Découvrons les différences entre l’inspiration qui vient de l’extérieur et la motivation intérieure, et pourquoi connaître vos valeurs les plus élevées est essentiel pour maîtriser votre vie.

Pouvez-vous expliquer pourquoi la motivation ne fonctionne pas ?

Chaque être humain, quel que soit son sexe, son âge ou sa culture, vit à chaque instant selon un ensemble unique de priorités ou de valeurs. Ce qui est le plus élevé sur la liste de valeurs d’une personne est le nom ou le verbe qui est le plus important et ce sur quoi elle est spontanément inspirée d’agir. Losque nous sommes au centre de nos valeurs,  la force vient de l’intérieur; nous n’avons besoin d’aucune motivation extérieure. Nous agissons simplement spontanément sans hésitation, nous sommes disciplinés, fiables et concentrés.

La différence entre inspiration et motivation

Mais au fur et à mesure que nous descendons dans notre liste de valeurs, la force vient de l’extérieur. Nous avons besoin d’une récompense extérieure pour le faire, ou d’une punition extérieure s’ils ne le font pas.

Nous recherchons constamment la pilule magique ou l’ingrédient miracle ou la technique révolutionnaire pour motiver des personnes que nous apprécions et c’est une perte de temps : vous ne pouvez motiver personne à faire quoi que ce soit. Ce que la plupart des gens pensent être la motivation, est en fait une source d’inspiration.

L’inspiration est quelque chose qui vient de l’extérieur : de l’écoute d’une autre personne. La motivation, cependant, vient de l’intérieur.

Comment identifiez-vous vos valeurs ?

Vos valeurs sont ce que votre vie démontre déjà est important pour vous, mais beaucoup de gens ont du mal à séparer leurs vraies valeurs les plus élevées de leurs idéaux sociaux environnants ou des valeurs qui ont été injectées par des autorités extérieures telles que les parents, les prédicateurs, les enseignants et les pairs .

J’ai développé cette série de déterminants de valeur pour indiquer ce que la vie d’un individu démontre déjà, par opposition à ce qu’il pense qu’elle devrait être, ou espère qu’elles pourraient être.

Clarifiez vos valeurs en treize questions :

  1. De quoi remplissez-vous le plus votre espace personnel, intime ou virtuel ; que représentent ou signifient réellement ces éléments, ou à quoi servent-ils réellement ?
  2. Comment passez-vous le plus de temps et que représentent ou signifient réellement ces actions, ou pourquoi faites-vous cela ?
  3. Ensuite, regardez comment vous dépensez votre énergie et ce qui vous énergise le plus. Quelles sont les trois choses pour lesquelles vous trouvez toujours le plus d’énergie ? Vous aurez toujours de l’énergie pour les choses qui sont vraiment les plus élevées sur votre liste de valeurs et qui vous inspirent.
  4. Comment dépensez-vous le plus votre argent et vos ressources ? Quelles sont les trois choses pour lesquelles vous dépensez le plus votre argent ? Vous vous sentirez réticent à dépenser de l’argent pour des choses que vous percevez comme sans importance.
  5. Où êtes-vous le plus ordonné et organisé ? Où avez-vous le plus haut degré d’ordre et d’organisation ? Quelles sont les trois choses dans lesquelles vous êtes le plus organisé ? Où êtes-vous le plus organisé ?
  6. Où êtes-vous le plus fiable, discipliné et concentré ? Quelles sont les trois choses sur lesquelles vous êtes le plus fiable ? Quelle que soit la valeur la plus élevée pour vous, serez-vous discipliné à faire ?
  7. À quoi pensez-vous le plus intérieurement ? Quelles sont vos pensées dominantes les plus profondes ? Quelles sont les trois choses sur lesquelles vous dominez vos pensées ?
  8. Qu’est-ce que vous visualisez le plus sur la façon dont vous aimeriez que votre vie soit, qui montre des preuves de devenir réalité ?
  9. De quoi vous parlez-vous le plus souvent, de la façon dont vous aimeriez que votre vie soit, qui montre des preuves de réalisation ?
  10. De quoi parlez-vous le plus souvent aux autres ou sur quoi continuez-vous de vouloir amener les conversations ?
  11. Qu’est-ce qui vous inspire le plus et qu’est-ce qui est commun aux personnes qui vous inspirent le plus ?
  12. Quels sont vos objectifs à long terme les plus cohérents sur la façon dont vous aimeriez que votre vie soit qui montre des preuves de réalisation ?
  13. Quels sujets d’études vous inspirent le plus ? Lorsque vous entrez dans une librairie, vers quel rayon vous dirigez-vous ? À quel sujet de magazines êtes-vous abonné ? Vers quelle rubrique des journaux vous tournez-vous en premier ? Y a-t-il des émissions de télévision non romanesques ou des documentaires cinématographiques que vous recherchez ?
Vous pouvez également profiter de :
5 façons d'identifier les angles morts

Les valeurs du mentorship

Comment le fait d’avoir un mentor s’intègre-t-il à cela ? En d’autres termes, comment nous assurons-nous de ne pas subordonner ou d’injecter les valeurs de ce mentor dans nos propres vies ?

Je n’ai aucun problème à apprendre d’un mentor, mais essayer d’être ce mentor est une autre histoire.

Ralph Waldo Emerson a dit un jour que « l’envie est de l’ignorance et que l’imitation est un suicide ». L’envie suppose que l’autre personne a quelque chose que vous n’avez pas.

Chaque fois que vous essayez d’être quelqu’un que vous n’êtes pas, c’est de l’imitation.

L’imitation est un suicide parce que vous allez vous détruire en essayant d’être quelqu’un d’autre. Pourquoi être deuxième quand vous pouvez être premier en étant vous-même ?

Cela ne signifie pas non plus que vous ne pouvez pas partager certaines des mêmes idées, principes et outils que les gens avant vous ont appris – il n’est pas nécessaire de réinventer la roue. N’essayez pas d’être exactement comme eux pendant que vous le faites. Vous êtes ici pour apprendre d’eux, utiliser les outils et aller de l’avant et les appliquer à votre manière unique et en fonction de vos propres priorités et valeurs.

Donc, je ne suis pas contre le mentorat. Je ne suis pas contre l’apprentissage des gens, mais ne les dupliquez pas et n’essayez pas d’être eux – soyez vous-même.

Votre langage éclaire sur votre niveau de motivation

Nous avons tendance à utiliser un langage impératif lorsque nous injectons les valeurs des autres dans notre vie

Chaque fois que vous vous entendez dire : « Je devrais faire ceci », « Je devrais faire ceci », « Je dois faire ceci », « Je dois faire ceci », « Je dois faire ceci », vous savez que c’est un valeur injectée et inférieure que vous sentez que vous devez faire. Vous vivez selon ce que vous percevez que vous « devriez » faire au lieu de ce que vous vous sentez inspiré de faire. Il y a une force extérieure qui vous pousse et vous motive à le faire, et vous ne voudrez peut-être pas le faire. Ce type d’énergie peut saper la vitalité de votre vie ou de votre entreprise.

La culpabilité face à nos valeurs

Si nous nous culpabilisons, cela signifie-t-il que nous ne sommes pas en accord avec nos valeurs ?

Je dis aux gens qui se battent d’arrêter de se CONSTRUIRE. Tant que vous êtes accro à vous construire, vous allez vous battre parce que vous ne pouvez pas avoir de fierté sans honte. Elles viennent par paire. Quand l’un est conscient, l’autre est inconscient.

Vous avez un thermostat intégré pour vous assurer que vous êtes authentique. Si vous vous gonflez, vous allez vous battre pour retrouver l’équilibre. Le vrai vous n’est pas construit et gonflé ou abattu et dégonflé – il est authentiquement intégré, équilibré et centré.

La raison pour laquelle vous vous gonflez est généralement parce que vous êtes dans ce qu’on appelle une « valeur injectée » d’une certaine autorité, et vous essayez de vous y conformer. Quand vous pensez que vous le faites, vous vous sentez fier. Quand vous pensez que vous ne le faites pas, vous vous sentez honteux.

La principale raison pour laquelle les gens se battent est qu’ils se soumettent aux idéologies et à l’idéalisme d’autres personnes qui, selon eux, ont une vie meilleure qu’eux, mais ce n’est pas le cas. Tout le monde a de la peine et du plaisir. L’individu qui peut incorporer et embrasser les deux de manière égale a le plus d’équilibre et d’objectivité avec l’eustress (le stress bénéfique), et a tendance à être plus résilient et adaptable. L’individu qui continue à chercher un monde à sens unique avec tout le plaisir et sans douleur a tendance à avoir le plus de détresse.

Vous pouvez également profiter de :
Quel est le prix du manque de vision personnelle

Comment motiver les enfants

Qu’en est-il de ceux d’entre nous qui travaillent avec des enfants ? Comment pouvons-nous cesser d’essayer continuellement de les motiver et les amener à se sentir inspirés de l’intérieur ?

Chaque enfant a son propre ensemble de valeurs, et ses valeurs les plus élevées. Si vous ne savez pas ce qu’elles sont, et donc ne les honorez pas, ni ne communiquez vos demandes en termes d’elles, alors vous pourriez finir par devenir assez autocratique et leur dire quoi faire, ce qui peut conduire à leur défi.

Mais si vous allez découvrir quelles sont les valeurs les plus élevées de l’enfant, si vous communiquez ce que vous voulez faire en termes de ces valeurs, et essayez de faire un lien dans son esprit sur la façon dont faire ce que vous aimeriez qu’il fasse peut l’aider à réaliser ses propres valeurs les plus élevées, alors vous êtes plus susceptible d’avoir un résultat beaucoup plus fructueux.

Utilisez l’art de vendre avec les enfants:

J’utilise souvent l’art de vendre comme exemple. Les personnes les plus efficaces dans la vente articulent leur produit, service ou idée en fonction des besoins spécifiques de leurs clients. Quand ils font cela, les gens ont tendance à acheter. Alors, considérez vos enfants comme des clients. Si vous comprenez ce qui est important pour eux et parlez en termes de ce qui est important pour eux, ils ont tendance à vous écouter davantage et à s’engager davantage avec vous. Cependant, si vous ne les aidez pas à obtenir ce qu’ils veulent, vous n’obtiendrez probablement pas ce que vous voulez.

Apprenez à communiquer ce que vous aimeriez en termes de valeurs les plus élevées. Vous verrez une grande différence dans les résultats.

Comment savoir que nos buts sont alignés sur nos valeurs

Si je veux être maître de ma vie et capitaine de mon navire, quelles mesures pratiques dois-je suivre maintenant pour m’assurer que je mets les voiles dans la bonne direction ?

Chaque fois que vous vous fixez un objectif qui correspond à vos valeurs les plus élevées et que vous persévérez et que vous l’atteignez, vous augmentez votre estime de soi. Vous augmentez votre niveau d’énergie. Vous augmentez votre confiance parce que vous aurez tendance à le faire. Vous prononcez votre discours. Vous êtes plus inspiré. Vous êtes plus créatif. Vous êtes plus discipliné. Vous êtes plus spontané. Vous avez une vue plus étendue. Vous êtes plus résilient et adaptable.

Lorsque vous remplissez votre journée d’actions hautement prioritaires qui servent vraiment les gens qui vous rémunèrent équitablement, vous  créez une dynamique.

 


Fixez-vous de meilleurs objectifs en 7 Jours

Ce livre de journalisation sur les objectifs qui vous aidera à définir ce que vous voulez, à déterminer les étapes à suivre pour vous rendre là où vous voulez aller et à vous motiver pour travailler à la réalisation de vos rêves tous les jours !

Fixez de meilleurs objectifs en 7 jours - 1500 pixels-1703 pixels

 

 

Références
  • Amabile, T. M., & Kramer, S. J. (2011). The power of small wins. Harvard Business Review. Retrieved from https://hbr.org/2011/05/the-power-of-small-wins.
  • Ames, C. (1984). Achievement attributions and self-instructions under competitive and individualistic goal structures. Journal of Educational Psychology, 76(3), 478-487.
  • Csikszentmihalyi, M. (1990). Flow: The psychology of optimal experience. Harper & Row.
  • David, S. A., Boniwell, I., & Ayers, A. C. (2014). The Oxford Handbook of Happiness. Oxford, England: Oxford University Press.
  • Deci, E. L., & Ryan, R. M. (1995). Human autonomy: The basis for true self-esteem. In M. H. Kernis (Ed.), Efficacy, agency, and self-esteem (pp. 31–49). Plenum Press.
  • Deckers, L. (2014). Motivation: Biological, psychological, and environmental (4th ed.). Boston, MA: Allyn & Bacon.
  • DiClemente, C. C., & Prochaska, J. O. (1998). Toward a Comprehensive, Transtheoretical Model of Change: Stages of Change and Addictive Behaviors. In W.R. Miller & N. Heather (Eds.). Treating Addictive Behaviors, (2nd. Ed.). New York, NY: Plenum Press.
  • Erez, A., & Isen, A. M. (2002). The influence of positive affect on the components of expectancy motivation. Journal of Applied Psychology, 87, 1055–1067.
  • Feingold, A. (1983). Happiness, unselfishness, and popularity. Journal of Psychology, 115, 3–5.
  • Fredrickson, B. L. (2004). The broaden-and-build theory of positive emotions. Philosophical Transactions of the Royal Society of London. Series B: Biological Sciences, 359(1449), 1367-1377.
  • Graef, R., Csikszentmihalyi, M., & Gianinno, S. M. (1983). Measuring intrinsic motivation in everyday life. Leisure Studies, 2, 155–168.
  • Haidt, J. (2000) The Positive emotion of elevation. Prevention & Treatment, Vol 3(1), Mar 2000, No Pagination Specified Article 3c.
  • Hart, J. W., Stasson, M. F., Mahoney, J. M. & Story, P. (2007). The Big Five and Achievement Motivation: Exploring the Relationship Between Personality and a Two-Factor Model of Motivation. Individual Differences Research 2007, Vol. 5, (No. 4), 267–274.
  • Izard, C. E. (1993). Emotions. Irvington.
  • Kavanagh, D. J. (1987). Mood, persistence, and success. Australian Journal of Psychology, 39, 307–318.
  • Keltner, D., & Gross, J. J. (1999). Functional accounts of emotions. Cognition and Emotion, 13(5), 467-480.
  • Lawrence, P. R., & Nohria, N. (2002). Driven: How human nature shapes our choices. John Wiley & Sons.
  • Locke, E. A. (1996). Motivation through conscious goal setting. Applied & Preventive Psychology, 5, 117-124.
  • Locke, E., Chah, D., Harrison, S., & Lustgarten, N. (1989). Separating the effects of goal specificity from goal level. Organizational Behavior and Human Decision Processes. 43, (2), 270-287.
  • Locke, E. A., & Latham, G. P. (1984). Goal setting: A motivational technique that works! Prentice Hall.
  • Locke, E. A., & Latham, G. P. (1990). A theory of goal setting & task performance. Prentice-Hall.
  • Locke, E. A., & Latham, G. P. (2002). Building a practically useful theory of goal setting and task motivation: A 35-year odyssey, American Psychologist, 57, 705-717.
  • Lyubomirsky, S., King, L., & Diener, E. (2005). The Benefits of Frequent Positive Affect: Does Happiness Lead to Success? Psychological Bulletin, 131(6), 803-855.
  • Maslow A. H. (1973). Dominance, self-esteem, self-actualization: germinal papers of AH Maslow. Thomson Brooks/Cole.
  • Morsella, E., Bargh, J. A., & Gollwitzer, P. M. (2009). Oxford Handbook of Human Action. New York, NY: Oxford University Press, USA.
  • Niemiec, C. P., & Ryan, R. M. (2009). Autonomy, competence, and relatedness in the classroom: Applying self-determination theory to educational practice. Theory and Research in Education, 7(2), 133-144.
  • Reeve, J. (2015). Understanding motivation and emotion (6th ed.). Hoboken, NJ: Wiley.
  • Ryan, R. M., & Deci, E. L. (2000). Self-determination theory and the facilitation of intrinsic motivation, social development, and well-being. American Psychologist, 55(1), 68-78.
  • Schwartz, B., Ward, A. H., Monterosso, J., Lyubomirsky, S., White, K., & Lehman, D. (2002). Maximizing versus satisficing: Happiness is a matter of choice. Journal of Personality and Social Psychology, 83, 1178–1197.
  • Seligman, M. E. (2002). Authentic Happiness: Using the new positive psychology to realize your potential for lasting fulfillment. Simon and Schuster.
  • Sheldon, K. M., & Elliot, A. J. (1999). Goal striving, need satisfaction, and longitudinal well-being: The self-concordance model. Journal of Personality and Social Psychology, 76(3), 482-497.
  • Vohs, K. D., & Baumeister, R. F. (Eds.). (2011). Handbook of self-regulation: Research, theory, and applications (2nd ed.). New York, NY, US: Guilford Press.
  • Zimmerman, G. L., Olsen C. G., & Bosworth, M. F. (2000). A “Stages of Change” Approach to Helping Patients Change Behavior, American Family Physician. 61, 1409-1416.
Vous pouvez également profiter de :
77 questions à poser à votre futur soi
error: