La validation émotionnelle est le processus d’apprentissage, de compréhension et d’acceptation de l’expérience émotionnelle d’une autre personne. La validation émotionnelle se distingue de l’invalidation émotionnelle lorsque les expériences émotionnelles d’une personne sont rejetées, ignorées ou jugées.

Qu’est-ce que la validation émotionnelle ?

Valider une émotion ne signifie pas que vous êtes d’accord avec l’autre personne ou que vous pensez que sa réaction émotionnelle est justifiée. Au contraire, vous démontrez que vous comprenez ce que la personne ressent sans essayer de la dissuader ou de lui faire honte.
La validation émotionnelle consiste à reconnaître et à accepter l’expérience intérieure, les pensées, les sentiments et les comportements d’une personne comme valides.

Signes de validation émotionnelle

Une personne émotionnellement validée a le sentiment que non seulement les autres voient et entendent ses émotions, mais acceptent également l’existence de ces sentiments. Une personne qui a le sentiment que ses émotions ne sont pas « mauvaises » ou inappropriées est plus susceptible d’avoir un solide sentiment d’identité et de valeur et peut gérer ses émotions plus efficacement. De plus, la validation émotionnelle aide à ouvrir la porte à l’auto-compassion : le sentiment que nos émotions sont valides nous aide à éviter la honte et l’auto-accusation, afin que nous puissions y répondre avec confiance.
La validation peut provenir d’autres personnes ou de l’intérieur. L’auto-validation consiste à reconnaître et à accepter vos propres pensées et sentiments.

Comment pratiquer la validation émotionnelle

La validation émotionnelle est une compétence qui nécessite de la pratique. L’améliorer peut renforcer vos relations avec les autres et vous aider à valider vos propres pensées et sentiments. Voici quelques stratégies clés.

Identifier et reconnaître l’émotion

Reconnaissez l’émotion que la personne ressent. Cela peut être difficile s’ils n’ont pas clairement communiqué leurs sentiments, alors vous devrez peut-être leur demander, ou deviner et ensuite demander si vous êtes sur la bonne voie.

Par exemple, imaginez que votre proche se comporte avec colère envers vous. S’il  a déjà communiqué qu’il  se sent en colère, démontrez simplement que vous l’avez entendus : « Je comprends que tu es en colère ». S’il n’a pas communiqué ses sentiments, vous pourriez lui dire : « tu as l’air vraiment en colère. Qu’est ce qui se passe ?

Reconnaître la source de l’émotion

L’étape suivante consiste à identifier la situation ou l’indice qui a déclenché l’émotion. Demandez à la personne ce qui cause sa réponse. Vous pourriez dire : « Qu’est-ce qui te fait ressentir cela ? » Gardez à l’esprit, cependant, que votre proche pourrait ne pas être en mesure de le communiquer clairement ou de comprendre ce qui se passe. Dans ce cas, indiquez lui  que quelque chose semble le  contrarier, vous aimeriez savoir ce que c’est, mais vous ne pouvez pas sans avoir une idée claire de la situation.

Vous pouvez également profiter de :
L'importance de savoir se valider soi-même

Valider l’émotion

Imaginez que la personne est capable de communiquer la source de la colère. Dans cet exemple, il est en colère parce que vous rentrez du travail avec 15 minutes de retard. Pour vous, cette colère semble injustifiée ou disproportionnée par rapport à l’offense. Vous pouvez toujours valider ses sentiments, cependant, en communiquant que vous acceptez ce qu’il  ressent, même si vous ne comprenez pas son raisonnement.

Vous pourriez dire :  » je sais que tu es en colère parce que j’ai eu 15 minutes de retard en rentrant à la maison. Je n’avais pas l’intention de te mettre en colère ; j’étais coincé dans les embouteillages. Mais je peux voir que m’attendre t’a bouleversé. » Vous n’avez pas besoin de vous excuser pour votre comportement si vous pensez que vous n’avez rien fait de mal. Vous pourriez en fait désamorcer la situation simplement en reconnaissant les sentiments de la personne.

Déclarations de validation

  1. « Je peux voir comment tu te sentirais de cette façon. »
  2. « Ça doit être vraiment dur. »
  3. « Je ressens la même chose. »
  4. « Comme c’est frustrant ! »
  5. « Je parie que tu es frustré. »
  6. « Je suis là pour toi. »

Déclarations d’invalidation

  1. « Quel est le problème ?
  2. « Vous devriez vous sentir chanceux. »
  3. « Tu es trop sensible. »
  4. « Ne sois pas une telle mauviette. »
  5. « Si vous n’aviez pas fait cela, cela ne serait pas arrivé. »
  6. « Je ne veux pas l’entendre. »

Considérations particulières

Voici quelques autres façons d’aider les gens à se sentir à l’aise et acceptés lorsqu’ils partagent des émotions :

  • Tenez compte de votre langage corporel : gardez une posture ouverte et confortable. Tournez-vous vers l’autre personne et évitez les signaux corporels qui pourraient exprimer un rejet, comme croiser les bras et éviter le contact visuel.
  • Exprimez de l’empathie : Même si l’émotion n’est pas quelque chose que vous comprenez, montrez que vous vous souciez du fait que la personne la ressent.
  • Posez des questions : faites un suivi en posant des questions pour clarifier ce que la personne veut dire. Cela montre que vous écoutez et essayez de comprendre.
  • Évitez de blâmer : Concentrez-vous sur le fait de montrer votre soutien. Ne blâmez ni les sources externes ni la personne.
  • Impact de la validation émotionnelle
Vous pouvez également profiter de :
Le Calendrier: 30 Jours de gentillesse

Lorsque vous validez émotionnellement quelqu’un, vous :

  1. Communiquez votre acceptation : vous montrez que vous vous souciez de la personne et l’acceptez telle qu’elle est.
  2. Renforcez la relation : les personnes qui s’acceptent se sentent plus connectées et établissent des liens plus solides.
  3. Montrez de la valeur : la personne se sent importante pour vous.
  4. Favoriser une meilleure régulation émotionnelle : la recherche suggère que le fait d’offrir aux gens une validation émotionnelle peut les aider à mieux réguler leurs émotions. Cela peut être particulièrement important avec des sentiments négatifs ou pénibles forts.

Conseils pour valider émotionnellement

Vous n’avez pas à vous résigner à être mal traité. Si votre proche se comporte de manière inappropriée ou agressive, vous retirer de la situation est votre meilleure option. Dites-leur que vous voulez leur parler, mais vous ne pouvez pas le faire de manière productive tant qu’ils ne peuvent pas communiquer avec vous calmement, vous reviendrez donc plus tard quand cela vous semblera le bon moment.

Gardez à l’esprit que valider l’émotion de votre proche peut aider à désamorcer la situation, mais cela ne fera pas disparaître l’émotion ni n’aidera instantanément la personne à se sentir mieux. En tout cas, cela n’aggravera probablement pas la situation.

Si la personne présente des symptômes d’un problème de santé mentale, encouragez-la à demander de l’aide professionnelle.

Conséquences de l’invalidation émotionnelle

Certains des effets psychologiques, comportementaux et émotionnels néfastes de l’invalidation comprennent :

  1. Problèmes avec le sens de l’identité d’une personne : L’invalidation émotionnelle peut miner le sens de soi d’une personne. Lorsque les gens sentent que leurs caractéristiques de personnalité, leurs pensées et leurs comportements ne sont pas acceptés, ils peuvent développer une faible estime de soi ou une mauvaise image de soi.
  2. Difficulté à gérer les émotions : l’invalidation indique aux gens que ce qu’ils ressentent ou la façon dont ils expriment ces sentiments est faux. Cela peut amener les gens à sentir qu’ils ne peuvent pas faire confiance à leurs émotions, ce qui peut rendre difficile la régulation de ces sentiments.
  3. Mauvaise santé mentale : l’invalidation émotionnelle peut également contribuer à des problèmes de santé mentale, notamment la dépression et l’anxiété. L’invalidation peut faire sentir aux gens que leurs pensées et leurs sentiments n’ont pas d’importance pour les autres. L’invalidation, y compris l’auto-invalidation, peut également rendre plus difficile la guérison de troubles mentaux.

Quelques théories psychologiques dominantes du trouble de la personnalité limite (TPL) affirment que de nombreuses personnes atteintes de TPL n’ont pas reçu une validation émotionnelle suffisante au cours de leur développement. Cela peut être un facteur dans le développement de la dérégulation émotionnelle caractéristique du trouble.

Vous pouvez également profiter de :
17 exercices et conseils scientifiques pour manger en pleine conscience

Les personnes atteintes de TPL ont généralement des réactions émotionnelles très fortes à des événements qui semblent mineurs aux observateurs. En conséquence, les personnes atteintes de trouble borderline éprouvent fréquemment une invalidation émotionnelle, c’est-à-dire que les autres réagissent à leurs émotions comme si ces émotions n’étaient pas valides ou raisonnables.
N’oubliez pas : ce n’est pas à vous de faire disparaître les sentiments de la personne, bien que vous puissiez choisir de la soutenir. Au contraire, reconnaître et valider les sentiments de la personne peut l’aider à trouver sa propre façon de réguler l’émotion.

Les 3 points à retenir

  1. Pourquoi les gens veulent-ils une validation émotionnelle ?
    Les gens ont besoin de sentir que leurs sentiments comptent et que les autres entendent vraiment ce qu’ils disent. La validation émotionnelle nous fait nous sentir acceptés. Une personne émotionnellement validée peut généralement réguler ses propres émotions de manière appropriée et s’apaiser lorsque les sentiments menacent de submerger.
  2. Comment pouvez-vous donner une validation émotionnelle?
    Écoutez, reconnaissez et reformulez ce que la personne dit. Le but est de les aider à se sentir vus et entendus, et non de modifier ou de minimiser leurs émotions.
  3. Que pouvez-vous faire lorsque la validation émotionnelle ne fonctionne pas ?
    Si vous arrivez à une impasse, que la personne répond de manière inappropriée ou que vous vous sentez mal à l’aise, quittez la situation. Dites quelque chose comme : « Je veux te parler, mais je vois que tu es contrarié. Revenons-y plus tard.
Sources:
  1. Galen, G. Validation: Making sense of the emotional turmoil in borderline personality disorder. McLean Hospital, Harvard Medical School.
  2. Westphal M, Leahy RL, Pala AN, Wupperman P. Self-compassion and emotional invalidation mediate the effects of parental indifference on psychopathologyPsychiatry Research. 2016;242:186-191. doi:10.1016/j.psychres.2016.05.040
  3. Wojnarowska A, Kobylinska D, Lewczuk K. Acceptance as an emotion regulation strategy in experimental psychological research: What we know and how we can improve that knowledgeFront Psychol. 2020;11:242. doi:10.3389/fpsyg.2020.00242
  4. Herr NR, Jones AC, Cohn DM, Weber DM. The impact of validation and invalidation on aggression in individuals with emotion regulation difficultiesPersonal Disord. 2015;6(4):310-4. doi: 10.1037/per0000129
  5. Dixon-Gordon KL, Peters JR, Fertuck EA, Yen S. Emotional processes in borderline personality disorder: An update for clinical practiceJ Psychother Integr. 2017;27(4):425-438. doi:10.1037/int0000044

 

error: