Écriture et guérison et cancer du sein

  1. Y a-t-il un avantage à écrire pour les femmes atteintes d’un cancer du sein?
  2. Quel type d’écriture est le plus bénéfique?

(Et les réponses à ces questions pourraient-elles être extrapolées à d’autres groupes ?)

Pour examiner les deux premières questions, Annette Stanton, psychologue à l’Université du Kansas, et Sharon Danoff-Burg, psychologue à l’Université d’État de New York à Albany, ont mené il y a plusieurs années une étude dans laquelle elles ont divisé un groupe de femmes atteintes d’un cancer du sein en trois groupes :

  1. Un groupe chargé de rédiger un compte rendu détaillé des faits de leur cancer du sein et de son traitement.
  2. Un groupe chargé d’écrire leurs pensées et sentiments les plus profonds au sujet de leur expérience avec le cancer du sein. C’est ce qu’on appelle souvent l’écriture expressive.
  3. Un groupe chargé d’écrire uniquement sur leurs pensées et sentiments positifs en rapport avec leur expérience du cancer.

Toutes les femmes ont complété quatre séances d’écriture de vingt minutes. Et voici certaines choses qu’ils ont apprises de ce groupe de femmes :

Les femmes qui ont écrit sur des faits et les femmes qui ont écrit de manière expressive ont signalé plus de détresse immédiatement après avoir écrit par rapport aux femmes qui n’ont écrit que sur des sentiments positifs.

À un et trois mois après avoir écrit, les femmes des trois groupes ont signalé une qualité de vie globalement plus positive, moins de détresse et une « forte vigueur » par rapport à des patients cancéreux similaires qui n’avaient pas écrit.

Vous pouvez également profiter de :
Une brève histoire de la thérapie par le journal

Trois mois après avoir écrit, les femmes qui ont écrit de manière expressive et les femmes qui ont écrit sur des pensées et des sentiments positifs ont signalé une diminution significative des symptômes physiques et elles ont également eu moins de visites chez le médecin pour une maladie liée au cancer que les femmes qui n’ont écrit que sur des faits— ou des femmes qui n’écrivaient pas du tout.

Écrire sur les pensées et les sentiments a conduit à un bénéfice physique significatif.

Ainsi, en plus de l’écriture expressive, écrire sur des pensées et des sentiments positifs – écrire sur la bonne partie – s’est avéré bénéfique pour les femmes atteintes d’un cancer du sein. Fait intéressant, cependant, et, je pense, sagement, les auteurs, à la suite de ces découvertes, conseillent la prudence en demandant (ou, pire, en prescrivant) aux personnes confrontées à l’adversité de trouver un avantage positif. Ils écrivent:

En effet, exhorter les individus à « regarder du bon côté » ou à se concentrer sur un avantage spécifique dans leur malheur est susceptible d’être interprété comme une minimisation ou une incompréhension de leur sort.

Et ils poursuivent en citant trois raisons pour lesquelles ils pensent que demander un avantage positif a été efficace dans cette étude particulière :

  • Ils n’ont suggéré à aucune femme de trouver un avantage particulier, mais ont plutôt laissé les femmes avoir un contrôle total sur tout avantage qu’elles ont nommé et exploré.
  • Les femmes n’ont été invitées à écrire qu’après la fin du traitement primaire de leur cancer.
  • Ils avaient des preuves que ces femmes avaient déjà eu l’occasion de traiter des émotions négatives dans d’autres contextes.
Vous pouvez également profiter de :
Écrire pour recadrer un événement difficile de la vie

 

Il s’agit d’une étude intéressante et potentiellement significative. Et, en admettant, premièrement, que toutes les recherches dans ce domaine sont encore préliminaires et que davantage de recherches doivent être faites, nous tirons de cette étude cinq éléments utiles :

  1. Premièrement, que les femmes atteintes d’un cancer du sein (et toutes les femmes atteintes d’un cancer ? Toutes les personnes atteintes d’un cancer ? Toutes les personnes atteintes d’une maladie ?) réécrire sur les pensées et les sentiments positifs qui ont commencé à émerger.
  2. Deuxièmement, qu’il peut être utile, à un moment donné, de se concentrer uniquement sur la bonne partie.
  3. Troisièmement, qu’écrire sur la bonne partie, en général, cause probablement moins de détresse et est plus agréable que d’écrire sur les parties difficiles ; il peut donc offrir un peu de répit – une pause –
  4. Quatrièmement, il est probablement préférable de se concentrer sur la bonne partie tard plutôt que tôt – et, en particulier, après qu’il est devenu possible d’évacuer au moins certaines de ses pensées et sentiments négatifs.
  5. Enfin, que toujours, toujours, chaque personne peut choisir, un jour donné, d’écrire (ou de parler) de la mauvaise partie ou de la bonne partie, ou des deux. (Se rappeler que les deux – exprimer les choses difficiles et les bonnes choses – ont le potentiel de contribuer à la guérison.)

Un résumé de l’étude peut être trouvé sur PubMed.

Un résumé de cette étude par Stanton et Danoff-Berg, avec des commentaires des auteurs, se trouve au chapitre 3 de The Writing Cure.

 

error: