L’excellent livre d’Adam Grant sur la générosité, « Give and Take »: le résumé

par | 30 Avr 2023

Give and Take: Êtes-vous un donneur, un preneur ou un matcher ? Le livre de l’expert en psychologie organisationnelle Adam Grant discute des différents styles de réciprocité et leurs conséquences sur la performance de l’équipe et la réussite individuelle. Vous savez probablement que le travail acharné, la passion, la chance et le talent jouent tous un rôle majeur dans la détermination de votre réussite dans votre vie professionnelle.Mais saviez-vous qu’il existe un autre facteur – votre style de réciprocité – qui est tout aussi important, sinon plus important ? Chaque fois que nous interagissons avec une autre personne au travail, nous avons un choix à faire : essayons-nous de revendiquer autant de valeur que possible ou d’apporter de la valeur sans nous soucier de ce que nous recevons en retour ?

L’excellent livre d’Adam Grant sur la générosité, « Give and Take »: le résumé

« Chaque fois que nous interagissons avec une autre personne au travail, nous avons un choix à faire : essayons-nous de revendiquer autant de valeur que possible ou d’apporter de la valeur sans nous soucier de ce que nous recevons en retour ? »

Adam Grant, donner et recevoir

En 2013, Adam Grant a publié un livre fondateur intitulé « Give and Take ». Psychologue organisationnel et l’un des meilleurs professeurs de Wharton, Grant était déjà l’un des auteurs les plus vendus du New York Times lorsqu’il a écrit « Give and Take », qui a également été nommé l’un des meilleurs livres de l’année par le Wall Street Journal et le Financial Times.

Dans « Give and Take », Grant propose que l’accent mis sur la performance sur le lieu de travail soit moins axé sur l’individu et davantage sur l’équipe. Il suggère que nous devrions examiner de près l’interaction des employés – plus précisément, leur volonté d’aider. Les recherches de Grant ont montré que le succès organisationnel dépend de plus en plus de l’interaction et que, sur le lieu de travail, les gens ont tendance à :

  • prendre des autres (preneurs),
  • échanger leur temps et leurs informations équitablement avec les autres (matchers),
  • ou contribuer sans rien attendre en retour (donateurs).

« Êtes-vous un preneur ou un donneur?« : dans son Ted show.

La plupart des gens entrent dans la catégorie des « matchers ». En menant des recherches organisationnelles approfondies parmi les ingénieurs, les étudiants en médecine et le personnel de vente, Grant a découvert que les vendeurs les plus généreux obtenaient les résultats de vente les plus bas, les étudiants les plus généreux recevaient les notes les plus basses et les ingénieurs les plus généreux qui passaient tant de temps à aider les autres à faire leur travail, ils manquaient de temps et d’énergie pour faire le leur. Cependant, le paradoxe est qu’en se sacrifiant, les donateurs améliorent souvent leurs organisations.

Après 38 études sur 3 611 unités de travail portant sur la fréquence de la générosité au sein d’une organisation, Grant a découvert que plus les gens partagent leurs connaissances et leur mentorat, mieux l’organisation réussit dans tous les paramètres mesurables: bénéfices, satisfaction des clients, fidélisation des employés et baisse des dépenses de fonctionnement pour n’en nommer que quelques-uns.

Si les donneurs sont les interprètes personnels individuels d’une organisation, on pourrait penser que les preneurs ou les apparieurs étaient les meilleurs interprètes, mais Grant a constaté que ce n’était pas le cas. Dans chaque étude réalisée par Grant, les donneurs ont également démontré les meilleurs résultats. Comment cela pouvait-il être alors qu’ils étaient également si médiocres? À travers les données, les donateurs couvraient les deux extrêmes, c’est-à-dire que parmi les vendeurs, par exemple, les donateurs constituent la majorité des personnes qui génèrent les revenus les plus faibles, mais aussi la majorité qui génère les revenus les plus élevés. Il a constaté les mêmes tendances pour la productivité des ingénieurs et les notes des étudiants en médecine.

Les donateurs étaient surreprésentés en bas et en haut de chaque métrique traçable.

Alors Grant s’est engagé à découvrir comment nous pouvons créer des lieux de travail où les donateurs peuvent exceller. Il a trouvé un certain nombre de conditions qui font partie intégrante de la réussite des donateurs.

Que nous apprend Give and take?

Depuis des générations, nous nous concentrons sur les moteurs individuels du succès : la passion, le travail acharné, le talent et la chance. Mais aujourd’hui, le succès dépend de plus en plus de la façon dont nous interagissons avec les autres. Il s’avère qu’au travail, la plupart des gens opèrent soit comme preneurs, soit comme matchers, soit comme donneurs. Alors que les preneurs s’efforcent d’obtenir le plus possible des autres et que les matchers visent à échanger de manière égale, les donneurs sont la race rare de personnes qui contribuent aux autres sans rien attendre en retour.

En utilisant ses propres recherches pionnières en tant que professeur de premier plan de Wharton, Adam Grant montre que ces styles ont un impact surprenant sur le succès. Bien que certains donateurs soient exploités et s’épuisent, les autres obtiennent des résultats extraordinaires dans un large éventail d’industries. Combinant des preuves de pointe avec des histoires captivantes, Grant montre comment l’un des meilleurs réseauteurs américains a développé ses relations, pourquoi le génie créatif derrière l’une des émissions les plus populaires de l’histoire de la télévision a travaillé pendant des années dans l’anonymat, comment un cadre de basket-ball responsable de plusieurs repêchages a transformé sa franchise en un gagnant, et comment nous aurions pu anticiper la disparition d’Enron quatre ans avant que l’entreprise ne s’effondre – sans jamais regarder un seul chiffre

Give and Take: Protégez-les du burn-out

Pour créer une organisation où les donateurs sont ceux qui se situent à l’extrême positif de la performance, il est important que les contributions des donateurs soient valorisées et, de plus, leur énergie valorisée et répartie afin qu’ils ne s’épuisent pas. Grant donne l’exemple d’un service hospitalier où il y a une infirmière uniquement désignée pour aider les autres infirmières. Ce type de liste est un moyen logique de prévenir l’épuisement professionnel et de favoriser activement une culture où il n’est pas seulement acceptable de demander de l’aide – c’est encouragé – il y a un membre du personnel désigné à cet effet.

Give and Take: Créez une culture de demande d’aide

La création d’une culture qui encourage activement à demander de l’aide protège non seulement les donateurs, mais motive également davantage de personnes à devenir des donateurs, car 75 à 90 % de tous les dons dans les organisations commencent par une demande. Les gens ont beaucoup de difficulté à demander de l’aide. Nous avons examiné certaines de ces difficultés et comment les surmonter dans notre article précédent, « Comment demander de l’aide au travail ». Plus les gens peuvent se sentir en sécurité pour demander de l’aide, plus vous pouvez générer de concessions mutuelles.

Give and Take: Faites attention à qui vous embauchez

L’impact négatif d’un preneur sur la culture est généralement le double ou le triple de l’effet d’un donneur. Une pomme pourrie gâche vraiment le tonneau. Un preneur dans une équipe fera en sorte que tous les autres donneurs arrêtent de donner. Et si vous avez une équipe où il n’y a qu’un seul donateur, sa générosité ne déteint pas sur les autres. Il est peu probable qu’un donneur puisse créer plus de donneurs. Au contraire, tout le monde profitera de cette générosité et prendra plutôt que de donner plus ! Ainsi, la constitution d’une équipe efficace ne consiste pas à faire venir des donneurs, mais à supprimer des preneurs afin qu’il ne vous reste que tous les donneurs et les matchers.

Give and Take: Comment créer plus de concessions mutuelles

Réfléchissez à vos propres solutions pour votre organisation sur la façon dont vous pouvez créer une culture où les donateurs prospèrent et apportent tous les avantages associés d’une productivité et de résultats accrus.

Commencez par voir comment chaque membre de l’équipe peut demander de l’aide en toute sécurité. Sondez vos équipes pour savoir dans quelle mesure elles se sentent en sécurité en demandant de l’aide et quels facteurs les empêchent de demander de l’aide. Abordez ces facteurs avec votre équipe de direction et consultez les conseils de Grant sur la composition des équipes. Travaillez avec les RH pour déterminer s’il y a des preneurs qui retiennent tout le monde. Ils ne sont pas toujours faciles à repérer et Grant a de bons conseils dans sa conférence TED et son livre sur la façon de repérer un preneur.

Examinez ensuite les mesures que votre organisation pourrait mettre en place pour encourager les dons et protéger les donateurs contre l’épuisement professionnel. Assurez-vous que vos programmes de mentorat et de formation se déroulent sans heurts avec la possibilité pour tous les membres de l’organisation de contribuer d’une manière ou d’une autre, quel que soit leur niveau dans la hiérarchie.

Réfléchissez à des opportunités d’aider votre équipe. Demandez à votre équipe de discuter d’idées non seulement sur la manière dont ils peuvent s’entraider, mais également sur la manière dont ils peuvent aider d’autres départements et d’autres bureaux de l’organisation. Y a-t-il des activités de sensibilisation qu’ils peuvent aider dans leur communauté locale ou un projet qui pourrait être dans une industrie différente mais qui a une sorte de correspondance pertinente avec votre organisation ? Et bien sûr, comment peuvent-ils aider vos clients et autres utilisateurs finaux ?

Pourquoi les donneurs réussissent-ils ?

L’une des principales raisons est qu’ils se forgent une meilleure réputation, des relations plus nombreuses et plus solides et des réseaux bien plus vastes que les apparieurs ou les preneurs. La réputation, les relations et le bon réseau amélioreront le succès de chacun dans la vie.

Alors, comment les donneurs accomplissent-ils cela ? Réponse : Par les règles de réciprocité. Laissez-moi expliquer…

N’oubliez pas que lorsque vous interagissez avec un donneur, il devient rapidement clair qu’il se soucie vraiment de vos intérêts. Il vise à vous rendre meilleur, à vous et à tous les autres. Il donne, aide et investit beaucoup de temps et d’efforts sans rien attendre en retour. Il vise à créer des relations gagnant-gagnant.

Cela devient sa réputation. Il sera connu comme un donneur, comme quelqu’un qui est généreux de son temps et de son énergie, comme un gars généralement bon. Et comme quelqu’un qui se soucie des autres et les aide à réussir.

Inutile de dire que ce type de réputation ouvre les portes à de nouvelles relations et à l’expansion de votre réseau. Après tout, qui ne voudrait pas faire des affaires ou devenir ami avec un donateur ?

Il suffit de comparer la réputation d’un donneur avec celle d’un preneur – un gars connu pour être égoïste, profiter des gens et ne s’occuper que de lui-même – personne ne veut faire affaire avec ce genre de personne.

En bref : les donateurs établissent plus de relations et donc un plus grand réseau parce qu’ils ont une excellente réputation. Les preneurs établissent moins de relations et des réseaux plus petits parce qu’ils sacrifient leur réputation en agissant de manière égoïste et en ne se souciant pas des intérêts des autres.

Ça s’ameliore:

« Quand les preneurs gagnent, il y a généralement quelqu’un d’autre qui perd. La recherche montre que les gens ont tendance à envier les preneurs qui réussissent et cherchent des moyens de les faire tomber d’un cran. En revanche, lorsque des donateurs comme David Hornik gagnent, les gens les soutiennent et les soutiennent, plutôt que de les tirer dessus.
Lorsque vous donnez, vous créez des situations gagnant-gagnant et aidez les autres à réussir. Ainsi, les matchers – à la recherche de quid pro quo – se sentiront enclins à vous rendre. Ils recherchent activement des moyens de vous aider.

Les choses semblent radicalement différentes si vous êtes preneur et que vous avez profité de quelqu’un. Désormais, les matchers – à la recherche de quid pro quo – voudront se venger. Ils chercheront des moyens de vous punir.

Et c’est encore pire pour les preneurs. Une fois qu’ils ont une réputation négative, les matchers les puniront simplement parce qu’ils savent qu’ils ont profité des autres. C’est vrai, un matcher vous punira juste pour savoir que vous avez été preneur avec l’un de ses amis, collègues ou qui que ce soit.

Les apparieurs apprécient l’équité. Ils se vengeront de vous… même pour des choses que vous avez faites à d’autres personnes.

« Pourquoi punissons-nous les preneurs d’être injustes ? Ce n’est pas de la méchanceté. Nous ne nous vengeons pas des preneurs qui essaient de profiter de nous. Il s’agit de justice. Si vous êtes un matcher, vous punirez également les preneurs pour avoir agi injustement envers les autres. Gretchen Rubin appelle les matchers la « police du karma ».
Cela signifie des nouvelles encore meilleures pour les donateurs : les partenaires vous accorderont un bonus pour avoir aidé leurs amis, leur famille ou toute autre personne.

Les donateurs réussissent parce que la plupart des gens sont des matchers – des gars et des filles qui valorisent l’équité et la réciprocité.

Voici un bref aperçu de ces dynamiques :

Si vous êtes un donneur avec une réputation de donneur -> les matchers (c’est-à-dire la majorité des gens) vous accorderont un bonus.
Si vous êtes un preneur avec une réputation de preneur -> les matchers vous imposeront une taxe.
Si vous êtes un matcher avec une réputation de matcher -> les autres matchers ne vous donneront pas de bonus ni ne vous imposeront de taxe. Ils chercheront simplement quid pro quo.
Lorsque vous donnez, c’est comme si le monde entier vous soutenait, vous soutenait, prenait soin de vous et vous aidait à réussir.

Conclusion : Les donateurs réussissent en partie parce que la plupart des gens sont des partenaires qui apprécient la réciprocité et l’équité. Les matchers accordent un bonus aux donneurs tout en punissant les preneurs. Lorsque vous êtes un donateur, le monde entier vous soutient et vous soutient.

Pourquoi donner deviendra encore plus important à l’avenir
Quelques raisons…

Tout d’abord, la réputation s’acquiert beaucoup plus rapidement :

« Sans les téléphones, Internet et les transports à grande vitesse, l’établissement de relations et de réputations était un processus lent. « Dans l’ancien monde, vous pouviez envoyer une lettre, et personne ne le savait », dit Conley. Conley pense que dans le monde connecté d’aujourd’hui, où les relations et les réputations sont plus visibles, les donateurs peuvent accélérer leur rythme.
Vous pouvez établir la confiance, la bonne volonté et une excellente réputation beaucoup plus rapidement qu’il y a quelques centaines d’années.

Et, en ce qui concerne les preneurs, vous pouvez également détruire votre réputation beaucoup plus rapidement aujourd’hui qu’avant Internet, les téléphones et autres technologies.

Deuxièmement, nous travaillons plus souvent avec des personnes et en équipe :

Pensez-y… voulez-vous que vos principaux fournisseurs de services soient des donneurs ou des preneurs ?

Voulez-vous que votre avocat, votre médecin, votre dentiste, votre enseignant, votre plombier et votre agent immobilier s’attachent à vous apporter de la valeur ou à vous en réclamer ?

Si votre médecin est un égocentrique, vous le virez tout simplement. Et c’est ainsi qu’un travail est redistribué d’un preneur à un donneur.

Give and Take: Comment donner vous aide à construire un plus grand réseau

« Votre réseau est votre valeur nette. » –Tim Sanders

Les donneurs construisent des réseaux plus grands et bien supérieurs à ceux des apparieurs ou des preneurs

Pourquoi?

Tout d’abord, les donateurs acquièrent une grande réputation. Nous avons couvert cela plus tôt:

Quelqu’un avec une réputation de donateur peut facilement se faire beaucoup de nouveaux amis – tout le monde aime être ami ou faire des affaires avec quelqu’un qui est généreux, aide les gens et se soucie vraiment des autres.

Si vous êtes quelqu’un avec une mentalité de preneur, c’est beaucoup plus difficile. Après tout, qui veut être ami avec quelqu’un qui est connu pour profiter des autres, ne s’occuper que de lui-même et ne pas se soucier des autres.

Une autre raison pour laquelle les donateurs construisent de plus grands réseaux est qu’ils « activent » beaucoup plus de relations. Ils ne se limitent pas à créer des relations avec des personnes qui peuvent leur donner quelque chose en retour immédiatement.

Un donateur se soucie vraiment des autres et aide les gens sans rien attendre en retour. Il donne aux gens même s’il ne voit pas comment l’autre personne pourrait le rembourser. De cette façon, un donateur crée un vaste réseau de personnes qui, théoriquement, « lui doivent une faveur ».

Les preneurs et les matchers, d’autre part, n’aident quelqu’un que lorsque leur bénéfice immédiat est au moins aussi important que le bénéfice pour l’autre personne. Ils insistent sur un quid pro quo dans chaque interaction… et aident ainsi moins de personnes que les donateurs, ce qui se traduit par un réseau beaucoup plus étroit.

Takers et Matchers souffrent d’une vision à court terme des réseaux. S’ils ne voient pas un retour immédiat sur leur investissement, ils ne poursuivront tout simplement pas la relation qui limite considérablement la taille de leurs réseaux.

Conclusion : les donateurs aiment aider les autres sans rien demander en retour. Cela les aide à « activer » de nombreuses relations et à créer un vaste réseau de personnes qui, en théorie, « leur doivent une faveur ». Contrairement aux apparieurs et aux preneurs, ils ne se limitent pas à créer des relations avec des personnes qui peuvent leur donner quelque chose en retour immédiatement.

Give and take: Comment donner vous aide à exceller dans le travail de groupe

Si vous travaillez dans n’importe quel type de groupe, voici des connaissances indispensables :

« Les études montrent qu’en moyenne, des équipes de vente aux équipes de papeterie en passant par les restaurants, plus les membres du groupe donnent, plus la quantité et la qualité des produits et services de leur groupe sont élevées. »

« Les donateurs qui réussissent élargissent le gâteau d’une manière qui leur profite ainsi qu’à leurs groupes. Des recherches approfondies révèlent que les personnes qui donnent régulièrement de leur temps et de leurs connaissances pour aider leurs collègues finissent par gagner plus d’augmentations et de promotions dans un large éventail de contextes, des banques aux entreprises industrielles. »

Voici comment cela fonctionne :

Les donateurs s’améliorent en améliorant l’ensemble du groupe. Ils élargissent le gâteau : ils apportent une contribution majeure au succès des groupes… ce qui signifie qu’il y a plus de succès à partager pour toute l’équipe.

Les donateurs font passer les intérêts d’un groupe avant les leurs. Ils assument les tâches qui sont dans le meilleur intérêt du groupe, pas nécessairement leurs propres intérêts personnels. Ils ont fait beaucoup d’efforts. Ils aident les autres dans leurs tâches. Ils assument des tâches dont les autres ne veulent pas.

Agir en tant que donneur en groupe présente deux avantages principaux :

1er, vous augmentez le succès global du groupe, ce qui signifie que tout le monde, y compris vous, obtient un plus gros gâteau.

2ème, vous construisez la bonne volonté et la confiance avec les membres de votre groupe. Vous construisez une grande réputation. Les gens voudront retravailler avec vous. Les matchers vous accorderont un bonus à l’avenir.

Alors, la prochaine fois que vous travaillerez en groupe, agissez comme un donneur. Faites beaucoup d’efforts. Faites les tâches que les autres ne veulent pas faire. Aider les autres. De cette façon, vous et votre groupe tout entier en bénéficierez grandement.

Conclusion : les donneurs excellent dans le travail de groupe. Ils améliorent la situation de tout le monde (y compris eux-mêmes) en améliorant la situation du groupe. Ils font passer les intérêts du groupe avant les leurs en prenant en charge des tâches que les autres ne feront pas, en aidant les membres de l’équipe et en déployant beaucoup d’efforts.

Give and take: Comment donner fait de vous un meilleur vendeur

Comparés aux preneurs, les donneurs ne ressentent pas le besoin de dominer la conversation. Au lieu de cela, ils laissent les clients parler de leurs besoins et de leurs désirs. Curieusement, en parlant d’eux-mêmes – de leurs besoins et de leurs désirs, etc. – les clients croient qu’ils ont vraiment appris à vous connaître.

Ainsi, en posant des questions et en laissant les clients exprimer leurs sentiments, leurs désirs et leurs souhaits, les donneurs renforcent la confiance, la familiarité et la bonne volonté – trois éléments essentiels de la vente.

Grâce à leur style de conversation, les donneurs acquièrent également de nombreuses connaissances précieuses qui les aident à devenir de mieux en mieux dans la vente de leurs produits et services à long terme.

« Dans une étude, des vendeurs de produits pharmaceutiques ont été affectés à un nouveau produit sans clientèle existante. Chaque trimestre, même si les vendeurs recevaient une commission, les donateurs devançaient davantage les autres. De plus, donner était la seule caractéristique prédictive de la performance : peu importait que les vendeurs soient consciencieux ou insouciants, extravertis ou introvertis, émotionnellement stables ou anxieux, ouverts d’esprit ou traditionnels. La qualité déterminante d’un vendeur pharmaceutique de haut niveau était de donner. »
La qualité déterminante d’un vendeur pharmaceutique de haut niveau était de donner.

La prochaine fois que vous vendez quelque chose, agissez comme un donneur. Intéressez-vous vraiment à votre client potentiel. Apprendre à le connaitre. Poser des questions. Laissez-le parler. Et surtout, ayez son meilleur intérêt à l’esprit et faites ce qui est le mieux pour lui.

Conclusion : donner vous aide à devenir un meilleur vendeur. Être véritablement intéressé par les besoins de vos clients vous aide à instaurer la confiance et la bonne volonté. Ce qui vous aide à vendre votre produit ou service de manière gagnant-gagnant.

Give and Take: Désintéressé VS. Autres dons

Pourquoi certains donateurs finissent au bas de l’échelle du succès

« Les moins performants et les plus performants sont les donneurs ; les preneurs et les matchers sont plus susceptibles d’atterrir au milieu.
Tous les donateurs ne sortent pas gagnants. Certains d’entre eux sont ce que nous appelons des poussins ou des paillassons… et ils atterrissent souvent au bas de l’échelle du succès.

Pourquoi donc? Et que peut faire un donneur pour ne PAS devenir un jeu d’enfant ou un paillasson ?

Pour comprendre ce phénomène, nous devons examiner l’interaction de l’intérêt personnel et de l’intérêt des autres :

« Les preneurs obtiennent un score élevé pour l’intérêt personnel et faible pour l’intérêt des autres : ils visent à maximiser leur propre succès sans trop se soucier des autres. En revanche, les donneurs obtiennent toujours un score élevé pour l’intérêt des autres, mais leur intérêt personnel varie. Il existe deux types de donateurs, et ils ont des taux de réussite radicalement différents.

Les deux types de donneurs sont :

1- Les donneurs désintéressés : ce sont les gars qui ont un intérêt élevé pour les autres et un faible intérêt pour eux-mêmes. Ils donnent librement leur temps et leur énergie sans tenir compte de leurs propres besoins. Malheureusement, ils sont souvent exploités et ont tendance à devenir des paillassons et des jeux d’enfant. En donnant et en donnant et en donnant, ils négligent et sacrifient ce qui serait dans leur propre intérêt.

2- Les autres donneurs: Ce sont des gars avec un intérêt élevé pour les autres et un intérêt personnel élevé. Ils sont tout aussi ambitieux que les matchers et les preneurs, mais sont prêts à donner plus qu’ils ne reçoivent. Ce qui est crucial, c’est qu’ils gardent leurs propres intérêts en vue et ne laissent pas les autres en profiter.

don désintéressé vs autre
La clé d’un don réussi est de trouver un équilibre entre ce qui est le mieux pour les autres et ce qui est le mieux pour vous-même. Pensez en termes de gagnant-gagnant.

Conclusion : les donateurs sont non seulement ceux qui réussissent le mieux, mais aussi ceux qui réussissent le moins. Ils ne réussissent que lorsqu’ils trouvent le juste équilibre entre l’intérêt des autres et l’intérêt personnel. Les soi-disant donneurs autres se soucient véritablement des autres, mais gardent également à l’esprit leurs propres intérêts. Cela les aide à réussir et empêche les autres de profiter d’eux.

Give and Take: Vous le valez bien

Voici les principaux points que nous avons abordés dans l’article…

  • Il existe trois principaux styles de réciprocité : Preneurs, Donneurs et Correspondants. Les preneurs visent à obtenir plus qu’ils ne donnent. Les donateurs ont tendance à donner plus qu’ils ne reçoivent. Et Matchers opte pour quid pro quo.
  • Votre style de réciprocité influence votre succès. Sur les trois styles, les donneurs ont tendance à être les plus performants.
  • Les donateurs réussissent parce que la plupart des gens sont des partenaires qui apprécient la réciprocité et l’équité. Ils accordent un bonus aux donneurs tout en punissant les preneurs. Lorsque vous êtes un donateur, le monde entier vous soutient et vous soutient.
  • Trois raisons pour lesquelles donner deviendra encore plus important à l’avenir : Le secteur des services est en croissance. Le travail d’équipe devient la norme. Et les réputations s’acquièrent beaucoup plus rapidement.
  • Les donateurs construisent des réseaux bien supérieurs à ceux des apparieurs ou des preneurs. Ils ne se limitent pas à créer des relations avec des personnes qui peuvent leur donner quelque chose en retour. Au lieu de cela, leur joie d’aider les autres les amène à « activer » de nombreuses relations et à créer un vaste réseau de personnes qui, en théorie, « leur doivent une faveur ».
  • Les donneurs excellent dans le travail de groupe. Ils améliorent la situation de tout le monde (y compris eux-mêmes) en améliorant la situation du groupe. Ils font passer les intérêts du groupe avant les leurs en prenant en charge des tâches que les autres ne feront pas, en aidant les membres de l’équipe et en déployant beaucoup d’efforts.
  • Les donateurs sont les meilleurs vendeurs. Être véritablement intéressé par les besoins de leurs clients les aide à établir la confiance et la bonne volonté. Cela les aide à vendre leur produit ou service de manière gagnant-gagnant.
  • Les donateurs ne sont pas seulement les plus performants, mais aussi les moins performants. Pour être un donateur efficace, vous devez trouver le juste équilibre entre les intérêts des autres et les vôtres. Si vous négligez vos propres besoins et intérêts, vous deviendrez un paillasson ou un jeu d’enfant. Vous laisserez les gens profiter de vous. Et vous vous retrouverez au bas de l’échelle du succès.

Devenir un donneur est l’une des choses les plus intelligentes que vous puissiez faire pour vous-même.

Cela augmentera non seulement votre réussite professionnelle, mais vous aidera également à vous faire de nouveaux amis, à créer de nouveaux partenariats commerciaux, à vous sentir mieux dans votre peau et vous rendra même plus heureux en cours de route.

Construire une culture de donner et recevoir en vaut la peine. Comme Grant l’a montré, ce n’est pas une question de personnalité, mais les valeurs et un investissement dans la promotion du don est un investissement dans le résultat net. Les recherches de Grant prouvent que tous les indicateurs commerciaux s’améliorent lorsque les employés collaborent. Aujourd’hui plus que jamais, avec une main-d’œuvre dispersée et éloignée et des défis financiers importants, il est temps d’exploiter le pouvoir des gens pour résoudre ensemble les problèmes.

Maintenant quoi?

D’accord d’accord, vous l’avez compris – être un donateur est la voie à suivre… mais comment pouvons-nous y arriver ? Comment devient-on donneur ? Voici quelques suggestions :

Apportez un cadeau. Deepak Chopra le dit le mieux : « Où que j’aille et qui que je rencontre, je leur apporterai un cadeau. Le cadeau peut être un compliment, une fleur ou une prière. Aujourd’hui, je donnerai quelque chose à tous ceux avec qui j’entrerai en contact, et ainsi je commencerai le processus de circulation de la joie, de la richesse et de l’affluence dans ma vie et dans la vie des autres.«

Quand quelqu’un vous demande conseil, saisissez votre chance. Cela ne devient pas plus facile que cela. Quand quelqu’un vous demande quelque chose, aidez-le. Faites vraiment de votre mieux pour résoudre son problème. Prenez votre temps, faites des efforts et souciez-vous vraiment de son bien-être.

Reconnaissez les gens et faites en sorte qu’ils se sentent bien dans leur peau. Dale Carnegie dit dans « Comment se faire des amis et influencer les gens » que l’un des besoins les plus profonds de la nature humaine est le désir d’être important. Alors donnez aux gens ce sentiment. Comment? Dites merci au chauffeur de bus. Saluez le facteur. Souriez aux étrangers. Quoi qu’il en soit… trouvez des moyens de reconnaître l’existence des gens. Vous avez toujours le choix : vous pouvez soit faire en sorte que quelqu’un se sente bien, soit mal, soit neutre. Essayez de les faire se sentir bien – laissez les gens mieux que vous ne les avez trouvés.

Soyez présent. L’un des meilleurs cadeaux que vous puissiez offrir à quelqu’un est votre attention pleine et entière. Ne les empêchez pas de parler. Ne regardez pas votre smartphone. Intéressez-vous à ce qu’ils ont à dire.

Après avoir vu tous les avantages de donner, je me demande si vous allez commencer à donner plus souvent ? N’oubliez pas que vous pouvez choisir comment vous vous présentez dans le monde. Vous pouvez choisir d’agir en tant que donneur. Vous pouvez choisir d’aider les autres sans vous soucier de recevoir quelque chose en retour.

C’était la pointe de l’iceberg. Pour plonger dans les détails et soutenir l’auteur, commandez-le ici.

Si vous avez aimé Give and Take, vous aimerez aussi:

  1. Réfléchissez encore : comment savoir ce que vous ne savez pas. Par Adam Grant: Apprenez à remettre en question vos opinions et à ouvrir l’esprit des autres, ce qui peut vous positionner pour l’excellence au travail et la sagesse dans la vie.
  2. Les Originaux: la puissance des non-conformistes. Par Adam Grant: Comment défendre de nouvelles idées et combattre la pensée de groupe.
  3. Time to Think, par Nancy Kline
Sources
Adam Grant
Vous pouvez également profiter de :
Auto-coaching: développez le meilleur de vous pour développer le meilleur des autres
error: