Le jeûne de dopamine: un guide pour la réinitialisation mentale

par | Mai 28, 2023

Vous êtes-vous déjà senti submergé par le bombardement constant de notifications, de réseaux sociaux et de gratification instantanée ? Eh bien, le jeûne de dopamine pourrait bien être la solution que vous recherchiez. C’est une pratique qui consiste à s’abstenir temporairement d’activités qui libèrent de la dopamine, comme parcourir les réseaux sociaux, regarder des émissions de télévision en rafale ou vous livrer à vos friandises préférées.

La dopamine fait partie des voies de récompense de votre cerveau. Lorsque vous faites quelque chose perçu comme agréable, la dopamine, un neurotransmetteur, signale au cerveau qu’il doit répéter cette expérience. 
Donc, si vous êtes prêt à appuyer sur le bouton de réinitialisation dans votre esprit et à créer une relation plus saine avec la technologie et la gratification instantanée, cet article est pour vous.

Qu’est-ce qu’une cure de désintoxication à la dopamine ?

Une désintoxication de la dopamine est une forme de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) développée par le Dr Cameron Sepah, un psychiatre basé en Californie qui a pour objectif d’aider les gens à gérer les comportements addictifs.

La restriction consciente des activités addictives peut aider les gens à devenir plus conscients des comportements impulsifs et à encourager une pensée plus flexible.

L’objectif du programme de jeûne dopaminergique n’est pas de priver le cerveau de dopamine ou de réduire les niveaux de dopamine, comme son nom l’indique.

La mauvaise interprétation du jeûne à la dopamine a conduit à une mode populaire consistant à se priver de toute expérience agréable avec la croyance non fondée que cela « réinitialisera » votre cerveau ou aidera à abaisser le seuil auquel vous ressentez du plaisir.

Comment la désintoxication de la dopamine est censée fonctionner

La désintoxication de la dopamine est une forme de technique cognitivo-comportementale (TCC), une méthodologie thérapeutique qui identifie les schémas de pensée ou de comportement inutiles, les associe à des causes sous-jacentes et vous aide à cultiver des processus plus bénéfiques.

Le concept sous-jacent est que vous êtes plus susceptible de vous engager régulièrement dans des comportements inutiles s’ils sont agréables et capables de produire de la dopamine. C’est le processus qui peut finalement conduire à des comportements addictifs ou à une recherche impulsive du plaisir.

La dopamine ne cause pas directement le plaisir

C’est une idée fausse commune que la dopamine est responsable de la sensation de plaisir. Mais selon une étude de 2016, votre réponse de plaisir est un processus complexe impliquant de multiples mécanismes physiologiques. Dans cette cascade de circuits, la dopamine est le neurotransmetteur qui dit à votre cerveau de répéter un comportement.

Une véritable désintoxication de la dopamine vise à lutter contre les comportements et les habitudes inutiles que les gens acquièrent au fil du temps.

Dans ce type de thérapie, le patient est encouragé à être conscient des habitudes positives et négatives, puis on lui apprend à développer de nouvelles habitudes plus saines en réponse.

Une technique de jeûne à la dopamine se concentre sur une approche appelée «contrôle du stimulus».

Il s’agit de prendre le stimulus indésirable, par exemple, votre ordinateur portable en dépendance à Internet, et de le rendre difficile d’accès en le plaçant dans un endroit difficile à atteindre ou en installant certains programmes.

Ensuite, vous vous engagez délibérément dans une autre activité sans rapport avec cet ordinateur portable, comme une promenade.

Tout au long de ce processus, on vous apprend à reconnaître les sentiments ou les expériences négatives qui vous poussent à adopter un comportement spécifique. Lorsque ces sentiments surviennent, l’objectif est que vous vous tourniez vers une réponse plus utile plutôt que vers la réponse indésirable.

Au fil du temps, le jeûne dopaminergique peut aider à briser la réponse de conditionnement classique que vous avez développée et qui a contribué à des habitudes inutiles ou excessives :

  • jeu vidéo
  • boissons
  • alimentaire
  • les médias sociaux ou la navigation sur Internet

Mais faire face aux dépendances comportementales, telles que les troubles du jeu ou les troubles de la dépendance à Internet, peut nécessiter le soutien d’un professionnel de la santé agréé.

Une étude de 2021 indique que cette technique basée sur la TCC encourage un mode de vie sain tout en réduisant les comportements impulsifs. Mais si les directives sont mal interprétées ou mal utilisées, cela peut affecter votre santé physique et mentale.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mesurer l’efficacité et l’innocuité du jeûne dopaminergique autoguidé par rapport aux pratiques guidées par un clinicien développées spécifiquement pour vos besoins.

Envisagez de parler à un professionnel de la santé mentale pour obtenir des conseils sûrs et efficaces avant de pratiquer cette technique.

Ce que le jeûne de la dopamine n’est PAS

Un protocole que le jeûne à la dopamine n’est pas là pour :

  1. réduire la dopamine
  2. éviter tout plaisir
  3. isolement social
  4. arrêter l’exercice
  5. une forme de méditation

Peut-on avoir trop de dopamine ?

Même si le jeûne de dopamine ne consiste pas à réduire les niveaux de dopamine, les niveaux de dopamine dans votre cerveau sont importants.

En effet, la dopamine joue un rôle vital dans le système de récompense du cerveau, qui régule l’humeur et la motivation. Lorsque ce système devient déséquilibré ou dérégulé, il peut entraîner divers problèmes de santé mentale, notamment la dépression et l’anxiété.

Trop de dopamine dans le cerveau peut provoquer de l’impulsivité et des envies, ainsi qu’une mauvaise régulation émotionnelle pouvant conduire à l’agressivité.

Selon la recherche, des niveaux constamment élevés de dopamine sont indiqués dans les troubles liés à l’utilisation de substances et dans certains cas de schizophrénie.

Références

  • Arnold, M. J., & Reynolds, K. E. (2003). Hedonic shopping motivations. Journal of Retailing, 79(2), 77-95.
  • Babin, B. J., Darden, W. R., & Griffin, M. (1994). Work and/or fun: Measuring hedonic and utilitarian shopping value. Journal of Consumer Research, 20(4), 644-656.
  • Baer, R. A. (2003). Mindfulness training as a clinical intervention: A conceptual and empirical review. Clinical psychology: Science and Practice, 10(2), 125-143.
  • Boniwell, I. (2008). What is eudaimonia? The concept of eudaimonic well-being and happiness. Retrieved from http://positivepsychology.org.uk/the-concept-of-eudaimonic-well-being/
Vous pouvez également profiter de :
101 affirmations positives pour la santé et la guérison
error: