Qui suis-je? L’importance d’améliorer votre concept de vous

par | 15 Jan 2023

Cinq heures dix minutes. Martial n’avait pas fermé l’œil de la nuit. Il devait être promu au poste de directeur général de son entreprise, et il voulait être aussi préparé que possible. Il allait être interviewé par le directeur général et certains membres du conseil d’administration, mais il n’était pas particulièrement nerveux, il avait lui-même mené de nombreux entretiens et il savait à quel point il était important d’être calme. Il passa en revue toutes les questions qu’il pensait qu’ils allaient poser, et il se sentit heureux des  réponses qu’il avait préparé ; cela allait certainement être une promenade de santé.

Lorsqu’il entra dans la salle d’entretien, il fut accueilli par des visages encourageants. Ils savaient tous comment Martial était important pour l’entreprise, et leurs sourires de soutien lui redonnaientt confiance. Le directeur général commenca par : « quels sont vos projets pour cette entreprise et comment comptez-vous les mettre en œuvre ? » Martial sourit intérieurement ; il s’attendait à cette question et il avait préparé une  réponse perspicace. Les trois questions suivantes étaient similaires et il pouvait voir sur leurs visages qu’il les impressionnait par sa connaissance de l’entreprise et de ses leviers de croissance.

Puis quelqu’un dans la pièce a demandé : « Qui êtes-vous? » Martial, un peu répondit rapidement : « Je m’appelle Martial Mbida, je suis de nationalité camerounaise, et j’ai 28 ans ». La femme sourit  et  dit : « Je connais votre nom ; la question est « Qui êtes-vous? » Troublé, Martial répondit : « Je suis le directeur général adjoint de cette entreprise. » « Non, c’est juste votre description de poste, mais qui êtes-vous ? » «Je suis marié et j’ai 2 enfants.» La réponse de l’intervieweur restait patiente: « Félicitations M  Mbida, mais en plus, qui êtes-vous ? » Martial était bouche bée et il ne savait pas comment répondre. L’intervieweur poursuivit : « Vous avez beaucoup parlé de cette entreprise ; combien vous l’aimez et comment vous comptez l’améliorer. Si vous ne pouvez pas répondre à la question de savoir qui vous êtes, comment voulez-vous que nous croyions que vous êtes la personne adéquate pour ce poste ?

L’histoire de Martial, nous l’avons tous plus ou moins vécue. Parfois nous avons donné les réponses que nous pensions être les meilleures, celles que nous avions apprises lorsque nous nous préparions aux tests d’embauche.

L’hyperactivité, la surcommunication et le multitâche d’aujourd’hui sapent notre temps de réflexion. L’accent mis par notre culture sur la réussite individuelle fait de l’autocritique et du doute de soi des compagnons constants. Au lieu d’un bien-être mental, nous nous retrouvons dans l’épuisement professionnel et le stress. Et notre concept de soi paie le prix de cet effondrement mental.

Nous avons du mal à savoir qui nous sommes

Le concept de soi  devient ainsi dilué et flou, et nous avons presque du mal à répondre à cette question simple: « Qui suis-je vraiment? »

Chers amis bonjour, quel plaisir de vous retrouver dans La Vision Mag, votre magazine spécialiste de l’auto-coaching et du leadership intérieur. Ici nous avons des conversations pertinentes autour de comment clarifier et réaliser une vision digne de votre vie grâce aux meilleures pratiques de leadership intérieur et d’auto-coaching.

Je suis Céline Folifack et aujourd’hui nous discuterons de l’impact des attentes sociétales, des expériences passées et des croyances personnelles sur le concept de soi.

Pour commencer, qu’est ce que c’est que le concept de soi?

 

Qu’est-ce qu’un concept de soi ?

Vous êtes-vous déjà demandé qui vous êtes vraiment au-delà des rôles que vous jouez dans la société ? Eh bien, vous n’êtes pas seul ! William Jones l’a bien exprimé par cette phrase:

Il n’y a qu’une seule cause à l’échec humain. Et c’est le manque de foi de l’homme en son véritable Soi.

À la base, le concept de soi est un ensemble de croyances que l’on a sur soi-même et sur les réponses des autres. Il incarne la réponse à la question : « Qui suis-je ? »

Si vous souhaitez découvrir votre image de soi, énumérez les éléments qui vous décrivent en tant qu’individu.Quels sont vos rôles?  Quelles sont vos qualités ? Qu’aimez-vous? Que pensez-vous de vous-même ?

C’est la façon dont nous percevons nos comportements, nos capacités et nos caractéristiques uniques. Par exemple, des croyances telles que « Je suis un bon ami » ou « Je suis une personne gentille » font partie d’un concept de soi global.

Voici quelques critères qui permettent d’enrichir votre concept de soi:

  1. Comment percevez-vous vos traits de personnalité: êtes-vous extraverti ou introverti?
  2. Comment voyez-vous vos rôles dans la vie? Pensez-vous qu’être parent, frère ou sœur, ami et partenaire soient des éléments importants de votre identité?
  3. Quels sont les passe-temps ou les passions qui sont importants pour votre sentiment d’identité, comme être un passionné de sport ou appartenir à un certain parti politique?
  4. Que pensez-vous de vos interactions avec le monde? Sentez-vous que vous contribuez à la société?

Notre perception de soi est importante car elle affecte nos motivations, nos attitudes et nos comportements. Cela affecte également ce que nous ressentons à l’égard de la personne que nous pensons être, notamment si nous sommes compétents ou si nous avons une estime de soi.

Pour mieux cerner les différents aspects de votre identité, il est essentiel de comprendre comment le professeur en psychologie Carl Rogers a décomposé le concept de soi. Mais faisons tout d’abord cette petite précision, le concept de soi et l’image de soi sont deux concepts voisins, mais ils sont différents.

Qu’est ce qu’une image de soi?

30 affirmations positives d'estime de soi

 

Votre image de soi se résume à la façon dont vous vous voyez dans le moment présent. Elle inclut les étiquettes que vous vous donnez sur votre personnalité et les croyances que vous avez sur la façon dont le monde extérieur vous perçoit.

Il est cependant important de noter que votre image de vous-même n’est pas nécessairement basée sur la réalité. Par exemple, une personne souffrant d’anorexie peut avoir une image de soi qui lui fait croire qu’elle est obèse, mais en réalité, c’est loin de la vérité.

Toutefois, une image de soi saine vous aidera à avancer dans la vie. Elle vous permettra de maximiser votre potentiel et de tirer le meilleur parti de vos forces, de vos talents et de vos capacités.

D’un autre côté, une faible image de soi entravera votre progression. En fait, un concept de soi fragile conduira très probablement à un comportement d’auto-sabotage. En conséquence, vous aurez du mal à donner suite à vos actions. Par la suite, vous ne parviendrez pas à atteindre les buts et objectifs que vous vous êtes fixés. Les travaux du psychologue Carl Rogers ont révélé que l’image de soi est un élément du concept de soi. En effet, le concept de soi a trois branches.

Les trois branches du concept de soi

Les recherches du psychologue Carl Rogers ont révélé que le concept de soi est composé de trois parties différentes :

  1. La première composant du « Qui suis-je » est le Soi idéal : Le moi idéal est la personne que vous voulez être. Cette personne possède  les qualitésque vous souhaitez posséder.
  2. Le deuxième élément de votre concept de soi est l’image de soi, c’est-à-dire la façon dont vous vous voyez à ce moment précis.
  3. La troisième partie du concept de soi, c’est l’estime de soi, c’est-à-dire la mesure dans laquelle vous vous aimez, vous acceptez et vous vous valorisez. L’estime de soi peut être affectée par un certain nombre de facteurs, tels que la façon dont les autres vous voient, la façon dont vous pensez vous comparer aux autres et votre rôle dans la société.

Le concept de soi n’est pas toujours aligné avec la réalité. Lorsqu’il est aligné, on dit que votre image de soi est congruente. S’il y a un décalage entre la façon dont vous vous voyez (votre image de vous-même) et qui vous souhaiteriez être (votre moi idéal), votre image de soi est incongrue. Cette incongruité peut nuire à l’estime de soi.

Votre image de soi est-elle congruente?

Le psychologue Carl Rogers pensait que l’incongruence avait ses premières racines dans l’enfance. Lorsque les parents imposent des conditions à leur affection pour leurs enfants (en n’exprimant leur amour que si les enfants « le méritent » grâce à certains comportements), ces enfants commencent à déformer les souvenirs d’expériences qui les laissent indignes de l’affection de leurs parents.

L’amour inconditionnel, quand à lui, contribue à favoriser la congruence. Les enfants qui font l’expérience d’un tel amour,  également appelé amour familial, s’acceptent mieux avec leurs forces et leurs faiblesses, et bâtissent une meilleure image de soi.

Le lien secret entre votre concept de soi et vos valeurs

Si vous avez de jeunes enfants et que votre valeur la plus élevée est vos enfants, vous vous appellerez une mère ou un père lorsqu’on vous demandera qui vous êtes. Si vous avez des entreprises et que votre valeur la plus élevée est l’entreprise, vous vous appellerez un entrepreneur lorsqu’on vous demandera qui vous êtes.

Si vous êtes un jeune adolescent et que votre plus grande valeur est de jouer au basketball, vous vous appellerez ou vous identifierez comme un joueur de basketball lorsqu’on vous demandera qui vous êtes.

Tout ce qui est le plus élevé sur votre liste de valeurs est votre identité, et vos valeurs sont liées à votre estime de soi.

La valeur d’un concept de soi sain

La valeur d’avoir un concept de soi sain devient plus évidente lorsque nous reconnaissons à quel point notre identité influence notre capacité à gérer nos expériences émotionnelles. Cependant, cela ne s’arrête pas là.

Une image de soi saine détermine également jusqu’où vous sortirez de votre zone de confort pour résoudre un problème ou atteindre un objectif.

De plus, un concept de soi sain a un impact sur les questions que vous vous posez généralement chaque jour, et cela affecte la façon dont vous interagissez avec les gens, la façon dont vous pensez de vous-même, des autres et des circonstances.

En mettant tout cela ensemble, votre concept de soi détermine efficacement ce que vous ferez ou choisirez de ne pas faire à un moment donné. Il influence donc votre potentiel à faire, être, avoir et atteindre les objectifs souhaités.

Qu’est ce qui influence votre concept de soi?

Il existe un certain nombre de forces qui façonnent votre concept de soi et, par conséquent, ont un impact sur sa santé et sa vitalité au fil du temps.

Certaines de ces forces proviennent de sources internes, tandis que d’autres forces proviennent de sources externes.

  1. Les sources internes comprennent ce que vous pensez de vous-même et/ou des autres, ce à quoi vous prêtez attention, comment vous interprétez les événements et les circonstances de votre vie et comment vous recadrez à la fois l’échec et le succès.
  2. Les facteurs externes incluent l’environnement dans lequel vous passez la plupart de votre temps, vos interactions avec les autres et la façon dont les autres ont tendance à vous étiqueter.
La chose la plus importante à noter ici est l’impact que les autres ont sur votre image de soi.

Par le rejet, le jugement, le ridicule et la critique, votre environnement influence ce que vous ressentez pour vous-même, les étiquettes que vous vous donnez et, fondamentalement, ce que vous pensez de vous-même, de vos propres capacités et du monde qui vous entoure.

À bien des égards, votre estime de soi est liée aux personnes qui vous entourent. Par conséquent, si vous êtes aux prises avec une image de soi malsaine, cela pourrait très bien être le résultat direct des interactions que vous avez avec les autres.

La mauvaise nouvelle est que toutes ces sources internes et externes ont un impact profond sur votre image de soi. La bonne nouvelle est qu’à partir d’aujourd’hui, vous pouvez commencer à prendre des mesures positives et proactives pour améliorer votre image de soi et optimiser votre vie.

9 signes d’un concept de soi malsain

Une image de soi malsaine est quelque chose qui nous entraîne souvent dans la vie. C’est quelque chose qui limite vos opportunités, vous refuse l’accès aux ressources essentielles et sape votre potentiel.

Un concept de soi bas implique que vous avez une faible valeur de vous-même. Et lorsque nous avons une médiocre valeur de nous-mêmes, nous manquons généralement de la confiance nécessaire pour avancer avec audace dans la direction de nos objectifs.

Sans confiance en soi, nous manquons de l’ingéniosité nécessaire pour surmonter l’incertitude, résoudre les problèmes et gérer efficacement le changement.

La vie devient rapidement écrasante et difficile à supporter. Vous luttez avec vos émotions et prenez de mauvaises décisions. Tout devient essentiellement une lutte. Et les choses ne devraient vraiment pas être ainsi.

Votre image de soi malsaine vous empêche de vivre votre vie à votre meilleur potentiel. Vous filtrez la réalité de la vie et vous créez une réalité où vous êtes vaincu, que vous avez malheureusement acceptée comme la vérité.

Le pire, c’est que dans cette situation, nous sommes généralement prisonniers de notre mauvaise image de soi, car elle est inconsciente. Et il nous est difficile de comprendre que nos décisions et nos actions proviennent en fait de notre faible image de soi.

C’est pourquoi, nous devons  surveiller les signes qui peuvent nous aider à déterminer si nous sommes aux prises avec une faible image de soi.

Par exemple, vous avez probablement une faible image de vous-même lorsque vous…

  1. Ne donnez pas d’affection.
  2. Vous vous comparez  toujours aux autres.
  3. Succombez à la jalousie.
  4. Refusez systématiquement les compliments.
  5. Vous vous critiquez constamment et critiquez les autres.
  6. Vous vous abandonnez au discours intérieur négatif  et au pessimisme.
  7. Souffrez constamment de culpabilité à propos de ce que vous auriez pu, dû ou aurait fait.
  8. Sapez vos propres besoins personnels en faveur des besoins des autres.
  9. Souffrez d’une mauvaise santé émotionnelle et physique.

Pris individuellement, ces symptômes ne signifient pas que vous avez une mauvaise image de vous-même. Cependant, si vous avez coché 3 ou 4 éléments de cette liste, c’est probablement une indication claire que votre concept de soi a pris un coup.

Si vous avez une faible image de vous-même, il est temps de vous engager à améliorer vos pensées, vos croyances, vos décisions et vos actions pour aller de l’avant. Ce n’est qu’ainsi que vous transformerez votre concept de soi et optimiserez la façon dont vous vivez votre vie.

Maintenant que nous avons parlé des symptômes d’un concept de soi malsain, je vous propose de s’attarder sur une pratique d’auto-coaching pour vous aider à clarifier votre concept de soi: Qui êtes-vous vraiment? Pour répondre à cette question, votre journal sera un allié précieux.

Demandez à votre Journal: Qui suis-je?

 

Posez-vous ces quatre catégories de questions pour mieux comprendre vos valeurs, votre priorisation des valeurs, pour vous aider à percevoir et transcender vos conflits de valeurs :

  1. Réfléchissez sur la signification des rôles sociaux: quels sont les rôles qui donnent du sens à votre vie? (Père? Mère? Soeur? Frère? Mère? Père? Entrepreneur? Basketteur? Employé chez…? Etc.)
  2. Pensez à ce que sigifie pour vous la valeur de l’existence: qu’est ce qui donne de la valeur et du sens à votre vie?
  3. Envisagez ce que signifie pour vous les valeurs créatives:  que devez-vous faire ou créer de significatif et de valeur?
  4. Explorez la signification des différentes situations de votre vie: qu’est ce qui est significatif et précieux dans vos expériences, qu’elles soientt agréables ou défavorables?

Vous pouvez aussi réfléchir la nature de vos forces intérieures. Prenons l’exemple d’une force de caractère: le courage. En quoi le courage est-il important pour vous ? Comment le courage est-il important en ce moment dans le contexte de votre vie ?

N’oubliez pas que la découverte de soi est un processus continu et enrichissant qui vous aide à vous trouver, et  à définir votre place dans ce monde complexe.

 

Références
  • Baumeister, R. F. (1999). The nature and structure of the self: An overview. In R. Baumeister (Ed.), The self in social psychology (pp. 1-20). Philadelphia, PA: Psychology Press (Taylor & Francis).
  • Berk L. E. (2004). Development through the lifespan. Boston, MA: Allyn & Bacon.
  • Betz, N. E. (1994). Self-concept theory in career development and counseling. Career Development Quarterly, 43, 32-43.
  • Bochner, S. (1994). Cross-cultural differences in the self concept: A test of Hofstede’s individualism/collectivism distinction. Journal of Cross-Cultural Psychology, 25, 273-283.
  • Bong, M., & Clark, R. E. (1999). Comparison between self-concept and self-efficacy in academic motivation research. Educational Psychologist, 34, 139-153.
  • Byrne, B. M. (1986). Self-concept/academic achievement relations: An investigation of dimensionality, stability, and causality. Canadian Journal of Behavioural Science, 18, 173-186.
  • Chaika, G. (2012). Ten activities to improve students’ self-concepts. Education World. Retrieved from http://www.educationworld.com/a_lesson/lesson/lesson085.shtml
  • Cherry, K. (2018A). What is self-awareness? Very Well Mind. Retrieved from https://www.verywellmind.com/what-is-self-awareness-2795023
  • Cherry, K. (2018B). What is self-concept and how does it form? Very Well Mind. Retrieved from https://www.verywellmind.com/what-is-self-concept-2795865
  • Choi, I., & Choi, Y. (2002). Culture and self-concept flexibility. Personality and Social Psychology, 28, 1508-1517.
  • Delmar Learning. (n.d.). Summary chapter 43: Self-concept. Nursing Fundamentals: Caring & Clinical Decision Making Online Companion. Retrieved from http://www.delmarlearning.com/companions/content/0766838366/students/ch43/summary.asp
  • Diehl, M., & Hay, E. L. (2011). Self-concept differentiation and self-concept clarity across adulthood: Associations with age and psychological well-being. International Journal of Aging and Human Development, 73(2), 125-152.
  • Elliot, G. C. (1984). Dimensions of the self-concept: A source of further distinctions in the nature of self-consciousness. Journal of Youth and Adolescence, 13, 285-307.
  • Fernández-Zabala, A., Rodríguez-Fernández, A., & Goñi, A. (2016). The structure of the Social Self-Concept (SSC) Questionnaire. Anales de Psicologia, 32, 199-205.
  • Gecas, V. (1982). The self-concept. Annual Review of Sociology, 8, 1-33.
  • Infante, D. A., & Wigley, C. J. (1986). Verbal aggressiveness: An interpersonal model and measure. Communication Monographs, 53, 61-69.
  • Journal Psyche. (n.d.). Revisiting Car Rogers’ theory of personality. Retrieved from http://journalpsyche.org/revisiting-carl-rogers-theory-of-personality/
  • Liu, W. C., & Wang, C. K. J. (2005). Academic self-concept: A cross-sectional study of grade and gender differences in a Singapore Secondary School. Asia Pacific Education Review, 6, 20-27.
  • Malär, L., Krohmer, H., Hoyer, W. D., & Nyffenegger, B. (2011). Emotional brand attachment and brand personality: The relative importance of the actual and the ideal self. Journal of Marketing, 75, 35-52.
  • Manning, M. A. (2007, February). Self-concept and self-esteem in adolescents. Principle Leadership Magazine, February 2007, 11-15.
  • Marsh, H. W. (1990). Causal ordering of academic self-concept and academic achievement: A multiwave, longitudinal panel analysis. Journal of Educational Psychology, 82, 646-656.
  • Mazar, N., Amir, O., & Ariely, D. (2007). Mostly honest: A theory of self-concept maintenance. Unpublished Manuscript, Massachusetts Institute of Technology.
  • McLeod, S. (2008). Self concept. Simply Psychology. Retrieved from https://www.simplypsychology.org/self-concept.html
  • Miller, S. A., Church, E. B., & Poole, C. (n.d.). Ages & stages: How children develop self-concept. Scholastic. Retrieved from https://www.scholastic.com/teachers/articles/teaching-content/ages-stages-how-children-develop-self-concept/
  • Muijs, R. D. (2011). Predictors of academic achievement and academic self-concept: A longitudinal perspective. British Journal of Educational Psychology, 67, 263-277.
  • Munoz, L. (2012). Theories of self-concept maintenance. Life Long Learning: Social Psychology. Retrieved from https://lynnmunoz.wordpress.com/2012/11/22/theories-of-self-concept-maintenance/
  • Neill, J. (2005). Definitions of various self constructs: Self-esteem, self-efficacy, self-confidence & self-concept. Wilderdom. Retrieved from http://www.wilderdom.com/self/
  • Robson (1989). Development of a new self-report questionnaire to measure self-esteem. Psychological Medicine, 19, 513-518.
  • Rosenberg, M. (1979). Conceiving the Self. New York, NY: Basic.
  • Saraswat, R. K. (1984). Manual for Self-Concept Questionnaire. Agra, India: National Psychological Corporation.
  • Sebastian, C., Burnett, S., & Blakemore, S. J. (2008). Development of the self-concept during adolescence. Trends in Cognitive Science, 12, 441-446.
  • Sponcil, M., & Gitimu, P. (2012). Use of social media by college students: Relationship to communication and self-concept. Journal of Technology Research, 4.
  • Super, D. E., Starishevsky, R., Matlin, N., & Jordaan, J. P. (1963). Career development; Self-concept theory. New York, NY: College Entrance Examination Board.

 

Vous pouvez également profiter de :
L’illusion de soi par Bruce Hood
error: