Les émotions ne pensent pas, un livre sur la contagion émotionnelle

par | 14 Mai 2023

Le titre complet de ce livre du psychologue clinicien Bruce Hutchison peut faire réfléchir certains. Peut-être que lier l’émotion la contagion récente  n’est pas dans nos usages. Peut-être que nous n’avons jamais fait cette connexion auparavant, ou peut-être préférerions-nous éviter de découvrir à quel point nous pouvons être prisonniers de la contagion émotionnelle.
Avant de poursuivre votre lecture, nous avons pensé que vous aimeriez peut-être télécharger gratuitement nos trois exercices d’intelligence émotionnelle. Ces exercices scientifiques amélioreront votre capacité à comprendre et à travailler avec vos émotions.
 
Les émotions ne pensent pas, un livre de Bruce Hutchison

Bruce Hutchison fournit des preuves de la contagion émotionnelle sous plusieurs angles. Les individus ne sont peut-être pas responsables d’être infectés par la contagion émotionnelle, mais il appartient à chacun de nous de remarquer, d’examiner les impacts, puis d’agir ou non. Les émotions ne pensent pas, mais les individus oui. Comme Daniel Kahneman pourrait le dire et Bruce Hutchison le recadre dans son livre, l’utilisation d’une approche réfléchie et lente au lieu d’une réponse émotionnelle impulsive ou réflexive à la provocation est une première ligne de défense contre les impulsions inconsidérées ou les déclencheurs infectieux.

Le problème pratique de la contagion émotionnelle ne consiste pas seulement à repérer l’épidémie. À ce moment-là, il sera peut-être trop tard pour se sauver ou sauver une communauté de contacts d’un effet néfaste. Comme pour les autres formes de contagion, les symptômes individuels perceptibles sont des indicateurs retardés. Mais existe-t-il des outils stratégiques pour repérer de loin les signes inquiétants ? Si vous ou des personnes proches de vous attrapez une infection émotionnelle, comment la traiter ? Peut-on contenir ce genre d’onde ? Ce livre contribue à la détection, l’identification et le confinement.

La psychologie positive comme premiers secours pour booster l’immunité à la contagion émotionnelle

Ce n’est peut-être pas l’objectif principal du livre, mais le Dr Hutchison reconnaît l’intersection de ses conseils avec les piliers de la psychologie positive. Par exemple, les émotions positives peuvent servir d’antidote à la peur ou la colère. Elles élargissent la réflexion, dissuadent les préjugés tout en nous aidant à donner un meilleur visage à l’incertitude, en la recadrant comme une opportunité.

Considérez la contagion émotionnelle comme une marée puissante. Les émotions positives peuvent être des remparts contre les poussées des vagues. Des forces puissantes comme le courage, la résilience, la persévérance et la patience peuvent surmonter la vague d’aversion craintive ou de désespoir cynique.

De même, des attachements relationnels solides, un engagement engagé, une implication significative et le souvenir des réalisations passées offrent des remparts contre les pulsions négatives.

D’où viennent les contagions émotionnelles ?

Pour explorer d’où viennent les menaces de contagion émotionnelle, Hutchison apporte son expérience de psychothérapeute. En particulier, il reconnaît que lui aussi n’est pas à l’abri de la contagion. Les émotions font partie intégrante de qui nous sommes, ou pensons que nous sommes, ou même souhaitons que nous ne le soyons pas.

Les émotions font partie intégrante de qui nous sommes, ou pensons que nous sommes, ou même souhaitons que nous ne le soyons pas.

La psychologue de recherche Elaine Hatfield a défini la contagion émotionnelle en 1994 comme « la tendance à imiter et à synchroniser automatiquement les expressions faciales, les postures et les mouvements avec ceux d’une autre personne, et par conséquent, à converger émotionnellement ».

Hutchison a une définition plus ouverte. Assez juste : un jour, la science rattrapera son retard. La vision ouverte de Hutchison est nécessaire car, comme certaines contagions biologiques, les formes dangereuses peuvent être presque invisibles jusqu’à trop tard. Par exemple, les médias désormais disponibles partout diffusent les idées de manière exponentielle. Les mauvais acteurs, les confus, terrifiés et mal informés ont armé les outils qui étaient initialement destinés à des transactions inoffensives, ce qui a conduit à la suspicion et à l’incompréhension. Ce qui est en jeu? L’autonomie, la dignité,l’efficacité, le sens d’agence. Ces choses comptent.

Il est facile de voir comment le scepticisme à l’égard des médias mainstream pourrait produire une susceptibilité accrue à la contagion émotionnelle et sociale. Les récits incomplets sont mis en doute lorsque des versions plus satisfaisantes, souvent fictives, apparaissent. Les spéculations et les soupçons mènent à la rumeur. Les rumeurs divertissantes sont contagieuses et parfois nuisibles. Comme l’observe Hutchison, un monde en ébullition n’a besoin que de peu de choses pour déclencher une contagion totale.

Comment savoir si vous êtes infecté ?

Parce que nous sommes tous aussi sensibles à la contagion émotionnelle qu’aux menaces biologiques, nous devons prendre conscience des conditions sous-jacentes qui augmentent la vulnérabilité ainsi que des endroits dangereux où l’infection est en embuscade. Le livre « Les émotions ne pensent pas » présente un catalogue fascinant de risques.

Les positions que nous prenons peuvent commencer par des avis motivés. Mais si nous ne gardons pas un œil sur la façon dont nos croyances se concrétisent dans la pratique, les raisons peuvent dégénérer en rationalisations, surtout si nous investissons dans des résultats flatteurs qui émergent de positions commodes.

Les théories du complot: La colère se répand

Citant l’achat panique de papier hygiénique au début de la pandémie de coronavirus, Hutchison nous rappelle que notre tendance par défaut est de visualiser les pires résultats, puis de les traiter comme certains. Doutant de la science et ressentant les inconvénients, certaines personnes sont devenues méfiantes à l’égard de toutes les sources officielles, les obligeant à se tourner vers des sources plus douteuses. Les conditions étaient réunies pour des vagues successives de contagion émotionnelle dangereuse.

Les théories du complot se sont propagées, notamment par le biais des médias sociaux, qui ont diffusé des commérages farfelus et de plus en plus sinistres. Beaucoup ont commencé à se méfier de presque toutes les autres sources tout en infectant leurs propres cultes avec une suspicion effrayante.

Ces théories du complot avaient aussi l’aide du reste de la société. Les messages manipulateurs intrusifs et la surveillance injustifiée sont devenus des menaces singulières pour la vie privée, la voix et l’agence personnelle. Tout aussi troublante est la nourriture toxique d’un état d’esprit antisocial. Le contrecoup est déclenché en réaction à des intrusions offensives. Il faut du courage, de l’endurance et de la résilience pour continuer à vérifier les déclarations exactes, les sources fiables, les motifs plausibles et les risques de contagion acceptables. Comme pour certaines infections somatiques, les symptômes peuvent être invisibles pour les personnes atteintes mais visibles pour les autres.

Certains stress sont bons pour vous, tout comme certaines contagions émotionnelles

Le stress peut renforcer la résilience, la capacité à résister à une pression oppressive. Hutchison approuve le renforcement des capacités positives, expliquant qu’un optimisme contagieux est capable de raviver les communautés en période de troubles et de perturbations. Il découvre également de multiples façons dont la contagion peut améliorer les relations sociales, les institutions, les processus critiques, voire des sociétés entières.

Un message à retenir

A son crédit, Hutchison évite de faire de son livre une source involontaire de contagion émotionnelle. Le ton est clair, et les affirmations cohérentes. L’auteur équilibre la critique avec une expérience profonde.

Les pratiques de psychologie positive peuvent aider à créer des leaders solides et résilients dont les forces sont positivement contagieuses, provoquant une contagion émotionnelle de manière constructive. Apprendre à faire la distinction entre la contagion émotionnelle positive et négative est important. Le livre de Bruce Hutchison est une étape opportune dans cette voie.

Nous espérons que vous avez apprécié la lecture de cet article. N’oubliez pas de télécharger gratuitement nos trois exercices d’intelligence émotionnelle.

 

 

Références
Hutchison, B. (2021). Emotions Don’t Think: Emotional Contagion in a Time of Turmoil. Crossfield Publishing.
Barrett, L. F. (2020). 7 ½ Lessons About the Brain.  Houghton Mifflin Harcourt.
Gladwell, M. (2002). The Tipping Point: How Little Things Can Make a Big Difference. Back Bay Books.
Kahneman, D. (2011). Thinking, Fast and Slow. London, Allen Lane.
Kravetz, L. D. (2017). Strange Contagion: Inside the Surprising Science of Infectious Behaviors and Viral Emotions and What They Tell Us About Ourselves. New York: Harper Collins.
Rosin, H. (2015, Dec). The Silicon Valley Suicides: Why are so many kids with bright prospects killing themselves in Palo Alto?  The Atlantic.
Thompson, D. (2017). Hit Makers: The Science of Popularity in an Age of Distraction. New York: Penguin Press.

 

Vous pouvez également profiter de :
Comment faire une respiration profonde : 5 techniques à essayer
error: