Réfléchissez encore par Adam Grant - 796 pixels x 720 pixels

Réfléchissez encore: de quoi s’agit’il? Adam Grant PHD, professeur à Wharton et auteur à succès, discute de la valeur de repenser nos vies personnelles, nos interactions interpersonnelles et nos actions collectives.
« Nous écoutons des points de vue qui nous font du bien, au lieu d’idées qui nous font réfléchir. » – Adam Grant

Réfléchissez encore : le pouvoir de savoir ce que vous ne savez pas par Adam Grant

À travers des histoires engageantes et une analyse approfondie, l’auteur de Réfléchissez encore nous montre la valeur de penser comme un scientifique et de réexaminer ce que nous savons comme une voie pour mener une vie plus épanouissante.

Qui est Adam Grant?

L’auteur à succès de Give and Take et Originals examine l’art critique de repenser : apprendre à remettre en question vos opinions et à ouvrir l’esprit des autres, ce qui peut vous positionner pour l’excellence au travail et la sagesse dans la vie.
L’intelligence est généralement considérée comme la capacité de penser et d’apprendre, mais dans un monde en évolution rapide, il existe un autre ensemble de compétences cognitives qui pourraient avoir plus d’importance : la capacité de repenser et de désapprendre. Dans notre vie quotidienne, nous sommes trop nombreux à privilégier le confort de la conviction à l’inconfort du doute. Nous écoutons les opinions qui nous font du bien, au lieu des idées qui nous font réfléchir. Nous voyons le désaccord comme une menace pour notre ego, plutôt qu’une opportunité d’apprendre. Nous nous entourons de personnes qui sont d’accord avec nos conclusions, alors que nous devrions nous tourner vers ceux qui remettent en question notre processus de pensée. Le résultat est que nos croyances se fragilisent bien avant nos os. L’intelligence n’est pas un remède, et elle peut même être une malédiction : il est prouvé qu’être doué pour penser peut nous rendre moins aptes à repenser. Plus nous sommes brillants, plus nous pouvons devenir aveugles à nos propres limites.

Qu’allons -nous apprendre dans ce livre?

En tant que psychologue organisationnel, Adam Grant est un expert de l’ouverture d’esprit des autres et du nôtre. En tant que professeur le mieux noté de Wharton et auteur à succès n ° 1 du New York Times pour Originals et Give and Take, l’un de ses principes directeurs est d’argumenter comme s’il avait raison mais d’écouter comme s’il avait tort. Avec des idées audacieuses et des preuves rigoureuses, il étudie comment nous pouvons embrasser la joie d’avoir tort, exploiter les avantages surprenants du syndrome de l’imposteur, apporter des nuances à des conversations chargées et construire des écoles, des lieux de travail et des communautés d’apprenants tout au long de la vie. Vous apprendrez comment un champion du débat international gagne des arguments, comment un musicien noir persuade les suprémacistes blancs d’abandonner la haine, comment un chuchoteur de vaccins convainc les parents inquiets de faire vacciner leurs enfants et comment Adam a persuadé les fans des Yankees de s’enraciner pour les Red Sox. Think Again révèle que nous n’avons pas à croire tout ce que nous pensons ou à intérioriser tout ce que nous ressentons. C’est une invitation à abandonner les points de vue qui ne nous servent plus bien et à privilégier la flexibilité mentale, l’humilité et la curiosité à la cohérence insensée. Si la connaissance est le pouvoir, savoir ce que nous ne savons pas est la sagesse.

Réfléchissez encore: une vue globale du livre

Réfléchissez encore couvre le sujet de l’examen de nos croyances; le processus de repenser. Non pas pour suggérer que nous devons continuellement remettre en question les décisions que nous avons déjà prises, mais pour programmer des contrôles périodiques pour vérifier si nos croyances sont toujours valables.

Dans une société en évolution rapide, nous ne pouvons pas rester immobiles sur des croyances qui peuvent avoir été obsolètes par une transformation technique ou sociale.

Un autre angle de Réfléchissez encore concerne l’importance de se tromper. Accepter d’avoir tort comme acte pour apprendre quelque chose de nouveau.

Ce livre n’offre pas de solution, un processus magique étape par étape. Il couvre une série d’exemples et de sujets pour expliquer pourquoi repenser est aussi important que le processus de réflexion initial. C’est un livre rapide, qui veut couvrir beaucoup de terrain offrant un aperçu d’un sujet très intéressant. Vous pouvez vous trouver intéressé par certains de ces sujets, à la recherche d’informations supplémentaires, l’index et les notes à la fin du livre ont beaucoup de références qui vous guideront dans une immersion dans ces sujets.

Dans l’ensemble, c’est une bonne lecture basée sur une recherche solide.

Réfléchissez encore: Points clés à retenir

Réfléchissez encore présente 5 types d’erreurs et quatre attitudes mentales qui influent notre caacité à réfléchir.

Erreurs et biais

  1. Erreur du premier instinct : Tendance à croire que votre première pensée, idée ou réponse est plus proche de la vérité que les pensées, idées et réponses révisées.
  2. Biais de désirabilité : Notre tendance à voir ce que nous voulons voir.
  3. Biais de confirmation : Notre tendance à rechercher des informations qui confirment nos croyances préexistantes.
  4. Effet de vue d’ensemble : la capacité d’expériences telles que voir la Terre depuis l’espace ou parcourir le monde pour ouvrir l’esprit à la façon dont tout le monde et tout ce qui est connecté sur notre planète.
  5. Biais binaire : notre tendance à rechercher la clarté et la conclusion en simplifiant les idées et les situations complexes en deux catégories.

Quatre mentalités

Lorsque nous pensons, parlons et interagissons avec les autres, nous tombons souvent dans l’un des quatre états d’esprit.

  1. Prédicateur : Lorsque nos valeurs ou nos croyances sont en jeu. Nous donnons des sermons pour défendre et promouvoir nos idées.
  2. Procureur : En voyant des failles dans la pensée des autres. Nous utilisons des arguments pour prouver qu’ils ont tort et gagner.
  3. Politicien : Quand on veut rallier les gens. Nous nous concentrons sur l’obtention de l’approbation au détriment de tout le reste.
  4. Scientifique : Lorsque nous acceptons le peu que nous savons. Nous formulons des hypothèses, menons des expériences et repensons constamment notre compréhension du monde et des autres sur la base de nouvelles connaissances.
Vous pouvez également profiter de :
Quoi? Et alors? Maintenant quoi?

Réfléchissez encore: La progression du livre

PREMIÈRE PARTIE # Repenser l’individu

Réfléchissez encore: Chapitre 1 # Changer

Nous vivons dans un monde en évolution rapide, où nous devons passer autant de temps à repenser qu’à réfléchir. Cela peut entraîner des décisions passées qui ne sont plus les bonnes décisions dans la nouvelle situation modifiée. Nous devons développer l’habitude de former notre propre deuxième opinion. Prendre des décisions basées sur des faits et des données, pas sur des sentiments. Cela semble évident, mais cela devient de plus en plus difficile à mesure que vous gagnez en confiance en vos capacités.

Les pièges dans lesquesl tombent les prédicateurs, les procureurs et les politiciens

Réfléchissez encore aborde le risque est que nous soyons tellement absorbés par la prédication que nous avons raison, la poursuite des autres qui ont tort, ou par la politique  pour obtenir du soutien, et que nous ne prenons pas la peine de repenser nos propres points de vue.

L’alternative à la boucle (Prêcheurs -> Procureurs -> Politiciens) est d’être un scientifique. Être scientifique n’est pas seulement une profession mais un état d’esprit.

Les préjugés

Deux biais sont en place lorsque nous analysons des données sur des questions idéologiques :

  1. Le biais de confirmation : voir ce que l’on s’attend à voir
  2. Le biais de désirabilité : voir ce que nous voulons voir

Penser et apprendre
Être doué pour réfléchir peut vous rendre moins apte à repenser. Le but de l’apprentissage n’est pas d’affirmer nos croyances; c’est faire évoluer nos croyances. Si la connaissance est le pouvoir, savoir ce que nous ne savons pas est la sagesse.

Réfléchissez encore: Chapitre 2 # Deux syndromes

  1. L’effet Dunning-Krugger = la confiance dépasse la compétence
  2. Syndrome de l’imposteur = la compétence dépasse la confiance

Qu’est ce que l’effet Dunning-Kruger?
Un manque de compétence conduit à un excès de confiance. Moins nous sommes intelligents dans un domaine particulier, plus nous semblons surestimer notre intelligence réelle dans ce domaine. Un peu de connaissance peut être une chose dangereuse.

Dans de trop nombreux domaines de notre vie, nous n’obtenons jamais assez d’expertise pour remettre en question nos opinions ou découvrir ce que nous ne savons pas. Nous avons juste assez d’informations pour nous sentir sûrs de faire des déclarations et de porter un jugement, sans nous rendre compte que nous avons gravi le sommet du mont Stupide sans passer de l’autre côté.

Humilité confiante

Vous pouvez être confiant dans votre capacité à atteindre un objectif dans le futur tout en gardant l’humilité de vous demander si vous avez les bons outils dans le présent. Le syndrome de l’imposteur a trois avantages :

Se sentir comme un imposteur peut nous motiver à travailler plus dur

  • Les pensées d’imposteur peuvent motiver à travailler plus intelligemment
  • Se sentir comme un imposteur peut faire de nous de meilleurs apprenants
  • Sur l’importance d’avoir tort:
    Apprendre nécessite l’humilité de réaliser que l’on a quelque chose à apprendre – Krumrei Mancuso

Réfléchissez encore: Chapitre 3 # La joie d’avoir tort

Nous nous trompons tous plus souvent que nous ne voudrions l’admettre. Plus nous le nions, plus grand est le problème que nous nous créons.

Une idée survit non pas parce qu’elle est vraie, mais parce qu’elle est intéressante

Se tromper est le seul moyen d’être sûr d’avoir appris quelque chose. Deux types de détachements sont particulièrement importants :

Savoir détacher votre présent de votre passé

Séparer vos opinions de votre identité Fonder vos opinions sur des valeurs et des principes plutôt que sur des croyances, permet d’avoir la souplesse nécessaire pour mettre à jour nos pratiques et faire progresser nos principes fondamentaux de vie.
Il n’y a aucun avantage à se tromper plus longtemps, il est bien préférable de changer vos croyances plus tôt : je considère toutes mes opinions comme provisoires. Quand les faits changent, je change d’avis.

« Les gens qui ont beaucoup raison, écoutent beaucoup et changent beaucoup d’avis. » Si vous ne changez pas souvent d’avis, vous vous tromperez beaucoup. – Jeff Bezos

 

« Prendre ses responsabilités, c’est reprendre son pouvoir. » – Will Smith

Si nous choisissons d’exprimer nos opinions à haute voix, il est de notre responsabilité de les fonder sur la logique et les faits, de partager notre raisonnement avec les autres et de changer d’avis lorsque de meilleures preuves émergent.

Réfléchissez encore: Chapitre 4 # La psychologie du conflit constructif

Deux types de conflits :

  1. Les conflits de tâches -> affrontement d’idées et d’opinions
  2. Les conflits relationnels -> conflits personnels et émotionnels remplis d’animosité

Les conflits relationnels sont généralement mauvais pour les performances, mais certains conflits de tâches peuvent être bénéfiques : ils sont liés à une plus grande créativité et à des choix plus intelligents. L’absence de conflit ce n’est pas l’harmonie, c’est l’apathie.

Un conflit de tâches peut être constructif lorsqu’il apporte une diversité de pensées. Cela peut nous aider à rester humbles, à faire émerger des doutes et à nous rendre curieux de savoir ce qui nous manque peut-être. Cela peut nous amener à réfléchir à nouveau, nous rapprochant de la vérité sans nuire à notre relation.

La clé est d’établir la confiance et d’être capable d’avoir des conflits de tâches intenses sans conflits relationnels.

 

DEUXIÈME PARTIE # Repenser les relations interpersonnelles

Réfléchissez encore: Chapitre 5 # Comment gagner des débats et influencer les gens

Les négociateurs experts essaient de « danser » avec leurs adversaires en suivant quelques points clés :

Vous pouvez également profiter de :
Journalisation pour le bilan 2023 et une année 2024 réussie

Avant les négociations, les experts consacrent plus d’un tiers de leur planification à trouver un terrain d’entente.
Les experts ont présenté moins de raisons de soutenir leur cas pour ne pas édulcorer leurs meilleurs arguments.
Les négociateurs habiles évitent d’entrer dans des spirales de défense et d’attaque, ils expriment leur curiosité avec des questions du type « Donc, vous ne voyez aucun mérite à cette proposition ? »
Sur cinq commentaires formulés par les experts, au moins un s’est terminé par un point d’interrogation.
Nous n’aurons pas beaucoup de chance de changer l’avis des autres si nous refusons de changer le nôtre. Nous pouvons faire preuve d’ouverture en reconnaissant où nous sommes d’accord avec nos critiques et même ce que nous avons appris d’eux.

Concernant le Project Debater d’IBM
Cela ressemble à un système RL formé à partir de 400 millions d’articles. Le système a hérité de mauvaises stratégies à partir des données d’entraînement.
Semblable à ce qui s’est passé avec AlphaGo et son successeur AlphaGoZero, il serait intéressant de voir comment cela évoluerait sans avoir ce corpus initial de base de connaissances « biaisée ».

La personne la plus susceptible de changer d’avis, c’est vous. Vous choisissez les raisons que vous trouvez les plus convaincantes et vous en ressortez avec un réel sentiment d’appartenance.

Lorsque quelqu’un devient hostile, si vous répondez en considérant l’argument comme une guerre, vous pouvez soit attaquer, soit battre en retraite. Si au lieu de cela vous le traitez comme une danse, vous avez une autre option, vous pouvez esquiver. Dans une discussion animée, vous pouvez toujours vous arrêter et demander : « Quelle preuve vous ferait changer d’avis ? » Si la réponse est « rien », alors il ne sert à rien de poursuivre le débat.

Réfléchissez encore: Chapitre 6 # Diminuer les préjugés en déstabilisant les stéréotypes

Si les croyances sont des stéréotypes, elles débordent souvent sur les préjugés. Plus vos attitudes deviennent fortes, moins vous êtes susceptible de les repenser.

Dans toute société humaine, les gens sont motivés à rechercher une appartenance et un statut. S’identifier à un groupe coche les deux cases à la fois : on fait partie d’une tribu, et on est fier quand notre tribu gagne.

Nos croyances sont comme une paire de lunettes de réalité. Nous les utilisons pour donner un sens au monde et naviguer dans notre environnement. Nous devenions particulièrement hostiles lorsque nous essayions de défendre des opinions dont nous savons, au fond, qu’elles sont fausses. Plutôt que d’essayer une autre paire de lunettes, nous devenons un contorsionniste mental, nous tournant et tournant jusqu’à ce que nous trouvions un angle de vision qui garde nos vues actuelles intactes.

Essayer de minimiser une rivalité en rappelant aux fans que ce n’est qu’un jeu, se retournera contre eux, les fans sentent que leur identité est dévaluée et devient en fait plus agressive.

Lorsque nous réalisons avec quelle facilité nous aurions pu avoir différents stéréotypes, nous pourrions être plus disposés à mettre à jour nos points de vue.

Explorer les origines de vos propres croyances, ou inviter d’autres à faire cette exploration, avec des questions contrefactuelles pour repenser nos propres positions envers les autres groupes. Le moyen le plus efficace d’aider les gens à sortir de leurs tours stéréotypées est de leur parler en personne.

Réfléchissez encore: Chapitre 7 # Écouter pour faire changer d’avis

Refuser un point de vue produit des anticorps contre les futures tentatives d’influence. Nous devenons plus sûrs de nos opinions et moins curieux des points de vue alternatifs.

L’entrevue motivationnelle

La promesse centrale est que nous pouvons rarement motiver quelqu’un d’autre à changer. Nous ferions mieux de les aider à trouver leur propre motivation pour changer. Trois techniques clés pour cela :

  1. Poser des questions ouvertes
  2. S’engager dans une écoute réflexive
  3. Affirmer le désir et la capacité de changement de la personne

Un bon guide ne se limite pas à aider les gens à changer leurs croyances ou leurs comportements. Un travail de guide n’est pas fait tant qu’il n’a pas aidé le sujet à atteindre ses objectifs.

L’entretien motivationnel nécessite un véritable désir d’aider les gens à atteindre leurs objectifs.

Bien écouter, c’est plus qu’une question de parler moins. C’est un ensemble de compétences pour demander et répondre. Même le diable apprécie d’être écouté.

L’écoute est une façon d’offrir aux autres notre cadeau le plus rare et le plus précieux : notre attention.

PARTIE 3 # Repenser collectivement

Réfléchissez encore: Chapitre 8 # Dépolariser nos discussions

Présenter deux extrêmes n’est pas la solution, cela fait partie du problème de polarisation. Simplifier un problème jusqu’au cœur peut également ne pas être la meilleure solution. Les gens sont en fait plus enclins à réfléchir à nouveau si nous présentons ces sujets à travers les nombreuses lentilles d’un prisme.

Lorsqu’une personne bien informée admet l’incertitude, cela surprend les gens et ils finissent par accorder plus d’attention à la substance de l’argument.

Apprécier la complexité nous rappelle qu’aucun comportement n’est toujours efficace et que tous les remèdes ont des conséquences imprévues.

La passion des gens pour un principe est considérée comme un signe d’intégrité. Même si nous rejetons la croyance, nous grandissons pour respecter la personne derrière elle.

Ce qui empêche de repenser n’est pas l’expression de l’émotion ; c’est une gamme restreinte d’émotions.

Article connexe: La granularité émotionnelle, ou comment la richesse de votre vocabulaire faconne votre cerveau.

Réfléchissez encore: Chapitre 9 # Enseigner aux élèves la pensée critique

L’accent ne doit pas être mis sur le fait d’avoir raison, mais sur le développement des compétences nécessaires pour prendre en compte différents points de vue et en débattre de manière productive.

Réfléchissez encore: Pensez comme des vérificateurs de faits

  1. Interroger les informations au lieu de simplement les consommer
  2. Rejeter le rang et la popularité comme indicateur de fiabilité
  3. Comprendre que l’expéditeur de l’information n’est souvent pas sa source
  4. Les séances d’apprentissage actif sont plus utiles que les cours magistraux

Bien qu’ils aient davantage apprécié les conférences, les étudiants ont en fait acquis davantage de connaissances et de compétences grâce aux sessions d’apprentissage actif. Cela demandait plus d’effort mental, ce qui le rendait moins amusant mais conduisait à une meilleure compréhension.

Vous pouvez également profiter de :
10 citations sur la gratitude

Maîtriser un métier, c’est sans cesse revisiter notre façon de penser

L’éducation est plus que les informations que nous avons accumulées dans nos têtes, ce sont les habitudes que nous développons au fur et à mesure que nous revoyons nos brouillons et les compétences que nous avons développées pour continuer à apprendre.

Réfléchissez encore: Chapitre 10 # Construire des cultures d’apprentissage au travail

Repenser n’est pas seulement une compétence individuelle, c’est une capacité collective, et cela dépend fortement de la culture d’une organisation. Repenser est plus susceptible de se produire dans une culture d’apprentissage, où la croissance est la valeur fondamentale et les cycles de repenser sont routiniers.

Comment le sais-tu?

C’est une question que nous devons nous poser plus souvent, à nous-mêmes et aux autres.

Il faut une humilité confiante pour admettre que nous sommes un travail en cours. Cela montre que nous nous soucions plus de nous améliorer que de faire nos preuves.

Se concentrer sur les résultats peut être bon pour la performance à court terme, mais cela peut être un obstacle à l’apprentissage à long terme.

Exiger des preuves est un ennemi du progrès Des entreprises comme Amazon utilisent un principe de « DISAGREE and COMMIT ».

Réfléchissez encore: Conclusion

Réfléchissez encore: Chapitre 11 # Reconsidérer nos meilleurs plans de carrière et de vie

Il y a une ligne fine entre la persévérance héroïque et l’entêtement insensé. Parfois, le meilleur type de courage est de serrer les dents et de faire demi-tour.

L’une des questions les plus inutiles qu’un adulte puisse poser à un enfant est : « Qu’est-ce que tu veux être quand tu seras grand ? » Comme si grandir était fini. Comme si à un moment donné tu devenais quelque chose et que c’était la fin.

LE TRAVAIL NE DOIT PAS NOUS DÉFINIR

Même les élèves de pré-maternelle expriment plus d’intérêt pour les sciences lorsqu’elles sont présentées comme quelque chose que nous faisons plutôt que comme quelqu’un que nous sommes. Les anciennes industries changent et de nouvelles industries émergent plus rapidement que jamais : il n’y a pas si longtemps, Google, Uber et Instagram n’existaient pas. Votre futur moi n’existe pas non plus en ce moment, et vos intérêts pourraient changer avec le temps.

Je pense qu’il vaut mieux perdre les deux dernières années de progrès que de gâcher les vingt prochaines.

Réfléchissez encore: faites un bilan de carrière deux fois par an, et demandez-vous :

  1. Quand avez-vous formé les aspirations que vous poursuivez actuellement et comment avez-vous changé depuis ?
  2. Avez-vous atteint un plateau d’apprentissage dans votre rôle ou votre lieu de travail, et est-il temps d’envisager un pivot ? Savoir qu’une notification apparaîtra deux fois par an vous aidera à résister à la tentation de penser à arrêter de fumer tous les jours.
  3. Les données suggèrent que le sens est plus sain que le bonheur, et que les personnes qui recherchent un but dans leur travail réussissent mieux à poursuivre leurs passions – et sont moins susceptibles de quitter leur emploi – que celles qui recherchent la joie.

Réfléchissez encore: sur le sens et le bonheur

Nous ferions peut-être mieux de poursuivre le travail où nous espérons apprendre et contribuer le plus.

Les passions sont souvent développées, pas découvertes

Si ce travail n’existait pas, à quel point les gens seraient-ils plus mal lotis ?

Le bonheur ne doit pas être un but mais un sous-produit de la maîtrise et du sens.

Écrire un plan pour votre vie « c’est comme conduire la nuit dans le brouillard ». Vous ne pouvez voir que jusqu’à vos phares, mais vous pouvez faire tout le trajet de cette façon.

La façon la plus simple de commencer à repenser nos options est de remettre en question ce que nous faisons quotidiennement.

Réfléchissez encore: les citations les plus inspirantes

Réfléchissez encore : le pouvoir de savoir ce que vous ne savez pas est un livre du psychologue organisationnel Adam Grant qui encourage les lecteurs à remettre en question leurs propres croyances et à envisager d’autres perspectives. Certaines des meilleures citations du livre incluent:

« L’intelligence, c’est être capable d’entretenir deux pensées opposées à la fois. »

 

« Le plus grand danger du biais de confirmation n’est pas qu’il nous amène à croire des mensonges, mais qu’il nous aveugle sur la possibilité de la vérité. »

 

« La marque d’un esprit intelligent est la capacité de garder deux idées apparemment contradictoires dans sa tête en même temps. »

 

« Ce n’est pas que les meilleures idées gagnent. C’est que les meilleures idées se font entendre. »

 

« Un état d’esprit d’apprentissage est essentiellement une ouverture à se tromper. »

 

« Ne vous critiquez pas pendant que vous créez. »

 

« Méfiez-vous de ne pas vous retrouver coincé au sommet du Mont Stupide. »

 

« Bien écouter, c’est plus qu’une question de parler moins.

 

« Un bon débat n’est pas une guerre.

 

C’était la pointe de l’iceberg. Pour plonger dans les détails de Réfléchissez encore et soutenir Adam Grant, commandez-le ici.

Si vous avez aimé Give and Take, vous aimerez aussi:

  1. Donnez et Prenez. Par Adam Grant: Aujourd’hui, le succès dépend de plus en plus de la façon dont nous interagissons avec les autres.
  2. Les Originaux: la puissance des non-conformistes. Par Adam Grant: Comment défendre de nouvelles idées et combattre la pensée de groupe.
  3. Time to think, par Nancy Kline

 

Sources
Adam Grant

 

error: