Qu’est ce que la volonté? La recherche montre que les personnes ayant une volonté plus forte sont mieux loties dans presque tous les aspects de la vie. Elles sont plus heureuses et en meilleure santé, ont des relations plus satisfaisantes et durables, ont plus de succès, gagnent plus d’argent et vivent même plus longtemps. En un mot, si vous voulez améliorer votre vie, votre volonté est un bon point de départ.

Dans L’instinct de la volonté, vous lirez pourquoi vous ne devriez pas vous priver de vos aliments préférés lorsque vous suivez un régime, et vous découvrirez pourquoi le fait de penser que vous n’avez pas de préjugés vous fera agir d’une manière plus préjudiciable.

Enfin, vous apprendrez comment vous pouvez améliorer votre volonté en plaçant ce bol de bonbons juste devant votre nez. C’est pour votre bien.

Idée-clé 1: La volonté se compose de trois forces : je veux, je ne veux pas et je vais.

La vie est pleine de tentations : on peut vous offrir un cookie aux pépites de chocolat juste après avoir commencé un régime, ou trouver un paquet de cigarettes juste au moment où vous avez décidé d’arrêter de fumer. Ces situations sont des défis de volonté – un défi dans lequel vos désirs immédiats se battent avec vos objectifs à long terme.

Alors, qu’est-ce qui vous rend capable d’exercer votre maîtrise de soi dans ces situations ?

La force de votre volonté, qui se compose de trois pouvoirs : « Je ne veux pas », « Je veux » et « Je vais ».

Tout d’abord, votre pouvoir « Je ne veux pas » est la capacité de dire non même lorsque tout votre corps veut dire oui.

Ce pouvoir recouvre la conception commune de la volonté : la capacité de résister à la tentation.

La tentation vient à chacun de nous sous différentes formes, que ce soit du chocolat, des cigarettes ou un étranger sexy. Et chaque tentation peut être considérée comme un défi de volonté « je ne le ferai pas » qui demande : avez-vous la force de dire non ?

Vous pouvez déterminer votre défi « Je ne le ferai pas » le plus important en vous demandant : quelle habitude qui nuit à votre santé, votre bonheur ou votre carrière aimeriez-vous le plus abandonner ?

Le deuxième élément de la volonté est votre pouvoir « je veux » – la capacité de faire ce que vous n’aimez pas maintenant pour un avenir meilleur.

Votre pouvoir « Je veux » vous aide à accomplir les tâches qui sont à la fois désagréables et nécessaires pour atteindre vos objectifs – par exemple, étudier pour réussir des examens et obtenir un diplôme.

Vous pouvez trouver votre défi le plus important « je vais » en vous demandant : quelle habitude devriez-vous arrêter de remettre à plus tard pour améliorer votre vie ?

Enfin, il y a votre pouvoir « Je vais », la capacité d’agir, de mettre en oeuvre des forces de caractères et autres ressources intérieures et extérieures pour obtenir ce que vous voulez vraiment.

Ce que vous voulez vraiment, c’est ce qu’il y a de mieux pour vous à long terme, malgré les tentations actuelles. Pour résister au présent, vous avez besoin d’un objectif clair à long terme qui guide vos actions. C’est cet objectif qui alimente votre pouvoir « Je veux » en vous rappelant ce qui est en jeu.

Vous pouvez trouver votre défi « Je vais » en vous demandant : quel est l’objectif numéro un à long terme sur lequel vous aimeriez concentrer plus d’énergie ? Quels désirs immédiats vous en éloignent ?

Idée-clé 2: La méditation augmente la conscience et aide à éviter les distractions, ce qui à son tour renforce la maîtrise de soi.

De nos jours, les distractions sont partout : il y a des liens à cliquer, des séries à regarder, des soirées où aller. Je vais juste vérifier ma messagerie une dernière fois, se dit-on.

Mais vous courez un risque plus important que vous ne le pensez.

C’est parce que lorsque vous êtes distrait, vous êtes en fait plus susceptible de céder à d’autres tentations.

Lorsque votre esprit est préoccupé, la tentation immédiate peut plus facilement éclipser vos objectifs à long terme.

Cela a été démontré dans une étude où les étudiants devaient se souvenir d’un numéro de téléphone tout en faisant un choix entre la collation à manger pendant l’expérience : chocolat ou fruit.

Les étudiants avec leur esprit distrait ont choisi le chocolat 50% plus souvent qu’un groupe d’étudiants qui n’avaient reçu aucune tâche de mémorisation.

Mais il existe un moyen de gérer les distractions – en augmentant votre conscience par la méditation.

Les neuroscientifiques ont découvert que les personnes qui méditent ont plus de matière grise, indiquant des niveaux de performance plus élevés – dans les régions du cerveau responsables de la conscience de soi.

La méditation cultive une conscience de soi d’instant en instant qui nous aide à réaliser quand nous sommes distraits et à recentrer notre énergie sur la tâche à accomplir.

En fait, les scientifiques ont montré qu’il ne faut que trois heures de méditation régulière pour améliorer la maîtrise de soi et développer une durée d’attention plus élevée, et après 11 heures de pratique, les changements sont déjà observables dans le cerveau.

Mais parfois, les distractions semblent accablantes et vous avez l’impression que vous ne pouvez pas arrêter de regarder ce clip.

Dans de telles situations, les fruits de la méditation peuvent à nouveau aider : en prenant une respiration et en recentrant votre concentration sur l’objectif à long terme à portée de main, vous pouvez briser le cycle de la distraction et reprendre le contrôle de vos impulsions.

Lorsque votre esprit est préoccupé, vous perdez beaucoup de volonté. Éviter de prendre des décisions lorsque vous êtes distrait et augmenter votre conscience de soi grâce à la méditation peut vous aider à éviter les manques de volonté.

Vous pouvez également profiter de :
La science du vouloir : comment nous décrochons de la dopamine

Idée-clé 3: La volonté est un instinct biologique qui nous protège des dommages à long terme.

Quel est le point commun entre un tigre à dents de sabre et un cookie au chocolat ? Chacun d’eux peut interférer avec votre objectif d’une vie longue et saine.

C’est pourquoi l’évolution nous a donné l’instinct de combattre à la fois le tigre à dents de sabre et la tentation d’un biscuit au chocolat.

Vous avez probablement entendu parler de la réaction de combat ou de fuite, un instinct qui se déclenche lorsque nous sommes confrontés à des situations effrayantes ou potentiellement mortelles. Fondamentalement, c’est la capacité intrinsèque de votre corps à consacrer toute son énergie à sortir vos fesses d’une situation d’urgence.

Ce que la plupart d’entre nous ne savent pas, c’est que la volonté elle-même est basée sur un instinct biologique.

Une étude a montré que faire face à un défi de volonté peut activer un état spécifique dans votre cerveau et votre corps qui vous donne un regain de volonté.

Cet état est appelé la réponse de pause et de planification et, comme son nom l’indique, il est très différent de la réponse de combat ou de fuite :

Alors que la réponse de combat ou de fuite augmente votre conscience d’une menace externe et augmente votre vitesse (pour éviter le tigre), la réponse de pause et de planification déplace votre attention vers le conflit interne entre votre moi rationnel et impulsif, et vous ralentit. vers le bas pour aider à contrôler votre impulsion (pour éviter le cookie).

Alors comment renforcer cet instinct de volonté pour mieux ralentir notre esprit et prendre les meilleures décisions ?

En prêtant une attention particulière à tout ce qui stresse notre esprit et notre corps, comme la colère, l’anxiété, la douleur chronique et la maladie.

Toutes les choses qui vous stressent interfèrent avec votre capacité à entrer dans un état de maîtrise de soi en vous maintenant dans cet état de combat ou de fuite – et en vous empêchant d’atteindre cet état d’esprit lent et rationnel.

Cependant, il existe de nombreuses façons d’améliorer votre résistance au stress et donc votre volonté. La méditation, l’exercice, une bonne nuit de sommeil, une alimentation saine et du temps de qualité avec votre famille et vos amis peuvent tous vous aider à réduire votre niveau de stress.

Et être actif à l’extérieur pendant seulement cinq minutes par jour vous donnera aussi un coup de pouce rapide à votre volonté – alors sortez !

Idée-clé 4: La volonté est comme un muscle – elle peut être entraînée mais aussi surutilisée.

Avez-vous déjà aidé un ami à déménager ? À la fin de la journée, vos muscles sont tellement fatigués que vous ne pourriez plus rien porter même si vous le vouliez. Vous pourriez vous dire : « Je devrais aller plus souvent à la salle de sport, je serais moins fatigué ». Pour votre volonté, c’est pareil : après avoir trop sollicité votre volonté, vous vous épuisez et ne pouvez plus vous contrôler. Et si vous vous rendez au gymnase de la volonté, vous pourriez améliorer la force de votre muscle de la volonté.

Alors pourquoi l’utilisation excessive de votre volonté vous fait-elle manquer de volonté ?

Parce que chaque tentative réussie d’exercer une maîtrise de soi puise à la même source limitée.

Cela signifie que résister à une tentation affaiblira non seulement votre capacité à éviter d’autres tentations, mais provoquera également la procrastination et d’autres échecs de volonté.

Et cet épuisement de la volonté arrive tout le temps.

En effet, de nombreuses tâches quotidiennes que vous ne considérez pas comme des défis de volonté – devoir faire la navette, assister à une réunion ennuyeuse ou choisir entre 20 marques de shampoing, puisent toutes dans notre réserve de volonté quotidienne limitée.

Mais bien que nous drainions constamment notre volonté, nous pouvons faire de notre mieux pour la maintenir à un niveau élevé en maintenant notre glycémie stable et notre niveau d’énergie élevé.

Les aliments à faible indice glycémique tels que les noix, les céréales, les fruits, les légumes et les céréales riches en fibres contribuent tous à ressourcer notre volonté.

Mais il existe un autre moyen d’améliorer notre volonté en entraînant le muscle de la volonté.

Tout comme il est possible d’entraîner les muscles de votre bras en soulevant des poids, il est possible d’entraîner votre muscle de volonté avec des défis de volonté.

En effectuant des défis de volonté petits mais réguliers, vous pouvez progressivement améliorer votre maîtrise de soi.

Par exemple, gardez un pot de bonbons interdit dans un endroit facilement visible que vous n’êtes jamais autorisé à toucher, même si cela semble tentant. Pratiquer régulièrement avec cette petite tentation entraînera votre muscle de volonté, ce qui vous aidera à faire face aux défis de volonté plus importants.

Dans les prochains clignotements, vous découvrirez pourquoi nous succombons souvent à nos désirs.

Idée-clé 5: Ne vous livrez pas au présent parce que vous pensez que vous avez bien fait dans le passé.

Il ne se passe pratiquement pas une semaine sans que des informations sur les échecs moraux de citoyens honnêtes,  politiciens, athlètes ou chefs religieux qui ont fait quelque chose de mal ne se passent. Pourquoi ces gens soi-disant vertueux commettent-ils de si grosses erreurs ?

En fait, penser que vous êtes « vertueux » diminue votre conscience de soi et votre discipline.

Cela a été démontré dans une étude où un groupe d’étudiants universitaires a été invité à être d’accord ou en désaccord avec des déclarations fortement sexistes. Sans surprise, très peu étaient d’accord.

Un groupe témoin a ensuite reçu des versions plus douces des mêmes déclarations sexistes, et cette fois beaucoup plus de personnes ont accepté.

Mais lorsque les deux groupes ont dû prendre une décision dans une situation hypothétique d’embauche, ce sont paradoxalement les étudiants qui n’étaient pas d’accord avec les déclarations hautement sexistes qui étaient plus susceptibles de discriminer les candidates que les étudiants du groupe qui avaient accepté les versions plus douces. Et le même schéma est apparu lorsque des déclarations racistes ont été utilisées.

En effet, lorsque nous sentons que nous sommes suffisamment vertueux, nous voyons moins le besoin de nous contrôler.

Et c’est exactement ce qui s’est passé dans l’expérience. Après que les étudiants se soient prouvés qu’ils n’étaient pas sexistes en rejetant une affirmation, ils ont alors accordé moins d’attention à leur comportement réel dans la tâche d’embauche.

Un autre exemple d’utilisation d’un bon comportement passé pour excuser un mauvais comportement actuel est lorsque nous nous donnons quelque chose de « mauvais » en récompense d’être bon – par exemple, manger un beignet après une longue séance d’entraînement.

Cependant, cela est contre-productif : vous donner une récompense qui sape votre objectif à long terme n’est pas une stratégie prometteuse pour réussir.

Vous pouvez également profiter de :
Comment faire des choses inconfortables dans l’entreprise et au-delà

Ne laissez donc pas vos succès affaiblir votre autodiscipline. Sinon, vous pourriez vous retrouver à annuler vos progrès en autorisant votre comportement complaisant. Au lieu de cela, respectez une règle qui sert votre objectif, mais qui n’est pas si difficile que vous ne pouvez pas vous y tenir tous les jours sans échec.

Idée-clé 6: Lorsque le système de récompense de votre cerveau prend le dessus, la tentation devient presque irrésistible.

Pourquoi nous sentons-nous souvent mal et coupables après avoir satisfait nos désirs immédiats, comme acheter un nouveau pull dont nous n’avons pas besoin, ou passer une soirée paresseuse devant la télé ? Et pourquoi le faisons-nous encore et encore, même si nous savons mieux ?

Parce que le système de récompense de votre cerveau n’est pas toujours votre ami, et parfois il vous mène dans la mauvaise direction.

Alors, que se passe-t-il exactement dans le cerveau lorsque vous avez envie de quelque chose ?

D’abord, vous voyez ou sentez quelque chose que vous désirez, et cela suffit pour activer le système de récompense dans le cerveau.

Le système libère un neurotransmetteur appelé dopamine qui active les zones du cerveau responsables de l’attention, de la motivation et de l’action. Ces libérations de dopamine peuvent être déclenchées par tout ce que nous avons associé au sentiment de bien-être : une enseigne de vente à 70 % dans un centre commercial, l’odeur d’un faux-filet (ou d’un hamburger végétalien) ou un visage attrayant qui vous sourit.

Et lorsque cette dopamine est libérée, l’objet qui a appuyé sur la gâchette devient immédiatement très désirable, même si c’est contre notre intérêt à long terme, comme la nourriture malsaine, les crises de boulimie sur Internet, la consommation excessive d’alcool ou les coups d’un soir. C’est pourquoi nous nous engageons dans des activités qui semblent irrésistibles à première vue, mais qui nous laissent ensuite un sentiment de culpabilité et d’insatisfaction.

Nos ancêtres préhistoriques, cependant, n’étaient pas troublés par ce mécanisme de récompense. En fait, être attiré par les sucreries était à leur avantage, car les fruits sucrés et les baies constituaient un élément crucial de leur alimentation. Nos ancêtres étaient également plus libres de poursuivre leurs pulsions sexuelles sans contraintes sociétales modernes.

Mais même si ce mécanisme impulsif n’est pas aussi utile de nos jours, il est toujours là, et nous devons nous assurer qu’il ne nous pousse pas vers des choix malsains ou imprudents.

Alors que pouvez-vous faire? Vous pouvez en fait faire de cette faiblesse votre force en combinant des tâches désagréables avec quelque chose qui déclenche votre dopamine. Par exemple, apportez votre paperasse ennuyeuse à votre café préféré et terminez-la autour d’une délicieuse tasse de chocolat chaud.

Idée-clé 7: Se sentir mal sape la volonté en déclenchant des envies et des attentes élevées.

Le stress est une source courante de mal-être. Il peut être causé par des soucis professionnels ou personnels, mais aussi par des événements extérieurs, comme une mauvaise nouvelle dans les médias.

Le stress est l’une des plus grandes menaces pour votre volonté car il induit des envies redoutables.

Comment le stress nous fait du mal?

Le stress vous fait vous sentir mal dans votre peau, ce qui vous motive à faire quelque chose pour vous sentir mieux.

Malheureusement, parfois, le moyen le plus simple de se sentir mieux est de faire exactement ce pourquoi vous vous sentirez mal plus tard.

Par exemple, perdre de l’argent au casino peut vous énerver au point de continuer à jouer pour gagner un jeu, et ainsi soulager le stress.

Mais cette impulsion pourrait en fait vous conduire à des risques de plus en plus grands, et éventuellement vous faire perdre une fortune.

Alors, comment pouvez-vous surmonter cela? Lorsque vous vous sentez stressé, ne cédez pas aux envies immédiates. Essayez plutôt des stratégies de soulagement du stress qui ont un effet plus durable, comme l’exercice ou la méditation. Ces activités peuvent nécessiter plus d’efforts, mais vous laisseront un sentiment de satisfaction et non de culpabilité.

Mais ne prenez pas de résolutions irréalistes pour contrer le stress.

Lorsque les gens atteignent un point bas dans leur vie, comme faire face à une énorme hypothèque, ils décident souvent de changer radicalement leur vie.

Par exemple, nous pourrions décider de réduire toutes nos dépenses de 25 % pour remettre nos finances sur les rails. C’est un grand changement, et de si grandes résolutions donnent souvent l’impression qu’elles peuvent complètement transformer notre vie : nous imaginons être libérés des problèmes, les gens nous traitent complètement différemment, etc., juste à cause de ce seul changement. Cela renforce notre confiance en soi.

Cependant, cela peut se retourner contre nous, car plus notre objectif est élevé, plus il est difficile de rester sur la bonne voie. Le fait de ne pas répondre à nos attentes nous conduit alors à la frustration, à la culpabilité et au doute de soi, et bientôt nous abandonnons généralement nos efforts.

Pour éviter ce destin, rappelez-vous : lorsque vous ne parvenez pas à atteindre vos objectifs, ne désespérez pas. Pardonnez-vous et réessayez.

Idée-clé 8: Lorsque nous sommes trop concentrés sur le moment présent, nous prenons de mauvaises décisions à long terme.

Vous arrive-t-il de trop vous engager dans des responsabilités et de vous retrouver plus tard débordé ?

Regrettez-vous parfois vos choix passés face à leurs coûts réels ?

Les deux phénomènes sont causés par notre incapacité à imaginer clairement l’avenir, et surtout à imaginer notre avenir.

Nous ne voyons pas notre avenir comme nous-mêmes, mais comme des personnes distantes et différentes. Notre cerveau les perçoit comme des étrangers en raison de notre incapacité à observer leurs pensées et leurs sentiments.

Cela peut nous amener à reporter des tâches, en espérant que notre futur moi aura plus de volonté pour y faire face – ou pire encore, à accumuler des dettes et à espérer que notre futur moi sera en mesure de payer.

Ces espoirs ne mènent nulle part parce que votre moi futur n’est pas différent de votre moi actuel et qu’il aura également du mal à relever des défis, qu’il s’agisse de trouver la volonté d’accomplir une tâche désagréable ou d’équilibrer le budget.

Alors, que pouvons-nous faire? Une bonne méthode pour se familiariser avec votre futur-moi est la visualisation : imaginez votre futur-moi en train de réfléchir aux décisions que vous prenez aujourd’hui et à leurs conséquences.

Alors quoi d’autre nous fait négliger notre futur moi?

Notre vulnérabilité à la gratification instantanée.

Lorsqu’un objet tentant vous regarde fixement, la résistance semble souvent vaine car le système de récompense de notre cerveau réagit si fortement aux récompenses visibles.

Pourquoi?

Parce que les récompenses visibles nous font surestimer les avantages de la gratification instantanée et sous-estimer la valeur de la maîtrise de soi. Cela nous amène à prendre des décisions que notre futur nous-mêmes regrettera plus tard.

Vous pouvez également profiter de :
L’illusion de soi par Bruce Hood

Mais la tentation s’affaiblit si vous créez ensuite une certaine distance entre vous et l’objet, par exemple en le rendant moins visible ou plus difficile à atteindre.

Cela a été démontré dans une étude où les employés de bureau avaient accès à des bonbons. Lorsque les bonbons étaient placés hors de vue dans un tiroir de bureau plutôt que sur le dessus de la table, la consommation de bonbons des sujets était réduite d’un tiers.

Idée-clé 9: Les tentatives pour écarter les désirs indésirables les rendent en fait plus forts.

Voici un défi : pendant les cinq prochaines minutes, ne pensez pas aux ours blancs. Pouvez-vous le faire? La plupart des gens échouent dans cette tâche. Même si nous ne pensons jamais aux ours blancs, si vous essayez activement de ne pas y penser, il devient presque impossible de vous arrêter.

Il en va de même pour vos fringales : bien que la suppression puisse sembler fonctionner au début, elle les aggrave en fait.

Cela a été démontré par un chercheur qui croyait que la suppression de la pensée nous oblige à faire la chose même à laquelle nous essayons de ne pas penser.

Pour tester son hypothèse, il a invité des femmes à un test de dégustation de deux chocolats similaires. Avant d’apporter les bonbons, il a demandé aux participants de réfléchir à voix haute pendant cinq minutes. Un groupe a été chargé de supprimer toute pensée sur le chocolat, tandis que les autres participants étaient libres de penser à ce qu’ils voulaient.

Et comme prévu, le groupe qui a reçu les instructions de ne pas penser au chocolat a rapporté moins de pensées sur le chocolat – mais a également mangé deux fois plus de bonbons.

C’est aussi la raison pour laquelle la plupart des régimes ne fonctionnent tout simplement pas. Plus les personnes au régime essaient de résister à un certain aliment, plus leur esprit en devient préoccupé.

Alors, comment vaincre les envies sans les repousser ?

Lorsque vous êtes au régime, ne vous privez pas de vos aliments préférés car cela ne fera qu’augmenter vos fringales.

Au lieu de décider « vous ne mangerez pas » de fast-food ou de cupcakes, consacrez votre énergie à l’idée que « vous mangerez » plus d’aliments sains. Une baisse des aliments malsains suivra automatiquement et vous aurez beaucoup plus de facilité à relever un défi aussi positif.

Une autre façon de surmonter les envies consiste simplement à les observer : lorsque l’envie indésirable apparaît, permettez-vous de la remarquer. Observez votre respiration et ce que vous ressentez. Imaginez alors que l’envie est un nuage qui se dissout et passe à côté.

Cette technique, inspirée des traditions de pleine conscience, est particulièrement utile si vous souhaitez vous débarrasser d’une habitude désagréable comme fumer.

Dans le dernier clin d’œil, vous découvrirez les principaux facteurs environnementaux qui affectent notre volonté.

Idée-clé 10: La volonté est contagieuse : notre environnement social peut augmenter et diminuer notre volonté.

Avez-vous déjà remarqué que vous vous comportez et pensez différemment selon la personne avec qui vous êtes ? En fait, les personnes avec lesquelles nous interagissons influencent nos croyances, nos objectifs et nos actions à un degré remarquable. Et même des caractéristiques comme une volonté forte ou faible peuvent être « extraites » de notre contexte social.

Par exemple, des études ont montré que si nous observons d’autres personnes agir de manière impulsive, nous sommes plus susceptibles d’être impulsifs nous-mêmes et de négliger nos objectifs à long terme pour un moment agréable. De plus, plus on aime la personne observée, plus cet effet est fort, et plus on perd de volonté.

Heureusement, ce mécanisme peut également être exploité pour de bon, par exemple avec un régime : la recherche montre qu’avoir un ami proche ou un membre de la famille qui a récemment perdu beaucoup de poids augmente vos chances de perdre également du poids.

Alors, comment pouvez-vous en profiter?

Demandez-vous, connaissez-vous quelqu’un que vous admirez pour sa volonté ? Essayez d’y penser plus souvent, car la recherche montre que le simple fait de penser à quelqu’un qui a une bonne maîtrise de soi augmente votre propre volonté.

Une autre façon d’exploiter la force de contagion de la volonté est d’impliquer vos amis et votre famille dans vos défis de volonté.

La puissance de cette approche a été démontrée dans l’intervention de perte de poids à l’Université de Pittsburgh qui oblige les gens à s’inscrire avec un ami ou un membre de la famille. Les participants ont ensuite été invités à se soutenir mutuellement dans la poursuite de leurs objectifs – par exemple, en écrivant des messages d’encouragement ou en partageant un repas sain de temps en temps.

Les résultats ont été impressionnants : 66 % des participants avaient maintenu leur perte de poids lorsqu’ils ont été contrôlés dix mois plus tard. En revanche, le taux de réussite du groupe témoin – les participants qui ne se sont pas joints à un partenaire – n’était que de 24 %.

Donc, si vous et vos proches partagez un défi de volonté, faites-en un projet de groupe !

Un message à retenir

Le message clé de ce livre :

En apprenant à nous concentrer sur nos objectifs à long terme, à maintenir notre réserve de volonté et à entraîner la force musculaire de notre volonté, nous pouvons mieux contrôler nos mauvaises habitudes et vivre une vie plus épanouissante.

Conseils actionnables :

Suivez de près la façon dont vous gérez vos défis de volonté.

Pendant au moins une journée, essayez d’observer vos décisions de très près. Y a-t-il des situations que vous auriez pu éviter pour mieux maintenir votre réserve de volonté ? Y a-t-il eu des moments où vous avez cédé à une impulsion parce que vous avez perdu de vue votre objectif à long terme ? Identifiez vos faiblesses et visualisez-vous en train de les surmonter.

Remplissez régulièrement votre volonté de pleine conscience.

Essayez la méditation d’entraînement cérébral de cinq minutes : concentrez-vous sur votre respiration en utilisant les mots « inspirez » et « expirez » dans votre esprit, et lorsque votre esprit vagabonde, remarquez-le simplement et ramenez-le à votre respiration.

 

Ressources: The Willpower instinct.

 

error: