Vous sentez-vous face à des situations où vous êtes « bloqué »? Voici 75 puissantes questions d’auto-coaching pour enflammer votre réflexion et vous aider à avancer.

Entre vous et une bonne idée, il y’a une bonne question.

L’auto-coaching: de quoi s’agit-il?

L’auto-coaching est le processus d’orientation de notre croissance et de notre développement, en particulier pendant les périodes de transition, tant dans le domaine professionnel que personnel.

Comment nous nous voyons

Un auto-coaching efficace implique de se voir comme un travail en cours, d’être ouvert à l’apprentissage et au changement, et d’adopter un état d’esprit qui soutient cette perspective. Cette attitude envers nous-mêmes est le fondement de tout auto-coaching, et notre capacité à utiliser efficacement tous les outils d’auto-coaching en dépend.

La réflexion

L’auto-coaching implique également un processus continu de réflexion. Nous devons considérer nos vies comme un exercice continu d’apprentissage par l’expérience, et nous devons obtenir la distance critique nécessaire pour pouvoir observer et réfléchir sur nos expériences, tout en habitant pleinement ces expériences dans l’instant. Les étapes précises que nous suivrons dans ce processus seront différentes pour chacun de nous et varieront avec le temps, mais il est essentiel de nous engager régulièrement dans une conversation et de développer les pratiques habituelles qui soutiennent cette réflexion.

Vous pouvez également profiter de :
La visualisation des objectifs: une façon simple de s'attaquer à une tâche ardue

Posez-vous des questions d’auto-coaching perspicaces

J’ai l’habitude de dire qu’une vie de qualité exige des questions de qualité.

Une question de coaching puissante enflamme l’imagination et vous aide à surmonter vos limites

Laissez-moi vous poser ces quatre questions tout de suite :
  1.  Depuis combien de temps pratiquez-vous l’auto-coaching ?
  2.  Au début de votre pratique, comment avez-vous défini une question puissante ?
  3.  Comment cela a-t-il changé ?
  4.  Qu’avez-vous fait pour devenir meilleur à poser des questions ?

Les trois dernières questions sont de bons exemples de « questions puissantes », alors que la première ne l’est évidemment pas.

Tout au long de cet article, vous découvrirez comment formuler vos propres questions puissantes, avec des exemples éprouvés et des liens vers des ressources inestimables pour tout leader. À la fin, vous aurez beaucoup plus d’informations sur l’art de poser des questions ainsi que quelques idées que vous pourrez introduire immédiatement pour des sessions d’auto-coaching plus riches et plus productives.

Qu’est-ce qu’une bonne question d’auto- coaching ?

Une question puissante accomplit plusieurs choses essentielles et est étonnamment facile à reconnaître. Par exemple, une équipe de scientifiques a demandé à des personnes de diverses cultures de noter les questions suivantes sur une échelle de 1 à 10, 10 étant la plus puissante.

– Quelle heure est-il?
– Avez-vous pris une douche?
– Quelles sont les possibilités auxquelles nous n’avons pas encore pensé ?
– Qu’est-ce que cela signifie d’être éthique?

Presque tout le monde a classé les deux premières questions comme moins puissantes et les deux dernières comme plus puissantes. La recherche révèle que « les questions puissantes sont celles qui transcendent de nombreuses frontières ».

De bonnes questions d’auto-coaching sont capables de faire ce qui suit

1- Susciter votre curiosité
2- Stimuler le monologue  réflexif
3- Provoquer la réflexion
4- Exposer les hypothèses sous-jacentes
5- Inviter la créativité et de nouvelles possibilités
6- Générer de l’énergie et avancer
7- Canaliser l’attention et la recherche de concentration
8- Toucher un sens profond
9- Évoquer plus de questions

Une question, que ce soit dans un contexte de coaching, d’auto-coaching, d’enseignement ou d’entretien, est plus forte lorsqu’elle encourage la personne à réfléchir et à élaborer.

Un exemple de question perspicace

Par exemple, demandez-vous : « Aimez-vous pratiquer l’auto-coaching ? » a le potentiel d’arrêter la conversation avant qu’elle ne commence. Il s’agit d’une question fermée.

Une meilleure façon de poser cette question est : « Qu’est-ce qui vous satisfait dans le fait de pratiquer l’auto-coaching ? » Ceci est une question ouverte. Notez qu’elle commence par l’un des cinq QQQOCP souvent utilisés par les journalistes. Les autres QQQOCP sont qui, quand, où, combien, et pourquoi.

Poser des questions fermées est l’une des 10 erreurs que l’auteur et coach Tony Stoltzfus (2008) recommande aux entraîneurs d’éviter. De plus, Tony Stolzfus suggère ce qui suit.

Questions d’auto-coaching: les 10 erreurs à éviter

– Restez à l’écart des questions axées sur les solutions. Ce sont des questions fermées déguisées en conseils.
– Évitez d’essayer de trouver cette question qui, selon vous, provoquera une cascade de révélations. Laissez le processus se dérouler naturellement.
– Ne vous promenez pas. Pensez à ce que vous voulez vous demander. Laissez le silence opérer sa magie pendant que vous réfléchissez. Donnez-vous le temps de réfléchir et de répondre. – Fondamentalement, installez-vous confortablement avec un peu de silence.
– Évitez d’interpréter ce que vous dites . Utilisez leurs mots pour formuler votre question. Par exemple, si vous vous êtes dit: « Je suis frustré par ma famille. Je nettoie constamment après tout le monde et je n’ai pas le temps de faire ce que je veux. Vous pourriez répondre par : « depuis combien de temps suis-je frustré ? ou « Quelles sont les choses que je voudrais faire? »
– Ne vous posez pas de questions rhétoriques. Ce sont simplement des déclarations remplies de jugement et de prédication, se terminant par un point d’interrogation. Par exemple, « À quoi pensais-je ? Veuillez à vous traiter avec respect et auto-compassion (gentillesse).
– Ne vous dirigez pas. Octroyez-vous le droit de vous répondre honnêtement et simplement d’une manière spécifiquesans vous juger.
– Interrompez-vous. Lorsque vous constatez que vous divaguez et perdez votre concentration. Trouvez un moyen de vous ramener calmement à la question posée.
– Les questions « pourquoi » peuvent vous amener sur la défensive et donner l’impression que vous êtes jugé.

L’efficacité ds questions d’auto-coaching

Du point de vue du coaching, le client est l’expert de qui il est. A partir du moment où vous savez poser des questions qui vous encouragent à réfléchir , le résultat sera au rendez-vous. C’est ce qu’accomplissent les bonnes questions d’auto-coaching.

Lorsque vous déterminez la portée, posez d’abord des questions qui vous aident à réfléchir sur vous-même.

Par exemple, « Comment puis-je utiliser au mieux mes forces au quotidien dans mon poste actuel ? »

Ensuite, élargissez le champ d’application pour inclure une plus grande partie de votre organisation en vous demandant : « Comment puis-je utiliser au mieux mes forces au sein de mon équipe ? »

Les hypothèses sous-jacentes à une question peuvent être négatives ou positives. Les hypothèses négatives conduisent souvent à des réponses défensives, tandis que les hypothèses positives encouragent la réflexion, l’apprentissage, l’exploration et la croissance.

Une façon d’identifier les suppositions est de demander : « À quelles suppositions ou croyances suis-je attaché à propos de cette situation ? »

Encouragez-vous à voir les choses sous un angle totalement différent

Par exemple, lorsque vous êtes dur envers vous-même, demandez-vous : « Si mon meilleur ami s’autocritique à propos d’une erreur qu’il a commise, que pourrais-je lui dire pour l’aider à se sentir mieux ? »

Au début de votre pratique d’auto-coaching, poser des questions puissantes nécessite une certaine prévoyance, mais une fois que vous aurez plus d’expérience, les questions couleront plus naturellement.

Vogt et al. (2003) offrent un excellent aperçu de la façon dont les coachs peuvent mieux formuler les questions. Ce sont des questions à vous poser lorsque vous développez des questions pour vous-même.

1- Cette question est-elle pertinente pour ma vie réelle et mon travail réel ?
2- Est-ce une vraie question – une question à laquelle je ne connais pas la réponse ?
3- Quel « travail » est-ce que je veux que cette question fasse ? Autrement dit, quel genre de conversation, de significations et de sentiments, j’imagine, cette question provoquera chez moi ?
4- Cette question est-elle susceptible d’inviter une réflexion/un sentiment nouveau ? Est-elle suffisamment familière pour être reconnaissable et pertinente, et suffisamment différente pour appeler une nouvelle réponse ?
5- Quelles hypothèses ou croyances sont intégrées dans la façon dont cette question est construite ?
6-Cette question est-elle susceptible de générer de l’espoir, de l’imagination, de l’engagement, de l’action créative et de nouvelles possibilités ? Ou m’envoie t’elle à me concentrer davantage sur mes problèmes et mes obstacles passés ?
7- Cette question laisse-t-elle place à des questions nouvelles et différentes à soulever au fur et à mesure que la question initiale est explorée ?

9 meilleures questions d’auto-coaching pour la croissance personnelle

Le but du coaching de vie est double.

– D’une part, il s’agit de vous aider à déterminer votre objectif de vie et de vous orienter vers l’avenir.

– D’autre part, il s’agit de vous aider à vous recentrer sur ce qui se passe dans votre vie en ce moment. L’objectif, comme le dit Stoltzfus (2008, p. 49), est de créer un « avenir meilleur et une vie meilleure aujourd’hui ». Il définit le but de la vie comme :

« L’énergie de la passion, canalisée à travers mon expérience et mon design au service d’une plus grande vocation. Poursuivre son objectif de vie génère un épanouissement et une signification durables.

Ici, « design » signifie les talents, le type de personnalité, les traits de caractère, etc. d’une personne. Nous savons, sans avoir besoin de recherches quantifiables, que lorsque notre travail s’aligne sur nos talents, compétences et capacités, nous ressentons un plus grand sentiment de satisfaction, d’épanouissement , et réalisation. Le travail ne ressemble pas à du « travail ».

Il y a plusieurs questions que vous pouvez vous poser pour vous aider sur votre chemin vers le but. En voici 9 pour commencer.

1- Que savez-vous déjà de ce que vous avez été fait pour faire ?
2- Quand vous étiez enfant, que vouliez-vous être quand vous seriez grand ? Quels rôles vous ont attiré ?
3- Quels rôles ou responsabilités aimez-vous et dans lesquels vous vous sentez bien ? Qu’est-ce qui vous aspire à sec?
4- Nommez trois choses spécifiques qui feraient certainement partie de votre emploi ou rôle idéal, et trois choses qui ne le feraient certainement pas.
5- Qu’est-ce que votre expérience de vie vous a appris sur votre destin ?
6- Quelles relations ou personnes ont influencé votre sens du destin ? Comment?
Comment un bon ami décrirait-il ce que vous êtes ? Lequel de vos traits semble se démarquer des autres ?
7- En quoi êtes-vous doué ? Quels sont vos meilleurs talents ou capacités naturelles ?
8- Selon vous, qu’est-ce qui vous a été révélé sur votre destin ou votre vocation ?
9- Quel sens avez-vous tiré de votre culture ou de votre communauté ?

7 questions d’auto-coaching pour les dirigeants et les managers

Il y a un truisme dans le monde des arts martiaux qui s’applique également au leadership. Ce n’est que lorsque vous atteignez le sommet que vous réalisez et comprenez tout ce que vous ne savez pas et devez encore apprendre. C’est en enseignant aux autres que la croissance et le développement réels de la sagesse se produisent pour les dirigeants et les gestionnaires.

Les coachs aident les leaders et les managers à se développer en tant que coachs.

Michael Bungay Stanier (2016) conseille un coaching en 10 minutes ou moins. Il est le fondateur de Box of Crayons et l’auteur de plusieurs livres, dont The Coaching Habit: Say Less, Ask More & Change the Way You Lead Forever. Son approche se concentre sur sept questions que les dirigeants peuvent utiliser pour aider leurs équipes.

7 questions d’auto-coaching pour les leaders et les managers

1- La question de départ : qu’avez-vous en tête ?
2- La question de la crainte : Et quoi d’autre ?
3- La question centrale : quel est le véritable défi ici pour vous ?
4- La question fondamentale : Que voulez-vous ?
5- La question paresseuse : comment puis-je aider ?
6- La question stratégique : si vous dites « oui » à cela, à quoi dites-vous « non ? »
7- La question d’apprentissage : qu’est-ce qui vous a été le plus utile ?
Chaque chapitre se termine par la façon dont le vous pouvez mettre en œuvre la nouvelle habitude. Par exemple, si vous avez l’habitude d’intervenir et de ne pas laisser le temps aux membres de votre équipe de traiter et de répondre, la nouvelle habitude est la suivante : « J’attendrai cinq secondes après que le membre de mon équipe aura fini de parler avant de répondre ».

Pour devenir un meilleur leader, aidez-vous à mieux utiliser vos talents afin que vous puissiez poser des questions percutantes aux membres de votre équipe. Parfois, cela peut nécessiter un changement de mentalité lorsque vous êtes frustré par un membre de votre équipe ou que vous n’avez pas la patience nécessaire pour entraîner un changement de comportement.

13 questions d’auto-coaching pour la carrière et les affaires

Il y a des moments dans sa carrière où vous pouvez vous sentir perdu  ou prêt  à faire un changement, mais la peur et l’incertitude vous retiennent.

C’est à ce moment que vous pouvez vous poser les bonnes questions pour vous aider à découvrir les réponses dont vous avez besoin.

Souvent, vous connaissez déja la réponse la réponse mais vous avez besoin de questions pour réfléchir ou confirmer qe vous allez dans la bonne direction.

Voici 13 questions d’auto-coaching que vous pouvez vous poser pour la carrière et les affaires :

1- Quelles sont vos passions?
2- Comment voulez-vous contribuer ?
3- Que voulez-vous apprendre?
4- À quel point l’organisation a-t-elle besoin de vous ?
5- Combien avez-vous besoin de l’organisation?
6- Quelle était votre vision d’origine lorsque vous avez commencé votre carrière ?                7- Comment cela a-t-il changé ?
8- Quels aspects de votre travail actuel sont directement liés à votre vision ?
9- Qu’aimeriez-vous faire dans cinq ans ?
10- Quelle partie de cela pourriez-vous faire maintenant?
11- Comment planifiez-vous et vous préparez-vous pour pouvoir jouer ce rôle dans cinq ans ?
12- Selon vous, quelles sont vos meilleures forces ?
13- Comment les utilisez-vous dans votre rôle actuel ?
14- Comment pourriez-vous augmenter l’utilisation de vos forces ?
Comme toutes les listes que vous lirez tout au long de cet article, celle-ci n’est pas exhaustive. Ce sont des points de départ.

5 questions d’auto-coaching pour développer la confiance

L’utilisation de l’enquête appréciative comme point de départ vous aide à prendre confiance en votre capacité à apporter des changements immédiats et durables. Les questions d’enquête appréciative mettent en évidence « le vrai, le bon et le possible » (McQuaid, 2015).

L’accent est mis sur le fonctionnement à partir d’un état d’esprit positif plutôt que négatif. L’enquête appéciative implique quatre éléments, appelés cycle 4-D, initialement développés par David Cooperrider et Suresh Srivastava. Ce sont:

1- La découverte – Lorsque vous êtes engagé, plein d’énergie et que vous profitez de la vie, que faites-vous ?
2- Le rêve – Si vous pouviez faire ce que vous faites le mieux de manière plus cohérente, qu’est-ce qui serait possible ?
3- Le design – Comment pouvez-vous passer de là où vous êtes à là où vous voulez être ?
4- La destinée – S’il y avait une action que vous pouviez entreprendre, par où seriez-vous prêt à commencer

Fréquemment appliquées aux organisations en quête de changement, ces mêmes idées fonctionnent avec les individus. Le Dr Lynn Jones a développé une série de questions que les meilleurs coachs utilisent. Vous pouvez vous les poser à vous-même :

  1.  Que pourriez-vous imaginer faire si vous saviez que vous ne pouviez pas échouer ?
  2.  Qu’est-ce que cela signifiera pour vous lorsque vous réussirez?
  3.  À quoi ressemblerait le succès ?
  4.  Quel est l’avantage d’un effort réussi ?
  5.  Qu’avez-vous déjà accompli ?

Chacune de ces questions vous demande de réfléchir, de découvrir, puis de rêver à votre avenir de manière positive. Les questions de l’enquête appréciative demandent ce que vous vouliez le plus et comment un petit pas vous rapproche de la réalisation de votre objectif.

Pour en savoir plus, consultez le livre de Robert Maurer (2014), One Small Step Can Change Your Life: The Kaizen Way.

De petits gains renforcent la confiance et augmentent notre motivation interne à continuer.

10 questions d’auto-coaching pour la réflexion et la découverte

L’objectif est de vous aider à identifier ce qui est essentiel pour vous à ce moment de sa vie.

Dans son livre Essentialisme: La Poursuite Disciplinée du Moins, l’auteur Greg McKeown préconise de faire moins, mais mieux. Plutôt que de laisser des forces extérieures nous tirer dans de nombreuses directions, ces questions aident à se concentrer sur l’essentiel.

10 questions d’auto-coaching pour la réflexion:

1- Qu’est-ce qui prend forme ? Qu’entendez-vous sous la variété des opinions exprimées ? 2- Qu’y a-t-il au centre de la table ?
3- Qu’est-ce qui se dessine ici pour vous ?

4- Quels nouveaux liens établissez-vous ?
5- Qu’est-ce qui avait une réelle signification pour vous?

6- Qu’est-ce qui vous a surpris ? Qu’est-ce qui vous a mis au défi ?
7- Que manque-t-il à cette image jusqu’à présent? Qu’est-ce qu’on ne voit pas ? Sur quoi avons-nous besoin de plus de clarté ?
8- Quel a été votre principal apprentissage, perspicacité ou découverte jusqu’à présent ?
9- Quel est le prochain niveau de réflexion que vous devez faire ?
10- S’il y avait une chose qui n’a pas encore été dite pour atteindre un niveau de compréhension/clarté plus profond, quelle serait-elle ?

13 questions d’auto-coaching pour l’établissement d’objectifs

Se fixer des objectifs atteignables n’est pas aussi simple qu’il y paraît au premier abord. Souvent, les gens créent des objectifs ambitieux qui appartiennent vraiment à quelqu’un d’autre ou ne sont pas divisés en segments suffisamment gérables.

Atteindre un objectif dépend de quelques éléments clés:
  1. Le premier est le désir.
  2. Deuxièmement, vous devez décomposer l’objectif en ses parties.
  3. Troisièmement, vous devez créer un plan.

Un coach peut aider un client avec ces deux derniers, mais un coach ne peut pas insuffler le désir. Le désir concerne le dynamisme et la motivation interne. Faire un plan étape par étape et obtenir de petits succès peut augmenter le désir de continuer.

Voici quelques questions que vous pourriez vous poser, empruntées au Collège sud-africain de psychologie appliquée (SACAP, 2019).

1- Qu’est-ce qui est le plus important pour vous dans la vie ?
2- De quoi êtes-vous le plus fier dans la vie ?
3- À quand remonte la dernière fois que vous vous êtes réveillé en vous sentant optimiste ou enthousiasmé par la journée à venir ?
4- Où seriez-vous si tous les obstacles sur votre chemin cessaient d’exister ?
5- Où seriez-vous si vous aviez des ressources illimitées ?
6- Où avez-vous peur de finir si rien ne change ?
7- Y a-t-il quelque chose en quoi vous croyez si fort que vous seriez prêt à vous sacrifier pour cela ?
Lors de l’établissement d’objectifs, il est important d’identifier les obstacles potentiels. Cela vous permet de créer des réponses « si-alors » si nécessaire. Par exemple, si vous avez un objectif d’exercice, mais que vous voyagez plusieurs fois par semaine pour le travail, il pourrait être difficile de s’entraîner régulièrement.

Une déclaration « si… alors » pourrait être : « Si je suis coincé dans un aéroport, alors je marcherai vers et depuis la salle de bain la plus éloignée de ma porte d’embarquement, mais toujours dans mon terminal, pendant 10 minutes sans m’arrêter pour regarder quoi que ce soit. . Je le ferai une fois par heure jusqu’à ce qu’il soit temps de monter dans l’avion.

Le SACAP suggère également de poser les questions suivantes pour vous aider à surmonter les obstacles.

8- Y a-t-il des mesures que vous pourriez prendre immédiatement qui amélioreraient considérablement votre situation ?
9- Lesquels de vos objectifs nécessitent l’aide d’autres personnes et lesquels dépendent entièrement de vous ?
10- Quels obstacles avez-vous rencontrés dans le passé et comment les avez-vous surmontés ?
11- Quelles erreurs avez-vous commises dans le passé et qu’en avez-vous appris ?
12- Quel est le plus gros problème qui vous préoccupe aujourd’hui/cette semaine ?
13- Quels sont les plus gros problèmes auxquels vous faites face quotidiennement ?
Aidez-vous à identifier et à clarifier les objectifs réalisables est l’un des principaux rôles de tout coach et de l’auto-coaching.

12 excellentes questions d’auto-coaching pour la prise de décision

Le scientifique n’est pas celui qui donne les bonnes réponses, c’est celui qui pose les bonnes questions.–  Claude Levi Strauss.

Parfois, vous avez du mal à prendre des décisions. Lorsque cela se produit, les bonnes questions peuvent faire une grande différence. Stoltzfus (2008) recommande des questions pour affiner la stratégie de prise de décision.

6 questions pour choisir une stratégie de prise de décision:

1- Comment allez-vous prendre la décision ?
2- Quels facteurs feront le plus de différence pour vous ?
3- Que devez-vous savoir pour prendre une bonne décision ?
4- À quoi ressemblerait une bonne décision ?
5- Comment prenez-vous généralement des décisions ?
6- Quelles autres stratégies de décision pourriez-vous utiliser ? Quelles méthodes voulez-vous essayer ?

Il inclut également 13 stratégies de prise de décision car certains personnes ne connaissent pas ou ne reconnaissent pas la stratégie qu’ils utilisent. Elles pourraient même ne pas réaliser que d’autres existent.

6 Questions d’auto-coaching pour prendre une décision :
  1.  Principes : « Comment les principes et priorités clés que vous respectez s’appliquent-ils ici ? »
  2.  Conseil : « Qu’en pense votre partenaire ? Que diriez-vous d’amis ou de conseillers clés ? »
  3.  Justification : « Quels sont les avantages/inconvénients de chaque option ? Lequel est le plus avantageux ? »
  4.  Spirituel : « Quelle décision correspondrait le mieux à votre foi ? Que vous dit Dieu à ce sujet ?
  5.  Les pulsions négatives : « Quelles peurs ou pulsions intérieures influencent votre réaction ? Comment pourriez-vous supprimer ces éléments de l’équation afin de pouvoir prendre une meilleure décision ? »
  6.  Coût : « Combien cela coûterait-il en termes de temps et de ressources pour faire cela ? Combien cela coûterait-il si vous ne le faisiez pas ? Quel est le coût si vous ne décidez pas ou si vous laissez les circonstances vous dépasser ? »

9 questions d’auto-coaching pour les couples et les relations

Le coaching repose essentiellement sur une hypothèse fondamentale : la personne recherche le changement (Hayden & Whitworth, 1995, cités dans Hart, Blattner, & Leipsic, 2001).

Le coaching est axé sur le présent et l’avenir, de sorte que les questions suivent généralement cette voie.

Ne vous souciez pas de savoir qui doit être « à blâmer » pour la situation actuelle. Le but est une exploration plus axée sur les objectifs de la façon de passer des problèmes perçus aux solutions identifiées par votre couple.

Dans cet esprit, voici plusieurs questions d’auto-coaching intéressantes pour votre couple:

1- Comment avez-vous décidé de vous lancer dans l’auto-coaching de couple ?
2- Quels sont vos espoirs quant à la façon dont l’auto-coaching pourrait être utile pour votre relation ?
3-Que souhaitez-vous accomplir grâce à cette pratique d’auto-coaching ?
4- Combien de temps pensez-vous qu’il vous faudra pour atteindre vos objectifs ?
5- Qu’aimeriez-vous qu’il se passe dans votre relation ?
6- Que voudriez-vous qu’il n’arrive plus ?
7- Qu’est-ce qui va bien que vous ne voulez pas changer ?
8- S’il y avait un outil qui pourrait considérablement aider votre relation, que ferait cet outil ?
9- Si un miracle se produisait ce soir pendant que vous dormiez et résolvait tous vos problèmes, qu’est-ce qui serait différent demain ?

Le coaching et à fortiori l’auto-coaching ne remplacent pas la thérapie. Si un couple recherche une relation de coaching, mais qu’il est évident que la thérapie est plus adaptée, c’est au coach de le signaler, surtout s’il n’a pas le niveau de formation approprié. Certains coachs suivent les directives éthiques établies par la Fédération internationale des coachs.

24 questions d’auto-coaching à poser pour renforcer la résilience

L’auto-coaching de résilience consiste à vous aider à développer votre capacité à « rester flexible dans vos pensées, vos comportements et vos émotions en cas de stress ». La résilience en prend un coup lorsqu’une personne rencontre des échecs, comme un revers de carrière.

Cela peut également arriver lorsque trop de demandes surchargent une personne. Pemberton souligne que ces situations peuvent empêcher une personne de prendre des décisions, d’être créative ou de gérer ses émotions. La confiance en soi diminue également. Poser des questions soigneusement élaborées peut voys aider à rebondir.

Un coach en résilience voudra connaître votre niveau de résilience de base. Comment réagissez-vous généralement aux facteurs de stress et aux revers de la vie ? Pemberton propose une enquête utile de 24 questions. Il comprend des déclarations auxquelles vous pouvez répondre.

24 questions d’aut-coaching sur la résilience (Le Test de Pemberton)

1 – J’ai les compétences et l’expérience nécessaires pour faire face aux exigences de ma vie.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
2 – J’ai la flexibilité de m’adapter à tout ce qui se présente à moi.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
3 – J’ai une idée claire de ce qui est important dans ma vie, ce qui me donne une boussole pour les décisions que je prends.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
4 – J’ai la possibilité de changer de direction lorsque l’itinéraire préféré ne m’est pas disponible.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
5 – J’ai la capacité de reconnaître quand j’ai besoin d’aide et d’en demander.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
6 – J’ai la capacité quand les choses sont incertaines de chercher ce que je peux contrôler.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
7 – J’ai la capacité de contrôler mes émotions lorsque je me sens sous pression.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
8 – J’ai une capacité à reconnaître la réalité sans être submergé par elle.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
9 – J’ai la conviction que je peux me frayer un chemin à travers les difficultés.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
10 – J’ai une reconnaissance de ce qui doit être fait maintenant, tout en gardant une image de ce vers quoi je travaille à plus long terme.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
11 – J’ai une capacité à trouver de nouvelles solutions et une volonté de laisser tomber les choses que j’aime mais qui ne fonctionnent plus.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
12 – J’ai la capacité de reconnaître quand les autres ont besoin de soutien et de l’offrir.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
13 – J’ai la capacité d’être décisif et de ne pas tergiverser.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
14 – J’ai la capacité de reconnaître quand je deviens stressé et d’utiliser des stratégies pour minimiser le stress sur moi.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
15 – J’ai la conviction que je peux trouver les solutions aux défis auxquels je suis confronté.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
16 – J’ai la capacité de reconnaître quand j’ai besoin de développer de nouveaux comportements et compétences.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
17 – J’ai un sens de la perspective qui m’aide à ne pas être déraillé par la difficulté.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
18 – J’ai le désir d’être un acteur actif de ce qui se passe dans ma vie, plutôt qu’un destinataire passif.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
19 – J’ai une vision réaliste et optimiste de l’avenir.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
20 – J’ai la capacité de reconnaître les difficultés du changement et d’accepter ce qu’il faut abandonner.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
21 – J’ai un état d’esprit « les besoins doivent ». Avoir moins ne m’empêche pas de réaliser ce que je veux.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
22 – J’ai une ouverture d’esprit pour parler de mes frustrations avec des collègues de confiance, des amis ou des membres de ma famille.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
23 – J’ai la tête au-dessus du sable attitude. Je préfère traiter les problèmes de front plutôt que d’espérer qu’ils vont disparaître.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)
24 – J’ai la capacité de reconnaître quand mes réponses sont affectées par des pressions immédiates.

1 (fortement en désaccord) 2 3 4 5 (fortement d’accord)

Les domaines couverts par les questions d’auto-coaching sur la résilience comprennent :

-La confiance en soi
– L’élasticité
– Le sens
– La construction de solutions
– le soutien
– La proactivité
– La gestion les émotions
– La positivité réaliste

Comment exploiter le résultat aux 24 questions d’auto-coaching sur la résilience?

À partir du résultat aux 24 questions ci-dessus, vous pouvez commencer à vous poser des questions d’auto-coaching. Par exemple, si vous obtenez un score d’élasticité particulièrement élevé, vous pouvez vous demander :

  1. « Selon moi, quels facteurs contribuent à ma capacité à rester flexible face à un échec ? »
  2. « Comment puis-je appliquer mon résultat à ces 24 questions sur la résilience à mon défi actuel ? »

 

Références:

error: