8 questions fréquemment posées en psychologie positive - article écrit par Céline Folifack et La Vision Mag - 1280 pixels x 1920 pixels

Vous avez déja probablement entendu parler de psychologie positive, et vous vous posez des questions.

Voici les réponses aux questions fréquemment posées sur la psychologie positive. Celles-ci sont largement basés sur le livre de Christopher Peterson Primer in Positive Psychology (2006), le livre de Martin Seligman Authentic Happiness (2002) et un article de Seligman et Pawelski (2003).

1- La psychologie positive est-elle un abandon ou un rejet du reste de la psychologie ?

En un mot, non. Depuis la Seconde Guerre mondiale, la psychologie a concentré ses efforts sur les problèmes psychologiques et les moyens d’y remédier. Ces efforts ont récolté d’importants dividendes. De grands progrès ont été réalisés dans la compréhension et le traitement des troubles psychologiques. Des traitements efficaces existent maintenant pour plus d’une douzaine de troubles autrefois considérés comme incurables (Barrett & Ollendick, 2004; Evans et al., 2005; Hibbs & Jensen, 1996; Kazdin & Weisz, 2003; Nathan & Gorman, 1998, 2002; Seligman, 1994).

Une conséquence de cette focalisation sur les problèmes psychologiques, cependant, est que la psychologie a peu à dire sur ce qui rend la vie plus digne d’être vécue. La psychologie positive propose de corriger ce déséquilibre en se concentrant sur les forces comme sur les faiblesses, sur la construction des meilleures choses de la vie comme sur la réparation des pires. Il affirme que la bonté et l’excellence humaines sont tout aussi authentiques que la détresse et le désordre, que la vie implique plus que la résolution des problèmes.

Le souci de la psychologie de remédier aux problèmes humains est compréhensible et ne doit certainement pas être abandonné. La souffrance humaine exige des solutions scientifiquement fondées. La souffrance et le bien-être, cependant, font tous deux partie de la condition humaine, et les psychologues devraient se préoccuper des deux.

2- La psychologie positive consiste-t-elle uniquement à rendre les gens heureux ?

Le « bonheur » est communément défini comme un état de bien-être ou une expérience agréable, mais cette notion de bonheur n’est qu’une petite partie de la psychologie positive. La psychologie positive est l’étude scientifique des forces et des vertus qui permettent aux individus et aux communautés de s’épanouir. Selon Seligman (2002), la psychologie positive a trois préoccupations centrales : les émotions positives, les traits individuels positifs et les institutions positives. Comprendre l’émotion positive implique l’étude du contentement du passé, du bonheur dans le présent et de l’espoir pour l’avenir. Comprendre les traits individuels positifs consiste à étudier les forces et les vertus, telles que la capacité d’aimer et de travailler, le courage, la compassion, la résilience, la créativité, la curiosité, l’intégrité, la connaissance de soi, la modération, la maîtrise de soi et la sagesse. Comprendre les institutions positives implique l’étude du sens et du but ainsi que des forces qui favorisent de meilleures communautés, telles que la justice, la responsabilité, la civilité, la parentalité, l’attention, l’éthique du travail, le leadership, le travail d’équipe, le but et la tolérance.

Chacun de ces trois domaines est lié à une signification différente du terme scientifiquement difficile à manier «bonheur», et chacun a sa propre voie vers le bonheur (Seligman, 2002). Les émotions positives mènent à la vie agréable, ce qui est similaire aux théories hédoniques du bonheur. L’utilisation de ses forces dans une tâche difficile conduit à l’expérience du flux (Csikszentmihalyi, 1990) et de la vie engagée. Déployer ses forces au service de quelque chose de plus grand que soi peut mener à une vie pleine de sens (par exemple, appartenir à et servir des institutions telles que l’éducation, la presse libre, la religion, la démocratie et la famille, pour n’en nommer que quelques-unes).

3- La psychologie positive est-elle la même chose que la pensée positive ?

La psychologie positive est différente de la pensée positive de trois manières importantes. Premièrement, la psychologie positive est fondée sur une étude scientifique empirique et reproductible. Deuxièmement, la pensée positive nous pousse à être positifs en tout temps et en tout lieu, mais ce n’est pas le cas de la psychologie positive. La psychologie positive reconnaît que malgré les avantages de la pensée positive, il y a des moments où la pensée négative ou réaliste est appropriée. Des études montrent que l’optimisme est associé à une meilleure santé, performance, longévité et réussite sociale (Seligman, 1991; Lyubomirsky, King & Diener, 2005), mais il est prouvé que dans certaines situations, la pensée négative conduit à plus de précision et être précis peut avoir conséquences importantes (Alloy, Abramson, & Chiara, 2000). La pensée optimiste peut être associée à une sous-estimation des risques (Peterson & Vaidya, 2003). Par exemple, nous ne voulons pas nécessairement qu’un pilote ou un contrôleur aérien soit optimiste lorsqu’il décide de décoller pendant une tempête.

Vous pouvez également profiter de :
Journalisation pour la pleine conscience : 44 invites et exemples

La troisième distinction entre la pensée positive et la psychologie positive est que de nombreux spécialistes de la psychologie positive ont passé des décennies à travailler sur le côté « négatif » des choses – dépression, anxiété, traumatisme, etc. Nous ne considérons pas la psychologie positive comme un substitut à la psychologie traditionnelle, mais simplement comme complément aux gains durement acquis de la psychologie traditionnelle.

4- La psychologie positive découvre-t-elle quelque chose de surprenant ? C’est juste des trucs que ma mère connaît ?

Certaines des découvertes de la psychologie positive semblent relever du bon sens. Cela ajoute-t-il quelque chose à ce que nous savons déjà sur la belle vie ? Il est facile de prétendre que quelque chose est évident une fois que les preuves sont réunies. C’est le travail de la science de prouver ou de réfuter empiriquement ce que nous considérons comme la sagesse commune. Parfois, cette « sagesse » commune est vraie, parfois elle ne l’est pas. La sagesse de l’un peut être la folie de l’autre. La recherche en psychologie positive découvre certaines choses qui pourraient ne pas être considérées comme de la sagesse pour tous.

Pour en nommer quelques uns:

  • La richesse n’est que faiblement liée au bonheur, tant au sein des nations qu’entre elles, en particulier lorsque le revenu est supérieur au seuil de pauvreté (Diener & Diener, 1996).
  • Les activités qui rendent les gens heureux à petites doses – comme faire du shopping, bien manger et gagner de l’argent – ne conduisent pas à l’épanouissement à long terme, ce qui indique que celles-ci ont des rendements rapidement décroissants (Myers, 2000 ; Ryan & Deci, 2000).
  • S’engager dans une expérience qui produit un «flux» est si gratifiant que les gens sont prêts à le faire pour eux-mêmes, plutôt que pour ce qu’ils en retireront. L’activité est sa propre récompense. Le flux est expérimenté lorsque les compétences d’une personne sont suffisantes pour une activité stimulante, dans la poursuite d’un objectif clair, avec un retour immédiat sur les progrès vers l’objectif. Dans une telle activité, la concentration est pleinement engagée dans l’instant, la conscience de soi disparaît et le sens du temps est déformé (Csikszentmihalyi, 1990).
  • Les personnes qui expriment régulièrement leur gratitude ont une meilleure santé physique, de l’optimisme, des progrès vers leurs objectifs, un bien-être et aident davantage les autres (Emmons et Crumpler, 2000).
  • Essayer de maximiser le bonheur peut conduire au malheur (Schwartz et al., 2002).
  • Les personnes qui voient d’autres accomplir de bonnes actions éprouvent une émotion appelée «élévation» et cela les motive à accomplir leurs propres bonnes actions (Haidt, 2000).
  • L’optimisme peut protéger les gens contre les maladies mentales et physiques (Taylor et al., 2000).
  • Les personnes optimistes ou heureuses ont de meilleures performances au travail, à l’école et dans les sports, sont moins déprimées, ont moins de problèmes de santé physique et ont de meilleures relations avec les autres. De plus, l’optimisme peut être mesuré et appris (Seligman, 1991; Lyubomirsky, King & Diener, 2005).
  • Les personnes qui déclarent avoir plus d’émotions positives à l’âge adulte vivent plus longtemps et en meilleure santé (Danner, Snowdon et Friesen, 2001).
  • Les médecins qui ressentent une émotion positive ont tendance à faire des diagnostics plus précis (Isen, 1993).
  • Un développement humain sain peut avoir lieu même dans des conditions de grande adversité en raison d’un processus de résilience commun et tout à fait ordinaire (Masten, 2001).
  • Il y a des avantages associés à l’écriture divulgatrice. Les personnes qui écrivent sur des événements traumatisants sont physiquement en meilleure santé que les groupes témoins qui ne le font pas. Les personnes qui écrivent sur les avantages perçus des événements traumatiques obtiennent les mêmes avantages pour la santé physique que celles qui écrivent uniquement sur le traumatisme (King et Miner, 2000). Les personnes qui écrivent sur leurs objectifs de vie et leur meilleur avenir imaginé obtiennent des avantages de santé physique similaires à celles qui écrivent uniquement sur des événements traumatisants. De plus, écrire sur des objectifs de vie est beaucoup moins pénible que d’écrire sur un traumatisme et est associé à un bien-être accru (King, 2001).
  • Les gens sont incapables de prédire combien de temps ils seront heureux ou tristes après un événement important (Gilbert, Pinel, Wilson, Blumberg & Wheatley, 1998 ; Wilson, Meyers, & Gilbert, 2001). Ces chercheurs ont découvert que les gens surestiment généralement combien de temps ils seront tristes après un mauvais événement, comme une rupture amoureuse, mais ne parviennent pas à apprendre des expériences répétées que leurs prédictions sont fausses.

5- La science de la psychologie positive est-elle descriptive ou prescriptive ? En d’autres termes, essayons-nous de dire aux gens comment ils doivent vivre ?

La psychologie positive est descriptive et non prescriptive, du moins selon Seligman, bien que d’autres ne soient pas d’accord. Nous ne disons pas aux gens quels choix ils devraient faire; nous les informons simplement de ce que l’on sait des conséquences de leurs choix. La belle vie d’une personne n’est pas nécessairement la bonne vie d’une autre. Une recherche objective et empirique sur les conditions qui conduisent à des résultats différents peut cependant aider les gens à faire des choix plus éclairés, mais nous n’adoptons aucune position théorique sur l’opportunité des différents choix.

Vous pouvez également profiter de :
Biais cognitif: L'effet train en marche

6- Tant qu’il y a de la souffrance dans le monde, comment justifier de consacrer du temps et des ressources à la psychologie positive ? La souffrance humaine n’est-elle pas plus importante que le bien-être ?

La recherche a montré qu’une façon d’aider les personnes qui souffrent est de se concentrer sur le renforcement des forces. Les avancées majeures en matière de prévention sont venues en grande partie du renforcement des forces. Les chercheurs en prévention ont découvert qu’il existe des forces qui agissent comme des tampons contre la maladie mentale : le courage, l’esprit d’avenir, l’optimisme, la foi, l’éthique du travail, l’espoir, l’honnêteté, la persévérance et la capacité de fluidité et de perspicacité, pour n’en nommer que quelques-unes. La prévention peut être beaucoup plus efficace que la guérison – voyez comment les vaccinations ont largement éliminé la poliomyélite et d’autres maladies. De plus, les gens ne se soucient pas seulement du soulagement de leurs souffrances. Ces personnes se soucient également de vivre une vie épanouissante et pleine de sens.

Les interventions de psychologie positive peuvent à la fois augmenter le bonheur et atténuer les symptômes de la dépression (Seligman, Steen, Park et Peterson, 2005). Fredrickson (2001) a découvert que l’émotion positive peut « défaire » l’émotion négative et être la pierre angulaire de la résilience qui combat la maladie physique. Les recherches de Lyubomirsky (2001) sur les conditions qui améliorent le bonheur sont pertinentes pour la pratique de la psychologie clinique et le soulagement des troubles mentaux. Les forces fonctionnent comme un tampon contre l’adversité et contre les troubles psychologiques, et elles peuvent être la clé de la résilience (Masten, 2001). La responsabilité d’un psychologue n’est pas seulement de guérir les dommages et de traiter les troubles, mais aussi de guider les gens vers une vie qui peut être épanouissante et significative.

7- Les gens heureux sont-ils stupides ?

Il semble y avoir un parti pris dans notre culture pour percevoir les gens heureux comme moins intelligents. Nous voulons rejeter l’optimisme comme étant insensé. Nous appelons quelqu’un un « idiot souriant » si nous voulons dire que son bonheur est naïf. Peut-être que ce stéréotype résulte de l’idée que la vie est tragique.

Bien qu’il existe des preuves que dans certaines situations, la pensée négative conduit à plus de précision (Alloy, Abramson et Chiara, 2000) et que la pensée optimiste peut être associée à une sous-estimation des risques (Peterson et Vaidya, 2003), la plupart des recherches ne ne soutiennent pas cette vision des gens heureux : les personnes optimistes ou heureuses réussissent mieux au travail, à l’école et dans les sports, sont moins déprimées, ont moins de problèmes de santé physique et ont de meilleures relations avec les autres (Seligman, 1991 ; Lyubomirsky, King & Diener, 2005).

8- La psychologie positive est-elle un nouveau domaine ?

Non, ce n’est pas le cas. La psychologie positive a de nombreux ancêtres distingués. Depuis au moins l’époque de Socrate, Platon et Aristote, la « bonne vie » a fait l’objet d’une enquête philosophique et religieuse. Les psychologues travaillent en psychologie positive depuis des décennies. Cela n’a tout simplement pas été appelé psychologie positive. Pour n’en citer que quelques-uns : Rogers (1951) et Maslow (1970) qui sont les fondateurs du domaine de la psychologie humaniste, les programmes de prévention basés sur le bien-être d’Albee (1982) et Cowen (1994), les travaux de Bandura (1989) et d’autres sur l’auto-efficacité, la recherche sur les individus surdoués (par exemple, Winner, 2000), les conceptions plus larges de l’intelligence (par exemple, Gardner, 1983 ; Sternberg, 1985), parmi beaucoup d’autres. Marie Jahoda (1958) a plaidé en faveur d’une compréhension du bien-être en tant que tel, et non simplement comme l’absence de désordre ou de détresse.

La psychologie positive reconnaît une dette envers la psychologie humaniste, qui était populaire dans les années 1960 et 1970 et compte de nombreux adeptes à ce jour. Abraham Maslow et Carl Rogers (entre autres) ont proposé que les gens s’efforcent de tirer le meilleur parti de leur potentiel dans un processus appelé actualisation de soi, qui peut être contrecarré ou activé par diverses conditions. La psychologie humaniste met l’accent sur les objectifs pour lesquels les gens s’efforcent, leur conscience de cet effort et l’importance du choix rationnel dans ce processus.

Les psychologues positifs d’aujourd’hui n’ont pas inventé l’étude du bonheur, du bien-être ou des forces. La contribution de la psychologie positive contemporaine a été de présenter l’argument explicite selon lequel ce qui rend la vie la plus digne d’être vécue mérite son propre domaine d’étude empirique, de fournir un terme générique qui rassemble des lignes isolées de théorie et de recherche, de promouvoir la fertilisation croisée d’idées dans des domaines connexes par le biais de conférences, d’instituts d’été et de bourses de recherche, de développer une vision conceptuelle globale des notions générales de bonheur, de porter ce domaine à l’attention de diverses fondations et agences de financement, d’aider à collecter des fonds pour la recherche et de affirmations fondées sur la méthode scientifique.

Vous pouvez également profiter de :
Quel est votre concept de vous?

 

Références:
Albee, G.W. (1982). Preventing psychopathology and promoting human potential. American Psychologist, 37, 1043-1050.

Alloy, L., Abramson, L., & Chiara, A. (2000). On the mechanisms by which optimism promotes positive mental and physical health. In J. Gillham (ed.) The science of optimism and hope: Research essays in honor of Martin E.P. Seligman (pp. 201-212). Philadelphia: Templeton Foundation Press.

Bandura, A. (1989). Human agency in social cognitive theory. American Psychologist, 14, 175-184.

Barrett, P.M. & Ollendick, T.H. (Eds.). (2004). Handbook of interventions that work with children and adolescents: Prevention and treatment. West Sussex, England: Wiley.

Csikszentmihalyi, M. (1990) Flow. New York: Harper and Row.

Cowen, E.L. (1994). The enhancement of psychological wellness: Challenges and opportunities. American Journal of Community Psychology, 22, 149-179.

Danner, D., Snowdon, D, & Friesen, W. (2001). Positive emotion in early life and longevity: findings from the nun study. Journal of Personality and Social Psychology, 80, 804-813.

Diener, E. & Diener, C. (1996). Most people are happy. Psychological Science, 3, 181-85.

Emmons, R. A. & Crumpler, C.A. (2000). Gratitude as a human strength: Appraising the evidence, Journal of Social & Clinical Psychology, 19, 56-69.

Evans, D.L., Foa, E.B., Gur, R., Hendrin, H., O’Brien, C., Seligman, M.E.P. & Walsh, B.T. (Eds.). (2005). Treating and preventing adolescent mental health disorders: What we know and what we don’t know. New York: Oxford University Press, Annenberg Foundation Trust at Sunnylands, and Annenberg Public Policy Center at the University of Pennsylvania.

Fredrickson, B. (2001). The role of positive emotions in positive psychology: The broaden-and-build theory of positive emotions. American Psychologist, 56, 218-226.

Gardner, H. (1983). Frames of mind: The theory of multiple intelligences. New York: Basic.

Gilbert, D.T., Pinel, E.C., Wilson, T.D., Blumberg, S.J., & Wheatley, T. (1998). Immune neglect: A source of durability bias in affective forecasting. Journal of Personality and Social Psychology, 75, 617-638.

Haidt, J., The Positive emotion of elevation, Prevention & Treatment, 3.

Hibbs, E.D. & Jensen P.S. (Eds.). (1996). Psychosocial treatments for child and adolescent disorders: Empirically based strategies for clinical practice. Washington, D.C.: American Psychological Association.

Isen, A.M. (1993). Positive affect and decision making. In M. Lewis & J.M. Haviland (Eds.), Handbook of emotions (pp. 261-277). New York: Guilford Press.

Jahoda, M. (1958). Current concepts of positive mental health. New York: Basic Books.

Kazdin, A.E. & Weisz, J.R. (2003). Evidence based psychotherapies for children and adolescents. New York: Guilford.

King, L.A. (2001). The health benefits of writing about life goals, Personality and Social Psychology Bulletin, 27, 798-807.

King, L.A. & Miner, K.N. (2000). Writing about the perceived benefits of traumatic events: Implications for physical health, Personality and Social Psychology Bulletin, 26, 220-230.

Lyubomirsky, S. (2001). Why are some people happier than others? The role of cognitive and motivational processes in well being. American Psychologist, 56, 239-249.

Lyubomirsky, S., King, L.A. & Diener, E. (2005). The benefits of frequent positive affect: Does happiness lead to success. Psychological Bulletin, 131, 803-855.

Maslow, A.H. (1970). Motivation and personality (2nd ed.). New York: Harper & Row.

Masten, A. (2001). Ordinary magic: resilience processes in development. American Psychologist, 56, 227-238.

Myers, D.G. (2000). The funds, friends, and faith of happy people, American Psychologist, 55, 56-67.

Nathan, P.E. & Gorman, J.M. (1998). A guide to treatments that work. New York: Oxford University Press.

Nathan, P.E. & Gorman, J.M. (2002). A guide to treatments that work (2nd ed.). New York: Oxford University Press.

Peterson, C. (2006). Primer in positive psychology. New York Oxford University Press.

Peterson, C. & Vaidya, R.S. (2003). Optimism as virtue and vice. In E.C. Chang & L.J. Sanna (Eds.), Virtue, vice, and personality: The complexity of behavior (pp. 23-37). Washington, D.C.: American Psychological Association.

Rogers, C.R. (1951). Client-centered therapy: Its current practice, implications, and theory. Boston: Houghton Mifflin.

Ryan, R. M. & Deci, E.L. (2000). Self-determination theory and the facilitation of intrinsic motivation, social development, and well-being American Psychologist, 55, 68-78.

Schwartz, B., Ward, A., Monterosso, J., Lyubomirsky, S., White, K., & Lehman, D.R., Maximizing versus satisfying: Happiness is a matter of choice. Journal of Personality and Social Psychology, 83, Nov 2002, 1178-1197.

Seligman, M.E.P. (1991). Learned Optimism. New York: Knopf.

Seligman, M.E.P. (1994). What you can change and what you can’t. New York: Knopf.

Seligman, M.E.P. (2002). Authentic Happiness: Using the New Positive Psychology to Realize Your Potential for Lasting Fulfillment. New York: Free Press/Simon and Schuster.

Seligman, M.E.P. & Pawelski, J.O. (2003). Positive Psychology: FAQs. Psychological Inquiry. 14, 159-163.

Seligman, M.E.P., Steen, T.A., Park, N. & Peterson, C. (2005). Positive psychology progress: Empirical validation of interventions. American Psychologist, 60, 410-421.

Sternberg, R.J. (1985). Beyond IQ: A triarchic theory of human intelligence. Cambridge: Cambridge University Press.

Taylor, S.E., Kemeny, M.E., Reed, G.M., Bower, J.E. & Gruenwald, T.L. (2000). Psychological resources, positive illusions, and health. American Psychologist, 55, 99-109.

Wilson, D.T., Meyers, J., & Gilbert, D.T. (2001). Lessons from the past: Do people learn from experience that emotional reactions are short-lived. Journal of Personality and Social Psychology, 78, 821-836.

Winner, E. (2000). The origins and ends of giftedness. American Psychologist, 55, 159-169.

 

 

error: