Un Homme ou une souris: à quel stade êtes-vous parvenu?

« Un homme ou une souris » est une expression proverbiale pour exprimer un risque ou encourager une personne à faire preuve d’audace. L’idée est « Soyez un homme, ou bien ne prétendez pas l’être mais admettez que vous avez « un cœur de souris ». Un homme est connu pour sa volonté. Un homme est courageux. Un homme est toute personne qui a développé des vertus telles que la persévérance et la ténacité. Un homme peut aussi être appelé une personnalité. Au contraire, une souris est effrayée, faible et jette facilement l’éponge devant tout léger défi ou obstacle. Une souris est une « biomasse » qui existe simplement. L’homme est constitué d’esprit, d’âme et de corps. L’Homme jouit d’une conscience de soi.

La conscience de soi, tout le monde pense en avoir beaucoup mais en réalité, peu de persones savent réellement où ils en sont. Il existe en fait 3 niveaux de conscience de soi que nous allons explorer ensemble.

Pourquoi évaluer nos niveaux de conscience de soi

« La naissance physique d’un enfant n’est pas encore la naissance d’un homme. » – S. V. Obraztsov

Le fait est que la majorité de nos pensées et de nos actions sont en pilote automatique. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose non plus. Nos habitudes, nos routines, nos impulsions et nos réactions nous guident tout au long de notre vie afin que nous n’ayons pas à nous arrêter et à y penser chaque fois que  nous démarrons une voiture.

Le problème, c’est quand nous sommes en pilote automatique depuis si longtemps que nous oublions que nous sommes en pilote automatique. Parce que lorsque nous ne sommes même pas conscients de nos propres habitudes, routines, impulsions et réactions, nous ne les contrôlons plus; elles nous contrôlent.

Alors qu’une personne consciente de soi est capable d’exercer un peu de réflexion sur soi et de dire : « Hmm… chaque fois que ma sœur m’appelle et me demande de l’argent, je finis par manger un paquet entier de biscuits au chocolat. Ce n’est peut-être pas une coïncidence », une personne sans conscience de soi termine simplement la boîte à biscuits et ne regarde pas en arrière.

Les questions les plus importantes de la vie ne peuvent jamais être résolues par personne d’autre que soi-même. – John Fowles

Qu’est ce que la conscience de soi

La conscience de soi est notre capacité à observer et à identifier avec précision nos pensées, nos sentiments et nos impulsions, et à déterminer si elles sont ancrées dans la réalité ou non.

Le fait qu’une personne soit différente de l’autre dans le dessin des empreintes digitales ne la distingue pas encore en tant que personne. – Victor Frankl

La conscience de soi est l’un des traits psychologiques les plus importants que vous puissiez développer en vous-même pour la vie. Ses avantages s’étendent à tout, qu’il s’agisse de gérer vos émotions en cas de conflit, de comprendre vos faiblesses au travail ou d’être réaliste sur ce que vous pouvez accomplir. À chaque étape du chemin, la conscience de soi est nécessaire pour y arriver.

Les avantages de la conscience de soi

La conscience de soi permet de:

  1. Favoriser la maîtrise de soi, la créativité, la fierté et l’estime de soi.
  2. Prédire le développement personnel, l’acceptation et la proactivité.
  3. Faciliter la prise de décision.
  4. Conduire à des auto-déclarations plus précises.
  5. Développer la maîtrise de soi.

L’une de vos plus grandes aspirations dans la vie devrait être de devenir plus conscient de vous-même et de réaliser ces avantages. Mais être «conscient de soi» n’est pas un force intérieure en « tout ou rien ». Il existe différents niveaux que nous pouvons atteindre.

Laissez-moi vous montrer ce que sont ces trois niveaux de conscience de soi.

Les 3 niveaux de conscience de soi

Vous trouverez ci-dessous 3 niveaux de conscience de soi ainsi qu’une mise en garde. Pourquoi trois niveaux ? Qui diable sait? Allez-y.

Niveau 1: que faites-vous?

Il y a beaucoup de douleur et de friction dans la vie. Au cours des 30 derniers jours, combien de fois avez-vous vécu ces choses:

  1. Être en désaccord avec une relation avec un proche ?
  2. Se sentir seul, isolé ou inconnu ?
  3. Se  penser improductif ou perdu sur ce que vous devriez faire ?
  4. Ressentir le manque de sommeil, la sur-alimentation, la sous-alimention, ou le manque d’énergie?
  5. Stresser pour le travail ou les finances ?
  6. Se sentir incertain quant à votre avenir ?
  7. Se sentir physiquement blessé, malade ou affaibli ?

Il y a de fortes chances que vous cochiez plusieurs cases ! Mais avez-vous pris le temps d’y penser? Si vous êtes comme la plupart d’entre-nous, vous vous serez empressé d’essayer d’oublier tout ce qui est douloureux.

Oui, nous évitons la douleur par la distraction. Nous transportons notre esprit vers un autre moment, un autre lieu ou un autre monde où il peut être en sécurité et isolé de la douleur de la vie quotidienne. Nous regardons nos téléphones, nous sommes obsédés par le passé ou notre avenir potentiel, faisons des plans que nous ne tiendrons jamais ou essayons simplement d’oublier.

Nous mangeons, nous buvons et nous faisons ce que nous pouvons pour ne pas être confronté à la réalité de nos problèmes. Nous utilisons des livres, des films, des jeux et de la musique pour nous transporter dans un autre monde où aucune douleur n’existe, et où tout semble toujours facile, bon et juste.

Disons-le, il n’y a rien de mal avec la distraction. Nous avons tous besoin d’une sorte de diversion pour rester sain d’esprit et heureux.

La clé est que nous devons être conscients de nos distractions.

Autrement dit, nous devons nous assurer que nous choisissons nos distractions et que nos distractions ne nous choisissent pas. C’est nous qui optons pour la distraction, plutôt que d’être simplement incapables de nous retirer de la distraction. Nous devons savoir quand nous nous évadons. Notre distraction doit être planifiée et modérée en petits morceaux. Nous ne pouvons pas nous gaver de distraction.

Vous pouvez également profiter de :
Réfléchir et réviser : un processus de croissance personnelle en 5 étapes

Portez votre attention à ce que vous faites. Ne jugez pas vos observations, ayez-les simplement. C’est le premier niveau de conscience de soi, une compréhension simple d’où va votre esprit et quand.

Vous devez être conscient des chemins que votre esprit aime emprunter avant de pouvoir commencer à vous demander pourquoi il emprunte ces chemins, et si ces chemins vous aident ou vous nuisent.

Niveau 2: que ressentez-vous?

Avez-vous déjà été furieux et quand quelqu’un vous demande pourquoi vous êtes en colère, vous vous dites : « JE NE SUIS PAS EN COLÈRE! ! JE SUIS PARFAITEMENT CALME ! » tout en tremblant de fureur…

Ce que les gens croient souvent, c’est que plus ils s’éloignent de la distraction, plus ils sont obligés de gérer  les nombreuses émotions qu’ils évitent depuis longtemps.

C’est pourquoi méditer effraie beaucoup de gens. La méditation est essentiellement la pratique consistant à entraîner votre esprit à devenir moins distrait et plus concentré sur votre expérience immédiate. Le résultat est que certaines personnes sont submergées par tous les sentiments qu’elles retiennent depuis toujours.

La thérapie a un effet similaire, mais plutôt que de calmer votre esprit et de fixer un mur pendant des heures, vous êtes assis sur un canapé et un homme/une femme vraiment gentil et amical vous ramène lentement à ce que vous ressentez, encore et encore, jusqu’à ce que votre esprit finisse par capituler et que vous mordiez partout et que vous pleuriez comme un enfant contrarié.

Ce deuxième niveau de conscience de soi est l’endroit où vous commencez vraiment à découvrir «qui vous êtes». Les personnes découvrent à ce stade de conscience de soi, ce qu’elles ressentent réellement à propos de ce qui se passe dans leur vie, et souvent, elles se sont cachées ces sentiments pendant des années.

La plupart des gens restent à la surface du niveau 1 de la conscience de soi. Ils font ce qu’on leur dit. Ils suivent les instructions. Ils se distraient  encore et encore avec les jeux vidéos, les réseaux sociaux, ou autre chose. À aucun moment, ils ne se permettent d’exprimer des émotions et des réactions individuelles à ce qui se passe autour d’eux.

Le niveau 2 est un endroit inconfortable. Les gens passent souvent des années en thérapie à naviguer au niveau 2. Il faut du temps pour se sentir à l’aise avec toutes vos émotions. Revenir sur ces émotions et leur permettre de se produire est quelque chose qui demande beaucoup de concentration et beaucoup d’efforts.

Mais beaucoup de gens sont également retenus au niveau 2. Ils pensent que le niveau 2 est aussi profond que possible et ils se perdent dans leurs sentiments pour le reste de leur vie. Je pense que cela se produit pour plusieurs raisons.

La première est que les émotions sont puissantes, en particulier pour les personnes qui ont réprimé leurs émotions pendant la majeure partie de leur vie. S’ouvrir soudainement à elles changera la vie et sera incroyablement profond.

En conséquence, beaucoup de gens commencent à penser qu’il s’agit du niveau ultime de conscience de soi, de ressentir des choses tout le temps. Ils peuvent même aller jusqu’à le considérer comme un « réveil spirituel ». Ils le décriront dans toutes sortes de termes prétentieux comme « la mort de l’ego » ou « la conscience transcendante » ou « la conscience supérieure ».

Mais c’est un peu un piège. Les émotions, comme vous le découvrirez éventuellement, sont a) sans fin, et b) ne signifient pas nécessairement quelque chose.

Maintenant, regardez cette image.

Vous vous êtes probablement senti bien en regardant cela. Maintenant, ce sentiment signifie-t-il quelque chose ? Non, c’est juste une image de bébé. Vous ne connaissez pas cet enfant. Vous n’avez aucune expérience avec lui. Pourtant beaucoup de gens vont attribuer de l’importance à toute émotion qui surgit en eux.

C’est une erreur fréquente mais souvent désastreuse. Les gens supposent que parce que certaines émotions sont fortes, cela signifie qu’elles sont importantes. Pourtant, ce n’est tout simplement pas le cas. Beaucoup d’émotions fortes sont inutiles, et parfois, ce sont de simples distractions !

Oui, vous m’avez entendu. Les émotions peuvent aussi être des distractions. Elles vous distraient de quoi ? D’autres émotions.

Une partie de l’intelligence émotionnelle consiste à être capable de discerner quelles émotions sont importantes pour agir, et quelles émotions doivent être reconnues et ressenties et rien de plus.

Vous voyez, il y a un autre petit piège subtil avec les émotions. Et c’est le fait que l’analyse d’une émotion en générera une autre. Vous pouvez donc vous retrouver dans cette boucle sans fin d’introspection qui, au bout d’un moment, vous transformera en une personne vraiment obsédée par elle-même.

Mais attendez, ce cycle sans fin des émotions  mérite qu’on en parle un peu.

Mise en garde: la spirale sans fin de l’introspection

Il y a une vieille histoire de l’Inde du XVIe siècle où un jeune homme escalade une grande montagne pour parler au sage qui vivait au sommet. Ce jeune homme avait hâte de comprendre les secrets du monde.

En arrivant en haut de la montagne, le sage a salué le jeune homme et l’a invité à lui demander n’importe quoi (note : c’était bien avant les discussions Quora). Le jeune homme lui posa alors sa question : « Grand sage, nous nous tenons sur le monde, mais sur quoi le monde se tient-il ?

Le sage a immédiatement répondu: « Le monde repose sur le dos d’un certain nombre de grands éléphants. »

Le jeune homme réfléchit un instant, puis demanda : « Oui, mais sur quoi se tiennent les éléphants ?

Le sage répondit à nouveau, sans hésitation, « Les éléphants reposent sur le dos d’une grande tortue. »

Le jeune homme, toujours insatisfait, demanda : « Oui, mais sur quoi repose la grande tortue ?

Le sage a répondu: « Il repose sur une tortue encore plus grande. »

Le jeune homme, de plus en plus frustré, a commencé à demander: « Mais qu’est-ce que… »

« Non, non, » interrompit le sage, « arrête-toi là. Ce sont des tortues tout le long. »

Le secret de l’univers n’est qu’une tortue

Niveau 3: quels sont vos angles morts?

Plus vous prenez conscience de vos propres émotions et de vos propres désirs, plus vous découvrez quelque chose de terrifiant : il y’a un problème avec vos pensées!

Vos émotions sont les esclaves de vos pensées, et vous êtes l’esclave de vos émotions.  a dit Élisabeth Gilbert

Nous nous considérons tous comme des penseurs indépendants qui raisonnent sur la base de faits et de preuves, mais la vérité est que notre cerveau passe le plus clair de son temps à justifier et à expliquer ce que le cœur a déjà déclaré et décidé. Et il n’y a aucun moyen de résoudre ce problème tant que vous n’avez pas appris à reconnaître ce que le cœur dit.

Vous pouvez également profiter de :
3 choses que font les personnes authentiques

Parlons de quelques erreurs de pensées les plus fréquentes:
  1. Nos souvenirs ne sont pas fiables et souvent complètement faux, surtout lorsqu’il s’agit de se souvenir de ce que nous avons ressenti à un certain moment ou à un certain endroit. Notre capacité à prédire nos pensées et nos sentiments dans le futur est encore pire.
  2. Nous nous surestimons constamment. En fait, en règle générale, plus nous sommes mauvais à quelque chose, mieux nous pensons que nous sommes, et plus nous sommes bons à quelque chose, plus nous croyons être mauvais.
  3. Des preuves contradictoires peuvent souvent nous rendre plus sûrs de notre position plutôt que nous inciter à la remettre en question.
  4. Notre attention se concentre naturellement uniquement sur les choses qui sont déjà cohérentes avec nos croyances préexistantes. C’est pourquoi deux personnes peuvent regarder exactement le même événement et en repartir avec deux souvenirs complètement contradictoires (pensez à deux fans de sport opposés tous deux convaincus d’avoir vu le ballon atterrir dans ou hors des limites.)
  5. La plupart d’entre nous, lorsqu’on leur en donne l’occasion, diront de petits mensonges pour améliorer nos résultats. Parfois (c’est-à-dire généralement), nous nous racontons même ces mensonges.
  6. Nous sommes incapables d’estimer les statistiques, de prendre des décisions coûts-avantages ou de raisonner sur de grandes populations de personnes. C’est en fait à la fois déprimant et hilarant à quel point nous sommes mauvais dans ce domaine.

Je pourrais continuer, mais je vais m’arrêter là. Fondamentalement, le fait est que vous faites des erreurs de raisonnement, je fais des errreurs de raisonnement, tout le monde fait des erreurs de raisonnement.Tout le temps.

L’important est juste que nous en soyons conscients. Si nous connaissons nos faiblesses, alors elles cessent d’être des faiblesses. Sinon, nous devenons esclaves des mécanismes défectueux de notre esprit.

Se libérer des limites de notre esprit se résume à quelques pratiques :
  1. Ayez des opinions plus faibles. Reconnaissez qu’à moins d’être un expert dans un domaine, il y a de fortes chances que vos intuitions ou vos hypothèses soient complètement fausses. Le simple fait de vous dire (et aux autres) avant de parler : « Je peux me tromper à ce sujet », met immédiatement votre esprit dans un état d’ouverture et de curiosité. Cela implique une capacité d’apprendre et d’avoir un lien plus étroit avec la réalité.
  2. Prenez-vous moins au sérieux. La plupart de vos pensées et de vos comportements sont simplement des réactions à diverses émotions. Et nous savons que vos émotions sont souvent fausses et/ou dénuées de sens.
  3. Apprenez de vos schémas habituels d’erreurs de comportement. Quand je me fâche, je deviens argumentative. Quand je suis triste, je m’arrête et je mange vraiment beaucoup. Quand je me sens coupable, je vomis ma conscience partout sur les gens. Quels sont vos tics ? Où va votre esprit quand vous vous sentez triste ? Quand vous vous sentez en colère ? Coupable? Anxieux? Apprenez à repérer vos mécanismes d’adaptation, car cela vous avertira la prochaine fois que vous vous distrairez de vos sentiments.Reconnaissez les problèmes que vous vous créez.
  4. Soyez réaliste. Il ne s’agit pas de supprimer vos réactions psychologiques erronées. Il s’agit de les comprendre pour pouvoir s’y adapter. De la même manière que nous avons tous des compétences et des activités dans lesquelles nous sommes meilleurs que d’autres, nous avons tous des émotions dans lesquelles nous sommes plus faibles que d’autres. Certaines personnes sont mauvaises avec le bonheur mais douées pour gérer leur colère. D’autres sont terribles avec leur colère mais savourent leur bonheur. D’autres personnes ne se sentent jamais déprimées mais souffrent d’une culpabilité incontrôlable. D’autres ne se sentent jamais coupables mais luttent contre des sentiments de dépression. Où sont vos émotions fortes et vos émotions faibles ? À quelles émotions répondez-vous mal ? D’où viennent vos principaux préjugés et jugements ? Comment pouvez-vous les remettre en question ou les réévaluer?
    Ceci, bien sûr, est beaucoup plus facile à dire qu’à faire.

Comment développer votre conscience de soi

Si je demandais à la plupart des gens ce que c’est que d’être soi-même, je devrais probablement leur poser des questions comme : qu’est-ce qui vous rend heureux, qu’est-ce qui vous donne un sentiment de contentement, comment ralentissez-vous et vivez-vous la vie ? Pour certains, ces questions peuvent sembler simples, mais vérifiez par vous-même.

Vous avez peut-être entendu l’expression être conscient ou pleine conscience. Il s’agit d’un concept à la mode qui consiste simplement à se calmer dans l’instant. Être conscient, c’est concentrer votre esprit sur une activité ou sur votre corps. Ce n’est pas mystique ou magique.

Pensez à quelque chose qui vous apporte de la joie quelque chose que vous faites qui vous aide à vous rappeler votre Être. Pour moi, c’est marcher ou courir à l’extérieur dans une forêt ou dans un parc naturel. Quand je suis dans cette zone, je suis moi. Je suis juste dans mon espace heureux.

La méditation est un bon moyen de développer la conscience de soi

vous pouvez prendre quelques instants et vous calmer et aller à l’intérieur et trouver cet endroit heureux et content. Il est là, il ne vous reste plus qu’à le trouver enterré sous les listes de choses à faire.

Certains rituels quotidiennes bâtissent la conscience de soi

Une autre façon d’Être dans l’instant est le rituel. Cela peut être de dire une prière, d’affirmer vos intentions, de faire une séance de respiration consciente ou d’ancrage.
Pensez à votre vie et aux rituels que vous pratiquez déjà et qui vous aident à être présent et disponible. Ou commencez à penser à des façons d’introduire un rituel dans votre travail ou votre vie personnelle qui vous aide à vous connecter avec votre Être.

« Au centre de votre Être, vous avez la réponse ; Vous savez qui vous êtes et vous savez ce que vous voulez ». Lao Tseu

L’écriture est très efficace pour la conscience de soi

L’écriture a une façon de vous forcer à vous concentrer et à clarifier exactement ce que vous pensez et ressentez (vous voyez un schéma ici ?).

Vous pouvez également profiter de :
11 masques de personnalité que nous portons

Comme l’a dit l’auteure Flannery O’Connor :

« J’écris parce que je ne sais pas ce que je pense tant que je n’ai pas lu ce que je dis ».

Vous n’avez pas besoin d’écrire magnifiquement ou même si bien pour en tirer parti. Le simple fait d’organiser vos pensées sur papier est souvent suffisant pour vous donner plus de clarté.

Les commentaires honnêtes des autres nous aident à devenir plus conscients de nous

Demander à quelqu’un en qui vous avez entièrement confiance de signaler vos angles morts peut être un moyen très puissant d’améliorer votre jeu de conscience de soi, mais cela peut aussi être incroyablement douloureux.

Les autres ont souvent une meilleure vision de nous que nous, en particulier les amis et la famille proches de nous. Leur demander de manière simple et sûre (par « sûr », je veux dire ne pas exploser et menacer de les castrer avec une cuillère pour avoir insulté votre honneur) peut conduire à de grands gains de conscience de soi.

Le but de la conscience de soi est l’acceptation de soi

Il y a un certain type de personnes qui réfléchira et reconnaîtra ses émotions erronnées; ainsi que ses schémas de pensée biaisés, et fera tout le travail d’auto-exploration et la grande leçon de tout cela sera : « J’ai des bons côtés, et j’ai des mauvais côtés. »

Ils verront leurs forces et leurs défauts internes, comprendront leurs préjugés et leurs mécanismes irrationnels, et maîtriseront leurs distractions et leurs émotions faibles.

La conscience de soi est gaspillée si elle n’aboutit pas à l’acceptation de soi.

La recherche le confirme également : la conscience de soi ne rend pas tout le monde plus heureux, elle rend certaines personnes plus misérables. Parce que si une grande conscience de soi est associée à un jugement de soi, alors vous devenez simplement plus conscient de toutes les façons dont vous méritez d’être jugé.

Ces débordements émotionnels et ces erreurs de pensées, ils existent chez tout le monde, tout le temps. Vous n’êtes pas une mauvaise personne pour les avoir. Tout comme les autres ne sont pas nécessairement de mauvaises personnes pour les avoir non plus. Ils sont juste humains. Et vous êtes juste humain.

Platon a dit que tout mal est enraciné dans l’ignorance. Si vous pensez aux personnes les plus méchantes, elles sont méchantes non pas parce qu’elles ont des défauts, mais parce qu’elles refusent d’admettre qu’elles ont des défauts.

Bienvenue à l’empathie.

L’empathie ne peut se produire qu’en proportion de notre propre acceptation de soi. Ce n’est qu’en acceptant les défauts de nos propres émotions et de notre propre esprit que nous sommes capables de regarder les défauts des émotions et de l’esprit des autres, et plutôt que de les juger ou de les détester, ressentir de la compassion pour eux.

Et c’est là qu’intervient ce vieux cliché, sur le fait de ne pouvoir aimer les autres qu’en proportion de combien nous nous aimons nous-mêmes. La conscience de soi nous ouvre la possibilité de nous aimer et de nous accepter. Oui, je suis parfois quelqu’un de partial. Oui, je gère mal mes émotions à l’occasion. Oui, j’ai des défauts.

Mais ça va. Et parce que j’ai accepté ces défauts en moi-même, je suis capable d’accepter et de pardonner ces défauts chez les autres. Et ce n’est qu’ainsi que tout véritable amour devient possible.

Lorsque nous refusons de nous accepter tels que nous sommes, nous revenons au besoin constant d’engourdissement et de distraction. Et nous serons également incapables d’accepter les autres tels qu’ils sont, alors nous chercherons des moyens de les manipuler, de les changer ou de les convaincre d’être une personne qu’ils ne sont pas. Nos relations deviendront transactionnelles, conditionnelles et finalement toxiques et échoueront. Alors, un Homme ou une souris: à quel stade êtes-vous parvenu?

Sources

Céline Folifack (2023). Connaître ses valeurs. Trouvez vos valeurs fondamentales et comprenez comment les mettre en oeuvre: 12 leçons de leadership par les valeurs pour créer du sens et impacter sa génération.

1. Silvia, P. J., & O’Brien, M. E. (2004). Self-Awareness and Constructive Functioning: Revisiting “the Human Dilemma.” Journal of Social and Clinical Psychology23(4), 475–489.

2. Sutton, A. (2016). Measuring the Effects of Self-Awareness: Construction of the Self-Awareness Outcomes Questionnaire. Europe’s Journal of Psychology12(4), 645–658.

3. Ridley, D. S., Schutz, P. A., Glanz, R. S., & Weinstein, C. E. (1992). Self-regulated learning: The interactive influence of metacognitive awareness and goal-setting. Journal of Experimental Education60(4), 293–306.

4. Pryor, J. B., Gibbons, F. X., Wicklund, R. A., Fazio, R. H., & Hood, R. (1977). Self-focused attention and self-report validity. Journal of Personality45(4), 513–527.

5. Baumeister, R. F., & Vohs, K. D. (2003). Self-regulation and the executive function of the self. In M. R. Leary & J. P. Tangney (Eds.), Handbook of Self and Identity (pp. 197–217). New York, NY: Guildford Press.

error: