23 Modèles mentaux de la nature humaine

Pourquoi avons nous tant besoin de routines de réflexion? Parce la plupart de nos modèles mentaux naturels ne sont ni critiques, ni sages ni intelligents. En voici 23.

23 modèles mentaux de la nature humaine

 

1. La confiance

Fondamentalement, le monde moderne fonctionne sur la confiance. La confiance familiale est généralement un acquis (sinon nous aurions du mal à survivre), mais nous choisissons aussi de faire confiance aux chefs, commis, chauffeurs, ouvriers d’usine, cadres et bien d’autres. Un système de confiance est celui qui a tendance à fonctionner le plus efficacement ; les récompenses de la confiance sont extrêmement élevées.

2. Le biais des incitations

Très sensibles aux incitations, les humains ont peut-être l’ensemble d’incitations le plus varié et le plus difficile à comprendre du règne animal. Cela nous amène à déformer notre façon de penser quand c’est dans notre propre intérêt de le faire. Un merveilleux exemple est celui d’un vendeur convaincu que son produit améliorera la vie de ses utilisateurs. Ce n’est pas simplement commode qu’il vende le produit; le fait qu’il vende le produit provoque un biais très réel dans sa propre pensée.

3. L’association pavlovienne

Ivan Pavlov a très bien démontré que les animaux peuvent répondre non seulement à des incitations directes mais aussi à des objets associés ; souvenez-vous des célèbres chiens qui salivaient au son d’une cloche. Les êtres humains sont à peu près les mêmes et peuvent ressentir des émotions positives et négatives envers des objets intangibles, l’émotion provenant d’associations passées plutôt que d’effets directs.

4. La tendance à ressentir de l’envie et de la jalousie

Les humains ont tendance à être envieux de ceux qui reçoivent plus qu’eux et à désirer « obtenir ce qui leur appartient » en temps voulu. La tendance à l’envie est suffisamment forte pour conduire à un comportement autrement irrationnel, mais elle est aussi ancienne que l’humanité elle-même. Tout système ignorant les effets de l’envie aura tendance à s’immoler avec le temps.

5. La tendance à se déformer en raison d’aimer/aimer ou de ne pas aimer/haïr

Sur la base d’associations passées, de stéréotypes, d’idéologie, d’influence génétique ou d’expérience directe, les humains ont tendance à déformer leur pensée en faveur des personnes ou des choses qu’ils aiment et contre les personnes ou les choses qu’ils n’aiment pas. Cette tendance conduit à surestimer les choses que nous aimons et à sous-estimer ou à catégoriser largement les choses que nous n’aimons pas, manquant souvent des nuances cruciales dans le processus.

6. Le déni

Quiconque est en vie depuis assez longtemps se rend compte que, comme le dit le dicton, « le déni n’est pas qu’un fleuve en Afrique ». Ceci est puissamment démontré dans des situations comme la guerre ou la toxicomanie, où le déni a de puissants effets destructeurs mais permet une inertie comportementale. Nier la réalité peut être un mécanisme d’adaptation, un mécanisme de survie ou une tactique délibérée.

Vous pouvez également profiter de :
9 biais cognitifs qui affectent votre leadership

7. La disponibilité Heuristique

L’une des découvertes les plus utiles de la psychologie moderne est ce que Daniel Kahneman appelle le biais de disponibilité ou heuristique : nous avons tendance à nous souvenir plus facilement de ce qui est saillant, important, fréquent et récent. Le cerveau a ses propres tendances d’économie d’énergie et d’inertie sur lesquelles nous avons peu de contrôle – l’heuristique de disponibilité est probablement l’une d’entre elles. Avoir une mémoire vraiment complète serait débilitant. Certains sous-exemples de l’heuristique de disponibilité incluent les tendances d’ancrage et de coût irrécupérable.

8. L’heuristique de représentativité

Les trois principales découvertes psychologiques relevant de la représentativité, également définies par Kahneman et son partenaire Tversky, sont :

a. Défaut de comptabiliser les taux de base
Un échec inconscient à regarder les cotes passées pour déterminer le comportement actuel ou futur.

b. Tendance au stéréotype
La tendance à généraliser et à catégoriser largement plutôt que de rechercher des nuances spécifiques. Comme la disponibilité, c’est généralement un trait nécessaire pour économiser l’énergie dans le cerveau.

c. Incapacité à voir les fausses conjonctions
Le plus célèbre démontré par le test de Linda, les deux mêmes psychologues ont montré que les étudiants choisissaient des individus décrits de manière plus vivante comme plus susceptibles d’entrer dans une catégorie prédéfinie que des individus avec des descriptions plus larges, plus inclusives, mais moins vives, même si l’exemple frappant n’était qu’un simple sous-ensemble de l’ensemble le plus inclusif. Ces exemples spécifiques sont considérés comme plus représentatifs de la catégorie que ceux avec des descriptions plus larges mais plus vagues, en violation de la logique et de la probabilité.

9. La preuve sociale (sécurité en nombre)

Les êtres humains sont l’une des nombreuses espèces sociales, avec les abeilles, les fourmis et les chimpanzés, parmi bien d’autres. Nous avons un instinct au niveau de l’ADN pour rechercher la sécurité dans le nombre et chercherons des conseils sociaux sur notre comportement. Cet instinct crée un sentiment cohésif de coopération et de culture qui ne serait pas possible autrement, mais qui nous amène également à faire des bêtises si notre groupe les fait aussi.

10. L’instinct narratif

Les êtres humains ont été appelés à juste titre «l’animal qui raconte des histoires» en raison de notre instinct de construction et de recherche de sens dans le récit. Il est probable que bien avant que nous ayons développé la capacité d’écrire ou de créer des objets, nous racontions des histoires et pensions en histoires. Presque toutes les organisations sociales, des institutions religieuses aux entreprises en passant par les États-nations, fonctionnent sur des constructions de l’instinct narratif.

11. L’instinct de curiosité

Nous aimons appeler les autres espèces curieuses, mais nous sommes les plus curieux de tous, un instinct qui nous a fait sortir de la savane et nous a amenés à en apprendre beaucoup sur le monde qui nous entoure, en utilisant ces informations pour créer le monde dans notre collectif. les esprits. L’instinct de curiosité conduit à un comportement humain unique et à des formes d’organisation comme l’entreprise scientifique. Avant même qu’il y ait des incitations directes à innover, les humains innovaient par curiosité.

12. L’instinct de langage

Le psychologue Steven Pinker appelle notre instinct au niveau de l’ADN pour apprendre un langage grammaticalement construit l’instinct du langage. L’idée que la langue grammaticale n’est pas un simple artefact culturel a été popularisée pour la première fois par le linguiste Noam Chomsky. Comme nous l’avons vu avec l’instinct narratif, nous utilisons ces instincts pour créer des histoires partagées, ainsi que pour bavarder, résoudre des problèmes et se battre, entre autres. La langue grammaticalement ordonnée porte théoriquement une signification variable infinie.

Vous pouvez également profiter de :
10 raisons pour lesquelles vous devriez vous réveiller à 5h du matin pendant 30 jours d’affilée

13. Le biais de première conclusion

Comme l’a souligné Charlie Munger, l’esprit fonctionne un peu comme un spermatozoïde et un ovule : la première idée pénètre puis l’esprit se referme. Comme beaucoup d’autres tendances, il s’agit probablement d’un appareil économe en énergie. Notre tendance à nous contenter de premières conclusions nous amène à accepter de nombreux résultats erronés et à cesser de nous poser des questions ; il peut être contré par quelques routines mentales simples et utiles.

14. La tendance à trop généraliser à partir de petits échantillons

Il est important pour les êtres humains de généraliser; nous n’avons pas besoin de voir chaque exemple pour comprendre la règle générale, et cela fonctionne à notre avantage. Avec la généralisation, cependant, vient un sous-ensemble d’erreurs lorsque nous oublions la loi des grands nombres et agissons comme si elle n’existait pas. Nous prenons un petit nombre d’exemples et créons une catégorie générale, même si nous n’avons aucune base statistique solide pour la conclusion.

15. Les tendances relatives à la satisfaction/à la misère

La tendance à l’envie est probablement la manifestation la plus évidente de la tendance à la satisfaction relative, mais presque toutes les études sur le bonheur humain montrent qu’elle est liée à l’état de la personne par rapport à son passé ou à ses pairs, et non à l’absolu. Ces tendances relatives nous causent beaucoup de misère ou de bonheur dans une très grande variété de situations objectivement différentes et font de nous de piètres prédicteurs de notre propre comportement et de nos sentiments.

16. Le biais d’engagement et de cohérence

Comme les psychologues l’ont fréquemment et de manière célèbre démontré, les humains sont sujets à un parti pris de respecter leurs engagements antérieurs et de rester cohérents avec nous-mêmes lorsque cela est possible. Ce trait est nécessaire à la cohésion sociale : les personnes qui changent souvent leurs conclusions et leurs habitudes sont souvent méfiantes. Pourtant, notre parti pris pour rester cohérent peut devenir, comme l’a dit un farceur, un « hobgobelin d’esprits insensés » – lorsqu’il est combiné avec le biais de la première conclusion, nous finissons par tomber sur de mauvaises réponses et faire face à de grandes preuves. .

17. Le biais rétrospectif

Une fois que nous connaissons le résultat, il est presque impossible de revenir en arrière mentalement. Notre instinct narratif nous amène à penser que nous le savions depuis le début (quoi que ce soit), alors qu’en fait, nous raisonnons souvent simplement après coup avec des informations dont nous ne disposions pas avant l’événement. Le biais rétrospectif explique pourquoi il est sage de tenir un journal des décisions importantes pour un enregistrement inaltéré et de réexaminer nos croyances lorsque nous nous convainquons que nous le savions depuis le début.

Article connexe: Quelle est votre spécialité en matière d’erreur de réflexion?

18. La sensibilité à l’équité

La justice coule profondément dans nos veines. Dans une autre illustration de notre sentiment relatif de bien-être, nous sommes des arbitres prudents de ce qui est juste. Les violations de l’équité peuvent être considérées comme des motifs d’action réciproque, ou du moins de méfiance. Pourtant, l’équité elle-même semble être une cible mouvante. Ce qui est considéré comme équitable et juste à un moment et à un endroit peut ne pas l’être ailleurs. Considérez que l’esclavage a été considéré comme parfaitement naturel et parfaitement contre nature dans les phases alternées de l’existence humaine.

Vous pouvez également profiter de :
Idée d'écriture et de guérison: l'écriture libre

19. La tendance à surestimer la cohérence du comportement (erreur d’attribution fondamentale)

Nous avons tendance à sur-attribuer le comportement des autres à leurs traits innés plutôt qu’à des facteurs situationnels, ce qui nous amène à surestimer la cohérence de ce comportement à l’avenir. Dans une telle situation, prédire le comportement ne semble pas très difficile. Bien sûr, dans la pratique, cette hypothèse s’avère systématiquement fausse, et nous sommes par conséquent surpris lorsque les autres n’agissent pas conformément aux traits « innés » dont nous les avons dotés.

20. L’influence du stress (y compris les points de rupture)

Le stress provoque à la fois des réponses mentales et physiologiques et tend à amplifier les autres biais. Presque tous les préjugés mentaux humains s’aggravent face au stress lorsque le corps entre dans une réaction de combat ou de fuite, s’appuyant uniquement sur l’instinct sans le frein d’urgence du type de raisonnement « Système 2 » de Daniel Kahneman. Le stress provoque des décisions hâtives, l’immédiateté et un retour à l’habitude, donnant ainsi naissance à la devise des soldats d’élite : « Au cœur de la bataille, vous n’atteindrez pas le niveau de vos attentes, mais tomberez au niveau de votre entraînement. ”

21. Le biais de survie

Un problème majeur avec l’historiographie – notre interprétation du passé – est que l’histoire est notoirement écrite par les vainqueurs. Nous ne voyons pas ce que Nassim Taleb appelle la « tombe silencieuse » – les détenteurs de billets de loterie qui n’ont pas gagné. Ainsi, nous surattribuons le succès aux choses faites par l’agent qui a réussi plutôt qu’au hasard ou à la chance, et nous apprenons souvent de fausses leçons en étudiant exclusivement les vainqueurs sans voir tous les perdants qui les accompagnent et qui ont agi de la même manière mais n’ont pas eu la chance de réussir.

22. La tendance à vouloir faire quelque chose (combat/fuite, intervention, démonstration de valeur, etc.)

Nous pourrions appeler ce syndrome de l’ennui : la plupart des humains ont tendance à avoir besoin d’agir, même lorsque leurs actions ne sont pas nécessaires. Nous avons également tendance à proposer des solutions même lorsque nous n’avons pas les connaissances nécessaires pour résoudre le problème.

23. Le biais de falsification / confirmation

Ce qu’un homme souhaite, il le croit aussi. De même, ce que nous croyons est ce que nous choisissons de voir. C’est ce qu’on appelle communément le biais de confirmation. C’est une habitude mentale profondément enracinée, à la fois économe en énergie et confortable, de rechercher des confirmations d’une sagesse de longue date plutôt que des violations. Pourtant, le processus scientifique – y compris la génération d’hypothèses, les tests en aveugle si nécessaire et la rigueur statistique objective – est conçu pour éradiquer précisément le contraire, c’est pourquoi il fonctionne si bien lorsqu’il est suivi.

Resources: Le laboratoire des décisions (en anglais).

 

error: