Introverti versus extraverti: les différences de personnalités

par | 12 Juin 2023

Introverti versus extraverti: Qu’est-ce qu’un introverti, un extraverti et un ambivert ?

Jung (1921) a suggéré que la principale distinction entre les personnalités est la source et la direction de l’expression de l’énergie d’un individu – définissant l’extraversion comme « une rotation vers l’extérieur » et l’introversion comme « une rotation vers l’intérieur ».

Avant de poursuivre votre lecture, nous avons pensé que vous aimeriez peut-être télécharger gratuitement nos trois exercices de psychologie positive. Ces exercices scientifiques exploreront les aspects fondamentaux de la psychologie positive, notamment les forces, les valeurs et l’auto-compassion, et vous donneront les outils nécessaires pour améliorer votre bien-être.

 

 

À quel point nous sommes extravertis peut avoir une énorme incidence sur notre vie quotidienne dans une multitude de contextes et il est important de noter qu’il n’y a pas de « meilleur » niveau d’extraversion/introversion – les deux extrémités du spectre ont leurs avantages et leurs inconvénients mais en comprenant où nous nous situons sur l’échelle, nous pouvons aborder les domaines dans lesquels nous manquons peut-être.

Intérieur versus extérieur

L’intérêt de l’introverti est dirigé vers l’intérieur ; ils pensent, ressentent et agissent d’une manière qui suggère que le sujet est le principal facteur de motivation. Les extravertis, quant à eux, dirigent leur intérêt vers leur environnement immédiat ; ils pensent, ressentent et agissent en relation avec des facteurs externes plutôt qu’avec le subjectif.

Considérez un événement social chargé, un extraverti se délectera probablement des interactions sociales et en sera revigoré, tandis qu’un introverti trouvera probablement son énergie épuisée et aura besoin de temps seul pour compenser.

Abernethy (1938, p. 218) a défini un extraverti comme « celui qui entre avec intérêt et confiance dans les activités sociales de type direct et a peu de goût pour la planification ou l’observation détaillée ». À l’inverse, les introvertis ont été définis comme étant « en dessous de la moyenne générale pour l’inclinaison sociale et au-dessus de la moyenne pour le goût de la pensée ».

L’introversion et l’extraversion sont, à certains égards, aux extrémités de la courbe en cloche. Alors qu’y a-t-il entre les deux ? Jung (1921) a admis qu’il existe une troisième catégorie étendue et a admis qu’il est difficile de déterminer si l’énergie de ce groupe vient de l’intérieur ou de l’extérieur, mais elle semble plutôt être tirée des deux à des degrés divers le long du spectre introverti-extraverti.

Heidbreder (1926, p. 123) a suggéré que «l’introversion prononcée et l’extraversion prononcée représentent simplement des comportements extrêmes, reliés par des gradations continues. En d’autres termes, les preuves indiquent un seul type mixte plutôt que deux classes nettement séparées.

Conklin (1923) a également postulé l’existence d’ambivertis, les considérant comme les plus «normaux», les individus faisant preuve de flexibilité entre les deux extrêmes. Roback (1927, p. 123) a convenu que la majorité qui se trouve dans cette catégorie est « l’homme normal le moins différencié, dont la source de motivation peut difficilement être déterminée à l’improviste, car son introversion ou son extraversion n’est pas suffisamment accentuée ».

Quel est le spectre introverti-extraverti?

Certaines choses dans la vie peuvent facilement être catégorisées. La couleur des yeux, si quelqu’un est gaucher ou droitier, les espèces d’un genre, les fuseaux horaires – ce sont tous des exemples de traits discontinus. En ce qui concerne la distinction archétypale introverti/extraverti, le comportement humain relève-t-il vraiment de l’une des deux catégories ?

En réalité, la plupart d’entre nous présentent des qualités des deux et se situent quelque part entre les deux. Plutôt que d’exister comme une étiquette claire, l’extraversion est considérée comme un spectre avec des individus présentant une gamme de comportements associés aux deux.

Le spectre Introverti-Extroverti, comme de nombreuses dimensions continues en psychologie, représente une manière de classer quelque chose en fonction de sa position sur une échelle entre deux points extrêmes. Dans ce cas, la tendance innée d’un individu à répondre aux stimuli d’une certaine manière.

Considérant la courbe en cloche de la distribution normale pour les traits continus, si nous plaçons l’extraversion absolue à une extrémité de l’échelle et la tendance maximale absolue au comportement introverti à l’autre, nous avons un spectre qui peut tenir compte des introvertis, des extravertis et de toutes les nuances entre les deux. .

Lorsque l’on considère les traits continus, il est important de se rappeler que l’invention du paradigme dichotomique de l’introversion contre l’extraversion est une imposition purement humaine – visant à fournir un cadre simple à travers lequel catégoriser les individus en fonction de leurs caractéristiques comportementales.

En réalité, un spectre fournit une échelle par rapport à laquelle nous pouvons déterminer avec plus de précision où se situe quelqu’un en termes de comportement par rapport aux autres. Bien qu’il soit facile de dire qu’un individu est soit extraverti, introverti ou ambiverti sur la base des évaluations de la personnalité, en réalité, la nature à multiples facettes de tout comportement et les contributeurs sous-jacents font d’une telle évaluation une approche générale.

Le cerveau humain reste la structure la plus complexe de l’univers connu. Avec 100 milliards de neurones, des niveaux neurochimiques toujours fluctuants aux côtés de composants héréditaires et appris du comportement et sans parler des stimuli dynamiques au fur et à mesure que nous avançons dans la vie, nos caractéristiques sont beaucoup plus complexes que ne le suggère la distinction binaire ou ternaire intro/extra/ambivert.

Président du département de psychologie de l’Université Northwestern, le Dr Dan McAdams (2017) a décrit l’extraversion-introversion comme une dimension continue, suggérant qu’il n’y a pas de types purs en psychologie.

Comme avec d’autres échelles continues comme la taille et le poids, il y a bien sûr des personnes qui obtiennent des scores extrêmes, comme des personnes très lourdes, ou des personnes très grandes, ou des personnes qui obtiennent des scores très élevés sur le trait d’extraversion, mais la plupart des gens se situent au milieu. de ces courbes en cloche.

Alors que les distinctions binaires ou ternaires fournissent une manière générale de catégoriser les individus, le spectre fournit une image relative beaucoup plus précise. Considérons deux personnes qui effectuent une évaluation de la personnalité comprenant une mesure d’extraversion, par exemple, le Myers Briggs Personality Inventory (MBIT).

L’un reçoit un score extrêmement élevé pour l’extraversion tandis que l’autre obtient un score légèrement extraverti – est-il juste de dire qu’ils sont tous les deux extravertis ?

Introverti versus extraverti: la différence de personnalités

Considérés comme des moitiés dichotomiques de la dimension de personnalité introversion-extraversion, les introvertis sont considérés comme des individus réfléchis et privés, tandis que les extravertis sont considérés comme des individus grégaires, affirmés, adaptatifs et heureux avec une tendance à prendre des risques.

L’introversion et l’extraversion sont des constructions de personnalité complexes et à multiples facettes. Les individus peuvent tomber aux extrêmes de chaque dimension ou, plus communément, se situer quelque part entre les deux et présenter des traits des deux.

Caractéristiques des introvertis et des extravertis

Jetons un coup d’œil à un échantillon de différences de personnalité introverti-extraverti par rapport aux domaines suivants.

Sociabilité

Dans les situations sociales, les personnalités extraverties et introverties affichent des comportements très différents. Les extravertis montrent une préférence pour rechercher, s’engager et apprécier les interactions sociales, tandis que les introvertis ont tendance à être réservés et retirés dans les contextes sociaux – préférant souvent éviter complètement les situations sociales.

Guilford & Guilford (1936) ont proposé deux extrêmes de sociabilité : le retrait social et la dépendance sociale. Alors que les introvertis ont tendance à être plus calmes et à apprécier de passer du temps seuls, les extravertis sont plus socialement présents, prospèrent grâce à l’énergie de ceux qui les entourent et se retrouvent souvent au centre de l’attention de grands groupes sociaux.

Cela ne veut pas dire que les introvertis sont antisociaux, mais ils souffrent de la stimulation écrasante produite par les rassemblements sociaux.

Communication

Min Lee & Nass (2003) ont postulé que la cause de la forte présence sociale des extravertis est leur tendance à parler plus souvent et à voix plus forte, à occuper plus d’espace physique avec des gestes plus larges et à initier plus de conversations que les introvertis.

Dans une petite étude d’étudiants, il a été constaté que lors de conversations avec une personne inconnue, les extravertis établissaient plus de contact visuel et parlaient plus fréquemment que les introvertis (Rutter, Morley et Graham, 1972).

De plus, les extravertis sont beaucoup plus confiants et précis lorsqu’ils interprètent le sens de la communication non verbale que les introvertis (Akert & Panter, 1988). Appelé «l’avantage extraverti», ce décodage non verbal a été attribué à l’expérience des extravertis dans des contextes sociaux et à leur plus grand désir de stimulation sensorielle.

La prise de décision

Dans des situations où le temps presse, les introvertis sont plus susceptibles d’utiliser des informations précoces pour former des jugements et prendre des décisions que les extravertis dans le même contexte (Heaton & Kruglanski, 1991).

La recherche sur l’impact de l’extraversion/introversion sur la prise de décision a suggéré que les extravertis prennent des décisions plus rapides en fonction de ce qui semble le plus naturel sur le moment. Bien qu’il ait été constaté que les extravertis manifestaient un comportement de vérification de la qualité avant de prendre des décisions, il était également nécessaire que quelqu’un les oriente dans la bonne direction lorsqu’ils étaient confrontés à des décisions importantes.

À l’inverse, les introvertis évitent les décisions impulsives grâce à une réflexion réfléchie, à l’intuition et comptent principalement sur eux-mêmes. (Khalil, 2016).

Sur le lieu de travail

Les extravertis ont généralement des évaluations plus positives de la vie en général et leur carrière ne fait pas exception. La recherche a montré des associations positives entre l’extraversion et la satisfaction professionnelle. De plus, les extravertis sont plus susceptibles de prendre des mesures pour remédier à des situations de travail insatisfaisantes que leurs homologues introvertis (Judge, Higgins, Thoresen et Barrick, 1999).

Les distractions sonores sur le lieu de travail sont plus un problème pour les introvertis que pour les extravertis. Belojevic, Slepcevic et Jakovljevic (2001) ont constaté que l’introduction de la distraction sonore provoquait des problèmes de concentration prononcés chez les introvertis, tandis que les extravertis sélectionnaient activement des intensités de bruit plus élevées.

Ces résultats ont soutenu l’hypothèse selon laquelle les introvertis ont une réaction plus prononcée au bruit, entraînant une excitation accrue qui interfère ensuite avec la performance sur des tâches complexes (Eysenck, 1982).

Un regard sur la psychologie

Dès 300 avant notre ère, des penseurs et des médecins grecs comme Théophraste ont provisoirement réfléchi au comportement et aux caractéristiques humaines. À la fin des années 1700, le philosophe et scientifique Immanuel Kant a discuté de la personnalité humaine en termes de quatre tempéraments très distincts :

Les 4 tempéraments par Immanuel Kant (1700)

  1. Sanguin  (insouciant et plein d’espoir),
  2. Colérique (orgueilleux et impétueux),
  3. Mélancolique (anxieux et pensif), et
  4. Flegmatique (raisonnable et persistant).

Dans le domaine de la psychologie, la personnalité humaine a fait l’objet d’un grand intérêt avant même que Freud n’examine pour la première fois le comportement humain en relation avec les composants de la personnalité.

Alors que les théories de la personnalité englobent divers aspects de la personnalité humaine, la dimension d’extraversion-introversion a été un facteur clé dans le développement de chaque cadre théorique.

L’extraversion/introversion par Carl Jung (1921)

Popularisés par le psychiatre suisse Carl Jung (1921), les termes extraversion/introversion ont été utilisés pour décrire des aspects de la personnalité humaine dans le cadre d’un inconscient collectif. Jung considérait l’extraversion et l’introversion comme les orientations majeures de la personnalité. Dans les années qui ont suivi, de nombreux chercheurs ont développé et utilisé des méthodes d’analyses factorielles qui ont soutenu la distinction initiale de Jung et construit des théories sur ses fondements.

Le modèle de personnalité PEN d’Eysenck (1967)

Eysenck (1967) a supposé que les processus cérébraux pouvaient être caractérisés au moyen d’un système nerveux conceptuel simplifié qui englobait les circuits clés pertinents pour la personnalité et le comportement.

La théorie de la personnalité d’Eysenck (1967) a identifié deux systèmes cérébraux primaires comme les composants clés de son système nerveux conceptuel : les circuits réticulo-cortical (contrôle l’excitation corticale générée par les stimuli entrants) et réticulo-limbique (contrôle la réponse aux stimuli émotionnels).

Dans cette théorie, les niveaux d’extraversion sont directement liés à l’excitation du circuit réticulo-cortical par stimulation externe, de sorte que les introvertis présentent des niveaux d’excitation de base plus élevés que les extravertis. Eysenck a ensuite développé le modèle de personnalité PEN, une taxonomie hiérarchique basée sur les super facteurs du psychoticisme, de l’extraversion et du névrosisme.

La théorie est basée sur l’hypothèse que nous avons un niveau optimal d’excitation et que, à mesure que l’on devient plus ou moins excité, son niveau optimal de performance se détériore.

Les 16 facteurs de personnaliés de Catell (1965)

Cattell (1965) considérait la personnalité comme étant beaucoup plus complexe qu’on ne le pensait auparavant, et a ainsi développé 16 facteurs de personnalité allant de l’extraversion (décrite comme l’audace sociale) à la stabilité émotionnelle. Il a été avancé qu’un nombre beaucoup plus grand de traits devrait être pris en compte afin d’acquérir une compréhension détaillée de la personnalité humaine.

Le modèle de personnalité à 5 facteurs FFM de Digmen ( 1990): les « big Five »

 

 

Dans les années 1990, Digman avait popularisé le modèle de personnalité à cinq facteurs (FFM). Le FFM est un ensemble de cinq grandes dimensions de trait :

– ouverture à l ‘experience,
– conscience,
– extraversion,
– l’agrément, et
– névrosisme.
Souvent appelé les « Big Five » ou O.C.E.A.N., le FFM a été développé pour représenter autant que possible la variabilité de la personnalité des individus, en utilisant uniquement un petit ensemble de dimensions de traits. De nombreux psychologues de la personnalité conviennent que ses cinq domaines capturent les différences individuelles fondamentales les plus importantes dans les traits de personnalité et que de nombreux modèles de traits alternatifs peuvent être conceptualisés en termes de structure FFM.

Relations introverties et extraverties

Les relations entre introvertis et extravertis peuvent être semées d’obstacles et de malentendus. Il y a tout un monde de littérature dont le seul but est d’aider l’un à comprendre l’autre.

La dichotomie de l’extraversion et de l’introversion signifie que les deux ont des préférences très différentes lorsqu’il s’agit d’interagir avec les autres. Un extraverti pourrait ne pas penser à décrocher le téléphone pour avoir une conversation spontanée avec quelqu’un. Cependant, si la personne à l’autre bout de la ligne est introvertie, cela peut très bien être considéré comme totalement inapproprié.

Un extraverti qui aime la conversation peut submerger un introverti avec trop d’informations. L’introverti surstimulé peut sembler désintéressé alors qu’en fait, il se sent simplement surchargé.

Dans les relations où l’un est extraverti et l’autre introverti, les problèmes de communication peuvent être primordiaux, chacun comprenant mal l’autre.

Considérez un couple extraverti/introverti après une longue journée de travail, les introvertis peuvent trouver l’interaction humaine épuisante, préférant le calme après une journée passée avec les autres.

Les extravertis – étant stimulés par d’autres personnes – sont probablement heureux de continuer à socialiser. Alors que les deux ont la capacité d’afficher des comportements extravertis, sociables ou asociables, les introvertis et les extravertis choisissent généralement de rechercher des situations conformes à leur type de personnalité.

Il n’est pas difficile de voir comment cela pourrait être problématique si l’un veut se détendre tranquillement à la maison tandis que l’autre veut aller socialiser davantage.

Nous savons que les extravertis tirent leur énergie de stimuli externes et aiment parler, il peut être difficile pour un introverti de comprendre cela. Plutôt que de parler de choses, les introvertis apprécient le temps seul pour traiter et formuler leurs pensées. Cela peut laisser l’extraverti voir l’introverti comme distant et distant tandis que l’extraverti est considéré comme bruyant et écrasant.

Selon Diener, Larsen et Emmons (1984), les extravertis s’épanouissent lorsqu’ils disposent d’une abondance d’interactions sociales ; à l’inverse, les introvertis prospèrent lorsqu’ils sont capables de se retirer des situations sociales si nécessaire.

Envisagez l’extraversion et l’introversion au travail. Pour les extravertis, l’agitation d’un environnement occupé fournit de l’énergie tandis qu’être seul l’épuise. L’inverse est vrai pour les introvertis, les distractions créant des problèmes de concentration. Il est facile de voir comment cela peut avoir un impact à la fois sur la productivité et créer un conflit entre les deux personnalités.

Face à un conflit, l’extraverti et l’introverti ont des approches très différentes. Souvent, les introvertis sont moins affirmés, moins disposés à rivaliser et à éviter complètement les conflits. Selon (Kilmann & Thomas, 1976), les individus qui présentent une extraversion élevée ont tendance à être plus susceptibles d’affronter les conflits de front avec une approche intégrative et assertive.

Bien qu’il puisse sembler que les relations entre extravertis et introvertis soient vouées à l’échec. La principale cause de conflit entre les deux est un manque de compréhension de chaque côté. Heureusement, nous pouvons surmonter cette inadéquation apparente.

Un message à retenir

Peu importe où vous vous situez sur le spectre de l’extraversion, il n’y a pas de « meilleure » personnalité. Si nous nous efforçons de comprendre nos propres motivations et notre énergie, nous acquérons à notre tour une meilleure compréhension des motivations et de l’énergie de ceux qui nous entourent.

De nombreux conflits entre extravertis et introvertis peuvent être résolus ou évités. Le simple fait d’être conscient qu’il existe une distinction peut suffire à changer votre façon de penser et d’aborder ceux dont le comportement semble étranger au vôtre.

Nous espérons que vous avez apprécié la lecture de cet article. N’oubliez pas de télécharger gratuitement nos trois exercices de psychologie positive.

 

Références:
  • Abernethy, E.M. (1938). Dimensions of Introversion-Extroversion. Journal of Psychology, 6, 217-223
  • Akert, R.M. & Panter, A.T. (1988). Extraversion and the ability to decode nonverbal communication. Personality and Individual Differences, 9, 965-972.
  • Amichai-Hamburger, Y., Wainapel, G., & Fox, S. (2002). “On the Internet no one knows I’m an introvert”: Extroversion, neuroticism, & Internet interaction. Cyber Psychology & Behavior, 5, 125-128.
  • American Trends Panel. (10 Dec. 2015) “Rating Personality Traits.” Pew Research Center: Internet, Science & Tech, American Trends Panel. Retrieved from: www.pewinternet.org/2015/12/11/public-interest-in-science-and-health-linked-to-gender-age-and-personality/pi_2015-12-11_science-and-health_2-01/.
  • Belojevic, G., Slepcevic, V. & Jakovljevic, B. (2001) Mental performance in noise: the role of introversion. Journal of Environmental Psychology, 21, 209–213.
  • Beukeboom, C.J., Tanis, M., & Vermeulen, I.E. (2012). The Language of Extraversion: Extraverted People Talk More Abstractly, Introverts Are More Concrete. Journal of Language and Social Psychology, 32, 191-201.
  • Cattell, R.B. (1965). The Scientific Analysis of Personality. NYC, NY: Penguin Group
  • Codish, D. & ravid, G. (2014). Personality-based gamification – Educational gamification for extroverts and introverts. Proceedings of the 9th Chais Conference for the Study of Innovation and Learning Technologies. Raanana: The Open University of Israel.
  • Conklin, E.S. (1923) The definition of Introversion, Extroversion and Allied Concepts. Journal of Abnormal Psychology and Social Psychology 17, 367-382
  • Diener, E., Larsen, R. J., & Emmons, R. A. (1984). Person Situation interactions: Choice of situations and congruence response models. Journal of personality and social psychology, 47, 580.
  • Eysenck, H.J. (1967). The Biological Basis of Personality. C.C. Thomas: Springfield.
  • Eysenck, M.W. (1982) Attention and Arousal. Berlin: Springer-Verlag.
  • Fischer, H., Wik, G., & Frederikson, M. (1997). Extraversion, neuroticism and brain function: A pet study of personality. Personality and Individual Differences. 23, 345-352
  • Freeman, D. (2008). The MBTI instrument in Asia. Singapore MBTI Asia Conference. Singapore.
  • Freud, S. (1920). A General Introduction to Psychoanalysis. Translated by Stanley Hall, G. New York: Boni and Liveright. Retrieved from:. www.bartleby.com/283/.
  • Guilford, J. P., & Guilford, R. B. (1936). Personality factors S, E, and M, and their measurement. The Journal of Psychology, 2(1), 109-127.
  • Harbaugh, E.R. (2010). The effect of personality styles (level of introversion-extroversion) on social media. Elon journal of undergraduate research in communications, 1, 70-86.
  • Heidbreder, E. (1926). Measuring introversion and extroversion. The Journal of Abnormal and Social Psychology, 21(2), 120–134.
  • Heaton, A.W. & Kruglanski, A.W. (1991). Person Perception by Introverts and Extraverts Under Time Pressure: Effects of Need for Closure. Personality and social psychology bulletin, 17, 161-165.
  • Johnson, D.L., Wiebe, J.S., Gold, S.M., Andreasen, N.C., Hichwa, R.D., Watkins, G.L., & Boles-Ponto, L.L. (1999).Cerebral blood flow and personality: a positron emission tomography study. American Journal of Psychiatry, 156, 252-257.
  • Judge, T. A., Higgins, C. A., Thoresen, C. J., & Barrick, M. R. (1999). The Big Five personality traits, general mental ability, and career success across the life span. Personnel Psychology, 52, 621-652.
  • Khalil, R. (2016). Influence of extroversion and introversion on decision making ability. International journal of research in medical sciences, 4.
  • Kilmann, R.H. & Thomas, K.W. (1975). Interpersonal Conflict-Handling Behavior as Reflections of Jungian Personality Dimensions. Psychological Reports, 37, 971-980.
  • Lei, X., Yang, T. & Wu, T. (2015). Functional neuroimaging of extraversion-introversion. Neuroscience Bulletin, 31, 663.
  • McAdams, D. (2017, January 12). The two kinds of stories we tell about ourselves [Interview by E. Smith]. Retrieved March 20, 2019, from https://ideas.ted.com/the-two-kinds-of-stories-we-tell-about-ourselves/
  • Myers, I. B., McCaulley, M. H., Quenk, N. L., & Hammer, A. L. (1998). MBTI Manual: A guide to the development and use of the Myers-Briggs Type Indicator (3rd ed.). Palo Alto, CA: Consulting Psychologists Press
  • Naci-Kayaoglu, M. (2013). Impact of extroversion and introversion on language-learning behaviors. Social behavior and personality, 41, 819-826.
  • Noman, R. (2016). Influence of extroversion and introversion on decision making ability. International Journal of Research in Medical Sciences. 1534-1538. 10.18203/2320-6012.ijrms20161224.
  • O’Connor, P.J., Gardiner, E., & Watson, C. (2016). Learning to relax versus learning to ideate: Relaxation-focused creativity training benefits introverts more than extraverts. Thinking Skills & Creativity, 21, 97-108.
  • Pickering, A.D., Corr, P.J., Powell, J.H., Kumari, V., Thornton, J.C., & Gray, J.A. (1997). Individual differences in reactions to reinforcing stimuli are neither black nor white: To what extent are they Gray? In H. Nyborg (Ed.), The scientific study of human nature: Tribute to Hans J. Eysenck at eighty. Amsterdam: Elsevier Science B.V.
  • Jung, C.G. (1921). Psychological Types. In G. Ardler & R.F.C. Hull (Eds.). The Collected Works of C.G. Jung. Complete Digital Edition. Retrieved from https://www.jungiananalysts.org.uk/wp-content/uploads/2018/07/C.-G.-Jung-Collected-Works-Volume-6_-Psychological-Types.pdf
  • Richard, L. (1993). The Lawyer Types. The ABA Journal, July.
  • Roback, A.A. (1927) The Psychology of Character, With a Survey of Temperament. Journal of Philosophical Studies, 3, 123
  • Rutter, D. R., Morley, I. E. & Graham, J. C. (1972). Visual interaction in a group of introverts and extraverts. European Journal of Social Psychology, 2, 371-384.
  • Scherdin, Mary Jane (1994) Vive la différence: Exploring librarian personality types using the MBTI. In Discovering Librarians: Profiles of a Profession, 125–156. Chicago, IL: Association of College and Research Libraries, American Library Association.
  • Stough, C., Brebner, J., Nettelbeck, T., Cooper, C.J., Bates, T. & Mangan, G.L. (1996), The relationship between intelligence, personality and inspection time. British Journal of Psychology, 87: 255-268.
  • Suslow, T., Kugel, H., Reber, H., Dannlowski, U., Kersting, A., Arolt, V., Heindel, W., Ohrmann, P., & Egloff, B. (2010). Automatic brain response to facial emotion as a function of implicitly and explicitly measured extraversion. Neuroscience, 167, 111-123.

 

Vous pouvez également profiter de :
Une brève histoire de la thérapie par le journal
error: