Libérer le pouvoir de la réflexion : un guide pour les leaders d’aujourd’hui

par | 14 Mai 2023

Vous sentez-vous submergé par le monde trépidant dans lequel nous vivons ? Vous trouvez-vous constamment pris dans un tourbillon de tâches et de décisions sans prendre un moment pour faire une pause et réfléchir ? Dans cet article, nous vous proposons d’approfondir l’art perdu de la réflexion et comment elle peut transformer votre parcours de leadership.

Avant de continuer, nous avons pensé que vous aimeriez télécharger gratuitement le guide du questionnement socratique. Grâce à cette technique ancienne, vous apprendrez à poser des questions qui remettent en question les hypothèses, clarifient les concepts et stimulent la pensée critique.

 

 

Comment retrouver l’art perdu de la réflexion

Les dirigeants passent trop de temps sur le traitement, la réaction et l’exécution de l’information, et pas assez sur une réflexion lente, délibérative et réfléchie. Mais certains leaders ont réussi à résister à ces tendances. Warren Buffett, Bill Gates et Mark Zuckerberg lisent beaucoup, réservent du temps pour des projets de développement personnel et recherchent constamment de nouveaux stimulants et perspectives.

Les leaders équilibrés cultivent délibérément l’art de la réflexion dans leurs journées de travail et s’appuient sur un certain nombre de techniques pour récupérer et protéger leur temps. Parmi lesquelles : programmer un temps de réflexion non structuré – qu’il s’agisse de se déconnecter pendant une heure par jour ou de sauter le bureau un jour par semaine – et de générer une liste de questions qui suscitent une réflexion réflexive. Les routines de réflexion réflexive peuvent se répercuter sur l’organisation, les cadres supérieurs servant de modèles.

En ravivant l’art de la réflexion, les leaders peuvent récupérer leur temps, retrouver l’art perdu de la réflexion et déployer leurs pleins pouvoirs de réflexion face aux défis de plus en plus complexes auxquels ils sont confrontés et, en inspirant le même comportement chez les autres, libérer les employés des effets corrosifs de la surcharge d’informations et de la réactivité incessante.

Une histoire célèbre mais peut-être apocryphe sur Albert Einstein est qu’il a imaginé la théorie de la relativité en faisant du vélo. Warren Buffett a déclaré publiquement qu’il lisait six heures par jour et qu’il avait très peu de rendez-vous programmés. Ces deux exemples contrastent fortement avec la manière dont la plupart des dirigeants utilisent leur temps. Beaucoup sont esclaves des e-mails (un leader se définit à moitié en plaisantant sur son travail en disant « mon vrai travail est de répondre à 2 000 e-mails par jour ») et consacrent une grande partie du reste de leur temps à des réunions.

Mais se concentrer sur le traitement de l’information, la réaction et l’exécution – même si cela peut sembler productif – fait souffrir la qualité de nos pensées. Nous croyons que les chefs d’entreprise dans le monde complexe d’aujourd’hui ont un besoin urgent de remettre en culture l’art de la réflexion.

La pensée réflexive

Dans la pensée réflexive, une personne examine les hypothèses sous-jacentes, les croyances fondamentales et les connaissances, tout en établissant des liens entre des éléments d’information apparemment disparates.

La science du cerveau, popularisée dans le livre de Daniel Kahneman, a montré que ce type de « pensée lente » est négativement corrélé avec la « pensée rapide », comme cela pourrait être utilisé lors de la conduite d’une voiture ou de la résolution d’une somme simple. En d’autres termes, la pensée réfléchie (lente et délibérative) et la pensée réactive (rapide et instinctive) existent effectivement aux extrémités opposées d’un interrupteur. Quand l’un est « allumé », l’autre est « éteint ».

Développez la discipline

Les cadres supérieurs sont victimes d’une surcharge d’informations et d’une dépendance excessive à la pensée rapide. Mais certains PDG ont réussi à résister à ces tendances. Bill Gates et Mark Zuckerberg, entre autres, partagent la discipline de Warren Buffett pour lire abondamment, réserver du temps pour des projets de développement personnel et rechercher constamment de nouveaux stimulants et perspectives. John Young, président du groupe Pfizer Essential Health, nous a fait remarquer que la pensée réflexive améliore sa prise de décision en la fondant sur une vision du monde plus intégrée et cohérente que celle que l’on peut avoir en agissant uniquement dans l’instant. À partir de ces dirigeants  nous suggérons quelques principes simples pour que les dirigeants redécouvrent et libèrent l’art de la pensée réflexive.

Prévoyez un temps de réflexion indépendante

Prévoyez un temps de réflexion non structuré. Le temps est une condition préalable à la lenteur de la pensée. Pour développer une routine, le temps de réflexion doit être un événement régulier et protégé dans le calendrier du leader. Une étude de la Harvard Business School de 2015 a montré que les horaires des PDG leur laissent généralement aussi peu que 15 % de leur temps pour travailler seuls. Il est juste de supposer qu’une grande partie de ce temps, même modeste, est probablement consommée par l’examen des informations et le traitement de questions tactiques urgentes, ne laissant qu’une infime partie à la réflexion. Une enquête menée auprès de 267 cadres de niveau C dans des entreprises du Fortune 500 suggère qu’ils consacrent aussi peu que 30 minutes par jour au « développement personnel », généralement tard dans la soirée.

Il n’y a pas de façon optimale unique de réserver du temps à une réflexion non structurée. Certains l’étaleront sur la semaine : Jeff Weiner, PDG de LinkedIn, bloque entre 90 minutes et deux heures par jour pour réfléchir et décrit ces tampons comme « l’outil de productivité le plus important » qu’il utilise. Susan Hakkarainen, présidente et co-PDG de Lutron, nous a dit : « J’utilise des promenades de 40 minutes pour réfléchir et je lis des articles pour me stimuler et me développer pendant mon café du matin. » Yana Kakar, Global Managing Partner de Dalberg, réserve 3 blocs de temps de réflexion de deux heures chaque semaine. Elle commente : « La réflexion est la seule chose que vous ne pouvez pas sous-traiter en tant que leader. Garder ce moment sacré dans mon emploi du temps malgré le déluge d’appels, de réunions et d’e-mails est essentiel.

D’autres concentrent la réflexion sur une seule journée. Brian Scudamore, l’entrepreneur en série chez O2E Brands, consacre tout le lundi à réfléchir et à organiser le reste de la semaine, qui est remplie de réunions consécutives. Il crée également un environnement propice à une réflexion approfondie en ne se rendant pas au bureau le lundi. Phil Libin, ancien PDG d’Evernote, utilise le temps passé dans les avions pour se déconnecter du travail quotidien.

Trouvez un coach

Trouvez un coach. La méthode socratique reste le moyen le plus efficace pour stimuler la réflexion. Pour inspirer et affiner la réflexion, les dirigeants bénéficieront souvent d’un dialogue structuré avec un partenaire de confiance. Si leur relation est solide, ce partenaire peut inciter le PDG à poser des questions, des observations et des défis.

Le rôle du partenaire de discussion est de faciliter l’exploration d’idées, de rendre la réflexion plus productive et de développer des habitudes et des capacités de réflexion. Dans les dialogues de Platon, le rôle principal de Socrate est de poser des questions directrices et de fournir des apports catalyseurs qui amènent les élèves à structurer leurs pensées et à articuler leurs apprentissages. La méthode peut être encore plus pertinente aujourd’hui qu’elle ne l’était dans les temps anciens.

Utilisez des séquences de réflexion

Cultivez une liste de questions qui suscitent la réflexion. Les idées vous apparaîtront rarement simplement. Même les formes de pensée les plus intuitives ont souvent besoin de stimulation et d’inspiration. Dans le cadre de la réflexion commerciale, une liste de questions divergentes peut être un outil très utile pour s’élever au-dessus des considérations tactiques. Les questions peuvent être adaptées pour correspondre à la façon de penser de chaque leader, mais incluront généralement celles qui concernent la vision personnelle, la stratégie, l’organisation et le leadership, telles que :

  1. Quel est le but de l’entreprise ?
  2. Que ferais-je différemment si je pouvais recréer l’entreprise à partir d’un état vide ?
  3. Que ferais-je maintenant s’il n’y avait pas de contraintes héritées sur mes actions ?
  4. Qu’est-ce que je ne sais pas sur l’industrie et l’entreprise ?
  5. Quelle valeur unique puis-je ajouter dans mon rôle de PDG ?
  6. Quelle empreinte est-ce que je souhaite créer en tant que leader sur les employés et les autres parties prenantes ?

Refusez la surcharge d’informations

Protégez-vous et votre organisation contre la surcharge d’informations. Peter Drucker a recommandé de « suivre une action efficace par une réflexion silencieuse ». Les PDG doivent veiller à ce que les occasions de réflexion silencieuse ne soient pas gênées par une surcharge d’informations. Des solutions simples sont disponibles. Pensez aux normes de messagerie : chat et messagerie pour remplacer les emails internes, accès limité aux grosses listes de diffusion, programmation automatique des emails pendant les heures de travail, déconnexion facile des messages non urgents, etc. Thierry Breton, PDG de la SSII Atos, a évoqué sa propre expérience aux prises avec les e-mails lorsqu’il a conçu et lancé un programme « Zero-email » en 2011. À la fin de 2013, les e-mails avaient été réduits de 60 %. Ils n’ont jamais été complètement éradiqués, mais l’initiative est toujours perçue comme pionnière, d’autant plus qu’Atos a réussi à réduire les coûts administratifs de 13 à 10 % sur la même période.

Cependant, la surcharge d’informations reste un problème culturel, une addiction collective. La communication est souvent façonnée par des normes culturelles implicites pesant sur les employés. Par exemple, quel est le temps de réponse aux e-mails attendu des subordonnés ? Rendre ces normes explicites est essentiel pour s’assurer que les limites sont fixées de manière équitable, et pas seulement à la discrétion de chaque responsable. En France, une loi de 2017 largement commentée a créé un « droit à la déconnexion » pour les salariés. En pratique, les grandes entreprises devront négocier des temps hors ligne avec leur personnel, les obligeant à avoir une stratégie de communication électronique en dehors des heures de travail. Il est trop tôt pour juger du résultat, mais si la déconnexion le week-end conduit simplement à des boîtes de réception débordantes le lundi, la loi ne résoudra pas le problème. Pour les entreprises réflexives, le principal défi consiste à s’assurer qu’une communication excessive ne compromet pas la productivité et n’empêche pas la réflexion réflexive. Pour être efficaces, les normes de communication doivent être décidées, clarifiées, adoptées et mises en œuvre à l’échelle de l’entreprise. Nous suggérons d’adopter une variante d’un adage souvent cité, « Communiquer, communiquer, penser tranquillement ».

Développez vos compétences en résolution de problèmes

Réinventez-vous en tant que résolveur de méta-problèmes. Comme l’a dit le philosophe Bertrand Russell, « il y a beaucoup trop de travail accompli dans le monde ». Votre travail en tant que leader consiste à vous assurer que tout le travail effectué dans votre organisation est utile et productif, c’est-à-dire qu’il répond aux bonnes questions.

Un résolveur de méta-problèmes pense à la résolution de problèmes. Ils remettent en question le processus par lequel les idées sont générées et les problèmes résolus, et s’assurent que les bonnes questions sont traitées de la meilleure manière.

L’un des enjeux les plus critiques pour un leader aujourd’hui est de s’assurer de la pertinence des stratégies dans des environnements commerciaux complexes et en évolution rapide. Le leader réfléchi remet non seulement en question la stratégie elle-même, mais également la pertinence de l’approche pour développer et exécuter la stratégie dans chaque situation. Selon la prévisibilité, la malléabilité et la dureté de l’environnement, différentes approches de la réflexion stratégique sont appropriées. La pensée réflexive est un puissant antidote à l’application mécanique d’approches familières à de nouvelles situations.

Plutôt que de remettre en question les détails de l’exécution, les dirigeants doivent s’assurer que les équipes disposent des bonnes approches et des bons outils pour résoudre des problèmes complexes. Si un problème vous est signalé, demandez-vous toujours pourquoi vos équipes n’ont pas pu le résoudre et ce que vous pouvez faire pour élargir leur réflexion.

Si un problème vous est signalé, demandez-vous toujours pourquoi vos équipes n’ont pas pu le résoudre et ce que vous pouvez faire pour élargir leur réflexion.

Soyez un modèle

Soyez un modèle pour vos employés. Les routines de réflexion réflexive peuvent se répercuter sur l’organisation, les cadres supérieurs servant de modèles. Dans le cadre de la transparence radicale qu’il promeut, le PDG de Zappos, Tony Hsieh, partage son emploi du temps publiquement, modélisant ainsi la façon dont il utilise son temps pour les autres.

La façon la plus simple de diffuser des habitudes de réflexion est d’exiger que les gens les adoptent. Chez AOL, Tim Armstrong a simplement demandé aux cadres de consacrer un dixième de chaque semaine de travail à la réflexion.

Il existe également des moyens plus implicites d’encourager la réflexion. Chez Microsoft, lorsqu’il a été nommé PDG, Satya Nadella était « connu pour écouter, apprendre et analyser ». Son comportement était essentiel pour promouvoir la culture d’exploration nécessaire à la transformation de l’entreprise.

L’emploi du temps du leader contribue en effet puissamment à la définition d’une culture d’entreprise. La pensée réflexive ne devrait pas être le privilège du leader éclairé qui préside une organisation qui ne fait qu’exécuter. Alors que l’automatisation et l’intelligence artificielle réduisent la part du temps des employés consacrés à la réflexion et à l’action rapides, la promotion d’une culture de réflexion sera encore plus essentielle pour créer un avantage durable.

Un message à retenir

En ravivant l’art de la réflexion, les leader peuvent récupérer leur temps, déployer leurs pleins pouvoirs cognitifs face aux défis de plus en plus complexes auxquels ils sont confrontés et, en inspirant le même comportement chez les autres, libérer les employés des effets corrosifs de la surcharge d’informations et de la réactivité incessante.

Nous espérons que vous avez apprécié cet article. N’oubliez pas de télécharger gratuitement le guide du questionnement socratique.

 

 

Sources

https://www.domo.com/blog/report-how-ceos-spend-their-time/ https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2016/05/26/32001-20160526ARTFIG00232-xavier-niel-mon-vrai-metier-c-est-de-repondre-a-2000-emails-par-jour.php The Oracle Speaks: Warren Buffett In His Own Words (In Their Own Words) https://www.inc.com/empact/why-successful-people-spend-10-hours-a-week-just-thinking.html

Thinking, Fast and Slow. Daniel Kahneman.

 
Vous pouvez également profiter de :
Équilibre de vie. Est-ce réalisable ?
error: