Quel genre de personnalité avez-vous?

par | 12 Juin 2023

Quel genre de personnalité avez-vous?

Les traits de personnalité des Big Five portent tous sur la question suivante : « Qui êtes-vous? »

C’est une question assez simple, mais c’est l’une des plus difficiles à répondre.

Il y a plusieurs façons d’interpréter cette question. Une réponse pourrait inclure votre nom, le titre de votre poste, votre rôle dans votre famille, vos passe-temps ou passions, et votre lieu de résidence ou de naissance. Une réponse plus complète pourrait inclure une description de vos croyances et de vos valeurs.

Chacun de nous a une réponse différente à cette question « Quel genre de personnalité avez-vous? », et chaque réponse raconte une histoire sur qui nous sommes. Bien que nous ayons beaucoup en commun avec nos semblables, comme la race, la religion, l’orientation sexuelle, les compétences et la couleur des yeux, il y a une chose qui nous rend tous uniques : la personnalité.

Vous pouvez rencontrer des centaines, des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes, mais il n’y en aura pas deux identiques. Ce qui pose la question : comment catégoriser et classer quelque chose d’aussi varié que la personnalité ?

Qu’est-ce que la personnalité?

La personnalité est un concept facile à comprendre pour la plupart d’entre nous. C’est ce qui fait de vous, vous. Il englobe tous les traits, caractéristiques et bizarreries qui vous distinguent des autres.

Dans le monde de la recherche en psychologie, la personnalité est un peu plus compliquée. La définition de la personnalité peut être complexe, et la façon dont elle est définie peut influencer la façon dont elle est comprise et mesurée.

Lorsque vous recherchez la signification du mot personnalité en termes simples, vous pouvez trouver quelque chose comme « ce qui caractérise une personne ». Dans la vie de tous les jours, nous utilisons des termes tels que caractère, identité ou prédisposition.

Les scientifiques utilisent des définitions plus étendues de la personnalité. L’une de ces définitions, des psychologues américains Randy Larsen et David Buss, donne quelque chose comme : « la personnalité est un ensemble stable et organisé de traits et de mécanismes psychologiques chez l’être humain qui influencent ses interactions et ses modifications avec l’environnement psychologique, social ». et l’environnement physique qui les entoure. » Les mots clés de cette définition de la personnalité sont :

– La personnalité est stable

Votre personnalité ne change pas seulement d’un jour à l’autre, en fait elle ne change presque pas du tout. S’il y a des changements, ceux-ci sont très limités et lents. S’ils surviennent, ils peuvent être causés par un traumatisme ou des expériences qui changent la vie.

– La personnalité est composée de propriétés et de mécanismes

La personnalité peut être divisée en différentes composantes et caractéristiques. Au fil du temps, de nombreuses classifications différentes ont été faites dans les caractéristiques de la personnalité. Littéralement des centaines !

– La personnalité est toujours présente

Votre personnalité est quelque chose que vous emportez toujours avec vous, elle affecte votre façon de penser, vos sentiments et votre comportement, où et avec qui vous êtes, dans n’importe quelle situation et à tout moment. La personnalité vous aide à vous adapter. Votre personnalité vous aide à « survivre » et à faire face aux défis quotidiens qui vous entourent. Dans un sens, votre personnalité est en partie psychologique mais aussi physiologique. La recherche suggère que votre personnalité est également influencée par toutes sortes de processus et de besoins biologiques.

Quelle que soit votre définition de la personnalité, c’est une partie importante de qui vous êtes. En fait, la personnalité montre une corrélation positive avec la satisfaction de vivre (Boyce, Wood, & Powdthavee, 2013). La personnalité ayant un impact aussi important sur nos vies, il est important de disposer d’un moyen fiable de la conceptualiser et de la mesurer.

Le cadre de personnalité le plus répandu est le Big Five, également connu sous le nom de modèle de personnalité à cinq facteurs. Non seulement cette théorie de la personnalité s’applique aux personnes de nombreux pays et cultures à travers le monde (Schmitt et al., 2007), mais elle fournit une échelle d’évaluation fiable pour mesurer la personnalité.

Comment se construit la personnalité: nature contre culture

Une question fréquemment posée est : « La personnalité est-elle innée ou acquise ? Cette question est aussi appelée le débat nature-culture. Cette question a été débattue par des philosophes et d’autres scientifiques pendant des siècles.

Selon John Locke (1632-1704) et ses disciples, le développement de la personnalité était purement une question de « culture » ou d’éducation. Le nouveau-né serait comme une table rase (« tabula rasa »), qui peut être façonnée comme le veulent les éducateurs.

Des pendants de cette vision, comme Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), affirmaient à l’opposé que l’hérédité a l’influence la plus importante sur la personnalité. Selon Rousseau, le développement d’un enfant suit un calendrier biologique intérieur. En tant que parents, vous ne jouez aucun rôle là-dedans, selon Rousseau. C’est probablement aussi la raison pour laquelle Rousseau a envoyé ses propres enfants dans un orphelinat.

Aujourd’hui, grâce à la recherche sur les jumeaux, nous en savons de plus en plus sur la question nature-culture. Ce type de recherche observe des jumeaux identiques qui grandissent séparément, dans des familles et des environnements différents. Les vrais jumeaux partagent 100% de leurs gènes. Lorsque des jumeaux identiques qui grandissent séparément les uns des autres diffèrent les uns des autres sur une certaine caractéristique, cela doit être dû à des facteurs environnementaux. On sait alors que cette caractéristique est (en partie) apprise.

Grâce à ce type de recherche, on sait maintenant dans quelle mesure l’hérédité et l’environnement influencent la personnalité. Par exemple, nous savons maintenant que des caractéristiques telles que l’extraversion, la conscience, le névrosisme, l’amabilité et l’ouverture sont innées pour environ 20 à 45 %. Pour le reste, ces caractéristiques sont formées par des influences de l’environnement, telles que les parents, l’école, les amis, etc.

Influences culturelles sur la personnalité

Outre les influences de l’environnement immédiat telles que l’éducation et l’école, la culture dans laquelle vous grandissez influence également le développement de votre personnalité. La distinction entre culture individualiste et collectiviste est particulièrement importante. Dans les cultures individualistes, telles que les États-Unis et les pays européens, l’accent est mis sur le développement de l’individu. Dans les cultures collectivistes, telles que l’Afrique, l’Indonésie et le Panama, une grande valeur est attachée à l’intérêt du groupe.

Les cultures individualistes stimulent le développement de qualités telles que la confiance en soi, l’indépendance et l’affirmation de soi ; dans les cultures collectivistes, cela est particulièrement vrai des qualités telles que la convivialité, la modestie et la loyauté. Cela peut amener les Européens, par exemple, à croire que les Japonais réagissent de manière timide et soumise. Les Japonais, en revanche, peuvent trouver les Européens audacieux et égoïstes.

Des recherches auprès de personnes bilingues montrent que les influences culturelles passent en partie par la langue. La personnalité des personnes bilingues dépend aussi de la langue qu’elles parlent. Cette étude a porté sur les Mexicains et les Américains qui parlent couramment l’espagnol et l’anglais. En général, les Mexicains sont moins extravertis, un peu moins agréables et moins consciencieux que les Américains. Remarquablement, si un Mexicain ou un Américain bilingue parle anglais, il réagit de manière plus extravertie, agréable et consciencieuse que lorsqu’il parle espagnol.

Comment la connaissance de mon type de personnalité m’aide-t-elle au travail et dans la vie ?

La connaissance de soi est une étape importante vers la réussite professionnelle et dans la vie en général. Si vous ne reconnaissez pas et ne comprenez pas vos points faibles et vos habitudes inutiles, vous avez moins de chances de les dépasser. Cela peut limiter ce que vous accomplissez au travail, que vous soyez chercheur scientifique, mécanicien, serveur ou parent à temps plein avec une activité secondaire.

Connaître votre personnalité vous aide à prendre de meilleures décisions pour votre orientation académique et professionnelle. Vous allez naturellement vous diriger vers les métiers qui réveleront vos forces.

Connaître les tendances de votre type de personnalité ouvre la porte à une conscience de soi objective, vous aidant à voir les aspects de vous-même qui pourraient être améliorés et à utiliser encore mieux vos forces existantes. Cela peut réduire le stress et vous aider à saisir des opportunités bénéfiques, établir de meilleures connexions,  vous entendre avec les autres et  faire de votre mieux en général.

Les limites des modèles de personnalités et comment les dépasser

Il y a plus dans la personnalité que les Big Five : l’être humain est beaucoup trop complexe et il est impossible de le mettre dans des « cases ». Les modèles de personnalités simplifient à l’extrême les caractéristiques des personnalités, car aucun modèle ne peut capturer l’ensemble des aspects de la personnalité de chaque individu. C’est juste un cadre de réflexion offert à chaque personne, car en matière de connaissance de soi, chacun de nous est l’expert et a la responsabilité de faire l’effort de s’étudier.

Introvertis versus extrovertis

Le psychiatre suisse Carl Jung a été influencé par Freud, son mentor, mais a finalement inventé son propre système de personnalité. Jung pensait qu’il existait des types de personnalité généraux dans lesquels chaque personne pouvait être classée en fonction de variables dichotomiques.

Par exemple, Jung pensait que les individus appartenaient fermement à l’un des deux camps :

Les introvertis, qui tirent leur énergie du « monde intérieur » ou de la solitude avec soi-même ;
Les extravertis, qui tirent leur énergie du « monde extérieur » ou des interactions avec les autres.
Cette idée est encore répandue aujourd’hui, et la recherche a montré qu’il s’agit d’un différenciateur utile entre deux types de personnes relativement distincts. Aujourd’hui, la plupart des psychologues voient l’introversion et l’extraversion comme existant sur un spectre plutôt que binaire. Cela peut aussi être situationnel, car certaines situations épuisent notre énergie un jour et d’autres jours, nous incitent à être plus sociaux.

La pyrammide de Maslow

Le psychologue américain Abraham Maslow a développé une idée que Freud a introduite dans le courant dominant : au moins certains aspects ou moteurs de la personnalité sont profondément enfouis dans l’inconscient.

Maslow a émis l’hypothèse que la personnalité est motivée par un ensemble de besoins que chaque être humain a. Il a organisé ces besoins dans une hiérarchie, chaque niveau devant être satisfait avant qu’un niveau supérieur puisse être satisfait.

La pyramide est organisée de bas en haut (photo de droite), en commençant par le besoin le plus fondamental (McLeod, 2007) :

1- Besoins physiologiques (nourriture, eau, chaleur, repos);
2- Besoins de sécurité (sécurité, sûreté);
3- Besoins d’appartenance et d’amour (relations intimes, amis);
4- Besoins d’estime (prestige et sentiment d’accomplissement);
5- Besoins de réalisation de soi (réalisation de son plein potentiel, épanouissement personnel).
Maslow croyait que tous les humains visent à satisfaire ces besoins, généralement dans l’ordre du plus fondamental au plus transcendant, et que ces motivations se traduisent par les comportements qui composent une personnalité.

Carl Rogers, un autre psychologue américain, s’est appuyé sur le travail de Maslow, convenant que tous les humains s’efforcent de satisfaire leurs besoins, mais Rogers n’était pas d’accord sur le fait qu’il existe une relation à sens unique entre les efforts pour satisfaire les besoins et la personnalité. Rogers croyait que les nombreuses méthodes différentes que les humains utilisent pour répondre à ces besoins découlent de la personnalité, plutôt que l’inverse.

Comment les différentes personnalités sont-elles décrites?

Dans le passé, les chercheurs ont débattu avec acharnement sur le nombre exact de traits de personnalité qui existent réellement. Les premiers chercheurs comme Allport ont suggéré jusqu’à 4 000 traits de personnalité différents et distincts, d’autres comme Raymond Cattell n’en ont proposé que seize. Aujourd’hui, la majorité des chercheurs sur la personnalité soutiennent la théorie des cinq facteurs de la personnalité, qui décrit cinq grandes dimensions de la personnalité qui composent la personnalité humaine: les Big Five.

Les Big Five

Le psychologue américain Lewis Goldberg est peut-être le chercheur le plus éminent dans le domaine de la psychologie de la personnalité. Son travail révolutionnaire a identifiés cinq principaux facteurs de personnalité qui sont :

1- Extraversion
2- Amabilité
3- Conscience
4- Névrosisme
5- Ouverture à l ‘experience

Les Big Five nous amènent à l’ère actuelle de la recherche sur la personnalité.

Ouverture à l ‘expérience

Il a été constaté que l’ouverture à l’expérience contribue à la probabilité d’obtenir un poste de direction, probablement en raison de la capacité à entretenir de nouvelles idées et à sortir des sentiers battus (Lebowitz, 2016a). L’ouverture est également liée aux valeurs de l’universalisme, qui incluent la promotion de la paix et de la tolérance et la perception de tous comme méritant également la justice et l’égalité (Douglas, Bore et Munro, 2016).

De plus, la recherche a établi un lien entre l’ouverture à l’expérience et de vastes compétences et connaissances intellectuelles, et elle peut augmenter avec l’âge (Schretlen, van der Hulst, Pearlson et Gordon, 2010). Cela indique que l’ouverture à l’expérience conduit à des gains de connaissances et de compétences, et elle augmente naturellement à mesure qu’une personne vieillit et a plus d’expériences.

Non seulement l’ouverture a été liée aux connaissances et aux compétences, mais elle s’est également révélée positivement corrélée à la créativité, à l’originalité et à une tendance à explorer leur moi intérieur avec un thérapeute ou un psychiatre, et négativement corrélée aux attitudes politiques conservatrices (Soldz & Vaillant , 1999).

Non seulement l’ouverture s’est avérée corrélée à de nombreux traits, mais elle s’est également avérée extrêmement stable au fil du temps – une étude a exploré la stabilité des traits sur 45 ans et a constaté que l’ouverture des participants à l’expérience (avec l’extraversion et le névrosisme) est restée relativement stable. sur cette période (Soldz & Vaillant, 1999)

En ce qui concerne les autres facteurs des Big Five, l’ouverture à l’expérience est faiblement liée au névrosisme et à l’extraversion et n’est généralement pas liée à l’agréabilité et à la conscience (Ones, Viswesvaran et Reiss, 1996).

L’ouverture à l’expérience est peut-être le trait qui est le moins susceptible de changer avec le temps, et peut-être le plus susceptible d’aider un individu à grandir. Ceux qui sont très ouverts à l’expérience devraient capitaliser sur leur avantage et explorer le monde, eux-mêmes et leurs passions. Ces personnes font des leaders forts et créatifs et sont les plus susceptibles de proposer la prochaine grande innovation.

Conscience

Ce facteur a été lié à la réussite, à la conformité et à la recherche de sécurité, ainsi qu’à une corrélation négative avec le fait de privilégier la stimulation et l’excitation (Roccas, Sagiv, Schwartz et Knafo, 2002). Ceux qui sont très consciencieux sont également susceptibles de valoriser l’ordre, le devoir, la réussite et l’autodiscipline, et ils pratiquent consciemment la délibération et travaillent vers une compétence accrue (Roccas, Sagiv, Schwartz et Knafo, 2002).

À la lumière de ces corrélations, il n’est pas surprenant que la conscience soit également fortement liée à l’apprentissage post-formation (Woods, Patterson, Koczwara et Sofat, 2016), au rendement au travail efficace (Barrick et Mount, 1991) et à la réussite professionnelle intrinsèque et extrinsèque. (Juge, Higgins, Thoresen et Barrick, 1999).

L’étude à long terme de Soldz et Vaillant (1999) a révélé que la conscience était positivement corrélée à l’adaptation aux défis de la vie et aux réponses défensives matures, indiquant que les personnes très consciencieuses sont souvent bien préparées à affronter tous les obstacles qui se présentent à elles.

La conscience est négativement corrélée avec la dépression, le tabagisme, la toxicomanie et l’engagement dans un traitement psychiatrique. Le trait s’est également avéré corrélé quelque peu négativement avec le névrosisme et quelque peu positivement avec l’agréabilité, mais il n’avait aucune relation perceptible avec les autres facteurs (Ones, Viswesvaran et Reiss, 1996).

Amabilité

Les individus agréables ont tendance à valoriser la bienveillance, la tradition et la conformité tout en évitant d’accorder trop d’importance au pouvoir, à la réussite ou à la poursuite de plaisirs égoïstes (Roccas, Sagiv, Schwartz et Knafo, 2002).

L’agréabilité peut être motivée par le désir de remplir des obligations sociales ou de suivre des normes établies, ou elle peut découler d’un véritable souci du bien-être des autres. Quelle que soit la motivation, elle s’accompagne rarement de cruauté, d’impitoyabilité ou d’égoïsme (Roccas, Sagiv, Schwartz et Knafo, 2002).

Ceux qui sont très agréables sont également plus susceptibles d’avoir des relations positives avec leurs pairs et leur famille, d’être des modèles de gratitude et de pardon, d’obtenir les emplois souhaités, de vivre longtemps, d’éprouver de la satisfaction relationnelle et de faire du bénévolat dans leurs communautés (Ozer et Benet-Martinez, 2006).

L’agréabilité affecte de nombreux résultats de la vie car elle influence tous les domaines dans lesquels les interactions avec les autres sont importantes, et cela inclut presque tout. À long terme, un degré d’agréabilité élevé est lié à un fort soutien social et à une saine adaptation à la quarantaine, mais est légèrement corrélé négativement à la créativité (Soldz et Vaillant, 1999).

Ceux qui sont amicaux et attachants pour les autres peuvent se retrouver sans motivation pour atteindre une mesure traditionnelle de succès, et ils peuvent choisir de se concentrer sur la famille et les amis à la place.

L’agréabilité est faiblement corrélée à l’extraversion et est quelque peu négativement liée au névrosisme et quelque peu positivement corrélée à la conscience (Ones, Viswesvaran et Reiss, 1996).

Les personnes très agréables sont susceptibles d’avoir de nombreux amis proches et de bonnes relations avec les membres de la famille, mais il existe un léger risque de faire passer systématiquement les autres avant elles-mêmes et de rater des opportunités de réussite, d’apprentissage et de développement.

Ceux qui sont amicaux et agréables avec les autres peuvent tirer parti de leurs forces en se tournant vers leurs réseaux de soutien social pour obtenir de l’aide en cas de besoin et trouver leur épanouissement dans un engagement positif avec leurs communautés.

Névrosisme

Il a été démontré que le névrosisme est corrélé négativement avec l’estime de soi et l’auto-efficacité générale, ainsi qu’avec un locus de contrôle interne (le sentiment que l’on a le contrôle de sa propre vie) (Judge, Erez, Bono et Thoresen, 2002 ). En fait, ces quatre traits sont si étroitement liés qu’ils peuvent relever d’un concept générique.

De plus, le névrosisme a été lié à de moins bonnes performances au travail et à une moindre motivation, y compris la motivation liée à l’établissement d’objectifs et à l’auto-efficacité (Judge & Ilies, 2002). Il n’est probablement pas surprenant que l’instabilité et la vulnérabilité au stress et à l’anxiété ne soutiennent pas son meilleur travail.

Les composantes d’anxiété et de conscience de soi du névrosisme sont également positivement liées à des valeurs plus traditionnelles et négativement corrélées aux valeurs de réussite.

Les composantes d’hostilité et d’impulsivité du névrosisme sont positivement liées à l’hédonisme (ou à la recherche du plaisir sans égard au long terme et au mépris du bien et du mal) et négativement liées à la bienveillance, à la tradition et à la conformité (Roccas, Sagiv, Schwartz et Knafo, 2002).

L’étude de 45 ans des chercheurs Soldz et Vaillant a montré que le névrosisme, au cours de l’étude, était corrélé négativement avec l’arrêt du tabac et une saine adaptation à la vie et corrélé positivement avec la consommation de drogues, l’abus d’alcool et les problèmes de santé mentale (1999 ).

Il a été constaté que le névrosisme était en corrélation quelque peu négative avec l’agréabilité et la conscience, en plus d’une relation faible et négative avec l’extraversion et l’ouverture à l’expérience (Ones, Viswevaran et Reiss, 1996).

Dans l’ensemble, un névrosisme élevé est lié à des difficultés supplémentaires dans la vie, notamment la dépendance, une mauvaise performance au travail et une adaptation malsaine aux changements de la vie. Un score élevé en névrosisme n’est pas une condamnation immédiate à une vie misérable, mais les membres de ce groupe gagneraient à investir dans l’amélioration de leur confiance en soi, à créer des ressources sur lesquelles puiser en période de difficulté et à éviter toute substance aux propriétés addictives.

Certaines choses sur les troubles de la personnalité

Plusieurs facteurs peuvent provoquer des troubles de la personnalité, ou en signaler la présence ou l’apparition.

– Prédisposition génétique
– Violence verbale par des parents ou des collègues
– Vos relations avec vos pairs
– Traumatisme de l’enfance
– Haute sensibilité (son, odeur, émotions)

Un message à retenir

La personnalité est un sujet de recherche complexe en psychologie, et elle a une longue histoire de philosophies et de théories changeantes. Bien qu’il soit facile de conceptualiser la personnalité au quotidien, mener des recherches scientifiques valables sur la personnalité peut être beaucoup plus complexe.

Les Big Five peuvent vous aider à en savoir plus sur votre propre personnalité et sur où concentrer votre énergie et votre attention. La première étape pour exploiter efficacement vos points forts est d’apprendre quels sont vos points forts.

Prochain article: La vérité surprenante sur la transformation de la personnalité

Références:
  • American Psychological Association. (2017). Personality. Retrieved from http://www.apa.org/topics/personality/
  • Barrick, M. R., & Mount, M. K. (1991). The big five personality dimensions and job performance: A meta‐analysis. Personnel Psychology, 44(1), 1-26.
  • Boyce, C. J., Wood, A. M., & Powdthavee, N. (2013). Is personality fixed? Personality changes as much as “variable” economic factors and more strongly predicts changes to life satisfaction. Social Indicators Research, 111, 287-305.
  • Douglas, H. E., Bore, M., & Munro, D. (2016). Openness and intellect: An analysis of the motivational constructs underlying two aspects of personality. Personality and Individual Differences, 99, 242-253.
  • John, O. P., & Srivastava, S. (1999). The Big-Five trait taxonomy: History, measurement, and theoretical perspectives. In L. A. Pervin & O. P. John (Eds.), Handbook of Personality: Theory and Research (Vol. 2, pp. 102-138). New York: Guilford Press.
  • Judge, T. A., Higgins, C. A., Thoresen, C. J., & Barrick, M. R. (1999). The Big Five personality traits, general mental ability, and career success across the life span. Personnel Psychology, 52, 621-652.
  • Judge, T. A., Erez, A., Bono, J. E., & Thoresen, C. J. (2002). Are measures of self-esteem, neuroticism, locus of control, and generalized self-efficacy indicators of a common core construct? Journal of Personality and Social Psychology, 83, 693-710.
  • Judge, T. A., & Ilies, R. (2002). Relationship of personality to performance motivation: A meta-analytic review. Journal of Applied Psychology, 87, 797-807.
  • Lebowitz, S. (2016a). The ‘Big 5’ personality traits could predict who will and won’t become a leader. Business Insider. Retrieved from http://www.businessinsider.com/big-five-personality-traits-predict-leadership-2016-12
  • Lebowitz, S. (2016b). Scientists say your personality can be deconstructed into 5 basic traits. Business Insider. Retrieved from http://www.businessinsider.com/big-five-personality-traits-2016-12
  • McLeod, S. (2007). Maslow’s hierarchy of needs. Simply Psychology. Retrieved from https://www.simplypsychology.org/maslow.html
  • Ones, D. S., Viswesvaran, C., & Reiss, A. D. (1996). Role of social desirability in personality testing for personnel selection: The red herring. Journal of Applied Psychology, 81, 660-679.
  • Ozer, D. J., & Benet-Martinez, V. (2006). Personality and the prediction of consequential outcomes. Annual Review of Psychology, 57, 401-421.
  • Revelle, W. (2013). Personality theory and research. Personality Project. Retrieved from https://www.personality-project.org/index.html
  • Roccas, S., Sagiv, L., Schwartz, S. H., & Knafo, A. (2002). The Big Five personality factors and personal values. Personality and Social Psychology, 28, 789-801.
  • Schaefer, P. S., Williams, C. C., Goodie, A. S., & Campbell, W. K. (2004). Overconfidence and the Big Five. Journal of Research in Personality, 38, 473-480.
  • Schmitt, D. P., Allik, J., McCrae, R. R., Benet-Martinez, V., Alcalay, L., Ault, L., …, &  Zupanèiè, A. (2007). The geographic distribution of Big Five personality traits: Patterns and profiles of human self-description across 56 nations. Journal of Cross-Cultural Psychology, 38, 173-212.
  • Schretlen, D. J., van der Hulst, E., Pearlson, G. D., & Gordon, B. (2010). A neuropsychological study of personality: Trait openness in relation to intelligence, fluency, and executive functioning. Journal of Clinical and Experimental Neuropsychology, 32, 1068-1073.
  • Soldz, S., & Vaillant, G. E. (1999). The Big Five personality traits and the life course: A 45-year longitudinal study. Journal of Research in Personality, 33, 208-232.
  • Twomey, S. (2010, January). Phineas Gage: Neuroscience’s most famous patient. Smithsonian. Retrieved from http://www.smithsonianmag.com/history/phineas-gage-neurosciences-most-famous-patient-11390067/
  • Verduyn, P., & Brans, K. (2012). The relationship between extroversion, neuroticism, and aspects of trait affectPersonality and Individual Differences, 52, 664-669.
  • Woods, S. A., Patterson, F. C., Koczwara, A., & Sofat, J. A. (2016). The value of being a conscientious learner: Examining the effects of the big five personality traits on self-reported learning from training. Journal of Workplace Learning, 28, 424-434.
  • Boyatzis, R. E., & Akrivou, K. (2006). The ideal self as the driver of intentional changeJournal of management development.
  • Deci, E. L., & Ryan, R. M. (2008). Self-determination theory: A macrotheory of human motivation, development, and healthCanadian psychology/Psychologie canadienne49(3), 182.
  • Epstein, S. (1973). The self-concept revisited: Or a theory of a theory. American psychologist28(5), 404.
  • International Personality Item Pool (IPIP). ipip.ori.org.
  • John, O. P., & Srivastava, S. (1999). The Big-Five trait taxonomy: History, measurement, and theoretical perspectives (Vol. 2, pp. 102-138). Berkeley: University of California.
  • Markus, H., & Nurius, P. (1986). Possible selvesAmerican psychologist41(9), 954.
  • Smolicz, J. (1981). Core values and cultural identity. Ethnic and racial studies4(1), 75-90.
Vous pouvez également profiter de :
Comment se connaître soi-même : 10 étapes
error: