Qu’est-ce que la théorie de la contagion émotionnelle ? (Définition et exemples)

par | 10 Mai 2023

 

Qu’est-ce que la théorie de la contagion émotionnelle? J’aimerais vous parler de votre retour chez vous après une dure journée de travail, fatigué et déprimé.En ouvrant la porte d’entrée, vous êtes frappé par les images, les sons et les arômes d’un dîner en cours.Vous voyez la famille et les amis sourire, rire, partager des histoires et de la nourriture. Tout de suite, votre humeur s’éclaircit. Vous oubliez vos soucis et vous souriez et riez bientôt avec les autres.Vous venez de vivre une forme de contagion émotionnelle.

Avant de poursuivre votre lecture, nous avons pensé que vous aimeriez peut-être télécharger gratuitement nos trois exercices d’intelligence émotionnelle. Ces exercices scientifiques amélioreront votre capacité à comprendre et à travailler avec vos émotions.

 

 

Qu’est-ce que la théorie de la contagion émotionnelle ? (Définition et exemples)

La contagion émotionnelle se produit lorsque les émotions et les comportements associés d’une personne entraînent des émotions et des comportements similaires chez les autres.

La conscience de la contagion émotionnelle est importante pour gérer nos propres émotions et les actions qui y sont liées, et pour assurer notre bien-être et celui des autres.

Cet article décrit les processus impliqués dans la contagion émotionnelle. Il examine également comment ce phénomène commun et puissant pourrait être positivement canalisé.

Qu’est-ce que la contagion émotionnelle ?

Si quelqu’un nous approche avec un sourire, nous avons une tendance naturelle à sourire en retour. S’ils s’approchent de nous avec un froncement de sourcils, la tendance est de froncer les sourcils aussi.

Une telle imitation de sourires, de froncements de sourcils ou d’autres expressions émotionnelles se produit souvent en quelques millisecondes et sans que nous en soyons pleinement conscients (Wood, Rychlowska, Korb et Niedenthal, 2016). En imitant les expressions faciales des autres, nous pouvons puiser dans ce qu’ils ressentent et ressentir nous-mêmes des émotions similaires. Nous sommes alors susceptibles de nous comporter d’une manière ou d’une autre, en fonction de ces émotions.

Une telle contagion émotionnelle peut être négative ou positive.

Lorsque les gens sont poussés à la colère et à des actes violents par un démagogue, ce serait un exemple de contagion émotionnelle négative.

D’un autre côté, lorsqu’un chef d’entreprise sourit fréquemment, est généralement gentil et positif envers les employés et inspire des sentiments positifs à l’ensemble de la main-d’œuvre, cela serait un exemple de contagion émotionnelle positive.

Derrière la théorie : 6 résultats de recherche

Les premières recherches sur la contagion émotionnelle ont souligné sa base dans le contact et le mimétisme de personne à personne, y compris les signaux non verbaux des autres tels que le ton de la voix, les gestes et les expressions faciales (Hatfield, Cacioppo et Rapson, 1993).

La recherche a montré qu’un tel mimétisme vient naturellement aux humains et à d’autres créatures sociales en partie sur la base de l’existence de «neurones miroirs» dans notre cortex cérébral (Bastiaansen, Thioux et Keysers, 2009).

Les neurones miroirs ont été découverts pour la première fois dans les années 1990. Des neuroscientifiques italiens ont montré que les mêmes neurones dans le cerveau des singes s’activaient lorsqu’un singe saisissait un objet et lorsqu’ils regardaient un autre singe saisir l’objet (Ferrari & Rizzolatti, 2014).

Des processus de miroir similaires se produisent entre les humains. Lorsque vous vous asseyez tout seul et que vous souriez à propos d’une expérience agréable, cela allume certains neurones de votre cerveau. Lorsqu’une autre personne vous sourit, cela allume bon nombre des mêmes neurones qui se sont déclenchés lorsque vous avez souri tout seul (Bastiaansen et al., 2009).

Ces neurones spécialisés et leurs réseaux aident à expliquer comment les humains peuvent se «miroir» les uns les autres, y compris nos émotions.

  1. Plus ils sont activés, plus les neurones et leurs voies se renforcent. Nous connaissons cela sous le nom d’apprentissage hebbien, qui a été défini comme : des neurones qui s’allument ensemble, se connectent ensemble (Keysers et Gazzola, 2014).
  2. Refléter – et diffuser – des émotions positives ou négatives a des implications dans le monde réel. Par exemple, une étude publiée   a révélé que la contagion émotionnelle négative telle que la colère au travail entraînait davantage d’erreurs cognitives et d’accidents du travail.
  3. La contagion émotionnelle positive a entraîné moins d’erreurs cognitives et d’accidents (Petitta, Probst, Ghezzi et Barbaranelli, 2019).
  4. Il est prouvé que prendre des pauses sur les réseaux sociaux peut augmenter l’affect positif, peut-être en réduisant la comparaison sociale et l’exposition à la négativité, ainsi qu’en mettant davantage l’accent sur l’activité physique par rapport à l’activité sédentaire.
  5. Par exemple, Hunt et ses collègues (2018) ont constaté que les étudiants qui limitaient leur utilisation de Facebook, Instagram et/ou Snapchat à 30 minutes par jour pendant trois semaines présentaient des réductions significatives de la solitude et des symptômes dépressifs, par rapport aux étudiants qui utilisaient les médias sociaux comme habituelle pendant cette période.
  6. Ils ont conclu que limiter l’utilisation des médias sociaux à 30 minutes par jour peut contribuer à un plus grand bien-être émotionnel (Hunt, Young, Marx et Lipson, 2018).

3 exemples concrets de contagion émotionnelle

Il existe de nombreux exemples de contagion émotionnelle négative à travers l’histoire, en particulier impliquant des foules.

La Psychologie des foules de Gustav Le Bon (1895), un des premiers travaux mettant en évidence la contagion émotionnelle, s’inspire en partie de l’expérience de l’auteur de la Commune de Paris (mars-mai 1871). La Commune de Paris a été un mouvement révolutionnaire violent et éphémère qui a opposé les Parisiens aux Français des zones rurales.

Selon Le Bon, la Commune était avant tout un exemple de régime populaire, caractérisé par des foules dans lesquelles une contagion d’idées et de sentiments violents conduisait à des émeutes, des effusions de sang et l’incendie de monuments architecturaux.

Au moment où Le Bon écrivait Psychologie des foules, l’existence de microbes et leur potentiel de propagation contagieuse étaient bien établis dans les cercles scientifiques. Le Bon a affirmé avec confiance qu’une propagation similaire d’émotions par contact étroit – la contagion émotionnelle – pourrait être tout aussi puissante et conséquente que toute contagion microbienne.

Les penseurs ultérieurs ont noté que la contagion microbienne diffère de la contagion émotionnelle car elle est «linéaire», l’agent infectieux étant passivement reçu par un individu. Alors que la contagion émotionnelle est dite « dialogique », parce qu’elle implique un sujet actif prenant part avec d’autres à une sorte de dialogue de gestes, d’expressions faciales, de symboles ou de discours partagés ; les individus co-créent l’expérience émotionnelle ou la contagion (Warren & Power, 2015).

Dans un autre exemple bien connu de contagion émotionnelle, de fausses accusations contre des hommes afro-américains dans un cirque à Duluth, Minnesota, en 1920, ont provoqué une foule en colère de milliers de personnes à battre et à pendre trois des accusés. Cet incident a ensuite été relaté dans la chanson épique Desolation Row de Bob Dylan (1965). Il illustre à nouveau le terrible pouvoir de contagion, lorsque les émotions propagées sont négatives et violentes.

Des exemples de contagion émotionnelle positive se retrouvent également tout au long de l’histoire, bien qu’ils puissent attirer moins d’attention.

Le «Summer of Love» de 1967 aux États-Unis a été caractérisé par de grands rassemblements de jeunes pour la plupart à San Francisco et dans d’autres zones urbaines. Ces rassemblements étaient connus pour répandre des sentiments de générosité, de « paix et d’amour » et de bienveillance générale les uns envers les autres. Ces sentiments et attitudes auraient été modélisés par des chefs de groupe comme l’artiste Michael Bowen et le psychologue Timothy Leary.

Contagion émotionnelle et empathie

L’empathie, en tant qu’adaptation aux circonstances ou aux humeurs des autres, implique ce qu’Erich Fromm (1956) appellerait l’individuation ou l’autonomie. Selon Fromm, pour être empathique, il faut se mettre à la place de l’autre, ressentir sa situation difficile ou sa situation, mais aussi garder l’autonomie nécessaire pour établir des relations avec cette autre personne et éventuellement l’aider.

Ainsi, les états émotionnels comme l’empathie nécessitent une certaine distance psychologique de la part de la personne qui les vit – une distance psychologique qui manque souvent de contagion émotionnelle.

Il peut y avoir une ligne fine entre l’empathie et la contagion émotionnelle. Par exemple, il y a des cas de thérapeutes ou d’autres professionnels de l’aide qui ressentent la détresse de leurs clients avec une telle acuité qu’ils deviennent eux-mêmes en détresse émotionnelle et ne peuvent plus fonctionner comme aidants.

Une telle contagion émotionnelle négative pourrait expliquer en partie pourquoi une revue de la littérature sur l’épuisement professionnel chez les psychothérapeutes a trouvé « l’épuisement émotionnel » comme la cause la plus souvent citée (McCormack, MacIntyre, O’Shea, Herring, & Campbell, 2018).

Le rôle puissant des médias sociaux dans la contagion émotionnelle

Dans une étude à grande échelle portant sur 689 003 sujets, ils ont constaté que les réductions des éléments positifs du fil d’actualité étaient associées à moins de messages positifs et plus négatifs par les participants. Le schéma inverse s’est produit lorsque les éléments négatifs du fil d’actualité ont été réduits.

L’étude de Kramer et al. (2014) est controversée, en partie à cause de son utilisation des données Facebook des sujets sans consentement éclairé. Pourtant, les conclusions de base semblent solides. Ces résultats suggèrent que la contagion émotionnelle peut se produire sur les plateformes de médias sociaux et en fait à grande échelle.

Une autre étude (Guadagno, Rempala, Murphy et Okdie, 2013) suggère que les vidéos Internet sont largement partagées ou « deviennent virales » en fonction de l’intensité de la réponse émotionnelle qu’elles suscitent, que cette réponse émotionnelle soit positive ou négative.

Pris ensemble, les résultats ci-dessus suggèrent que nous devrions considérer les résultats possibles d’une contagion émotionnelle négative ou positive dans les médias sociaux, et agir en conséquence. Un exemple parfait est d’éviter ou de limiter le partage de contenu susceptible de susciter des émotions et des comportements négatifs.

À cet égard, il y a une histoire révélatrice sur la façon dont le comédien Patton Oswalt a inversé un fil émotionnel négatif sur son fil Twitter.

Un homme avait répondu à un poème politique d’Oswalt par une sévère attaque personnelle. Plutôt que d’attaquer en nature, Oswalt a consulté le fil Twitter de l’homme et a découvert qu’il avait des problèmes médicaux importants et des factures croissantes. Il a ensuite sympathisé avec l’homme, a contribué à son fonds médical et a exhorté ses partisans à faire de même.

Oswalt et ses partisans ont collecté plus de 30 000 $ pour les factures de l’homme. Peut-être plus important encore, cet homme a déclaré avoir été submergé de gratitude pour cette démonstration inattendue d’amour et de soutien. Il s’est également engagé à être plus conscient à l’avenir du pouvoir des mots de blesser ou d’aider.

Une note sur la contagion émotionnelle en milieu de travail

Dans une conférence TED informative et inspirante de 2016, Brandon Smith discute de la contagion émotionnelle négative et positive sur le lieu de travail.

Dans la conférence TED, Brandon discute des travaux de Hatfield, Cacioppo et Rapson (1994) sur le mimétisme comme base d’une contagion émotionnelle souvent inconsciente. Il affirme que les dirigeants des organisations propagent les émotions plus puissamment que leurs subordonnés.

Brandon ajoute que les émotions négatives sont les plus contagieuses et que l’antidote – propager des états émotionnels positifs – est impératif pour la santé des organisations et de leurs membres.

Ce qui suit est prescrit pour la santé personnelle et organisationnelle :

Remarquez ce que vous pensez de votre lieu de travail, de votre patron et de vos collègues. Cela vous permettra de faire des ajustements comportementaux. De tels ajustements peuvent aller d’ajustements mineurs comme éviter de travailler avec certaines personnes, si possible, à des changements majeurs comme démissionner pour chercher un meilleur environnement de travail.
Décidez d’être un « stimulant émotionnel positif » pour les autres au travail. Cela signifie offrir au moins trois éléments positifs (sous forme de sourires, de commentaires positifs, de félicitations, etc.) pour chaque élément négatif que vous publiez, qu’il s’agisse d’une critique, d’un froncement de sourcils, etc. Comme la recherche l’a montré, une telle positivité peut être contagieuse. et faites de votre lieu de travail un endroit meilleur et encore plus sûr pour tous (Petitta et al., 2019).
Enfin, bien que cela ne soit pas nécessairement directement lié au lieu de travail, Smith suggère : la prochaine fois que vous sortez dîner, souriez au serveur et dites « Merci ». Parce qu’il y a de fortes chances que cette personne ait eu une journée difficile.

Un message à retenir

Le pouvoir de la contagion émotionnelle négative d’entraîner les foules dans un comportement hystérique et violent, comme lorsque les craintes de sorcellerie ont atteint leur paroxysme lors des procès meurtriers des sorcières de Salem, a alarmé les premiers auteurs comme MacKay et Le Bon.

Ces premiers auteurs pourraient être encore plus alarmés s’ils voyaient les opportunités de contagion émotionnelle négative aujourd’hui, amplifiées comme elles le sont par les bouleversements politiques, l’urbanisation, le développement des technologies de communication, la montée des plateformes de médias sociaux et la mondialisation.

Cependant, des recherches et des réflexions ultérieures suggèrent également que les êtres humains peuvent ralentir ou même inverser la propagation des émotions contagieuses négatives et les remplacer par une propagation émotionnelle plus positive et adaptative.

Cela pourrait commencer par l’étape humble mais puissante de remarquer nos émotions et de remettre en question leur fondement. En augmentant la conscience de nos émotions, nous pouvons les évaluer de manière plus critique et, avec le temps, remplacer leurs formes négatives par des réponses émotionnelles plus positives.

Une partie de la façon dont nous pourrions remplacer ces émotions négatives consiste à créer des comportements incompatibles avec elles. De tels comportements pourraient inclure la limitation de notre exposition aux flux d’actualités et aux fils de discussion souvent négatifs sur les réseaux sociaux.

Nous espérons que les outils proposés ci-dessus vous aideront à mieux comprendre vos états émotionnels et leur origine, à évaluer leur nature positive ou négative et à façonner les comportements et les émotions en conséquence. N’oubliez pas de télécharger gratuitement nos trois exercices d’intelligence émotionnelle. 

Prochain article: 10 façons de développer votre cerveau, selon la science.

Références:
  • Bastiaansen, J. A., Thioux, M., & Keysers, C. (2009). Evidence for mirror systems in emotions. Philosophical Transactions of the Royal Society, Series B, Biological Sciences364(1528), 2391–2404.
  • Brooks, D. (2011). The social animal [Video]. TED conferences. https://ed.ted.com/lessons/social-animal-david-brooks
  • Dylan, B. (1965). Desolation Row. On Highway 61 Revisited. Track 9. Columbia Records.
  • Ferrari, P. F., & Rizzolatti, G. (2014). Mirror neuron research: The past and the future. Philosophical Transactions of the Royal Society, Series B, Biological Sciences369(1644), 20130169.
  • Fromm, E. (1956). The art of loving. Harper & Row.
  • Guadagno, R., Rempala, D., Murphy, S., & Okdie, B. (2013). What makes a video go viral? An analysis of emotional contagion and Internet memes. Computers in Human Behavior29, 2312–2319.
  • Hatfield, E., Cacioppo, J. T., & Rapson, R. L. (1993). Emotional contagion. Current Directions in Psychological Science2(3), 96–100.
  • Hatfield, E., Capiocco, J. T., & Rapson, R. L. (1994). Emotional contagion: Studies in emotion and social interaction. Cambridge University Press.
  • Hunt, M., Young, J., Marx, R., & Lipson, C. (2018). No more FOMO: Limiting social media decreases loneliness and depression. Journal of Social and Clinical Psychology37, 751–768.
  • Keysers, C., & Gazzola, V. (2014). Hebbian learning and predictive mirror neurons for actions, sensations and emotions. Philosophical Transactions of the Royal Society, Series B, Biological Sciences369(1644), 20130175.
  • Kramer, A. D. I., Guillory, J. E., & Hancock, J. T. (2014). Experimental evidence of massive-scale emotional contagion through social networks. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America111(24), 8788–8790.
  • Kravetz, L. D. (2017). Strange contagion: Inside the surprising science of infectious behaviors and viral emotions and what they tell us about ourselves. Harper Wave.
  • Le Bon, G. (1895, 2009). Psychology of crowds (Anonymous, trans). Kindle Paperwhite Version. Retrieved from amazon.com.
  • MacKay, C. (1841, 2011). Extraordinary popular delusions and the madness of crowds (reprint ed.). CreateSpace Independent Publishing.
  • McCormack, H. M., MacIntyre, T. E., O’Shea, D., Herring, M. P., & Campbell, M. J. (2018). The prevalence and cause(s) of burnout among applied psychologists: A systematic review. Frontiers in Psychology9, 1897.
  • Petitta, L., Probst, T. M., Ghezzi, V., & Barbaranelli, C. (2019). Cognitive failures in response to emotional contagion: Their effects on workplace accidents. Accident Analysis and Prevention125, 165–173.
  • Reich, W. (2019). How the magic of kindness helped me survive the Holocaust [Video]. TED conferences. https://www.ted.com/talks/werner_reich_how_the_magic_of_kindness_helped_me_survive_the_holocaust
  • Smith, B. (2016, July 20). Are emotions contagious in the workplace? | Brandon Smith | TEDxEmory. [Video]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=Le9Isb03RY8
  • Warren, Z. J., & Power, S. A. (2015). It’s contagious: Rethinking a metaphor dialogically. Culture & Psychology21(3), 359–379.
  • Wood, A., Rychlowska, M., Korb, S., & Niedenthal, P. (2016). Fashioning the face: Sensorimotor simulation contributes to facial expression recognition. Trends in Cognitive Science20(3), 227–240.
Vous pouvez également profiter de :
Pourquoi écrire: écrire pour prendre soin de vous
error: