Comprendre le cercle d’influence, de préoccupation et de contrôle (+PDF)

par | 30 Avr 2023

Le cercle d’influence est l’endroit où les personnes proactives concentrent leurs efforts. Elles se concentrent sur les questions qu’elles peuvent influencer. Leur énergie positive se dilate et s’amplifie, ce qui fait grandir leur cercle d’influence. Les personnes proactives fondent leurs décisions sur leurs valeurs.

La prière de sérénité implore: « Dieu, accorde-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer les choses que je peux et la sagesse de connaître la différence. » Avouons-le, la vie peut être difficile. Nous avons tous des choses dans notre vie qui nous mettent au défi, que ce soit des personnes, des situations ou l’environnement dans lequel nous vivons.
Dieu, accorde-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer les choses que je peux et la sagesse de connaître la différence.
Le cercle d’influence: de quoi s’agit-il?

Dans notre monde de plus en plus complexe, nous rencontrons souvent une multitude de défis qui peuvent nous laisser submergés et déresponsabilisés.

Beaucoup de choses qui nous préoccupent aujourd’hui sont clairement hors de notre contrôle, mais nous ne pouvons pas cesser de nous en soucier. Cependant, s’inquiéter de ce que nous ne pouvons pas contrôler n’est pas une utilisation judicieuse de notre énergie limitée.

Les anciens philosophes stoïciens soutenaient que nous pouvons vivre une vie plus paisible et épanouissante si nous concentrons notre attention et notre énergie sur ce que nous pouvons contrôler.

Les psychologues ont développé l’idée stoïcienne des deux sphères de contrôle et ajouté une « sphère d’influence » dans le mélange : une zone grise entre ce que nous pouvons et ne pouvons pas contrôler.

Dépenser notre énergie mentale à bon escient est d’une grande importance, en particulier pour ceux d’entre nous qui sont sujets à l’anxiété, à l’inquiétude et à la rumination et ceux qui sont épuisés. Explorons ces cercles d’influence et comment ils peuvent nous aider à vivre une vie plus équilibrée.

Comprendre la théorie du cercle d’influence : un modèle et un diagramme

Les philosophes stoïciens Sénèque, Épictète et Marc Aurèle ont tous longuement réfléchi au cercle de contrôle.

Epictetus (2009, p. 135) a écrit : « Certaines choses sont en notre pouvoir, tandis que d’autres ne le sont pas. En notre pouvoir sont l’opinion, la motivation, le désir, l’aversion, et, en un mot, tout ce qui est de notre fait ; notre corps, notre propriété, notre réputation, notre statut et, en un mot, tout ce qui n’est pas de notre fait, ne sont pas en notre pouvoir.

Certaines choses sont en notre pouvoir, tandis que d’autres ne le sont pas

Les stoïciens ont convenu que sous notre contrôle se trouvent nos pensées, nos émotions et nos interprétations, ainsi que nos réactions et nos actions. Ce sont les choses sur lesquelles nous devrions nous concentrer et travailler pour les améliorer.

En revanche, ils ont soutenu qu’il y a des choses qui échappent clairement à notre contrôle. Ceux-ci incluent les actions, les sentiments et les opinions des autres sur nous, la météo, l’économie et les événements aléatoires de la vie. Ce sont des choses pour lesquelles nous ne devrions pas perdre notre énergie à nous inquiéter.

Le cercle de contrôle peut être un concept difficile à saisir, surtout dans un monde où nous avons souvent l’impression de devoir tout contrôler. Les Occidentaux ont également tendance à surestimer leur agence et les choses qu’ils peuvent réellement influencer (Nisbett, 2003).

Cependant, accepter l’idée qu’il y a certaines choses que nous ne pouvons tout simplement pas contrôler peut être profondément libérateur. Cela peut nous aider à nous débarrasser de l’anxiété et du stress et à nous concentrer sur les choses que nous pouvons réellement changer.

Encore une fois, Epictète (2007, p. 3) l’a dit de la façon la plus mémorable : « Le bonheur et la liberté commencent par une compréhension claire d’un principe : certaines choses sont sous notre contrôle, et d’autres non ».

Dans le diagramme ci-dessus, vous verrez trois cercles concentriques de tailles différentes imbriqués les uns dans les autres.

Le premier et le plus petit cercle au centre est le cercle de contrôle, représentant les aspects de notre vie sur lesquels nous avons un contrôle direct. C’est la sphère dans laquelle nous pouvons effectuer des changements. Le cercle de contrôle symbolise les domaines où nous pouvons prendre des mesures significatives et faire une différence positive.

La plupart des philosophes et des psychologues s’accordent à dire que ce domaine englobe notre vie intérieure : nos pensées, nos croyances, nos émotions, nos interprétations et nos jugements d’événements extérieurs. Nous devrions essayer de concentrer l’essentiel de notre attention, de notre énergie et de nos ressources sur cette région.

Le deuxième cercle, légèrement plus grand, est le cercle d’influence, représentant l’intersection des facteurs sous notre contrôle immédiat et ceux qui ne relèvent pas de notre zone de contrôle.

C’est littéralement une zone grise. Nous pouvons ou non avoir le pouvoir d’étendre notre influence dans cette région pour créer un changement. Nous pouvons certainement essayer. Il est sage de dépenser une partie de notre énergie dans ce domaine, en gardant à l’esprit que nous pouvons contrôler nos efforts dans ce domaine, mais pas nécessairement les résultats.

Le troisième et le plus grand cercle le plus à l’extérieur du diagramme représente le cercle de préoccupation. Ce cercle englobe un éventail plus large de facteurs externes, de défis et de circonstances qui peuvent nous intéresser mais qui échappent clairement à notre contrôle.

Ce cercle comprend l’économie, le climat et la météo, mais aussi la plupart des actions, réactions, comportements et sentiments des autres. Ryan Holiday (2016, p. xi) le résume succinctement : « Nous ne pouvons pas contrôler le monde qui nous entoure, mais nous pouvons contrôler nos réactions à celui-ci. »

Il y a d’excellentes raisons d’appliquer ce modèle dans notre propre vie. Par exemple, la recherche révèle  que:

«Les personnes qui se concentrent sur le cercle de contrôle sont plus susceptibles d’être résilients face au stress et à l’adversité ».

Rohleder et Chen (2013, p. 248) ont constaté que « le cercle de contrôle est un outil cognitif utile permettant aux individus de gérer leurs réactions émotionnelles face à des situations stressantes ». Van den Berg et al. (2017) arrivent à une conclusion similaire dans leur étude longitudinale en trois vagues sur le rôle du contrôle perçu dans le lien entre les difficultés économiques perçues et le bien-être subjectif.

Karademas (2006, p. 1281) a trouvé des preuves que « les individus qui ont un fort sentiment de contrôle sur leur vie, comme indiqué par un cercle de contrôle plus large, sont plus susceptibles de ressentir des émotions positives et un bien-être subjectif ».

Leary et al. (2016) ont montré que le cercle de contrôle est un outil utile pour identifier ses forces et ses faiblesses et développer un meilleur sentiment d’efficacité personnelle.

Enfin, Donald Robertson (2013, p. 59) écrit : « En nous concentrant sur ce que nous pouvons contrôler, nous pouvons développer un sentiment de calme intérieur et de résilience qui nous aide à faire face aux défis de la vie.

Que puis-je faire? Le cercle d’influence et de préoccupation

C’est l’une de ces leçons qui est si douloureusement évidente qu’il est difficile de comprendre pourquoi quelqu’un prendrait la peine de l’enseigner. Si nous ne pouvons vraiment pas changer quelque chose, pourquoi y consacrerions-nous du temps ?

Et pourtant, si vous êtes humain comme moi, vous savez très bien que nous passons un temps disproportionné à penser et à agir sur des choses qui échappent fondamentalement à notre contrôle.

Cette attitude humaine peut avoir des conséquences gênantes et dommageables. En tant qu’êtres humains, nous avons la capacité d’être proactifs. Nous pouvons nous concentrer sur les choses sur lesquelles nous pouvons réellement faire quelque chose, ou nous pouvons ajouter au stress dans nos vies en nous inquiétant et en nous inquiétant des choses sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle.

Le concept
Popularisé par Stephen Covey dans son live « Les 7 habitudes des personnes très efficaces », ce concept explore trois sphères :

  • Le cercle de préoccupation – le large éventail d’inquiétudes que nous pourrions avoir sur un sujet
  • Le cercle d’influence – un rétrécissement du premier cercle dans ces soucis contre lesquels nous pouvons faire quelque chose – directement ou indirectement
  • Le cercle de contrôle – un cercle encore plus petit, représentant les choses sur lesquelles nous pouvons réellement agir directement
    Les êtres humains peuvent choisir où ils concentrent leur énergie et leur attention. Si nous nous concentrons sur les préoccupations hors de notre influence, nous risquons d’augmenter notre stress et de tomber dans l’espace de l’accusation, du blâme et de la victimisation.
Les 3 dimensions du cercle de préoccupation de Stephen Covey

« Je ne suis pas un produit de ma situation. Je suis le produit de mes décisions. — Dr Stephen R. Covey

En choisissant de se concentrer sur le cercle d’influence, nous passons dans un espace plus proactif. Plutôt que de dépenser de l’énergie sur des choses auxquelles nous ne pouvons rien faire, nous pouvons prendre des mesures qui font une différence positive – en faisant appel à nos forces et à nos relations. Et nous pouvons également choisir de laisser tomber les préoccupations qui ne nous servent pas bien.

Pourquoi c’est utile
Faciliter cette réflexion en vous-même, ou chez les autres, aide à limiter la rumination inutile et l’inaction. Changer la pensée en une approche proactive peut améliorer la productivité, aider les gens à voir un plus grand lien avec le progrès et la réussite, et aussi renforcer la résilience.

Comment/quand l’appliquer
Lorsque le membre de votre équipe essaie de donner un sens à un défi, pensez à :

  • Partager le concept avec eux et les idées qui le sous-tendent.
  • Dessiner un cercle et demandez-leur de faire un remue-méninges sur tous les domaines de préoccupation pour le problème actuel.
  • Sur une autre page, dessinez deux cercles – cette fois avec le cercle d’influence au milieu. En vous référant au premier cercle, posez des questions pour aider à identifier les choses qui sont dans leur sphère d’influence – les choses qu’ils peuvent contrôler ou influencer – et identifier clairement les choses qui ne le sont pas. Notez-les.
  • Lorsque vous entendez une réponse telle que « Je ne peux rien y faire ? » défiez cette pensée pour voir s’il y a de la place pour étendre la sphère d’influence – « Que faudrait-il qu’il se passe pour que cela change? » Qu’est-ce qu’une petite chose qui pourrait aider ici ? » Des croyances auto-limitantes pourraient être en jeu ici.
  • Une fois que ce qui est en dehors de la sphère d’influence et de contrôle sont clairement identifiés, aidez-les à comprendre qu’il n’y a aucune valeur à passer plus de temps à s’inquiéter pour eux. Il est temps de les mettre de côté et de les « laisser partir ».
  • Encouragez-les à s’engager dans un plan d’action
  • Convenez des points de contact appropriés pour vérifier les progrès.

 

Prendre conscience des domaines dans lesquels nous dépensons nos énergies est un pas de géant pour devenir proactif.

Ce concept est facile à retenir et est un excellent outil pour diriger notre énergie et nos actions de manière significative sur les choses sur lesquelles nous avons le contrôle.

À vous…

Maintenant que vous connaissez les cercles de préoccupation, d’influence et de contrôle, comment allez-vous appliquer ces connaissances ? Vous aimeriez peut-être investir du temps pour réfléchir aux questions suivantes –

  1. Où passez-vous actuellement la majorité de votre concentration et de votre temps ? Dans le cercle de préoccupation ou d’influence ?
  2. Êtes-vous actuellement aussi efficace que possible dans votre vie ?
  3. Quelles stratégies ou quels outils pourriez-vous utiliser pour vous aider à vous concentrer sur les choses que vous pouvez contrôler et transformer votre vie ?
  4. Que pouvez-vous faire aujourd’hui pour élargir votre cercle d’influence afin de générer plus d’énergie positive dans votre vie et au travail ?

Contrôle et choix

La tâche principale dans la vie est simplement celle-ci : identifier et séparer les questions afin que je puisse me dire clairement celles qui ne sont pas sous mon contrôle et celles qui ont à voir avec les choix que je contrôle réellement. Où est-ce que je cherche le bien et le mal ? Pas aux externes incontrôlables, mais en moi aux choix qui sont les miens… » – (Épictète, Discours)

Cercle d’influence: 3 activités et exercices

Acceptez ce que vous ne pouvez pas contrôler peut vous aider à mieux faire face aux  nombreux défis de la vie.

Vous trouverez ci-dessous quelques exercices simples que vous pouvez utiliser pour votre bien-être.

➥ Exercice #1: Définir et évaluer vos facteurs de stress

Dressez la liste de vos principaux facteurs de stress sur une feuille de papier. Ensuite, dessinez des cercles concentriques sur un autre papier, représentant des cercles de préoccupation, d’influence et de contrôle. Placez chaque facteur de stress dans le cercle approprié.

 

Enfin, examinez les facteurs de stress qui sont sous votre contrôle. Compilez une liste avec quelques points d’action : comment allez-vous vous concentrer davantage sur ce qui est sous votre contrôle ?

➥ Exercice #2: Cultiver un état d’esprit de croissance

Adoptez un état d’esprit de croissance, en reconnaissant que les défis et les revers sont des opportunités d’apprentissage et de développement personnel. Cultivez l’auto-compassion et l’optimisme, en recadrant les obstacles comme des tremplins vers la croissance et la résilience.

Le titre du livre de Ryan Holiday sur le stoïcisme résume parfaitement cette idée : The Obstacle Is the Way.

➥ Exercice #3: Pratiquer la gratitude et l’appréciation

Engagez-vous dans des pratiques de gratitude pour vous concentrer sur les aspects positifs de votre vie et de votre travail. Exprimez votre appréciation pour le soutien et les contributions des autres, en favorisant une culture d’autonomisation et de collaboration au sein de vos cercles.

1 Guide PDF pour vous aider à modifier votre comportement

Cette feuille de travail vous donne une bonne indication de ce qui pourrait être placé dans les différents cercles. Mais rappelez-vous, le cercle d’influence est très certainement une zone grise.

 

 

Références
  • DeAngelis, T. (2015). The circle of influence. Monitor on Psychology, 46(5), 50–56.
  • Epictetus. (2007). The art of living: The classical manual on virtue, happiness, and effectiveness (S. Lebell, Trans.). HarperOne.
  • Epictetus. (2009). Enchiridion. In G. Long (Ed.), The discourses of Epictetus: With the Enchiridion and fragments (E. Carter, Trans., pp. 135–147). Oxford University Press.
  • Holiday, R. (2016). The daily stoic: 366 meditations on wisdom, perseverance, and the art of living. Portfolio.
  • Irvine, W. B. (2009). A guide to the good life: The ancient art of stoic joy. Oxford University Press.
  • Karademas, E. C. (2006). Self-efficacy, social support and well-being: The mediating role of optimism. Personality and Individual Differences, 40(6), 1281–1290.
  • Leary, M. R., Tate, E. B., Adams, C. E., Batts Allen, A., & Hancock, J. (2016). The benefits of self-compassion and best-self activation for stress management: A pilot study. Psychology and Health, 31(5), 602–619.
  • Luthans, F., Avey, J. B., & Patera, J. L. (2008). Experimental analysis of a web-based training intervention to develop positive psychological capital. Journal of Occupational Health Psychology, 13(2), 132–141.
  • Nisbett, R. E. (2003). The geography of thought: How Asians and Westerners think differently… and why. Free Press.
  • Robertson, D. (2013). Stoicism and the art of happiness: Practical wisdom for everyday life. Teach Yourself.
  • Rohleder, N., & Chen, E. (2013). Stress and inflammation in experiencing socioeconomic disadvantage. Biological Psychology, 93(2), 248–256.
  • Seligman, M. E. P. (2011). Flourish: A visionary new understanding of happiness and well-being. Free Press.
  • Van den Berg, P., Schaufeli, W. B., & Bakker, A. B. (2017). The role of perceived control in the link between perceived economic hardship and subjective well-being: A three-wave longitudinal study. Social Indicators Research, 130(3), 1263–1277.
Vous pouvez également profiter de :
Les 7 raisons pour lesquelles nous abandonnons
error: