Rendre le don agréable: Comment encourager la gentillesse de manière à stimuler également le bonheur.

Temps requis
Le temps requis pour suivre toutes ces étapes variera selon les circonstances. Cependant, nous vous suggérons d’essayer d’accomplir un acte de bonté, guidé par une ou plusieurs de ces étapes, au moins une fois par semaine.

Comment faire

Bien qu’il existe de nombreux facteurs qui déterminent si ou comment donner favorisera le bonheur, voici trois stratégies qui ont été soutenues par la recherche. Ils ont été distingués par les chercheurs Elizabeth Dunn et Michael Norton dans leur livre, Happy Money : The Science of Smarter Spending.

Comme le rapportent Dunn et Norton, ces stratégies peuvent non seulement stimuler notre propre bonheur, mais aussi nous aider à créer des expériences de don plus positives pour les enfants, les étudiants, les employés, les donateurs et les autres.

  1. Faites-en un choix. La recherche suggère que lorsque nous nous sentons obligés de donner, comme lorsque nous nous sentons coincés par une demande agressive, nous sommes moins susceptibles de l’apprécier. Lorsque des personnes qui nous sont chères nous demandent de contribuer à une collecte de fonds ou de leur prêter de l’argent, il peut être difficile de dire non. Dans ces situations, il peut être utile de prendre du recul et de se demander : Est-ce que je veux vraiment contribuer ? Rappelez-vous que vous pouvez dire non. Cela peut entraîner une diminution globale des dons, mais dans de nombreux cas, vous pouvez toujours décider que vous voulez vraiment contribuer, et ces cadeaux seront plus gratifiants et sincères. Et si vous sollicitez des dons d’autres personnes, gardez à l’esprit que même des changements subtils à la langue que vous utilisez peut faire une grande différence. La recherche suggère que si vous rappelez explicitement aux gens que c’est leur choix d’aider ou non quelqu’un dans le besoin, ils se sentent plus heureux après avoir aidé, fournissent une assistance de meilleure qualité et ressentent un sentiment plus étroit de connexion avec la personne qu’ils ont aidé.
  2. Établissez une connexion. Donner à nos proches est souvent ce qu’il y a de mieux, mais nous pouvons également utiliser le don comme une opportunité de nous rapprocher d’eux et de profiter ainsi d’un plus grand bonheur. Par exemple, au lieu d’acheter un chèque-cadeau pour quelqu’un, accompagnez-le au magasin et achetez le cadeau avec lui. Cela vous permettra de passer du temps avec eux et de renforcer votre relation, et vous pourrez voir le sourire sur leur visage pendant qu’ils profitent de leur cadeau. Même si vous donnez à un étranger, il existe souvent des moyens d’augmenter le sentiment de connexion, par exemple en prenant l’initiative d’en savoir plus sur le destinataire. Le site Web de financement de l’éducation DonorsChoose.org a tenté de créer un sentiment de connexion émotionnelle entre les donateurs et les bénéficiaires en aidant les donateurs à en savoir plus sur les enseignants et les étudiants qu’ils aident, au-delà de la transaction financière.
  3. Faites un impact. Être témoin de l’impact positif d’un cadeau dans la vie des autres est une source majeure de bonheur. Et pourtant, il peut parfois être difficile de voir comment une contribution fait une différence concrète pour les autres. C’est pourquoi il est utile de rechercher des organisations caritatives, telles que DonorsChoose ou Spread the Net, qui tentent de rendre l’impact concret plus visible pour les donateurs. Vous pouvez également prendre l’initiative de rechercher les causes que vous soutenez et de comprendre l’impact spécifique de votre contribution. Regardez cette vidéo d’un donneur de moelle osseuse rencontrant la petite fille dont il a sauvé la vie pour voir à quel point il peut être puissant d’en savoir plus sur l’impact de votre générosité.
Vous pouvez également profiter de :
L'auto-discipline, la clé de tous les objectifs

Pourquoi devriez-vous l’essayer

L’une des découvertes les plus encourageantes de la science du bonheur est que les gens prennent plaisir à donner aux autres. En fait, plusieurs études ont montré que dépenser de l’argent pour les autres apporte plus de bonheur que de dépenser pour soi-même. Cependant, la recherche suggère que ce n’est pas toujours vrai; certains facteurs doivent être en place afin de maximiser les avantages psychologiques du don.

Cet exercice vous guide à travers trois facteurs clés, soulignant les façons dont les actes de générosité, en vous-même ou chez les autres, peuvent avoir les effets les plus positifs sur le bonheur.

Pourquoi ça marche

Donner est particulièrement agréable lorsque c’est un choix plutôt qu’à une obligation, en partie parce que cela permet aux gens d’exprimer leur générosité ainsi que leur autonomie, et les sentiments d’autonomie sont la clé de la satisfaction générale dans la vie.

Donner est également plus agréable lorsqu’il s’agit de liens interpersonnels, car cela aide à satisfaire ce que les chercheurs considèrent comme un besoin fondamental de lien social, et cela peut également servir à améliorer nos relations de proximité.

Enfin, le fait d’être témoin de l’impact positif du don sur la vie des autres peut susciter des sentiments de joie contagieux et également augmenter son propre sentiment qu’il peut accomplir une tâche ou atteindre un objectif – ce que les chercheurs appellent «l’auto-efficacité», un facteur important de bien-être et de bien-être.

Preuve que ça marche

Weinstein, N., & Ryan, R.M. (2010). Quand aider aide : Motivation autonome pour un comportement prosocial et son influence sur le bien-être de l’aidant et du bénéficiaire. Journal de la personnalité et de la psychologie sociale, 98, 222-244.

Vous pouvez également profiter de :
Pratique d'autodiscipline consciente: La réévaluation positive

Quatre études ont révélé que les participants ressentaient un plus grand bien-être après avoir aidé les autres lorsque leur aide était choisie par eux-mêmes plutôt que dictée de l’extérieur. Cela était vrai pour les actes utiles accomplis dans la vie quotidienne des participants ainsi qu’en laboratoire.

Aknin, L.B., Sandstrom, G.M., Dunn, E.W. et Norton, M.I. (2011). Investir dans les autres : Dépenses prosociales pour un changement (pro)social. Dans R. Biswas-Diener (Ed.), La psychologie positive en tant que mécanisme de changement social. Londres : Springer (219-234).

Les participants à qui on a dit d’utiliser une carte-cadeau Starbucks de 10 $ pour emmener une autre personne au café se sont sentis plus heureux que les participants à qui on a dit de donner la carte-cadeau à quelqu’un d’autre, sans accompagner cette personne au Starbucks, ou à qui on a dit d’utiliser la carte-cadeau sur eux-mêmes, mais en présence d’un ami. Ces résultats suggèrent que la combinaison du don et de la connexion a été la plus bénéfique.

Aknin, L.B., Dunn, E.W., Whillans, A., Grant, A.M. et Norton, M.I. (2013). Faire une différence compte : Impact libère les avantages émotionnels des dépenses prosociales. Journal du comportement économique et de l’organisation, 88, 90-95.

Les participants tiraient plus de bonheur de donner de l’argent à un organisme de bienfaisance qui expliquait comment les fonds seraient utilisés pour faire une différence dans la vie d’un bénéficiaire qu’à celui qui n’offrait pas cette explication. Une deuxième étude a montré que la réflexion sur une expérience passée de don conduisait à un plus grand bonheur lorsqu’elle avait un impact positif.

Vous pouvez également profiter de :
Pourquoi ce besoin du journal de gratitude

Références:

Dunn, E., & Norton, M. (2013). Happy Money: The Science of Smarter Spending. New York: Simon & Schuster.
Elizabeth Dunn, Ph.D., University of British Columbia
Michael Norton, Ph.D., Harvard Business School

Quiz

C’est la saison de la générosité. Mais à quel point est-ce important pour vous d’aider les autres ? Pour le savoir et obtenir des conseils pour devenir plus altruiste, répondez à ce quiz.

 

error: