vous sentez pas confiant.

On dit que les premières impressions se forment en moins de sept secondes (Goman, 2021). Pendant ce court laps de temps, d’autres formulent des étiquettes telles que « puissant », « soumis » ou « digne de confiance ». Les leaders évolués intègrent la pleine conscience pour aider.

Naz Beheshti (2018) déclare : « Les leaders évolués… utilisent consciemment et délibérément des outils non verbaux pour renforcer leur message. Elle poursuit en disant : « cela augmente la valeur de votre communication et votre valeur en tant que leader » (Beheshti, 2018).

La conscience de soi, des autres et de la situation (pleine conscience) nous permet de nous assurer que nos gestes et notre langage corporel s’alignent sur nos paroles. Cela crée de la congruence et génère de la confiance (Beheshti, 2018 ; Newberg & Waldman, 2013).

9 types de compétences en communication non verbale

Savoir décoder les clusters non verbaux aide également à discerner les messages.

Cela signifie que nous analysons plusieurs signaux non verbaux simultanés. Une personne frustrée peut taper du pied, croiser les bras et serrer fermement les biceps (Jones, 2013). Ces groupes peuvent se croiser et inclure une variété de catégories non verbales, résumées ci-dessous.

1. Kinésique
La kinésique est l’étude de la façon dont nous bougeons notre corps, en particulier la tête, les mains, le corps et les bras (Jones, 2013). Cela inclut l’envoi de messages par le biais d’expressions faciales, de gestes, d’un contact visuel et d’une posture.

2. Haptique
L’haptique est l’étude du toucher ou du contact physique avec une autre personne (Hybels & Weaver, 2015). Tout au long de l’histoire, le toucher a été entouré de mystère et de tabous. Nous sommes perplexes face au toucher guérisseur et fascinés par les histoires de nourrissons qui ont péri par manque de toucher. Le toucher peut dénoter une relation, un statut, un pouvoir et une personnalité (Henley, 1977).

Les normes culturelles dictent des directives concernant le toucher. La pleine conscience concernant les paramètres sociaux et environnementaux est prudente. Nous saluons un ami lors d’une fête informelle différemment que nous saluons un patron ou un collègue dans un cadre professionnel.

3. Proxémie
L’étude de l’espace et de la distance s’appelle la proxémie et analyse la façon dont les gens utilisent l’espace qui les entoure (Hybels & Weaver, 2015).

4. Territoire
Le territoire est souvent utilisé pour afficher le pouvoir ou en révéler l’absence.

« [P]osture d’expansion », se positionner d’une manière qui ouvre le corps et occupe de l’espace, a activé un sentiment de pouvoir qui a produit des changements de comportement chez un sujet indépendamment de son rang ou de son rôle réel dans une organisation « (Goman, 2021).

L’expansivité transmet le pouvoir.

5. Environnement
L’environnement comprend les objets que nous utilisons pour nous parer et les artefacts dont nous nous entourons afin de créer une impression. Ces objets fournissent des indices non verbaux qui aident les autres à former des impressions (Jones, 2013).

6. Paralinguistique
La paralinguistique, également connue sous le nom de vocalique, est l’étude de la façon dont nous parlons et implique la hauteur, le volume, le débit de la parole, le ton, la qualité, le tempo, la résonance, le rythme et l’articulation pour aider à déterminer le contexte du message (Jones, 2013).

7. Chronémiques
La chronémique est l’étude du temps, y compris la façon dont il est utilisé. Nancy Henley (1977, p. 43), auteur de Body Politics : Power, Sex & Nonverbal Communication, affirme que « le temps est loin d’être un concept philosophique/physique neutre dans notre société : c’est une arme politique ».

Henley (1977, p. 47) décrit le concept d’« attente rituelle », déclarant : « Plus la personne est importante, plus longtemps nous attendrons sans réticence le service ou l’honneur de l’attention.

8. Attractivité
Le pouvoir d’attirer l’attention sur soi ne repose pas uniquement sur l’attrait physique. Bien que la symétrie faciale et la mode de la parure soient importantes (Jones, 2013), les personnes qui maîtrisent un bon contact visuel, ont un visage vif, offrent des encouragements et utilisent des gestes ouverts sont également considérées comme attirantes (Kuhnke, 2012).

9. Olfactique
L’étude de notre odorat et de la façon dont les odeurs sont perçues est connue sous le nom d’olfactif (Hybels & Weaver, 2015).

La communication non verbale est-elle importante ?

La communication non verbale est très importante, car vous pourriez révéler des informations involontaires et provoquer une mauvaise interprétation de votre communication.

Fuite : Messages involontaires
L’enseignement des compétences socio-émotionnelles aux personnes incarcérées m’a fourni une leçon puissante sur les nuances de la communication non verbale. Lors d’une journée particulièrement difficile, j’ai pensé qu’il était sage de méditer et de me recentrer avant d’entrer en prison. Cependant, en me voyant, les gens à l’intérieur ont commencé à demander ce qui m’arrivait. Qu’ont-ils détecté ?

Les fuites non verbales peuvent être illustrées par des micro-expressions, qui sont des «mouvements faciaux très rapides d’une durée de 1/25 à 1/5 de seconde» et indiquent les sentiments réels d’une personne (Ekman, 2003, p. 214).

Messages croisés

La recherche originale de Mehrabian et Ferris (1967) concernant la communication non verbale est largement interprétée. Elizabeth Kuhnke (2012, p. 10), auteur de Body Language for Dummies, interprète l’étude en disant : « 55 % du message émotionnel dans la communication face à face résulte du langage corporel ».

Une formule de communication non verbale souvent citée est 7–38–55, ce qui indique que 7 % du message provient de mots, 38 % vocal et 55 % facial. Cependant, Lapakko (2007) pense que cette formule est imprudente, erronée et trompeuse. Parfois, les éléments non verbaux d’un message, tels que des gestes avec des instructions, sont extrêmement importants, et à d’autres moments accessoires.

De plus, ce que quelque chose « signifie » dans la communication est lié à des variables telles que la culture, l’histoire de la relation, les intentions des gens, les expériences personnelles, l’heure de la journée et les mots spécifiques utilisés. Il serait naïf de suggérer que toutes ces nuances pourraient être soigneusement quantifiées, et donc attribuer une formule précise à la communication non verbale est erroné à bien des égards.

Ainsi, indépendamment des statistiques et des formules, nous savons que la communication non verbale est essentielle et que les personnes habiles à lire et à interpréter le langage corporel ont tendance à mieux réussir dans la vie que celles qui ne le sont pas (Goleman, 1997).

2 Théories et modèles de psychologie

En supposant toujours qu’une grande partie des émotions d’un message dérive du langage corporel, il nous appartient d’explorer les cadres théoriques de l’expression émotionnelle pour mieux comprendre ce processus.

La théorie des émotions de base

La théorie fondamentale des émotions (BET) postule que les émotions sont une « grammaire de la vie sociale » qui nous situe dans l’ordre social et moral de la société (Keltner, Sauter, Tracy et Cowen, 2019, p. 133). De plus, les émotions structurent les interactions, en particulier dans les relations qui comptent. BET fait partie intégrante de l’expression émotionnelle.

Le fondement de BET est l’hypothèse selon laquelle les expressions émotionnelles coordonnent les interactions sociales de trois manières :

  1. Grâce à la transmission rapide d’informations importantes pour aider à la prise de décision
  2. Pour évoquer des réponses spécifiques
  3. Servir d’incitation aux actions des autres

Ceci est accompli grâce à des systèmes de récompense tels que les parents qui sourient et caressent un enfant qui présente des comportements spécifiques (Keltner et al., 2019).

BET s’est initialement concentré sur six émotions de base. La littérature révèle qu’il existe plus de 20 émotions avec des expressions multimodales distinctes, fournissant une structure plus profonde et soulignant la nature évolutive de l’expression émotionnelle (Keltner et al., 2019).

La résonance neuronale

Deux personnes qui s’aiment refléteront les expressions faciales, les gestes, les postures, la voix et les mouvements de l’autre. C’est ce qu’on appelle la résonance neuronale, et cela facilite le transfert précis d’informations d’une personne à une autre (Newberg & Waldman, 2013).

Pour bien comprendre ce que l’autre dit, « vous devez écouter et observer l’autre aussi profondément et pleinement que possible » (Newberg & Waldman, 2013, p. 81). La résonance neuronale utilise des neurones miroirs pour créer de la coopération, de l’empathie et de la confiance.

8 résultats de recherche fascinants

L’étude de la communication non verbale est révélatrice et intrigante. La plupart des experts incluront des aspects tels que les yeux, les expressions faciales et les mains, mais creuser plus profondément révèle des pépites non verbales moins reconnues.

1. Les bienfaits du bâillement
Le bâillement est l’un des moyens les plus rapides et les plus simples de réduire le stress mental et l’anxiété (Waldman & Manning, 2017). Les normes sociales dictent que nous nous abstenons de bâiller dans des contextes spécifiques, mais le bâillement présente de nombreux avantages. Saviez-vous que les tireurs d’élite apprennent à bâiller avant d’appuyer sur la gâchette (Waldman & Manning, 2017) ?

Selon Waldman et Manning (2017), le bâillement stimule la vigilance et la concentration ; optimise l’activité cérébrale et le métabolisme; améliore le fonctionnement cognitif; augmente le rappel, la conscience et l’introspection ; diminue le stress et détend le haut du corps; recalibre un sens du timing ; améliore la conscience sociale et l’empathie; et augmente la sensualité et le plaisir.

2. Les pieds ne mentent pas
Selon Navarro et Karlins (2008), la partie la plus honnête de notre corps est nos pieds, comme en témoignent les petits enfants qui dansent de bonheur ou piétinent de frustration. Beaucoup de gens regardent le visage pour la vérité ; Navarro et Karlins adoptent l’approche inverse :

« En ce qui concerne l’honnêteté, la véracité diminue à mesure que nous passons des pieds à la tête » (Navarro & Karlins, 2008, p. 56), estimant que les émotions sont supprimées par une expression faciale fabriquée.

3. Des gestes qui aident
Les gestes améliorent la mémoire et les capacités de compréhension. Les gestes peuvent transmettre des informations qui peuvent influencer la façon dont les auditeurs réagissent, selon la main utilisée. « Nous avons tendance à exprimer des idées positives avec notre main dominante et des idées négatives avec l’autre main » (Newberg & Waldman, 2013, p. 44).

4. Les yeux l’ont
« Les circuits des réseaux sociaux sont stimulés par le contact visuel face à face, la diminution du cortisol et l’augmentation de l’ocytocine. Le résultat est une empathie accrue, une coopération sociale et une communication positive » (Newberg et Waldman, 2013, p. 135).

Les yeux en disent long sur nous. Lorsque nous sommes excités, troublés, inquiets ou nerveux, notre fréquence de clignements augmente. Une fois que nous nous détendons, notre fréquence de clignements revient à la normale (Navarro & Karlins, 2008).

5. Pouvoir posant pour le succès
Le langage corporel affecte la façon dont les autres nous voient et comment nous nous percevons. Dans cette vidéo YouTube, Amy Cuddy discute de ses recherches sur la pose de pouvoir et comment cela affecte le succès.

6. Croisons les doigts
Une explication de l’origine du croisement des doigts pour la bonne chance vient des premières croyances dans le pouvoir de la croix. On pensait que l’intersection des chiffres, incarnant la croix, dénotait une concentration de bons esprits et servait à ancrer un souhait jusqu’à ce qu’il se réalise (Keyser, 2014).

7. La fausse positivité est nocive
La positivité qui ne s’enregistre pas dans votre corps ou votre cœur peut être nocive. Selon Barbara Fredrickson (2009, p. 180), « les faux sourires, tout comme les ricanements de colère, prédisent l’effondrement de la paroi cardiaque ». Pour vraiment bénéficier d’un sourire, d’un toucher ou d’une étreinte, vous devez ralentir et le rendre sincère.

8. Tenez-vous droit
Une mauvaise posture peut réduire l’apport d’oxygène de 30 %, entraînant une baisse d’énergie (Gordon, 2003). Se pencher peut nous faire paraître et nous sentir vieux et déconnectés. En nous redressant, nous pouvons faire des différences significatives dans notre façon de penser et de ressentir. L’effet est bidirectionnel ; l’attitude influence la posture, tout comme la posture influence l’attitude.

Article connexe: Comment cultiver l’intelligence sociale: 3 moyens de connecter avec les autres.

Un message à retenir

La communication non verbale est une compétence de communication essentielle. L’expertise non verbale aide à transmettre des messages clairs et à former des impressions positives. Il n’est pas nécessaire que ce soit un grand geste pour faire la différence. Caresser doucement la main d’un ami en deuil en dit long.

Considérer la vie comme une série de performances dramatiques, comme l’impliquent à la fois Shakespeare et Goffman, peut ajouter un sentiment d’intrigue et d’aventure à l’amélioration de la communication non verbale. Ces compétences essentielles nous aideront à atteindre nos objectifs.

Tout comme le comédien très motivé étudiera et perfectionnera son métier, toute personne souhaitant réussir dans sa carrière ou ses relations interpersonnelles peut étudier et pratiquer les nuances de la communication non verbale.

Les acteurs et les orateurs publics pratiquent souvent leur métier devant un miroir ou une bande vidéo eux-mêmes pour réfléchir sur les forces et les faiblesses.

Nous espérons que vous avez apprécié cet article. N’oubliez pas de télécharger gratuitement nos trois exercices de communication positive (PDF).

Références:
  • Beheshti, N. (2018, September 20). The power of mindful nonverbal communication. Forbes. Retrieved April 26, 2021, from https://www.forbes.com/sites/nazbeheshti/2018/09/20/beyond-language-the-power-of-mindful-nonverbal-communication/?sh=6f40b3d71501
  • Ekman, P. (2003). Emotions revealed: Recognizing faces and feelings to improve communication and emotional life. Holt Paperbacks.
  • Finset, A., & Piccolo, L. D. (2011). Nonverbal communication in clinical contexts. In M. Rimondini (Ed.), Communication in cognitive-behavioral therapy (pp. 107–128).  Springer Science + Business Media.
  • Fredrickson, B. L. (2009). Positivity. Crown Publishing Group.
  • Goffman, E. (1956). The presentation of self in everyday life. University of Edinburgh.
  • Goleman, D. (1997). Emotional intelligence. Bantam Trade Paperback.
  • Goman, C. K. (2018, August 26). 5 Ways body language impacts leadership results. Forbes. Retrieved May 1, 2021, from https://www.forbes.com/sites/carolkinseygoman/2018/08/26/5-ways-body-language-impacts-leadership-results/?sh=5c1b235c536a
  • Gordon, J. (2003). Energy addict: 101 Physical, mental, & spiritual ways to energize your life. Berkley Publishing Group.
  • Henley, N. M. (1977). Body politics: Power, sex and nonverbal communication. Simon & Schuster.
  • Hybels, S., & Weaver, R. L. (2015). Communicating effectively. McGraw-Hill Education.
  • Iacoboni, M. (2008). Mirroring people: The new science of how we connect with others. Farrar, Straus and Giroux.
  • Jones, R. (2013). Communication in the real world: An introduction to communication studies. University of Minnesota Libraries.
  • Keltner, D., Sauter, D., Tracy, J., & Cowen, A. (2019). Emotional expression: Advances in basic emotion theory. Journal of Nonverbal Behavior43(3), 133–160.
  • Keyser, H. (2014, March 21). Why do we cross our fingers for good luck? Mental Floss. Retrieved May 27, 2021, from https://www.mentalfloss.com/article/55702/why-do-we-cross-our-fingers-good-luck
  • Kuhnke, E. (2012). Body language for dummies. John Wiley & Sons.
  • Lapakko, D. (2007). Communication is 93% nonverbal: An urban legend proliferates. Communication and Theater Association of Minnesota Journal34(2), 7–19.
  • MacLachlan, M. (2010, February 12). Cross-cultural communication styles: High and low context. Communicaid. Retrieved May 10, 2021, from https://www.communicaid.com/cross-cultural-training/blog/high-and-low-context/
  • Mehrabian, A., & Ferris, S. R. (1967). Inference of attitudes from nonverbal communication in two channels. Journal of Consulting Psychology, 31(3), 248–252.
  • Navarro, J., & Karlins, M. P. (2008). What every body is saying. Harper-Collins.
  • Newberg, A. M., & Waldman, M. R. (2013). Words can change your brain. Avery.
  • Ritzer, G. (2021). Essentials of sociology (4th ed.). SAGE.
  • Shellenbarger, S. (2018, January 30). The mistakes you make in a meeting’s first milliseconds. Wall Street Journal. Retrieved May 22, 2021, from https://www.wsj.com/articles/the-mistakes-you-make-in-a-meetings-first-milliseconds-1517322312
  • Waldman, M. R., & Manning, C. P. (2017). NeuroWisdom: The new brain science of money, happiness, and success. Diversion Books
Vous pouvez également profiter de :
L'importance de dire "je t'aime"
error: