Qu’est-ce que la connaissance de soi en psychologie ? C’est « l’information authentique et réelle que l’on possède sur soi-même ». Cela comprend des informations sur notre état émotionnel, nos traits de personnalité, nos relations, nos modèles de comportement, nos opinions, nos croyances, nos valeurs, nos besoins, nos objectifs, nos préférences et notre identité sociale.

Qui suis-je?

« Qui suis je? » Une question simple mais profonde. Une autre question provocatrice est : « Pourquoi est-ce que j’agis comme je le fais ?Si vous vous êtes posé des questions similaires, vous n’êtes pas seul. Lorsque nous ne nous connaissons pas ou agissons d’une manière que nous ne comprenons pas ou que nous n’aimons pas, cela peut être un signal qu’un changement doit être amorcé. Mais comment changer et que faut-il changer ?Einstein a dit un jour : « Combien de personnes sont piégées dans leurs habitudes quotidiennes : en partie insensibles, en partie effrayées, en partie indifférentes ? Pour avoir une vie meilleure, nous devons continuer à choisir comment nous vivons ».

L’ignorance, la peur et l’indifférence ne fournissent pas l’élan nécessaire pour acquérir une connaissance de soi ou effectuer un changement positif.

À l’inverse, l’auto-analyse conduit à la connaissance de soi, qui est la première étape nécessaire pour initier un changement positif.

Sur quoi se base la connaissance de soi ?

La connaissance de soi résulte de processus autoréflexifs et sociaux.

La connaissance de soi ne découle pas uniquement de l’introspection. Plusieurs sources contribuent au réservoir de la connaissance de soi.

1. Le monde physique
Cette catégorie d’informations est limitée aux informations physiques telles que la taille, le poids et la couleur des yeux.

2. Les comparaisons sociales
Cette source de connaissance de soi se produit lorsque nous nous comparons aux autres. Les sous-catégories comprennent des comparaisons à la hausse et à la baisse, dans lesquelles nous nous comparons à quelqu’un de mieux et de moins bien, respectivement (Brown, 1998).

3. Les appréciations réfléchies
Cette source de connaissance de soi découle des évaluations que les autres ont de nous. Le terme désigne le fait que nous nous voyons reflétés à travers les yeux des autres (Brown, 1998).

4. L’introspection
Cette source de connaissance de soi provient de l’observation intérieure des pensées, des sentiments, des motivations et des désirs. L’introspection est entrelacée et intégralement connectée à la connaissance de soi.

5. La perception de soi
Dans cette catégorie de connaissance de soi, nous apprenons à nous connaître en observant et en examinant notre propre comportement.

6. Les approches de type Techniques Cognitivo Comportementales (TCC)
Une autre source de connaissance de soi émane d’une analyse rationnelle de nos processus de pensée négative à travers des approches similaires et incluant la thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

7. Les techniques de pleine conscience
Les techniques basées sur la pleine conscience nous aident à évaluer et à améliorer nos compétences en intelligence émotionnelle, en développant la connaissance de soi (Schaffner, 2020).

En somme, la connaissance de soi s’obtient par une combinaison du monde physique, social et psychologique.

Pourquoi la connaissance de soi est-elle importante ?

La connaissance de soi est « essentielle au bon fonctionnement car bien se connaître mène à une prise de décision réaliste concernant les aspects clés de sa vie » (Morin & Racy, 2021, p. 374).

En effet, « les personnes qui ne se voient pas avec précision sont susceptibles de gâcher leur vie » (Begley, 2020).

Les principaux aspects à risque en raison du manque de connaissance de soi comprennent les choix de partenaire de vie, les choix d’éducation et de carrière, et où et comment vivre (Morin et Racy, 2021).

Les déficits de connaissance de soi conduisent à une surestimation des forces subjectives, ce qui peut entraîner une moindre satisfaction de vivre et de mauvais résultats académiques.

Schaffner (2020) énumère cinq raisons pour lesquelles la connaissance de soi est essentielle à la croissance psychologique.

1- Elle satisfait le désir d’apprendre et de donner un sens aux expériences.
2- Elle empêche la discorde entre la perception de soi et la perception que les autres ont de nous.
3- Elle nous émancipe des caprices irrationnels de notre inconscient.
4- Elle facilite les réponses proactives plutôt que la réactivité.
5- C’est une première étape nécessaire pour un changement positif.
Huseyin (2017) suggère que la connaissance de soi nous oblige à développer une suspicion équilibrée de nos sentiments.

D’autres avantages incluent moins de frustration au travail, moins d’insécurité et d’envie, et moins de stress lié à l’argent. De plus, nous acquérons la capacité d’assumer la responsabilité de nos émotions et avons plus d’empathie et de compassion (Huseyin, 2017).

Vous pouvez également profiter de :
La cascade de guérison: une méditation guidée d'auto-guérison

Enfin, la connaissance de soi aide à façonner notre compréhension des autres et sert de point de référence pour évaluer les autres (Brown, 1998).

Comment la connaissance de soi peut-elle conduire à la maîtrise de soi ?

Parce que la connaissance de soi comprend des auto-évaluations honnêtes et d’autres informations acquises, nous pouvons l’utiliser pour apporter des changements positifs et maîtriser des aspects de notre vie.

La connaissance de soi est essentielle pour « donner un récit significatif à nos actions passées, présentes et futures, un sentiment de continuité dans le temps, un sentiment d’être à la fois unique et similaire aux autres » (Bukowski, 2019).

Se connaître améliore notre capacité à vivre des vies cohérentes et épanouissantes. De plus, cela nous permet de comprendre nos motivations et nos peurs de base, et améliore notre contrôle de nos émotions (Schaffner, 2020).

À l’inverse, l’incapacité à reconnaître nos sentiments nous rend vulnérables et à leur merci (Schaffner, 2020).

La connaissance de soi nous motive à poursuivre des projets ambitieux, des relations et d’autres défis. Le manque de perspicacité peut inhiber de grandes aspirations (Begley, 2020).

Les domaines psychosociaux mûrs pour le changement:

Trois domaines mûrs pour le changement comprennent les angles morts, l’auto-tromperie et les déclencheurs de conflit.

1. Les angles morts

Les angles morts sont des processus inconscients qui « biaisent généralement l’accès à la connaissance de soi et sa formation » (Bukowski, 2019).

Dans cette vidéo, savoir en quoi vous voyez le monde différemment des autres vous aidera à surmonter vos croyances auto-limitantes.

2. L’auto-tromperie

Baumeister (2010) décrit l’auto-tromperie comme une sorte de vœu pieux. Dans cet état, nous croyons ce que nous voulons croire, dépourvu de justifications rigoureuses. Divers préjugés servent de véhicule à l’auto-tromperie.

3. Les déclencheurs de conflit

Les déclencheurs de conflit sont des mots ou des actions effectués par un autre qui sont perçus comme offensants et créent un conflit (Wilmot & Hocker, 2011). Taibbi (2019) suggère que ces déclencheurs proviennent de blessures non cicatrisées de notre passé.

Pourquoi peu de gens recherchent la connaissance de soi?

  1. Explorer des aspects inconnus de nous-mêmes est risqué, car cela peut révéler des informations qui contredisent nos convictions actuelles.
  2. Notre culture est plus intéressée par le succès et l’avancement que par l’introspection (Huseyin, 2017).
  3. De plus, une variété de termes étroitement liés distraient les chercheurs d’informations, formant des obstacles à la connaissance de soi (Bukowski, 2019). Des termes tels que conscience de soi, concept de soi et identité de soi diluent le champ de la connaissance de soi. Analysons certains de ces teres pour plus de clarté.

Comprenons mieux la connaissance de soi

Connaissance de soi vs conscience de soi

Nous avons discuté de l’utilité de la connaissance de soi pour naviguer dans la vie, mais en quoi diffère-t-elle de la conscience de soi ?

La connaissance de soi fait référence à des informations sur les tendances subjectives, telles que notre état émotionnel, nos traits de personnalité et nos schémas comportementaux (Morin & Racy, 2021).

Dit plus simplement, la différence entre la conscience de soi (self-awareness) et la connaissance de soi (self-knowledge) est que la conscience de soi se réfère à la capacité de reconnaître et de comprendre ses propres émotions, pensées et comportements, tandis que la connaissance de soi se réfère à la compréhension profonde et globale de ses propres valeurs, croyances, aptitudes et faiblesses.

Les psychologues considèrent la conscience de soi comme un tremplin sur la voie de la connaissance de soi (Alicke, Zhang et Stephenson, 2020).

Goleman (1997, p. 47) simplifie le concept de conscience de soi en le définissant comme étant « conscient à la fois de notre humeur et de nos pensées à propos de cette humeur ».

Certains avantages de la conscience de soi comprennent l’amélioration de l’intelligence émotionnelle, de l’empathie et des capacités d’écoute (Berger, 2018).

Une forte empathie et des capacités d’écoute sont essentielles à la communication et à l’établissement de relations interpersonnelles solides et enrichissantes.

De plus, la conscience de soi stimule la pensée critique et la prise de décision. Ce sont des compétences souvent associées à des leaders efficaces (Berger, 2018).

Connaissance de soi, identité de soi et concept de soi

Selon Sheldon Stryker, l’identité est « une partie » de soi qui est « appelée » lors de l’interaction avec les autres » (Appelrough & Desfor-Edles, 2008, p. 478).

Le nombre d’identités associées à une personne correspond aux rôles auxquels elle participe, comme enfant, parent, employé, ami et conjoint (Appelrough & Desfor-Edles, 2008).

La saillance de l’identité fait référence à la façon dont la personne organise ses identités de manière hiérarchique, car toutes les identités n’ont pas la même signification ou le même statut (Appelrough & Desfor-Edles, 2008).

Vous pouvez également profiter de :
70 puissantes questions d'autoréflexion

Le concept de soi est l’image que nous développons de nous-mêmes, qui, contrairement à la connaissance de soi, peut ou non être basée sur la réalité (Morin & Racy, 2021). Le concept de soi peut être déterminé à l’aide d’évaluations telles que le questionnaire sur le concept de soi. Cet outil pose 48 questions évaluant les domaines de soi, tels que moral, intellectuel, social, physique, éducatif et capricieux.

Le concept de soi est développé sur la base de croyances sur soi, tandis que la connaissance de soi est dérivée de diverses sources d’information, y compris des preuves externes (Morin et Racy, 2021).

Un manque de clarté, de stabilité et de cohérence du concept de soi est associé à une faible estime de soi, à une auto-analyse chronique, à un névrosisme élevé, à une faible amabilité et à une faible conscience (Morin et Racy, 2021).

2 exemples concrets de connaissance de soi

La perspicacité que la connaissance de soi apporte peut conduire à une source d’informations nécessaires pour prendre des décisions critiques et prendre les mesures nécessaires pour la santé et le bien-être.

Naomi Osaka

Les actions courageuses de la star du tennis Naomi Osaka démontrent la connaissance de soi. Osaka a remporté plusieurs tournois du Grand Chelem et fait partie des athlètes féminines les mieux payées au monde (Kelly, 2021).

Osaka a pris la difficile décision de faire passer sa santé mentale avant sa carrière et son image publique en refusant de participer aux conférences de presse de Roland-Garros 2021 (Kelly, 2021).

Alors que la ferveur du public augmentait, Osaka s’est retiré du tournoi et a ensuite été condamné à une amende de 15 000 $ et a reçu une réprimande sévère pour infractions au code du tournoi (Kelly, 2021).

Il semble qu’Osaka se connaisse physiquement, mentalement, socialement et professionnellement. Elle a déclaré sur les réseaux sociaux qu’elle souffrait d’épisodes prolongés de dépression après sa première victoire en Grand Chelem en 2018 (Kelly, 2021).

Elle a pris l’initiative de prendre soin d’elle-même au cours de sa carrière, malgré la critique sociale. Osaka est un exemple rare de la façon dont la connaissance de soi peut être utilisée pour prendre des décisions critiques, qui changent parfois la vie.

Viktor Frank

Viktor Frankl était un psychiatre et psychothérapeute du XXe siècle qui, en tant que survivant de l’Holocauste, a émergé de circonstances horribles pour créer la logothérapie et a écrit de nombreux livres (Frankl, 2006).

Il est né à Vienne, en Autriche, en 1905 et a obtenu son doctorat en médecine et son doctorat à l’Université de Vienne. Les premiers travaux de Frankl (2006) portaient sur la dépression et le suicide.

Après des années d’attente, Frankl a reçu son visa permettant l’émigration vers les États-Unis. Cependant, la décision a nécessité qu’il laisse derrière lui ses parents, sa femme et ses frères et sœurs. Après réflexion, Frankl a laissé expirer le visa (Schatzman, 2011).

En 1942, Frankl a été envoyé au camp de concentration de Theresienstadt avec sa famille. Il était le seul membre de sa famille à sortir de prison (Schatzman, 2011).

L’ensemble des travaux de Frankl, ses premières réalisations et ses décisions qui transforment sa vie témoignent de sa connaissance de soi et reflètent ses objectifs, ses valeurs, ses croyances et son identité sociale.

6 théories sur la connaissance de soi

Divers modèles et théories cherchent à expliquer la connaissance de soi.

1. Le modèle d’observation immédiate

Le modèle d’observation sans médiation, notamment associé à Descartes, postule que nous atteignons la connaissance de soi par nos propres pensées sans médiation, séparées des apports ou des sources extérieures. Ce modèle est généralement utilisé pour comparer d’autres modèles philosophiques (Gertler, 2003).

2. Le modèle de transparence

Le modèle de transparence implique de prendre une décision, de réfléchir rationnellement et de tirer une conclusion sur l’état du monde.

En utilisant ce modèle, nous acquérons des connaissances non seulement sur nos croyances, mais sur toute attitude sensible au jugement. L’un des attraits de la transparence est le lien intime entre la connaissance de soi et l’action (Jongepier, 2021).

3. Le constructionnisme social

Le constructionnisme social est une façon de nous comprendre et de comprendre notre monde à travers l’utilisation du langage pour créer une réalité partagée (Gergen, 2009). Les constructionnistes théorisent que le sens est créé en relation avec les autres.

4. Le « soi miroir »

Ce modèle, proposé par le sociologue Charles Horton Cooley, affirme que notre sens de soi se développe à travers les interactions avec les autres.

Dans cette théorie, notre apparence se reflète à travers l’autre personne. Nous faisons alors une hypothèse sur leur jugement à notre égard et avons une émotion résultante concernant ce jugement (Appelrough & Desfor-Edles, 2008).

5. Le soi narratif

Le soi narratif est nécessaire au raisonnement introspectif et à la reconstruction de la mémoire autobiographique. Il comprend deux branches de pensée :

– le mode paradigmatique, qui accède aux explications logiques afin de construire une explication rationnelle de la réalité
– le mode narratif, qui utilise des interprétations significatives de nous-mêmes pour créer une explication cohérente de notre identité
Ces récits combinent les événements passés, présents et futurs en une séquence cohérente (Bukowski, 2019).

Vous pouvez également profiter de :
Comment trouver l’épanouissement humain: que dit la science?

6. Théorie de la perception de soi

Cette théorie, proposée par Daryl Bem, suggère que les gens apprennent sur eux-mêmes en observant le comportement et en faisant des inférences (Baumeister, 2010).

Un message à retenir

Dans cet article, nous avons discuté de plusieurs avantages et justifications pour acquérir la connaissance de soi.

La connaissance de soi est essentielle à la croissance personnelle, à la prise de décision et à une auto-évaluation précise. C’est le contraire de l’ignorance et nous aide à donner un sens à nos expériences.

Surtout, la connaissance de soi est un outil essentiel pour aider dans le processus de changement. Le changement est difficile. Cela demande de l’intentionnalité et du courage.

Nous, les humains, passons une bonne partie de notre vie à éviter la douleur et l’inconfort associés au changement.

Le voyage vers la connaissance de soi cherche à nous déloger de notre zone de confort pour explorer des aspects de nous-mêmes généralement ignorés ou évités.

La question que je me pose est : « Comment vais-je me sentir dans dix ans si je choisis de ne pas regarder tous les aspects de moi-même ?

Nelson Mandela a déclaré,

« Il n’y a pas de passion à trouver en jouant petit – en se contentant d’une vie qui est inférieure à celle que vous êtes capable de vivre. »

Bien que le changement puisse être difficile, la guérison, la créativité, la résilience et la passion se forgent à travers le changement.

 

Nous espérons que vous avez été inspiré par la lecture de cet article. Avez-vous aimé les leçons que vous avez apprises ici ? Faites-moi savoir ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous, et merci d’avoir lu!

Références:

Alicke, M., Zhang, Y., & Stephenson, N. (2020). Self-awareness and self-knowledge. Oxford Research Encyclopedia of Psychology. Retrieved June 29, 2021, from  https://oxfordre.com/psychology/view/10.1093/acrefore/9780190236557.001.0001/acrefore-9780190236557-e-743
Appelrough, S., & Desfor-Edles, L. (2008). Classical and contemporary sociological theory. Pine Forge Press.
Baumeister, R. F. (2010). The self. In R. F. Baumeister & E. J. Finkel (Eds.), Advanced social psychology: The state of the science (pp. 143-175). Oxford University Press.
Begley, S. (2020, May 18). How much self-knowledge is too much? Mindful. Retrieved June 9, 2021, from https://www.mindful.org/how-much-self-knowledge-is-too-much/
Berger, B. (2018, May 22). Know thyself: Examining the benefits of self-reflection. Institute for Public Relations. Retrieved June 7, 2021, from https://instituteforpr.org/know-thyself-examining-the-benefits-of-self-reflection/
Brown, J. D. (1998). The self. Routledge.
Bukowski, H. (2019). Self-knowledge. In V. Zeigler-Hill & T. K. Shackelford (Eds.) Encyclopedia of personality and individual differences (pp. 61–76). Springer.
Cooper, R. K. (2001). The other 90%. Three Rivers Press.
Fernandez-Berrocal, P., Alcaide, R., Extremera, N., & Pizarro, D. (2006). The role of emotional intelligence in anxiety and depression among adolescents. Individual Differences Research, 4, 16–27.
Frankl, V. E. (2006). Man’s search for meaning. Beacon Press.
Gergen, K. J. (2009). An invitation to social constructionism (2nd ed.) Sage.
Gertler, B. (2003). Self-knowledge. In E. N. Zalta (Ed.), Stanford encyclopedia of philosophy (Spring 2020 ed.). Retrieved July 19, 2021, from https://plato.stanford.edu/archives/spr2020/entries/self-knowledge/
Gohm, C. L., Corser, G. C., & Dalsky, D. J. (2005). Emotional intelligence under stress: Useful, unnecessary, or irrelevant? Personality and Individual Differences, 39(6), 1017–1028.
Goleman, D. (1997). Emotional intelligence. Bantam.
Huseyin, R. (2017, August 29). Why self-knowledge is hard to come by and what to do about it. Art of Wellbeing with Rezzan Huseyin. Retrieved May 31, 2021, from  https://www.artofwellbeing.com/2017/08/29/self-knowledge/
Jongepier, F. (2021). The value of transparent self-knowledge. Ethical Theory and Moral Practice, 24, 65–86.
Kelly, J. (2021, June 1). Tennis star Naomi Osaka stood up for herself, bravely shared her mental health issues and walked away from the French Open. Forbes. Retrieved June 21, 2021, from https://www.forbes.com/sites/jackkelly/2021/06/01/tennis-star-naomi-osaka-stood-up-for-herself-bravely–shared-her-mental-health-issues-and-walked-away-from-the-french-open/
Morin, A., & Racy, F. (2021). Dynamic self-processes. In J. Rauthmann (Ed.), The handbook of personality dynamics and processes (pp. 336–386). Elsevier.
Schaffner, A. K. (2020, May 25). What’s so great about self-knowledge? Psychology Today. Retrieved May 31, 2021, from https://www.psychologytoday.com/us/blog/the-art-self-improvement/202005/whats-so-great-about-self-knowledge
Schatzman, M. (2011, October 23). Obituary: Viktor Frankl. Independent. Retrieved June 22, 2021, from https://www.independent.co.uk/news/people/ obituary-viktor-frankl-1237506
Schutte, N. S., Malouff, J. M., Bobik, C., Coston, T. D., Greeson, C., Jedlicka, C., … Wendorf, G. (2001). Emotional intelligence and interpersonal relations. The Journal of Social Psychology, 141(4), 523–536.
Taibbi, R. L. (2019). Healing the past in the present. Psychology Today. Retrieved July 1, 2021, from https://www.psychologytoday.com/us/blog/fixing-families/201907/healing-the-past-in-the-present
Wilmot, W. W., & Hocker, J. L. (2011). Interpersonal conflict. McGraw-Hill.

 

error: