Pourquoi écrire? Rendre les choses plus claires - 720 pixels x 816 pixels

Une positivité excessive peut être pathologique.

Les sciences psychologiques ont généralement été associées au diagnostic et au traitement des dysfonctionnements mentaux. Une citation, souvent attribuée au père de la psychanalyse, Sigmund Freud, affirme que l’objectif principal de la psychologie est de « remplacer la misère névrotique par le malheur ordinaire ».

Cette déclaration ironiquement déprimante sur le domaine de la psychologie met en évidence une vérité troublante sur la discipline. La plus grande partie de l’histoire de la discipline a consisté à comprendre les maladies de l’esprit humain, à diagnostiquer les patients et à suggérer des interventions qui traitent les personnes qui en souffrent. Cela a cependant changé avec l’introduction de la psychologie positive il y a plus de deux décennies.

Les risques liés à l’optimisme biaisé et à une compassion démesurée.

La psychologie positive se concentre sur les facteurs psychologiques et les traits individuels qui favorisent – plutôt que sur ceux qui inhibent. Les partisans soutiennent que l’absence de problèmes de santé mentale ne signifie pas que la personne s’épanouit ou s’épanouit.

L’utilité de la psychologie positive

Pour utiliser une analogie avec la santé, l’absence de maladie ne signifie pas que l’on peut être en pleine santé. Un individu peut ne pas être malade, mais pourrait bénéficier, par exemple, d’une alimentation plus saine, d’exercices plus réguliers et de temps libre, ou de moins d’expériences de stress au travail. Le mouvement de la psychologie positive a abouti à l’élaboration d’une classification des vertus et des forces de caractère – ce que l’on appellerait parfois l’opposé du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM). Des études ont été menées sur les facteurs psychologiques qui favorisent le bonheur et des expériences de vie significatives. Par exemple, de nombreuses études ont montré les avantages de «l’optimisme appris» et comment cela peut être bénéfique pour notre bien-être. D’autres études ont souligné l’importance de la compassion, en particulier lorsqu’elle est cultivée dans le cadre de la pratique de la méditation de pleine conscience.

La mauvaise interprétation de la psychologie positive

 

Les résultats encourageants ont conduit à d’innombrables suggestions sur la façon de cultiver le bonheur et le sens de sa vie – mais malheureusement, à un point où la véritable mission de la psychologie positive est devenue quelque peu obscurcie ou mal interprétée. Les psychologues travaillant dans ce domaine n’hésiteront pas à souligner que l’objectif de la psychologie positive n’est pas d’assurer « le bonheur à tout prix ».  Il y a eu des inquiétudes concernant le partage des affirmations de la psychologie pop vantant les avantages de rester heureux et satisfait tout le temps. Cette « positivité toxique » est définie par un service de santé mentale comme « la généralisation excessive et inefficace d’un état heureux et optimiste dans toutes les situations… [qui] entraîne le déni, la minimisation et l’invalidation de l’expérience émotionnelle humaine authentique.”

Vous pouvez également profiter de :
41 questions stimulantes qui vous donnent du pouvoir

Il est important de noter que la psychologie positive cherche à remédier au déséquilibre dans les sciences psychologiques – pour souligner qu’une expérience holistiquement saine signifie que l’on est à la fois exempt de problèmes de santé mentale et que l’on a les opportunités, les compétences et les forces pour une vie bien vécue . En tant que tel, le modèle de santé mentale basé sur la maladie est nécessaire (mais pas sans limites) pour une compréhension complète de la condition humaine. Il est peut-être aussi ironique qu’une approche plus authentique de la compréhension et de l’utilisation efficace des découvertes de la psychologie positive repose également sur une compréhension des dangers d’une positivité excessive. Que se passe-t-il lorsque nous sommes excessivement optimistes ou lorsqu’on s’attend à ce que nous soyons compatissants envers tout le temps ?

1 exemple de positivité excessive: le biais d’optimisme

Des études fondamentales sur les traits et l’optimisme appris ont ouvert la voie au développement de la psychologie positive en tant que domaine autonome au sein des sciences psychologiques. Être optimiste est bénéfique pour son bien-être physique et psychologique ; une revue indiquant que les optimistes avaient tendance à rapporter des résultats de santé de meilleure qualité que les pessimistes. Pourtant, il existe également des études montrant comment un excès d’optimisme peut avoir une influence négative, par exemple sur nos décisions. Une étude a montré qu’un optimisme excessif à l’égard des avantages projetés d’une entreprise était associé à une escalade de l’engagement même envers les projets qui échouaient. C’est-à-dire qu’être excessivement optimiste peut nous amener à nous en tenir à des décisions qui peuvent être préjudiciables ou dont il a été démontré qu’elles ont de faibles rendements. Le biais d’optimisme explique ce que certains économistes appellent le sophisme du « coût irrécupérable ». Cette erreur se traduit par l’engagement continu envers un plan d’action défaillant, malgré la présence de meilleures alternatives. En effet, une étude a montré que le niveau d’optimisme élevé des inventeurs expliquait pourquoi les inventeurs étaient plus susceptibles de commettre l’erreur du coût irrécupérable. Ces inventeurs ont continué à dépenser de l’argent pour leurs inventions – jusqu’à 166% de plus que les pessimistes, malgré les conseils avisés d’arrêter de nouvelles dépenses [9]. Enfin, une étude a révélé que les étudiants étaient susceptibles de sous-estimer leurs risques pour la santé par rapport à ceux de leurs pairs. Le biais d’optimisme, des cas comme ceux-ci, peut servir de moyen de diminuer l’inquiétude – mais cela a finalement sapé les comportements qui ont favorisé une meilleure santé. Le biais, semble-t-il, nous décourage de nous engager dans des comportements favorables à la santé car il nous fait penser que les complications de santé ne nous affecteront pas.

Vous pouvez également profiter de :
Donner un visage humain à la souffrance

1 conséquence de la positivité excessive: le phénomène de fatigue de la compassion

La compassion est considérée comme une expérience émotionnelle positive découlant de la préoccupation pour la souffrance d’autrui. Cette émotion motive les intentions d’alléger la souffrance d’autrui [11]. Bien qu’il existe de nombreuses recherches sur les avantages de cultiver la compassion (par exemple, par la compassion et la méditation de pleine conscience), il existe également une ligne de recherche illustrant les effets d’une compassion excessive. La fatigue compassionnelle est définie comme « le résultat final d’un processus progressif et cumulatif causé par un contact prolongé, continu et intense avec les patients, l’utilisation de soi et l’exposition au stress » [12]. La fatigue compassionnelle est souvent examinée dans le contexte des professions de soins, il n’est donc pas surprenant que ces études portent souvent sur des médecins et des professionnels de la santé. Une  revue d’études sur des travailleurs de la santé a montré que l’usure de compassion était associée à une foule de maux physiques (épuisement, troubles du sommeil, immunité compromise), à des changements de comportement (augmentation de la consommation d’alcool, relations personnelles tendues, irritabilité) ainsi qu’à des coûts psychologiques tels que comme une diminution de la sympathie et de l’empathie et une mauvaise image de soi . Prendre soin des autres pèse lourdement sur l’aidant. Il y a une quantité limitée de nous-mêmes que nous pouvons donner aux autres avant de subir les effets néfastes de l’usure de compassion. Ces résultats conduisent également à des propositions selon lesquelles un environnement de travail sain, composé de collègues et de dirigeants solidaires, peut contribuer à réduire le risque d’usure de compassion. Dans une étude sur les infirmières en oncologie, un environnement de travail sain, caractérisé par la cohésion d’équipe et la culture du travail d’équipe, a contribué à réduire les rapports d’usure de compassion et d’épuisement professionnel.

Aborder la psychologie positive et ses découvertes de manière équilibrée

La recherche mettant en évidence les dangers d’une positivité excessive est un antidote qui donne à réfléchir, mais nécessaire, aux affirmations larges et grandioses sur leurs avantages universels. Plus généralement, les résultats ici suggèrent qu’une approche pratique pour comprendre et apprécier les découvertes de la psychologie positive consiste à prendre en compte la gestion des énergies. Une vie significative et heureuse peut être celle dans laquelle nous sommes généralement optimistes quant à nos vies et compatissants envers les autres, tout en veillant à nos énergies physiques, mentales, émotionnelles et spirituelles, car « d’une carafe vide, l’on ne peut rien verser ».

Vous pouvez également profiter de :
Avez-vous le pouvoir de vous voir? Apprenez en 6 étapes simples

Article connexe: Leadership résilient: comment gérer le stress

Rférences:
Reference:
[1] Seligman, M. E. P., & Peterson, C. (2003). Positive clinical psychology. In L. G. Aspinwall & U. M. Staudinger (Eds.), A psychology of human strengths: Fundamental questions and future directions for a positive psychology (p. 305–317). American Psychological Association.
[2] Peterson, C., & Seligman, M. E. (2004). Character strengths and virtues: A handbook and classification (Vol. 1). Oxford University Press.
[3] Seligman, M. E. (2006). Learned optimism: How to change your mind and your life. Vintage.
[4] Hofmann, S. G., Grossman, P., & Hinton, D. E. (2011). Loving-kindness and compassion meditation: Potential for psychological interventions. Clinical Psychology Review, 31(7), 1126-1132.
[5] Mauss, I. B., Tamir, M., Anderson, C. L., & Savino, N. S. (2011). Can seeking happiness make people unhappy? Paradoxical effects of valuing happiness. Emotion, 11(4), 807–815.
[6] Toxic positivity. Available at: https://thepsychologygroup.com/toxic-positivity/
[7] Scheier, M. F., & Carver, C. S. (2018). Dispositional optimism and physical health: A long look back, a quick look forward. American Psychologist, 73(9), 1082-1094.
[8] Meyer, Werner G. "The effect of optimism bias on the decision to terminate failing projects." Project Management Journal 45, no. 4 (2014): 7-20.
[9] Åstebro, T., Jeffrey, S. A., & Adomdza, G. K. (2007). Inventor perseverance after being told to quit: The role of cognitive biases. Journal of Behavioral Decision Making, 20(3), 253-272.
[10] Weinstein, N. D. (1982). Unrealistic optimism about susceptibility to health problems. Journal of Behavioral Medicine, 5(4), 441-460.
[11] Goetz, J. L., & Simon-Thomas, E. (2017). The landscape of compassion: Definitions and scientific approaches. The Oxford handbook of compassion science, 3-16.
[12] Coetzee, S. K., & Klopper, H. C. (2010). Compassion fatigue within nursing practice: A concept analysis. Nursing & Health Sciences, 12(2), 235-243.
[13] Sinclair, S., Raffin-Bouchal, S., Venturato, L., Mijovic-Kondejewski, J., & Smith-MacDonald, L. (2017). Compassion fatigue: A meta-narrative review of the healthcare literature. International Journal of Nursing Studies, 69, 9-24.
[14] Wu, S., Singh-Carlson, S., Odell, A., Reynolds, G., & Su, Y. (2016). Compassion fatigue, burnout, and compassion satisfaction among oncology nurses in the United States and Canada. In Oncol Nurs Forum (Vol. 43, No. 4, pp. E161-E169).

 

error: