La personnalité n’est pas permanente du Dr Benjamin Hardy

par | 14 Mar 2023

La personnalité n’est pas permanente du Dr Benjamin Hardy est un livre sur la croyance que la personnalité n’est pas fixe et peut être modifiée. Le Dr Hardy soutient que les gens ont la capacité de créer leur propre personnalité et de devenir qui ils veulent être, malgré leurs expériences passées et leur éducation.

La personnalité n’est pas permanente du Dr Benjamin Hardy

Le livre La personnalité n’est pas permanente fournit des conseils pratiques et des exercices pour aider les lecteurs à explorer leur propre identité, à évaluer leurs croyances et habitudes actuelles et à créer un plan de transformation et de croissance personnelle.

D’innombrables études montrent que les gens obtiennent régulièrement des scores différents sur les mêmes tests de personnalité lorsqu’ils les passent à des moments différents ou dans des contextes différents.

Si vous avez déjà été attiré par le click  vers un test de personnalité en ligne, vous saurez que de nombreux tests reposent sur des métriques bâclées. C’est une partie du problème, mais il y a une autre raison pour laquelle même des tests soi-disant bien conçus donnent des résultats contradictoires : ils sont enracinés dans un malentendu sur ce qu’est réellement la personnalité.

Pendant des décennies, on nous a appris à considérer la personnalité comme un trait fixe et inaltérable. Cette idée, cependant, ne résiste pas aux dernières recherches psychologiques. La personnalité, il s’avère, n’est pas câblée à la naissance – elle est malléable et dynamique. Autrement dit, les gens peuvent changer et changent.

C’est une bonne nouvelle. Parce que rien n’est figé, vous décidez quel genre de personne vous voulez être. Dans ces clignotements, vous pouvez découvrir comment.

Que nous apprend La personnalité n’est pas permanente?

Dans La personnalité n’est pas permanente, vous apprendrez également

  1. pourquoi vous ne devriez pas accorder plus d’attention aux tests de personnalité qu’aux horoscopes ;
  2. comment réécrire votre passé et vous préparer à un avenir meilleur ; et
  3. pourquoi se lever une heure plus tôt augmente vos chances de réussite.

Idée-clé 1: Les tests de personnalité ne sont pas une question de science – il s’agit de gagner de l’argent.

Combien de types de personnes y a-t-il dans le monde ?

Et bien ça dépend à qui vous demandez. L’un des tests de personnalité les plus connus, l’indicateur de type Myers-Briggs, identifie 16 types de personnalité différents. Ensuite, il y a l’inventaire révisé de la personnalité NEO, qui prétend qu’il existe six types de personnalité différents. D’autres tests disent trois ou trente-trois.

Alors pourquoi les personnes qui conçoivent ces tests arrivent-elles à des conclusions aussi radicalement différentes ? Voici la réponse courte : les tests de personnalité sont une pseudoscience. Parce qu’il n’y a aucun moyen de prouver ou de réfuter une théorie individuelle, les concepteurs de tests peuvent trouver la réponse qu’ils veulent. Habituellement, ce n’est guère plus qu’un moyen de commercialiser leur produit.

Le message clé de ce chapitre est : le test de personnalité n’est pas une question de science, il s’agit de gagner de l’argent.

Prenez-le de Merve Emre, l’auteur américain qui a littéralement écrit le livre sur les tests de personnalité. Dans son histoire de l’industrie en 2018, The Personality Brokers, Emre souligne que le marché des tests vaut environ 2 milliards de dollars. C’est une énorme incitation pour les concepteurs à produire des tests douteux et à profiter d’opportunités lucratives pour «expliquer» les résultats qu’ils génèrent.

Ce n’est pas un développement récent, cependant. Comme le montre Emre, les origines mêmes des tests de personnalité sont ancrées dans la pseudoscience. Les tests de Myers-Briggs, par exemple, ont été développés au début du XXe siècle. Ni Katherine Briggs ni sa fille, Isabel Myers, n’avaient de formation scientifique. En fait, ils n’avaient jamais mis les pieds dans un laboratoire.

Au lieu de cela, le test était entièrement basé sur les expériences personnelles de Briggs. Après avoir remarqué qu’elle et son mari réagissaient différemment à des situations similaires et que l’un de leurs enfants était beaucoup plus timide que l’autre, elle a commencé à spéculer sur les différences de personnalité.

Myers et Briggs n’ont pas seulement identifié des personnalités différentes, ils ont également affirmé qu’elles étaient innées. Le revers de cette idée était que vous ne devriez pas essayer de changer votre personnalité. Au contraire, c’était aux autres de s’adapter à vos dispositions câblées. Selon Myers et Briggs, les soi-disant «traits» comme la gentillesse ou l’avarice ne sont pas des vertus ou des vices à cultiver ou à abandonner – ils sont simplement comme vous êtes.

C’est pourquoi la prise de conscience que de tels tests n’ont aucun fondement scientifique peut être si libératrice. Lorsque vous arrêtez de penser que vous êtes, disons, « naturellement » introverti ou impatient, il devient possible de réfléchir à des moyens de changer votre personnalité si vous le souhaitez !

Idée-clé 2: La personnalité se modifie avec le temps, mais nous avons du mal à anticiper l’inévitabilité d’une plus grande transformation à l’avenir.

En 2016, une équipe de chercheurs a publié les résultats d’une longue étude dans la revue Psychology and Aging. Lancée en Écosse dans les années 1950, l’étude demandait aux enseignants d’évaluer 1 208 jeunes de 14 ans sur un certain nombre de traits de personnalité tels que la confiance en soi, l’originalité et le désir d’apprendre.

Soixante ans plus tard, 674 des participants originaux ont été retestés. Cette fois, ils se sont évalués eux-mêmes. Le résultat? Il n’y avait pratiquement pas de chevauchement entre les deux tests. Cela a surpris les chercheurs. Ils avaient émis l’hypothèse qu’ils trouveraient des preuves de la stabilité de la personnalité au fil des décennies. Les données, cependant, n’ont pas soutenu cette hypothèse. Au lieu de cela, il a brisé un mythe au cœur des tests de personnalité : l’idée que les personnalités sont fixes.

Le message clé de ce clin d’œil est : la personnalité se modifie avec le temps, mais nous avons du mal à anticiper l’inévitabilité d’une plus grande transformation à l’avenir.

L’une des raisons pour lesquelles ce mythe est resté incontesté pendant si longtemps est que ce type de recherche sur plusieurs décennies est difficile à faire. Cela nécessite beaucoup de financement, un soutien institutionnel et, bien sûr, du temps.

Peu de chercheurs disposent de ces ressources, c’est pourquoi les tests de suivi sont généralement administrés quelques semaines ou mois seulement après le test initial. Lorsque vous testez la personnalité à de courts intervalles, vous êtes beaucoup plus susceptible de trouver des corrélations. Une fois que l’intervalle est augmenté à, disons, six décennies, en comparaison, il y a peu ou pas de corrélation.

Mais ce n’est pas la seule raison de la longévité de ce mythe. Prenez-le de Daniel Gilbert, psychologue à l’Université de Harvard. Dans ses recherches, Gilbert demande aux gens dans quelle mesure leurs intérêts, leurs objectifs et leurs valeurs ont changé au cours des dix dernières années. Dans la plupart des cas, la réponse est « beaucoup ». Mais c’est là que les choses deviennent intéressantes. Bien qu’ils reconnaissent à quel point ils ont changé au cours de la dernière décennie, la plupart des participants déclarent qu’ils ne s’attendent qu’à des changements mineurs dans leur avenir.

C’est ce qu’on appelle l’illusion de la fin de l’histoire. Ce que cela suggère, c’est que nous pouvons généralement reconnaître que nous avons changé dans le passé. Ce n’est pas surprenant. Si nous ne le pouvions pas, personne n’enlèverait les tatouages qu’il regrette, les partenaires divorcés qu’il n’aime plus ou le jogging pour perdre les kilos qu’il a pris au fil des ans.

L’avenir, cependant, est inconnaissable. Anticiper les changements sur toute la ligne est délicat, nous supposons donc que les changements passés nous ont conduits là où nous en sommes maintenant et que c’est ainsi que nous resterons à l’avenir. Comme nous le découvrirons bientôt, il s’agit d’une fausse perception : vous pouvez anticiper et même planifier les changements futurs. Avant d’en arriver là, cependant, il est temps de s’attaquer à un autre mythe.

La personnalité n’est pas permanente – Idée-clé 3: Le plus souvent, l’idée d’un moi authentique nous retient.

Partout aux États-Unis, des adolescents ont récemment commencé à demander à leurs professeurs de les dispenser des présentations en classe. Leur raisonnement ? Comme l’a dit un adolescent dans un tweet qui a été partagé plus de 130 000 fois, « forcer » les élèves à se présenter devant la classe les rendait « anxieux ».

Fait intéressant, de nombreux enseignants semblent être d’accord, et les techniques pédagogiques moins exigeantes que de parler devant ses pairs sont de plus en plus populaires. Cela peut sembler être une histoire positive et réconfortante sur l’ouverture d’esprit de ces enseignants, mais le résultat de cette réponse est en fait négatif. En répondant à ces demandes, les écoles valident l’idée que les adolescents manquent de flexibilité psychologique, ce qui a finalement un impact sur leur capacité à grandir en tant que personnes.

Le message clé de ce clin d’œil est le suivant : le plus souvent, l’idée d’un soi authentique nous retient.

L’argument selon lequel ces adolescents ne devraient pas être obligés de parler devant leurs camarades de classe repose sur un mythe commun sur la personnalité.

Ce mythe affirme que nous avons un moi authentique et que nous sommes à notre meilleur lorsque nous restons fidèles à ce moi. Alors, comment savez-vous quand vous faites cela? C’est simple : soit les choses semblent « naturelles », soit elles ne le sont pas. S’ils le font, vous devriez les faire ; s’ils se sentent durs ou maladroits, vous ne devriez pas.

Il s’agit clairement d’une idée bien intentionnée conçue pour aider les gens à se sentir bien dans leur peau et à exprimer leurs vrais sentiments. Mais voici le problème. Lorsque vous dites à quelqu’un de ne s’en tenir qu’à ce avec quoi il se sent à l’aise, vous lui dites, par définition, de rester dans sa zone de confort. C’est un obstacle majeur à la croissance personnelle à long terme.

Prenez-le d’Adam Grant. Avant de devenir professeur de psychologie à la Wharton School et auteur à succès, Grant était terrifié à l’idée de parler en public. À l’école doctorale, par exemple, un ami lui a demandé une fois de donner une conférence pour sa classe. L’expérience, se souvient Grant, a été « brutale ». Il tremblait, bégayait et transpirait tellement que son inconfort a commencé à se répandre dans la pièce. Comme le rappelle un étudiant, à la fin de cette conférence, les auditeurs tremblaient physiquement dans leur siège !

Le moi authentique de Grant était un orateur public terrible. Mais il ne voulait pas rester fidèle à ce moi terrifié – il voulait grandir. Il a commencé à faire du bénévolat pour autant de conférences invitées que possible et à distribuer des formulaires de commentaires. En quelques mois, la peur s’était apaisée. Quelques années plus tard, Grant n’était pas seulement à l’aise pour donner des conférences et parler en public – il était bon dans ce domaine.

La personnalité n’est pas permanente – Idée-clé 4: Comprendre pourquoi vous faites ce que vous faites est la première étape vers la redéfinition de qui vous êtes.

Qu’est-ce que la personnalité ? Jusqu’à présent, nous avons vu que les notions d’un soi inné, immuable ou authentique doivent plus au marketing et à l’incompréhension qu’aux preuves scientifiques. Pire encore, ces idées entravent la croissance et vous maintiennent piégé dans votre zone de confort.

Essayons donc une définition différente : la personnalité n’est pas quelque chose qui existe simplement dans le monde – c’est quelque chose que vous faites. La personnalité, en d’autres termes, est façonnée par ce que vous passez votre temps à faire. Changez cela et vous changerez qui vous êtes.

Mais avant de commencer à pirater votre personnalité, vous devez comprendre que le comportement humain est axé sur les objectifs. Vous ne faites pas des choses au hasard. Que vous en soyez conscient ou non, tout ce que vous faites a une fin ou un objectif ultime.

Le message clé de ce clin d’œil est : comprendre pourquoi vous faites ce que vous faites est la première étape vers la redéfinition de qui vous êtes.

Ces objectifs sont rarement explicitement énoncés, mais ils sont tout de même là. Vous mangez parce que vous avez faim et payez les factures parce que vous aimez vos enfants et que vous voulez garder un toit au-dessus de leur tête. Même un comportement apparemment sans but comme perdre une demi-heure à regarder des vidéos de chats a un but – la distraction, après tout, est aussi un but, surtout si vous remettez à plus tard des tâches difficiles ou ennuyeuses.

Cela signifie que vous n’avez pas besoin de passer un test de personnalité pour savoir qui vous êtes – vous avez juste besoin de comprendre pourquoi vous faites les choses que vous faites.

Alors, faisons-le maintenant! Vous aurez besoin d’un stylo et de papier pour cela. D’accord, commencez par diviser la page en deux colonnes. Sur le côté gauche, vous listerez tout ce que vous avez fait au cours des dernières 24 heures. Sur la droite, vous noterez les raisons de ces actions.

Ici, vous voudrez prendre un moment pour réfléchir attentivement plutôt que de simplement énumérer le premier objectif qui vous vient à l’esprit car, souvent, il y a une raison plus profonde derrière votre objectif principal et évident. Par exemple, supposons que vous ayez écrit « travaillé » et dans la colonne correspondante noté « pour faire battre mon cœur ». Faire battre votre cœur peut être une question d’amélioration de votre santé, mais il s’agit aussi de vivre plus longtemps, ce qui peut alors être de continuer à être là quand vos enfants auront eux-mêmes des enfants !

Le but de cet exercice est de devenir plus conscient des objectifs qui motivent votre comportement et façonnent ainsi votre personnalité. N’oubliez pas que l’identification des résultats que vous ne souhaitez pas réellement poursuivre est la première étape vers la poursuite de meilleurs objectifs.

La personnalité n’est pas permanente – Idée-clé 5: S’engager dans un seul objectif concentre votre esprit et augmente vos chances de succès.

Au début de 2000, l’équipe britannique d’aviron se préparait pour les Jeux olympiques d’été de cette année-là. L’histoire n’était pas du côté des rameurs. Aucun équipage britannique n’avait remporté l’or depuis 1912. Mais ils avaient une chose en leur faveur : l’engagement.

Leur engagement s’est traduit par une simple question que les rameurs se posaient avant de prendre une décision : « Est-ce que cela rendra le bateau plus rapide ? » Répondre à cette question indiquait aux rameurs quoi faire, quelle que soit la situation – comme manger ou non un beignet, aller se coucher ou rester debout et prendre une bière.

Et ça a payé. En septembre 2000, l’équipe britannique a remporté l’or pour la première fois en 88 ans. C’est un excellent exemple de ce que vous pouvez accomplir lorsque vous poursuivez votre objectif avec détermination.

Le message clé de ce clin d’œil est : s’engager dans un seul objectif concentre votre esprit et augmente vos chances de succès.

Dans son best-seller The Power of Habit de 2014, l’auteur Charles Duhigg a eu une idée géniale. Il l’a appelée l’habitude clé de voûte – cultiver une habitude déterminante qui améliore d’autres domaines de votre vie.

Pensez, par exemple, à vous coucher à la même heure chaque nuit pour dormir suffisamment. Si vous vous réveillez en pleine forme, cela a tendance à avoir un effet d’entraînement. Vous pourriez être plus productif et donc vous sentir moins coupable, ou peut-être même plus heureux, ce qui à son tour améliore votre relation avec votre conjoint.

Vous pouvez également appliquer ce principe à l’établissement d’objectifs. Appelez cela «l’objectif clé de voûte». Demandez-vous quelle est la chose que vous pourriez faire qui améliorerait le plus les domaines de votre vie ?

Souvent, les objectifs clés les plus puissants concernent l’argent. Ça a du sens. Gagner un certain montant a généralement toutes sortes d’effets d’entraînement qui améliorent la vie. Pour certains, cela pourrait signifier pouvoir se permettre de fonder leur propre famille. Pour d’autres, cela peut signifier ne pas avoir à se soucier des factures ou à se disputer à propos d’argent avec leur partenaire.

À l’occasion, cependant, il est plus efficace de simplement choisir un objectif différent. Par exemple, un écrivain qui s’engage à écrire un certain nombre de pages chaque jour pourrait soudainement recevoir plus de commissions, ce qui signifie plus de revenus et plus de confiance en soi. De la même manière, un athlète pourrait tirer autant d’avantages de la réalisation de ses objectifs, comme courir un marathon dans un certain temps.

Quel que soit votre objectif, la clé est de le garder singulier et ciblé. Plus votre objectif est clair, plus vous avez de chances de le garder en ligne de mire et, en fin de compte, d’atteindre votre cible.

La personnalité n’est pas permanente – Idée-clé 6: Se lever tôt vous donne une chance d’apprendre, ce qui vous aidera à changer et à grandir en tant que personne.

Une fois que vous avez défini votre objectif, vous devrez commencer à faire de petits pas vers celui-ci au quotidien. Le premier pas le plus efficace ? Commencez votre journée une heure plus tôt que d’habitude.

Si vous ne vous réveillez que lorsque vous le devez, vous organisez finalement vos heures de veille autour de tâches «urgentes». L’accomplissement de ces tâches prend alors toute votre journée, ne laissant pas le temps de poursuivre votre objectif. Ce type de routine exclut tout changement significatif, car tout ce que vous avez à faire est de maintenir le statu quo.

Passer une heure par jour à poursuivre votre objectif peut sembler peu, mais cela peut changer votre vie.

Le message clé de ce clin d’œil est le suivant : se lever tôt vous donne une chance d’apprendre, ce qui vous aidera à changer et à grandir en tant que personne.

D’accord, vous avez réglé votre alarme et vous vous êtes réveillé une heure plus tôt que d’habitude – qu’êtes-vous censé faire maintenant ? En un mot, apprenez. Pour comprendre pourquoi cela est si important, nous devrons faire un petit détour par le cerveau humain.

Alors, que font les cerveaux ? Daphna Shohamy, neuroscientifique à l’Institut Zuckerman de l’Université de Columbia, souligne que l’un des principaux objectifs du cerveau est de prédire les résultats.

C’est pourquoi nous formons des souvenirs. Avoir une banque de données sur les événements passés à portée de main nous aide à deviner ce qui se passera dans le futur. C’est cette capacité qui a permis à l’espèce humaine de survivre si longtemps.

Mais même avec ces souvenirs à notre disposition, les humains font encore des erreurs. De plus, nous ne pouvons parfois prédire correctement ce qui se passera qu’après de nombreuses fausses suppositions. Shohamy note que c’est en enregistrant ces erreurs de prédiction que le cerveau apprend et change.

Le cerveau, cependant, déteste l’incertitude et la possibilité de se tromper. Dans sa vision préhistorique des choses, l’incertitude équivaut au danger et à la mort. C’est pourquoi il libère des substances neurochimiques qui déclenchent l’anxiété et la peur lorsque nous sommes confrontés à l’incertitude : il nous dit de nous retirer en toute sécurité.

La haine de l’incertitude du cerveau aide à expliquer pourquoi nous préférons rester dans nos zones de confort. La routine quotidienne peut être ennuyeuse, mais elle est sûre et certaine. Malheureusement, cela peut aussi devenir un piège. La seule façon de sortir de cette prison confortable est de créer une dynamique de changement, et cela signifie apprendre. Voilà une bonne raison de se lever une heure plus tôt chaque jour !

Article connexe: 10 bonnes raisons de se lever à 5 heures du matin.

La personnalité n’est pas permanente – Idée-clé 7: Changer le récit de votre passé peut modifier votre avenir.

Lorsque l’auteur a rencontré Ken Arlen, un ancien fumeur à la chaîne, il n’avait pas fumé depuis 40 ans. Ce qui était intéressant à propos de Ken, cependant, c’était comment il avait arrêté de fumer.

Ken a commencé à fumer des cigarettes au lycée dans les années 1970. Le tabac était largement accepté à l’époque. La marijuana, en revanche, ne l’était pas. Ainsi, Ken a utilisé le premier pour cacher l’odeur du second à ses parents. Bientôt, il est devenu accro aux cigarettes et en a consommé un paquet par jour. Toutes les tentatives d’arrêt ont échoué.

Après l’université, il a décroché un emploi dans un hôpital. Le premier jour, un aide-soignant lui a offert de fumer. « Non merci, » dit Ken, « ne fume pas – jamais, jamais. » Ce n’était pas strictement vrai, bien sûr, mais c’est resté et il n’a plus jamais fumé. Le passé, réalisa Ken, n’a pas à façonner votre avenir.

Le message clé de ce clin d’œil est le suivant : changer le récit de votre passé peut modifier votre avenir.

Il est difficile de dire ce qui a poussé Ken à dire à son collègue qu’il ne fumait pas, mais c’était une décision intuitive et stratégique. Cela lui a donné une nouvelle identité. Les fumeurs ont cessé de s’allumer autour de lui et, après une semaine, son envie de nicotine s’est calmée. Du coup, il était non-fumeur.

L’histoire de Ken est un excellent aperçu de ce que le psychologue américain Dan McAdams appelle l’identité narrative. Selon McAdams, nous formons nos identités ou personnalités en intégrant des expériences dans l’histoire en constante évolution que nous nous racontons de nos vies.

Cette histoire fusionne un passé reconstruit, la façon dont nous percevons le présent et un futur imaginé en un seul récit. Les faits ne changent pas, bien sûr – nous ne pouvons pas changer le passé, après tout. Mais la façon dont nous parlons de ces faits peut changer. C’est ce qu’on appelle le recadrage.

Prenons l’exemple de l’auteur ici. Pendant de nombreuses années, il s’est vu victime de certains faits de sa vie, notamment le divorce désordonné de ses parents à l’âge de onze ans et l’absence ultérieure de son père. Le recadrage n’a pas modifié les faits, mais il a modifié leur sens. Il a pu retourner le scénario et voir ce qu’il avait gagné de ces expériences difficiles, et comment elles l’ont aidé à devenir un père aimant pour ses propres enfants.

Alors, comment renversez-vous le script sur votre propre vie? Eh bien, essayez de répondre à ces questions : comment avez-vous changé au cours des dix dernières années ? Plus important encore, comment avez-vous grandi ? Quelles expériences négatives avez-vous pu abandonner ? Comment votre image de soi a-t-elle changé ?

Vous vous rendrez vite compte qu’il y a eu beaucoup de changements dans votre passé récent. Et c’est la leçon de ces clignotements : la personnalité n’est ni fixe ni statique. Mieux encore, vous pouvez prendre en charge ce changement et l’exploiter pour réaliser vos rêves et vos ambitions.

La personnalité n’est pas permanente: Résumé final

Le message clé dans ces clignotements :

Les tests de personnalité sont de toutes formes et de toutes tailles, mais ils ont tous une chose en commun : ils ne sont pas plus fiables que les horoscopes. Pire, les mythes qu’ils propagent sont souvent carrément nuisibles. Car contrairement à ce que vous avez pu entendre, les personnalités ne sont ni innées ni figées. Ils évoluent constamment, et c’est un processus que vous pouvez façonner. Commencez par définir votre objectif le plus important et consacrez du temps à apprendre et à recadrer votre passé. Bientôt, vous serez sur la bonne voie pour devenir la personne que vous avez toujours voulu être.

À lire ensuite : La volonté ne marche pas, de Benjamin Hardy

 

Rester concentré est un élément essentiel pour atteindre votre objectif clé. C’est difficile, cependant. Notre monde trépidant, en réseau et toujours actif 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ne favorise pas exactement la concentration. Dans cet environnement, il n’y a rien de plus facile que de perdre de vue son objectif et de s’enliser dans les distractions.

Beaucoup de gens prétendent qu’il existe une solution simple à ce problème : faire appel à votre volonté. Benjamin Hardy pense que c’est faux. Ignorer simplement votre environnement, suggère-t-il, signifie négliger une ressource puissante dans votre tentative de transformer votre vie pour le mieux. Alors, comment fonctionne cette ressource ? Consultez nos clins d’œil à La Volonté ne marche pas pour le savoir !

 

Vous pouvez également profiter de :
9 étapes pour manifester votre intention dans la vie
error: