Qu’est-ce que la thérapie cognitivo-comportementale ?

par | 18 Mar 2023

Le fondement de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) s’appuie sur l’idée qu’une évaluation réaliste de notre pensée peut améliorer notre état émotionnel et notre comportement. Il s’est avéré si populaire que sa portée comprend désormais une grande variété d’applications à travers divers peuples et cultures.

Qu’est-ce que la thérapie cognitivo-comportementale ?

Qu’est-ce que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC)? C’est une forme de traitement psychologique dont l’efficacité a été démontrée pour une gamme de problèmes, notamment la dépression, les troubles anxieux, les problèmes de consommation d’alcool et de drogues, les problèmes conjugaux, les troubles de l’alimentation et les maladies mentales graves.

La thérapie cognitivo-comportementale peut aider les personnes ayant des problèmes de santé mentale et physique comme :

  • la dépression
  • l’anxiété
  • le traumatisme
  • la douleur chronique
  • le syndrome du côlon irritable (IBS)

Le but de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

L’objectif de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est de vous aider à vous adapter et à changer votre état d’esprit et vos comportements en réévaluant les schémas de pensée déformés.

Que vous viviez avec un problème de santé mentale ou que vous continuiez simplement à vous inquiéter pour de petites choses, la TCC pourrait être un outil utile si vous recherchez une thérapie fondée sur des preuves pour soulager les symptômes de santé mentale persistants.

Certains objectifs de la TCC incluent :

  • créer de nouvelles habitudes
  • acquérir des compétences interpersonnelles
  • développer des mécanismes d’adaptation constructifs
  • réduire ou gérer le stress et l’anxiété
  • passer d’une pensée négative à une vision plus équilibrée
  • apprendre à exprimer ses sentiments.

Comment fonctionne la thérapie cognitivo-comportementale ?

Fondamentalement, la TCC fonctionne en identifiant, en abordant et en modifiant les pensées inutiles afin que votre état d’esprit, vos comportements et votre bien-être général s’améliorent avec la pratique.

Lorsque vous changez la façon dont vous vous sentez face à des situations spécifiques, par exemple, il sera probablement plus facile d’adapter vos comportements à l’avenir.

Dans des conditions de santé mentale comme la dépression, l’anxiété, la toxicomanie, les phobies et bien d’autres, la pensée négative prend de nombreuses formes, comme :

  • penser en noir et blanc
  • trop généraliser
  • ignorer le positif et se concentrer sur le négatif
  • le catastrophique

En TCC, vous travaillerez avec votre thérapeute pour identifier les schémas de pensée qui causent votre détresse. Il s’agit d’une étape importante dans la gestion des émotions accablantes et des comportements inutiles.

Bien que beaucoup de gens pensent que la thérapie consiste simplement à discuter avec un médecin, la TCC est en fait très structurée et adaptée à chaque personne.

Au fil du temps, vous apprendrez des techniques de TCC pour reconnaître et défier les pensées qui vous gênent.

Les stratégies de TCC peuvent inclure :

  1. garder une trace de vos pensées et les revoir plus tard
  2. affronter des situations qui créent de l’anxiété pour apprendre des mécanismes d’adaptation
  3. pratiquer la résolution de problèmes
  4. les jeux de rôle et les interactions avec les autres

En pratiquant des stratégies de TCC comme celles-ci avec votre thérapeute – et à la maison par vous-même – vous développerez des compétences utiles telles que :

  • prendre conscience des pensées inutiles et de leur impact sur votre état émotionnel
  • obtenir une compréhension plus logique des actions des autres
  • défier les hypothèses automatiques
  • évaluer avec précision la réalité
  • faire face à des situations déclenchantes ou bouleversantes
  • apprendre le discours intérieur positif et comment renforcer la confiance
  • les techniques de relaxation

L’idée est d’appliquer les compétences acquises à votre vie quotidienne. C’est comme exercer n’importe quel muscle pour le rendre plus fort, sauf que cette fois ce muscle est votre cerveau.

Cela exige que vous et votre thérapeute soyez collaboratifs, engagés et communicatifs.

Il est important de souligner que les progrès de la TCC ont été réalisés sur la base à la fois de la recherche et de la pratique clinique. En effet, la TCC est une approche pour laquelle il existe de nombreuses preuves scientifiques que les méthodes qui ont été développées produisent réellement des changements. De cette manière, la TCC diffère de nombreuses autres formes de traitement psychologique.

Les principes fondamentaux derrière la thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

Dans les années 1960, le psychiatre Aaron Beck s’est rendu compte que les personnes qu’il aidait souffrant de dépression montraient souvent des schémas de pensée spécifiques qui ne les servaient pas.

Il a expliqué les conditions émotionnelles à l’aide d’un modèle cognitif : les pensées contrôlent la façon dont les gens se voient, voient les autres et leur environnement, ce qui a un impact sur leur humeur et leur comportement.

Les pensées contrôlent la façon dont les gens se voient, voient les autres et leur environnement, ce qui a un impact sur leur humeur et leur comportement.

En d’autres termes, si vous percevez que tout ce qui vous entoure est mauvais, vous vous sentirez probablement très mal aussi.

Le principe de base qui sous-tend la thérapie cognitivo-comportementale est que la plupart des réactions émotionnelles et comportementales sont apprises – et qu’elles peuvent donc être désapprises ou modifiées.

Contrairement à de nombreuses autres formes de psychothérapie, la TCC s’intéresse principalement aux sentiments et aux événements actuels, et non aux traumatismes passés ou à l’histoire de la vie.

Quels sont les traitements TCC?

Le traitement TCC implique généralement des efforts pour changer les schémas de pensée. Ces stratégies pourraient inclure :

  1. Apprendre à reconnaître les erreurs de pensées qui créent des problèmes, puis à les réévaluer à la lumière de la réalité.
  2. Mieux comprendre le comportement et la motivation des autres.
  3. Utiliser des compétences de résolution de problèmes pour faire face à des situations difficiles.
  4. Apprendre à développer une plus grande sentiment de confiance en ses propres capacités.

Le traitement par TCC implique également généralement des efforts pour modifier les schémas comportementaux. Ces stratégies pourraient inclure :

  1. Faire face à ses peurs au lieu de les éviter.
  2. Utiliser les jeux de rôle pour se préparer à des interactions potentiellement problématiques avec les autres.
  3. Apprendre à calmer son esprit et détendre son corps.

Toutes les TCC n’utiliseront pas toutes ces stratégies. Au contraire, le psychologue et le patient/client travaillent ensemble, dans un esprit de collaboration, pour développer une compréhension du problème et développer une stratégie de traitement.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) se focalise sur le fait d’aider les individus à apprendre à être leurs propres thérapeutes. Grâce à des exercices, les personnes sont aidées à développer des habiletés d’adaptation, grâce auxquelles elles peuvent apprendre à changer leur propre façon de penser, leurs émotions problématiques et leur comportement.

Les thérapeutes en TCC mettent l’accent sur ce qui se passe dans la vie actuelle de la personne, plutôt que sur ce qui a conduit à ses difficultés. Une certaine quantité d’informations sur son histoire est nécessaire, mais l’accent est principalement mis sur le fait d’avancer dans le temps pour développer des moyens plus efficaces de faire face à la vie.

Quels sont les avantages de la TCC ?

Des recherches en 2015 ont indiqué que la TCC est souvent tout aussi efficace ou plus efficace pour réduire les symptômes que d’autres types de thérapie, en particulier lorsqu’il s’agit de troubles anxieux.

Cela étant dit, les médicaments fonctionnent toujours mieux pour certaines conditions, et de nombreuses personnes trouvent qu’il est plus avantageux de combiner la TCC avec des médicaments.

Les avantages de la TCC sont considérables. Par exemple:

  1. Cela conduit souvent à des résultats à long terme. Étant donné que l’accent est mis sur l’identification des schémas de pensée inutiles et le développement de compétences pour une utilisation quotidienne, les effets positifs de la TCC peuvent durer longtemps après l’arrêt du traitement.
  2. C’est une alternative efficace à la médecine. Pour certaines personnes, les médicaments ne fonctionnent tout simplement pas pour eux. La TCC offre une autre forme de traitement utilisant une approche complètement différente.
  3. La durée du traitement est assez courte. Contrairement à d’autres types de thérapie par la parole, la TCC ne doit pas durer des années. Cela peut durer environ 5 à 20 séances, bien que des séances de suivi occasionnelles puissent être utiles.
  4. La TCC peut se dérouler en tête-à-tête, en groupe ou même seul. Bien que l’approche de la TCC soit structurée, elle est flexible en termes de format. Certaines applications et certains manuels vous permettent même de pratiquer vous-même les techniques de TCC.
  5. Les compétences que vous apprendrez peuvent vous aider au-delà de la raison initiale de votre traitement. Les compétences sur lesquelles la TCC met souvent l’accent, comme la résolution de problèmes, l’interaction personnelle et la gestion du temps, peuvent vous être utiles dans de nombreux aspects de votre vie.

Y a-t-il des risques dans la TCC ?

Bien que la TCC soit généralement une option de traitement sûre et efficace, elle présente également certains inconvénients potentiels.

Une étude de 2018 a révélé que les thérapeutes ont signalé une aggravation des symptômes chez 9% des personnes en thérapie. Et pendant la TCC, 27 % ont ressenti de la détresse ou un bien-être négatif.

Néanmoins, il peut être utile de garder à l’esprit que cet inconfort a tendance à être temporaire et à faire partie intégrante de certains types de TCC.

L’inconvénient le plus important de la TCC pourrait être la réapparition des symptômes après la fin du traitement. Mais il n’est pas rare non plus que cela se produise. Votre thérapeute peut travailler avec vous pour créer un plan d’entretien pour maintenir les symptômes à distance lorsque vous n’avez plus de séances régulières.

Pourtant, la grande majorité des recherches suggèrent que les avantages de la TCC l’emportent sur les risques.

Outre la possibilité d’effets secondaires, la TCC présente certains inconvénients à prendre en compte. Par exemple:

C’est un gros engagement. Même si le traitement ne dure que quelques mois, il faut de l’engagement et de la persévérance pour obtenir les résultats souhaités. Vous devrez probablement pratiquer les compétences que vous apprenez souvent pour qu’elles restent.
Ce n’est peut-être pas suffisant. Pour les personnes ayant des problèmes de santé plus complexes ou plus intenses, la TCC n’est peut-être pas la bonne approche – ou elle peut tout simplement ne pas suffire à réduire les symptômes à elle seule.
Cela peut être inconfortable. Étant donné qu’une partie de la TCC traite de la façon dont la pensée déformée vous fait ressentir, la thérapie peut temporairement attiser ou aggraver les symptômes émotionnels. Cela peut aider à vous préparer à un certain inconfort.

À quoi puis-je m’attendre en TCC?

Avant même que la thérapie ne commence, votre thérapeute vous demandera probablement de remplir un questionnaire utilisé pour évaluer votre santé mentale et suivre vos progrès plus tard.

Ils passeront probablement la majeure partie de la première séance à poser des questions et à apprendre à vous connaître ainsi que vos processus de pensée afin que le traitement puisse être personnalisé pour vous.

Étant donné que la TCC est un effort collaboratif, il est important de se sentir à l’aise et connecté à votre thérapeute. Même si cela peut être frustrant et prendre du temps, n’ayez pas peur de rencontrer plusieurs thérapeutes jusqu’à ce que vous en trouviez un qui vous convienne.

Une fois que vous avez passé en revue toutes les questions de base, établi vos objectifs et identifié les schémas de pensée déformés, votre thérapeute peut travailler avec vous pour choisir les bonnes techniques pour évaluer et ajuster ces pensées.

Préparez-vous aussi à faire des devoirs. La TCC comprend souvent des pratiques hors session comme des tâches d’autoréflexion, des exercices comportementaux et des lectures.

Bien que la TCC ait généralement lieu en personne, des options en ligne sont également disponibles et efficaces.

La TCC me convient-elle ? Questions à se poser avant de commencer

Certains des problèmes de santé mentale les plus couramment traités avec la TCC comprennent :

  • le désordre anxieux généralisé
  • la boulimie nerveuse et autres troubles de l’alimentation
  • le trouble dépressif majeur
  • la schizophrénie
  • le trouble lié à l’utilisation de substances
  • le trouble bipolaire
  • les phobies
  • le trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Les conditions physiques traitées avec la TCC pourraient inclure :

  • le syndrome du côlon irritable (IBS)
  • le syndrome de fatigue chronique
  • la fibromyalgie
  • la douleur chronique

Qui est le plus susceptible de bénéficier de la TCC ?

La recherche révèle que les personnes de tous âges, ethnies et sexes peuvent bénéficier de la TCC.

Mais comme mentionné précédemment, certaines personnes peuvent être plus adaptées à la TCC que d’autres.

La TCC est plus susceptible d’aider les personnes qui :

  1. ont des défis qu’elles peuvent identifier et veulent changer
  2. ont essayé des médicaments mais n’ont pas vu de résultats positifs ou pas assez de résultats positifs
  3. sont désireuses d’améliorer leur santé mentale et ont le temps de s’engager pleinement
Références:
  • Anxiety & Depression Association of America (2017) How to prevent trauma from becoming PTSD. Retrieved July 20, 2022, from https://adaa.org/learn-from-us/from-the-experts/blog-posts/consumer/how-prevent-trauma-becoming-ptsd
  • APA. (2017). Cognitive behavioral therapy (CBT) for treatment of PTSD. American Psychological Association. Retrieved July 20, 2022, from https://www.apa.org/ptsd-guideline/treatments/cognitive-behavioral-therapy
  • Beck, J. S. (2011). Cognitive behavior therapy: Basics and beyond. New York: The Guilford Press.
  • Bhaskar, S., Hemavathy, D., & Prasad, S. (2016). Prevalence of chronic insomnia in adult patients and its correlation with medical comorbidities. Journal of Family Medicine and Primary Care, 5(4), 780.
  • Dobson, K. S., & Dozois, D. J. (2021). Handbook of cognitive-behavioral therapies. The Guilford Press.
  • Forsyth, J. P., & Eifert, G. H. (2016). The Mindfulness & Acceptance Workbook for Anxiety: A Guide to breaking free from anxiety, Phobias & Worry Using Acceptance & Commitment therapy. Oakland, CA: New Harbinger Publications.
  • Karyotaki, E., Efthimiou, O., Miguel, C., et al. (2021). Internet-based cognitive behavioral therapy for Depression. JAMA Psychiatry, 78(4), 361.
  • Kazantzis, N., Luong, H. K., Usatoff, A. S., Impala, T., Yew, R. Y., & Hofmann, S. G. (2018). The processes of cognitive-behavioral therapy: A review of meta-analyses. Cognitive Therapy and Research, 42(4), 349-357.
  • Lazaridou, A., Kim, J., Cahalan, C. M., Loggia, M. L., Franceschelli, O., Berna, C., . . . Edwards, R. R. (2017). Effects of cognitive-behavioral therapy (CBT) on brain connectivity supporting catastrophizing in fibromyalgia. The Clinical Journal of Pain, 33(3), 215-221.
  • Beck JS. (n.d.). Common questions.
    academyofct.org/page/FAQ
  • Chand SP, et al. (2021). Cognitive behavior therapy.
    ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK470241/
  • Fenn K, et al. (2013). The key principles of cognitive behavioural therapy.
    journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1755738012471029
  • Fordham B, et al. (2021). Cognitive-behavioural therapy for a variety of conditions: An overview of systematic reviews and panoramic meta-analysis.
    ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK567941/
  • Gilpin HR, et al. (2017). Predictors of treatment outcome in contextual cognitive and behavioral therapies for chronic pain: A systematic review.
    jpain.org/article/S1526-5900(17)30557-6/fulltext
  • Grant PM, et al. (2017). Six-month follow-up of recovery-oriented cognitive therapy for low-functioning individuals with schizophrenia.
    ps.psychiatryonline.org/doi/10.1176/appi.ps.201600413
  • Hall J, et al. (2016). Efficacy of cognitive behavioral therapy for generalized anxiety disorder in older adults: Systematic review, meta-analysis, and meta-regression.
    sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1064748116301476
  • Hehlmann MI, et al. (2021). The use of digitally assessed stress levels to model change processes in CBT – A feasibility study on seven case examples.
    ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7985334/
  • Hetterich L, et al. (2020). Psychotherapeutic interventions in irritable bowel syndrome.
    ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7205029/
  • History of cognitive behavior therapy. (n.d.).
    beckinstitute.org/about-beck/history-of-cognitive-therapy/
  • Kaczkurkin AN, et al. (2015). Cognitive-behavioral therapy for anxiety disorders: An update on the empirical evidence.
    ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4610618/
  • Linardon J, et al. (2017). The efficacy of cognitive-behavioral therapy for eating disorders: A systematic review and meta-analysis.
    content.apa.org/record/2017-48283-005
  • MacDuffie KE, et al. (2018). Single session real-time fMRI neurofeedback has a lasting impact on cognitive behavioral therapy strategies.
    ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6005804/
  • Ruggiero GM, et al. (2018). A historical and theoretical review of cognitive behavioral therapies: From structural self-knowledge to functional processes.
    link.springer.com/article/10.1007/s10942-018-0292-8
  • Schermuly-Haupt M-L, et al. (2018). Unwanted events and side effects in cognitive behavior therapy.
    link.springer.com/article/10.1007%2Fs10608-018-9904-y
  • Sztein DM, et al. (2018). Efficacy of cognitive behavioural therapy delivered over the Internet for depressive symptoms: A systematic review and meta-analysis.
    pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28696153/
  • What is cognitive behavioral therapy? (n.d.).
    apa.org/ptsd-guideline/patients-and-families/cognitive-behavioral.pdf
  • Wojnarowski C, et al. (2019). Predictors of depression relapse and recurrence after cognitive behavioural therapy: A systematic review and meta-analysis.
    cambridge.org/core/journals/behavioural-and-cognitive-psychotherapy/article/abs/predictors-of-depression-relapse-and-recurrence-after-cognitive-behavioural-therapy-a-systematic-review-and-metaanalysis/653444A1EDC910538C898F11E381D7B0
Vous pouvez également profiter de :
Télécharger la feuille de travail sur les stratégies de lutte
error: