L’amour des choses imparfaites : comment s’accepter dans un monde en quête de perfection

 

Explorez cinq étapes pour créer des limites compatissantes⁠—d’une manière qui considère toutes les parties avec bienveillance.

Limites de compassion : comment dire non avec le cœur

 

Avez-vous l’habitude de dire oui aux autres, mais de ressentir du ressentiment plus tard ? Croyez-vous que vous devez venir en aide aux autres et donner souvent pour recevoir ?

Vous n’êtes pas seul.

Beaucoup d’entre nous ont développé la conviction que nous devons être gentils, agréables ou utiles à l’exclusion de nos propres sentiments et besoins afin d’être dignes d’amour ou d’appréciation. Cette croyance est, bien sûr, fausse et de plus un objectif impossible à atteindre. Lorsque nous donnons pour recevoir, nous pouvons souvent finir par nous sentir en colère et, par conséquent, nous ne créons pas de limites saines ou de limites compatissantes à la maison et au travail.

Qu’est ce qu’une limite de compassion?

Une « limite compatissante » est un terme que j’utilise pour définir l’acte de se tourner vers n’importe quelle difficulté que je ressens avec compassion et d’écouter le besoin sous-jacent que je veux demander qui est à la fois compatissant envers moi-même et l’autre personne impliquée.

Lorsqu’une frontière est franchie, la première émotion que nous ressentons est souvent la colère. La colère est là pour nous protéger du mal et nous informe que nous devons réaffirmer nos limites pour revenir à l’harmonie. La pratique de cultiver des limites compatissantes a été extrêmement bénéfique dans ma vie personnelle et professionnelle. J’espère qu’il vous servira bien aussi.

Comment pouvons-nous savoir quand nous ne maintenons pas de limites compatissantes?

  1. On dit oui, quand on a vraiment envie de dire non.
  2. Les problèmes des autres deviennent nos priorités.
  3. Nous négligeons les préoccupations importantes liées à la maison ou au travail.
  4. Nous souffrons physiquement parce qu’il y a tellement d’attention vers l’extérieur que nous n’écoutons pas nos besoins de soins personnels, comme le sommeil, la méditation, l’exercice, les pauses, etc.
  5. Nous acceptons les abus dans nos relations.
  6. Nous nous excusons trop et ne disons pas ce que nous ressentons et avons vraiment besoin.
Vous pouvez également profiter de :
10 citations sur l'identité personnelle

La colère au travail est souvent déclenchée dans des situations sociales, par exemple, lorsqu’un assistant ne porte pas sa charge sur un projet, le patron ne reconnaît pas vos efforts, ou comme dans l’exemple ci-dessus, un patron ressent beaucoup de stress et d’être dépassé . Dans le cas de Cheryl, le stress du patron se transforme en colère manifeste envers son employé.

La colère et l’établissement de limites sont clairement liées. La colère est l’une des émotions que nous ressentons lorsque nous ressentons une menace perçue. Lorsque nous sous sentons menacé, nous libérons l’hormone épinéphrine, suivie de noradrénaline (noradrénaline), préparant le corps à réagir en augmentant notre fréquence cardiaque et notre tension artérielle et en réduisant notre concentration pour combattre, fuir ou geler.

Comment tenir des limites compatissantes

Beaucoup d’entre nous ont développé des réactions très habituelles face à des situations difficiles. Au fil du temps, plus on répond d’une certaine manière de manière cohérente, plus les voies neuronales sous-jacentes deviennent fortes, et donc plus il est difficile de modifier notre réponse initiale lorsque nous percevons quelque chose comme menaçant. Cependant, une pratique régulière de la méditation peut nous aider à faire une pause avant de réagir et d’enquêter sur tous nos sentiments et besoins.

Si nous ne nous permettons pas de ressentir notre colère avec gentillesse et acceptation, nous ne pouvons pas créer de limites saines et cela peut causer de grands dommages à nous-mêmes et aux autres par nos paroles et nos actions.

Les deux questions à poser à la colère quand nous remarquons qu’elle est présente sont :

 

Vous pouvez également profiter de :
Comment améliorer l'image de soi

1- Que faut-il protéger ?

2- Que faut-il restaurer ?

Ces questions sont utiles car elles nous permettent d’explorer et de restaurer des limites avec compassion pour soi-même et pour les autres. La colère est un cadeau et ici pour se protéger du mal. La colère peut être un allié puissant qui transforme la réactivité en un cœur courageux.

Cinq étapes pour créer une limite compatissante

1) Connectez-vous à vous lorsque vous sentez qu’une limite a été franchie
Quelles sensations physiques surviennent dans votre corps ? Où ressentez-vous le plus de sensations physiques dans votre corps ? Quels sentiments sont ici? Remarquez les sensations physiques les plus présentes. Identifiez vos sentiments: colère, peur, etc.

2) Tournez-vous vers vos sentiments avec bienveillance
Parlez à vos sentiments avec un ton bienveillant et tolérant: « Colère, j’apprécie que vous me fassiez remarquer que mes limites ont été franchies et que vous veillez sur moi. »

3) Enquêtez sur les besoins liés à vos sentiments
Regardez votre colère d’une manière ouverte et curieuse, demandez-lui : « Qu’est-ce qui doit être protégé ? Que faut-il restaurer ?

4) Reconnaissez vos limites compatissantes
Identifiez votre besoin de sécurité: besoin d’un style de communication plus calme? etc.

5) Cultivez une frontière compatissante dans les mots
Commencez par le bien (vous pouvez utiliser les exemples ci-dessous au travail ou à la maison).
J’apprécie combien vous avez contribué à l’équipe.

Je chéris notre amitié et j’apprécie à quel point vous m’avez toujours aimé et soutenu.

Vous : J’aime travailler avec vous et soutenir les initiatives de notre département.

Soyez direct et précis.
Vous : J’aimerais que nous trouvions un moyen plus efficace de communiquer autour des tâches professionnelles urgentes.

Dirigez avec compassion.

Vous: Je comprends que vous avez de nombreux délais à respecter et que vous avez besoin d’un délai d’exécution rapide. Je suis ici pour vous aider. C’est ce que je veux – Si vous avez quelque chose d’urgent, veuillez m’envoyer un e-mail avec ce dont il s’agit, ce dont vous avez besoin et le délai dans lequel je dois vous le renvoyer. Je ne veux pas recevoir de SMS de votre part plusieurs fois par jour car je me sens surpris et déséquilibré et je ne sais pas comment réagir tout de suite. Cela crée moins d’efficacité pour nous deux.

Vous pouvez également profiter de :
Répandez l'amour et la positivité : le pouvoir de la méditation sur l'amour bienveillant (+audio)

Considérez l’autre personne.
Demandez le point de vue de l’autre personne : « Êtes-vous d’accord avec cela ? Avez-vous une autre suggestion qui fonctionnerait mieux pour vous? «

Soyez prêt à laisser tomber le résultat.
Vous n’obtiendrez peut-être pas ce que vous voulez, mais il est important que vous partagiez ce qui est vrai pour vous d’une manière bienveillante. Si nous n’honorons pas ce qui est vrai, nos limites continuent d’être violées et nous ne faisons pas preuve de compassion envers nous-mêmes ou envers l’autre personne.

La colère, lorsqu’elle est canalisée honorablement, peut établir des limites saines sans détruire les limites des autres. C’est vivre avec un cœur courageux et compatissant et notre monde en a bien plus besoin. J’ai vu à maintes reprises qu’une personne qui dirige avec compassion au travail peut créer toute une révolution de plus grande gentillesse et bien-être au travail. Serez-vous cette personne aujourd’hui ? Oui!

Nous espérons que vous avez été inspiré par la lecture de cet article. Dites-nous en commentaires ce que vous en pensez.

error: