Améliorer l’image de soi ne sera pas facile. En fait, il faudra beaucoup de patience, de temps et d’efforts.

Au cours de ce voyage pour améliorer votre image de soi, vous devrez probablement vous débarrasser de vos vieilles habitudes, de vos croyances limitantes et de vos pensées inutiles. Vous devrez essentiellement remettre en question la façon dont vous vivez votre vie, ce qui inclut les choix et les décisions que vous avez pris.

Chers amis bonjour, quel plaisir de vous retrouver dans La Vision Mag, votre magazine spécialiste de l’auto-coaching et du leadership intérieur. Ici nous avons des conversations perspicaces autour de comment clarifier et réaliser une vision digne de votre vie grâce aux meilleures pratiques de leadership intérieur et d’auto-coaching.

Je suis Céline Folifack et aujourd’hui nous allons explorer les différentes méthodes pour améliorer l’image de soi. Mais pour commencer, qu’est ce que l’image de soi?

Qu’est ce que votre image de soi?

Votre image de soi se résume à la façon dont vous vous voyez dans le moment présent. Cela inclut les étiquettes que vous vous donnez sur votre personnalité et les croyances que vous avez sur la façon dont le monde extérieur vous perçoit.

Il est cependant important de noter que votre image de vous-même n’est pas nécessairement basée sur la réalité. Par exemple, une personne souffrant d’anorexie peut avoir une image de soi qui lui fait croire qu’elle est obèse, mais en réalité, c’est loin de la vérité.

Toutefois, une image de soi saine vous aidera à avancer dans la vie. Cela vous permettra de maximiser votre potentiel et de tirer le meilleur parti de vos forces, de vos talents et de vos capacités.

D’un autre côté, une faible image de soi entravera votre progression. En fait, un concept de soi fragile conduira très probablement à un comportement d’auto-sabotage. En conséquence, vous aurez du mal à donner suite à vos actions. Et  vous ne parviendrez pas à atteindre les buts et objectifs que vous vous êtes fixés.

Améliorer votre image de soi: de quoi s’agit-il?

Quand on parle de vouloir améliorer l’image de soi, il s’agit premièrement de revisiter vos choix.

Si les choix que vous faites n’étirent pas votre zone de confort et ne vous poussent pas vers vos objectifs, le changement doit être à l’horizon.

Même si ce voyage et la transformation inévitable ne seront pas faciles, cela en vaudra la peine.

Vous ne serez plus à la merci d’une vision biaisée de la réalité. Au lieu de cela, vous aurez pris le contrôle. Et avec le contrôle vient la confiance. Et avec la confiance vient le pouvoir personne, le pouvoir de transformer votre vie avec un but.

La qualité de votre vie est le reflet direct de votre état d’esprit émotionnel.

Lorsque vos émotions sont saines et servent votre plus grand bien, la qualité de votre vie s’améliore également, cela améliore la qualité de nos pensées. Et à mesure que nos pensées s’améliorent, nos choix, nos décisions et nos actions s’améliorent également.

Lorsque vous faites de meilleurs choix, vous obtenez de meilleurs résultats. Et avec de meilleurs résultats, vous vous sentez infiniment mieux dans votre peau. Et lorsque vous vous sentez mieux dans votre peau, votre image de soi se renforce.

C’est, en substance, la clé qui aidera à transformer une mauvaise image de soi en quelque chose qui peut aider à optimiser la façon dont vous vivez le reste de votre vie.

Étape 1 : Rédigez un contrat personnel

Avant toutes choses, il est impératif que la toute première chose que vous fassiez soit de conclure un contrat personnel.

Rédigez un contrat qui vous donne le feu vert pour lancer le processus de changement. Reconnaissez que :

  1. Les choses doivent changer…
  2. Vous êtes responsable de ce changement…
  3. Vous vous engagez à faire ce changement…

Si, pour une raison quelconque, vous ne parvenez pas à remplir ces trois critères d’engagement envers vous-même, vous n’êtes tout simplement pas encore prêt à initier le changement. Regardons cela un peu plus en détail.

Votre première étape d’engagement envers vous-même consiste à reconnaître que des changements doivent être apportés. Si vous ne parvenez pas à admettre qu’il y a quelque chose qui ne va pas, il ne sert à rien d’aller de l’avant avec ce processus.

Deuxièmement, vous devez assumer la responsabilité d’effectuer ces changements. Personne n’est responsable de votre vie sauf VOUS. Sans VOUS, cela ne peut pas être fait.

Vous devez donc prendre la responsabilité sur vos épaules que vous, et vous seul, êtes responsable d’apporter ces changements.

Troisièmement, vous devez vous engager à apporter les changements nécessaires pour améliorer votre vie.

Sans engagement, pas de motivation. Et sans motivation, il n’y a tout simplement pas assez de raisons pour que vous incitiez au changement – c’est surtout là que les choses s’effondrent.

Vous devez donc reconnaître que les choses doivent changer, vous devez assumer la responsabilité de ce changement et vous devez vous engager à suivre le changement.

Une fois que vous vous serez engagé par contrat, vous serez prêt à faire le prochain pas de votre cheminement vers une image de soi plus saine.

Votre prochaine étape pour transformer votre concept de soi est de découvrir qui vous êtes.

Étape 2 : Découvrez qui vous êtes, puis comblez le fossé !

À première vue, vous pouvez penser que vous savez déjà qui vous êtes, n’est-ce pas ? Vous êtes VOUS ! Vous êtes un être physique qui vit une vie qui vous est propre. Cependant, sous la surface, vous êtes en réalité bien plus que cela.

Donc, ma question est, savez-vous honnêtement qui vous êtes vraiment ?

Ce que vous allez essayer de faire ici, c’est d’identifier l’écart entre « qui vous êtes » et « qui vous cherchez à devenir ».

Pour renforcer votre image de soi, vous devez trouver un moyen de combler cet écart avec succès.

Vous pouvez également profiter de :
Comment passer de la conscience de soi à l'amélioration de soi

Vous devez essentiellement fusionner le VOUS dans le MAINTENANT avec le VOUS dans le FUTUR.

Ceci, bien sûr, ne va pas être facile. En fait, il y aura toujours une sorte de divergence. Et cela est important à comprendre car sans écart, il n’y a pas de motivation pour grandir et se développer au fil du temps.

Cependant, si cet écart est trop important entre le VOUS d’aujourd’hui et le VOUS que vous désirez devenir dans le futur, alors votre estime de soi sera touchée, votre image de soi s’en ressentira et par ricochet, votre concept de soi deviendra malsain: vous vous dévaloriserez. C’est aussi une question de logique: si votre soi idéal est un écrivain alors que dans la vraie vie vous n’avez jamais un livre entre les mains, ce n’est pas une vision mais de la rêvasserie, une perte de temps. Il doit donc y avoir un certain alignement entre votre soi idéal et le vous actuel.

Dans cette optique, prenez le temps de répondre aux 12 questions suivantes :

  1. Qui suis je?
  2. Qui suis-je vraiment ?
  3. Qui suis-je physiquement ?
  4. Qui suis-je socialement ?
  5. Qui suis-je émotionnellement ?
  6. Qui suis-je spirituellement ?
  7. Qui suis-je au regard de mes réalisations ?
  8. Qui suis-je face à mes échecs et mes erreurs ?
  9. Qui suis-je par rapport à mes objectifs ?
  10. Qui suis-je par rapport à mes rôles sociaux ?
  11. Qui suis-je vraiment ? Pourquoi?
  12. Qui ne suis-je pas ? Pourquoi pas?

Le but de ces questions est d’identifier comment vous vous voyez dans le moment présent, puis de le comparer à la série suivante de questions ci-dessous. La prochaine série de questions se concentre sur le type de personne que vous cherchez à devenir: votre soi idéal.

Au fur et à mesure que vous parcourez chaque question, vous obtiendrez diverses idées et perspectives sur qui vous êtes. Et c’est parfaitement bien. Acceptez ces différences, car c’est essentiellement ainsi que vous vous voyez chaque jour.

Il est également important de noter qu’il n’y a pas de réponses incorrectes. Les choses sont comme elles sont.

Ce qui est le plus pertinent ici, c’est de savoir si de réaliser l’écart entre votre soi idéal et qui vous êtes actuellement, en vue de commencer votre chemin de croissance personnelle :

  1. Qui est-ce que je cherche idéalement à devenir ?
  2. Comment est-ce que je me vois dans le futur ?
  3. Quel genre de personne est cette personne ? Comment est cette personne ?
  4. Quels types de qualités possède cette personne ?
  5. Comment pense cette personne ?
  6. Comment cette personne se parle-t-elle ?
  7. Quel genre de questions cette personne se pose-t-elle ?
  8. Quel genre d’émotions cette personne éprouve-t-elle?
  9. À quel genre d’habitudes cette personne s’adonne-t-elle ?
  10. Quelles expériences cette personne a-t-elle chaque jour ?
  11. Vers quel genre d’objectifs cette personne travaille-t-elle ?
  12. Quel genre de personne est vraiment cette personne ?
  13. Votre moi idéal doit être en harmonie avec votre moi perçu dans le moment présent.
  14. S’il existe une différence significative entre les deux, vous devez alors travailler à combler cet écart, renforçant ainsi votre image de soi.
  15. Examinons maintenant de plus près cet écart. Demandez-vous:
  16. Quel est l’écart entre mon moi perçu et mon moi idéal ?
  17. Où l’écart est-il le plus important ?
  18. Où l’écart n’est-il pas si important?
  19. La distance entre l’écart est-elle réaliste ?
  20. Comment pourrais-je commencer à combler cet écart à partir d’aujourd’hui ?

Votre objectif pour le reste de ce voyage est de commencer à combler ce fossé entre votre moi idéal et le moi que vous vivez en ce moment même.

Plus ces deux «moi» sont proches, plus votre concept de soi deviendra fort et sain.

Avant de continuer, j’ai quelques mots d’avertissement.

Votre idéal personnel doit être réaliste et réalisable. Sinon, vous aurez du mal à atteindre vos normes de performance les plus élevées. Par la suite, votre image de soi continuera à souffrir.

La clé est alors de s’assurer que votre idéal de soi n’est pas claqué sur l’extérieur et provient de votre sagesse interne.

Il est temps de faire quelques changements clés pour améliorer votre image de soi

Vous trouverez ci-dessous de nombreuses suggestions et directives pour vous aider à transformer votre image de soi. Certaines de ces suggestions sont faciles et rapides à mettre en œuvre, tandis que d’autres peuvent prendre un peu de temps.

Cependant, ce qui est crucial ici, c’est ce sur quoi vous vous concentrez lorsque vous apportez ces changements. Cela se résume essentiellement à trois choses fondamentales :

  1. Changer vos habitudes de pensée.
  2. Changer votre discours intérieur.
  3. Changer vos systèmes de croyance.

Peu importe comment vous procédez, chaque changement particulier que vous désirez apporter se résume à ces trois choses fondamentales.

Par conséquent, quelles que soient les idées que vous décidez de mettre en œuvre, assurez-vous de toujours garder à l’esprit comment ces changements peuvent être apportés à vos pensées, à votre discours intérieur et aux systèmes de croyance qui régissent votre comportement subconscient.

Tout cela, espérons-le, commencera à avoir plus de sens au fur et à mesure que vous progresserez dans les idées suivantes.

1- Transformez vos habitudes de pensées

Votre premier objectif est de regarder à l’intérieur et de devenir très consciemment conscient de vos pensées quotidiennes, de votre discours intérieur, de vos systèmes de croyances, de vos règles psychologiques et des questions que vous avez tendance à poser. Demandez vous:

  1. Mes pensées sont-elles alignées sur mon image de soi ?
  2. Sur quel genre de pensées est-ce que je me permets de m’attarder ?
  3. Que me font ces pensées ?
  4. Comment ces pensées me font-elles ressentir?
  5. Qu’en est-il de mon discours intérieur ?
  6. Comment ai-je tendance à me parler ?
  7. Quelles questions ai-je tendance à me poser ?
  8. Quelles sont les conséquences de mon discours intérieur et des questions que je me pose ?
  9. Qu’est-ce que j’ai tendance à croire sur moi-même ?
  10. Qu’est-ce que j’ai tendance à croire à propos de mes capacités?
  11. Est-ce que cela correspond à mon idéal personnel ?
  12. Comment tout cela me fait-il sentir?
  13. Qu’en est-il des règles qui régissent mes décisions au jour le jour ?
  14. Comment ces règles influencent-elles mes entreprises quotidiennes ?
  15. Toutes ces choses sont-elles conformes à mon idéal personnel ?
  16. Comment puis-je faire les ajustements nécessaires pour faire correspondre mon image de moi avec mon idéal de moi ?

Votre objectif est d’atteindre la congruence dans ces domaines. Votre image de soi ne s’alignera jamais directement sur votre idéal personnel. Cependant, vous pouvez certainement apporter les ajustements nécessaires à votre état d’esprit pour aller dans la bonne direction.

Pour vous aider dans ce processus de transition, il est nécessaire de vous accorder du temps pour la méditation et la visualisation.

Vous pouvez également profiter de :
Votre relation est-elle saine? Faites cet audit de relation pour le savoir (+PDF)

La méditation aidera à éliminer l’encombrement de votre cerveau. Cela vous encouragera à penser et à agir plus consciencieusement tout au long de la journée. Cela améliorera par la suite votre capacité à prendre des décisions efficaces.

La visualisation, en revanche, peut vous fournir la vision nécessaire dont vous avez besoin pour mieux comprendre votre orientation future. Cela vous aidera également à tracer un chemin beaucoup plus clair vers les résultats souhaités.

N’oubliez pas que la façon dont vous pensez aux choses a beaucoup à voir avec vos perceptions et vos interprétations de la réalité.

Par exemple, interpréter les choses dans un sens vous donnera accès à un ensemble particulier de ressources et d’opportunités. Cependant, interpréter les choses d’une autre manière vous donnera accès à un ensemble différent de ressources et d’opportunités. Ironiquement, cela pourrait même vous refuser complètement l’accès.

Il est donc primordial de garder à l’esprit que la façon dont vous cadrez et/ou recadrez vos expériences détermine essentiellement ce que vous gagnez ou perdez de ces expériences.

Par conséquent, lorsque des problèmes surviennent, ce n’est pas ce qui vous arrive, mais la façon dont vous interprétez ce qui se passe qui fait toute la différence.

2- Transformez votre physiologie

En ce qui concerne notre physiologie, il est important de nous rappeler que le corps et l’esprit sont intrinsèquement liés.

Cela signifie essentiellement que la façon dont vous pensez et dont vous émotivez votre expérience influence la façon dont vous utilisez votre physiologie. De même, la façon dont vous utilisez votre physiologie influence votre façon de penser et d’émotionner vos expériences. Ils sont tous les deux interconnectés, et donc ce que vous faites à l’un influence directement l’autre.

Dans cet esprit, réfléchissez à votre corps et à la façon dont vous l’utilisez tout au long de la journée. Bougez-vous votre corps avec confiance ou avez-vous tendance à le bouger lentement ? Qu’en est-il de votre respiration et de votre posture ? Comment est-ce?

En faisant de petits ajustements à votre physiologie, vous influencerez indirectement votre monde intérieur. Et au fur et à mesure que votre monde intérieur changera, vous commencerez à combler le fossé entre votre situation actuelle et votre moi idéal.

3- Améliorez vos choix de style de vie

En ce qui concerne votre style de vie, vous devez commencer à faire de meilleurs choix qui vous aideront à vous rapprocher de votre moi idéal. Demandez vous:

  1. Quel genre de vie mon moi idéal mène-t-il ?
  2. À quelle fréquence mon moi idéal fait-il de l’exercice ?
  3. Quel genre de nourriture mon moi idéal mange-t-il ?
  4. Dans quel type d’environnement mon moi idéal passe-t-il la majorité de son temps ?
  5. À quoi mon moi idéal passe-t-il son temps ?
  6. Comment mon moi idéal a-t-il tendance à fonctionner ? Où? Sur quoi?
  7. Quel genre de choix de style de vie mon moi idéal fait-il ?
  8. Comment puis-je commencer à combler l’écart de style de vie entre où je suis aujourd’hui et mon moi idéal de demain ?

En parcourant ces questions, vous aurez une idée précise des changements que vous devrez peut-être apporter pour combler le fossé entre votre situation actuelle et votre moi idéal.

Avant tout, rappelez-vous qu’il s’agit d’atteindre un état de congruence où votre moi actuel (image de soi) correspond à votre moi futur (idéal de soi) sur autant de niveaux que possible.

4- Renforcez votre confiance en vous

Lorsque vous avez un concept de soi malsain, vous aurez généralement du mal avec votre confiance en vous.

Lorsque vous luttez pour la confiance en vous, vous êtes souvent très susceptible d’être la proie du rejet, de la critique, du jugement et de l’influence des autres.

Pour renforcer votre confiance en vous, vous devez explorer l’amour de soi. Avant de pouvoir avoir confiance dans le monde extérieur, vous devez d’abord avoir confiance en vous – ce qui passe par l’amour de soi.

L’amour de soi, c’est s’accepter pleinement malgré ses défauts, malgré ses faiblesses et malgré ses insuffisances. Cela signifie se sentir bien dans sa peau, peu importe à quoi vous ressemblez ou comment vous vous sentez.

Pour trouver votre amour-propre, passez du temps avec vous-même. Cependant, ne vous contentez pas de passer du temps à regarder la télévision stupide. En fait, passez du temps à vous faire dorloter. Faites-vous masser, profitez d’un sauna chaud, faites une promenade dans la nature, etc.

Avant tout, la clé est de se reconnecter à soi-même. Ce n’est que lorsque vous aurez trouvé cette connexion avec vous-même que vous puiserez dans votre véritable sentiment de confiance.

5- Développez des connaissances et des compétences pertinentes

Votre moi idéal possède certaines compétences, connaissances et capacités. Identifiez ce que sont ces choses, puis mettez-vous au travail en acquérant les connaissances et les compétences pertinentes dont vous avez besoin pour vous aider à combler le fossé entre votre image de soi et votre idéal personnel.

Vous trouverez souvent les informations dont vous avez besoin dans des livres, en suivant des cours, en faisant du bénévolat pour une cause ou en vous connectant avec des personnes qui possèdent déjà les connaissances et les compétences que vous désirez.

Vous pourriez, par exemple, obtenir un mentor ou un coach de vie. Trouvez quelqu’un qui pourrait vous guider tout au long de votre cheminement vers votre idéal personnel.

6- Construisez votre réseau de soutien

Alors que vous travaillez à développer vos connaissances et vos compétences, vous aurez très certainement besoin de soutien tout au long de votre parcours.

Vous aurez besoin de personnes pour vous aider à traverser les moments difficiles et les luttes. Vous aurez besoin de personnes sur lesquelles vous pouvez compter pour un soutien émotionnel. Et vous aurez besoin de personnes qui vous accepteront inconditionnellement sans les ficelles. 😉

Ces personnes doivent, bien sûr, être positives, inspirantes, créatives, passionnées et bienveillantes. Ils doivent être généreux et généreux, joyeux et heureux. Ce sont les types de personnes qui devraient faire partie de votre réseau de soutien.

Votre réseau de soutien peut, par exemple, être composé d’amis, de collègues, de membres de la famille, de coachs de vie et/ou de mentors.

Ces personnes seront là pour vous soutenir lorsque vous rencontrerez des difficultés. Ils seront là pour vous aider à rester motivé, concentré et inspiré à mesure que vous progresserez vers votre moi idéal.

Vous pouvez également profiter de :
Une méditation de compassion avec un scan corporel affectueux (+audio)

Utilisez votre réseau de soutien pour vous guider et vous orienter. Cependant, s’il vous plaît, n’abandonnez pas le contrôle de votre propre vie en mettant votre destin entre les mains des autres. Cela ne fonctionnera jamais bien à long terme. Vous devez être responsable de vos propres choix et décisions.

Être responsable signifie ne pas se préoccuper de ce que les autres pensent. Cela signifie ne pas se soucier de la critique ou du rejet. Et cela signifie ne pas se comparer aux autres.

Vous êtes sur votre propre chemin unique. Ces personnes sont là pour vous soutenir, mais en fin de compte, vous prenez la décision finale qui détermine la direction que vous prendrez.

7- Fixez-vous des objectifs inspirants

Avoir des objectifs inspirants signifie que votre vie a un but et un sens. Cela vous permet de rester motivé et actif.

Cependant, vous ne voulez pas simplement fixer des objectifs aléatoires. En fait, vous voulez vous fixer des objectifs qui correspondent à votre idéal personnel. Alors demandez-vous :

  1. Vers quels objectifs mon moi idéal travaille-t-il ?
  2. Dans quel but mon moi idéal s’efforce-t-il ?
  3. Qu’est-ce qui inspire et motive mon moi idéal ?

Une fois que vous avez vos réponses à ces questions, fixez-vous des objectifs inspirants et établissez un plan d’action qui vous aidera à combler le fossé entre où vous en êtes aujourd’hui et où vous aimeriez idéalement être à l’avenir.

Un message à retenir

Construire un concept de soi sain et robuste demande sans aucun doute du travail et des efforts constants. En fait, cela prend du temps.

N’oubliez pas que l’amélioration personnelle est un processus continu.

Prenez votre temps. Fixez-vous de petits objectifs quotidiens et, au fil des semaines, des mois et des années, vous ferez des progrès considérables en sculptant qui vous êtes et qui vous désirez devenir.

Le concept de soi d’un individu est au cœur de sa personnalité. Elle affecte tous les aspects du comportement humain : la capacité d’apprendre, la capacité de grandir et de changer. Une image de soi forte et positive est la meilleure préparation possible pour réussir dans la vie. – Frères Joyce

C’est sur ce mot que je vous dis à très bientôt. N’oubliez pas. Soyez juste VOUS.

Références
  • Baumeister, R. F. (1999). The nature and structure of the self: An overview. In R. Baumeister (Ed.), The self in social psychology (pp. 1-20). Philadelphia, PA: Psychology Press (Taylor & Francis).
  • Berk L. E. (2004). Development through the lifespan. Boston, MA: Allyn & Bacon.
  • Betz, N. E. (1994). Self-concept theory in career development and counseling. Career Development Quarterly, 43, 32-43.
  • Bochner, S. (1994). Cross-cultural differences in the self concept: A test of Hofstede’s individualism/collectivism distinction. Journal of Cross-Cultural Psychology, 25, 273-283.
  • Bong, M., & Clark, R. E. (1999). Comparison between self-concept and self-efficacy in academic motivation research. Educational Psychologist, 34, 139-153.
  • Byrne, B. M. (1986). Self-concept/academic achievement relations: An investigation of dimensionality, stability, and causality. Canadian Journal of Behavioural Science, 18, 173-186.
  • Chaika, G. (2012). Ten activities to improve students’ self-concepts. Education World. Retrieved from http://www.educationworld.com/a_lesson/lesson/lesson085.shtml
  • Cherry, K. (2018A). What is self-awareness? Very Well Mind. Retrieved from https://www.verywellmind.com/what-is-self-awareness-2795023
  • Cherry, K. (2018B). What is self-concept and how does it form? Very Well Mind. Retrieved from https://www.verywellmind.com/what-is-self-concept-2795865
  • Choi, I., & Choi, Y. (2002). Culture and self-concept flexibility. Personality and Social Psychology, 28, 1508-1517.
  • Delmar Learning. (n.d.). Summary chapter 43: Self-concept. Nursing Fundamentals: Caring & Clinical Decision Making Online Companion. Retrieved from http://www.delmarlearning.com/companions/content/0766838366/students/ch43/summary.asp
  • Diehl, M., & Hay, E. L. (2011). Self-concept differentiation and self-concept clarity across adulthood: Associations with age and psychological well-being. International Journal of Aging and Human Development, 73(2), 125-152.
  • Elliot, G. C. (1984). Dimensions of the self-concept: A source of further distinctions in the nature of self-consciousness. Journal of Youth and Adolescence, 13, 285-307.
  • Fernández-Zabala, A., Rodríguez-Fernández, A., & Goñi, A. (2016). The structure of the Social Self-Concept (SSC) Questionnaire. Anales de Psicologia, 32, 199-205.
  • Gecas, V. (1982). The self-concept. Annual Review of Sociology, 8, 1-33.
  • Infante, D. A., & Wigley, C. J. (1986). Verbal aggressiveness: An interpersonal model and measure. Communication Monographs, 53, 61-69.
  • Journal Psyche. (n.d.). Revisiting Car Rogers’ theory of personality. Retrieved from http://journalpsyche.org/revisiting-carl-rogers-theory-of-personality/
  • Liu, W. C., & Wang, C. K. J. (2005). Academic self-concept: A cross-sectional study of grade and gender differences in a Singapore Secondary School. Asia Pacific Education Review, 6, 20-27.
  • Malär, L., Krohmer, H., Hoyer, W. D., & Nyffenegger, B. (2011). Emotional brand attachment and brand personality: The relative importance of the actual and the ideal self. Journal of Marketing, 75, 35-52.
  • Manning, M. A. (2007, February). Self-concept and self-esteem in adolescents. Principle Leadership Magazine, February 2007, 11-15.
  • Marsh, H. W. (1990). Causal ordering of academic self-concept and academic achievement: A multiwave, longitudinal panel analysis. Journal of Educational Psychology, 82, 646-656.
  • Mazar, N., Amir, O., & Ariely, D. (2007). Mostly honest: A theory of self-concept maintenance. Unpublished Manuscript, Massachusetts Institute of Technology.
  • McLeod, S. (2008). Self concept. Simply Psychology. Retrieved from https://www.simplypsychology.org/self-concept.html
  • Miller, S. A., Church, E. B., & Poole, C. (n.d.). Ages & stages: How children develop self-concept. Scholastic. Retrieved from https://www.scholastic.com/teachers/articles/teaching-content/ages-stages-how-children-develop-self-concept/
  • Muijs, R. D. (2011). Predictors of academic achievement and academic self-concept: A longitudinal perspective. British Journal of Educational Psychology, 67, 263-277.
  • Munoz, L. (2012). Theories of self-concept maintenance. Life Long Learning: Social Psychology. Retrieved from https://lynnmunoz.wordpress.com/2012/11/22/theories-of-self-concept-maintenance/
  • Neill, J. (2005). Definitions of various self constructs: Self-esteem, self-efficacy, self-confidence & self-concept. Wilderdom. Retrieved from http://www.wilderdom.com/self/
  • Robson (1989). Development of a new self-report questionnaire to measure self-esteem. Psychological Medicine, 19, 513-518.
  • Rosenberg, M. (1979). Conceiving the Self. New York, NY: Basic.
  • Saraswat, R. K. (1984). Manual for Self-Concept Questionnaire. Agra, India: National Psychological Corporation.
  • Sebastian, C., Burnett, S., & Blakemore, S. J. (2008). Development of the self-concept during adolescence. Trends in Cognitive Science, 12, 441-446.
  • Sponcil, M., & Gitimu, P. (2012). Use of social media by college students: Relationship to communication and self-concept. Journal of Technology Research, 4.
  • Super, D. E., Starishevsky, R., Matlin, N., & Jordaan, J. P. (1963). Career development; Self-concept theory. New York, NY: College Entrance Examination Board.
error: